Qui portera la flamme numérique ?

Offrir des opportunités informatiques aux talents inexploités dans le monde entier.

Les informaticiens comme les ingénieurs logiciel ou réseau sont les catalyseurs silencieux de notre monde numérique. Mais à mesure que le monde évolue, une réalité s'impose : les spécialistes informatiques sont trop peu nombreux et l'écart entre les postes à pourvoir et les talents disponibles ne fait qu'augmenter.

L'institut Wakefield Research a dernièrement interrogé 1 800 décisionnaires informatiques du monde entier. La moitié d'entre eux prévoit que dans 5 ans, ils n'auront pas assez de professionnels compétents pour remplir leurs missions. Rien qu'aux États-Unis, on estime qu'environ un demi-million de postes liés aux sciences informatiques n'est pas pourvu.

La fracture numérique est l'une des causes de ce déficit de compétences. L'accès à Internet et aux ordinateurs reste hors de prix dans un grand nombre de régions du monde. Dans d'autres, les réseaux sont lents, peu fiables, voire inexistants. Dans cette situation, c'est tout un réservoir de talents potentiels qui reste totalement inexploité.

Réduire cette fracture constituerait un début de solution non négligeable. C'est pourquoi chez Juniper, nous œuvrons pour la création de programmes de formation et d'opportunités visant à développer de nouveaux spécialistes informatiques potentiels, quels que soient leur sexe, leur culture et leur pays. Nous considérons qu'il est indispensable de détecter et d'encourager chacun des nouveaux talents susceptibles de porter un peu plus loin la flamme numérique.

Dans ce cadre, nous pensons que les systèmes éducatifs doivent considérer la science informatique comme une matière fondamentale et l'intégrer aux programmes scolaires du primaire et du secondaire. Aujourd'hui, les trois-quarts des écoles publiques américaines ne proposent pas de cours d'informatique.

Nous souhaitons que le codage soit enseigné dès l'école élémentaire afin que tous les enfants possèdent les mêmes compétences de programmation dès le départ. Les entreprises technologiques peuvent intervenir au travers d'actions bénévoles (formation générale et professionnelle, tutorat et bourses) pour favoriser l'intérêt des étudiants et dénicher les futurs talents.

Il est en outre impératif que les femmes soient beaucoup plus représentées dans notre branche. Aujourd'hui, elles ne représentent qu'un quart de la main d'œuvre technique, alors que près de 75 % des filles expriment un intérêt pour les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM) au début de leur adolescence. Juniper s'est engagé à changer cette situation. Notre travail avec TechWomen, par exemple, a permis d'envoyer des formatrices professionnelles dans des pays comme le Kazakhstan, le Rwanda et le Zimbabwe. Et nous avons conclu un partenariat avec Girls Who Code pour combler l'écart entre les sexes et bâtir un avenir stable avec de futures femmes ingénieurs.

Au niveau universitaire, Juniper organise deux fois par an des hackathons durant toute une semaine. Après avoir fourni aux étudiant des instructions sur la technologie SDN, nous mettons aux défis leurs équipes de résoudre un problème d'application réel en utilisant les plates-formes d'automatisation de Juniper.

Ce ne sont que quelques exemples de la manière dont la communauté Juniper partage ses talents et ses connaissances pour inspirer et responsabiliser les générations futures. Il ne dépend que de nous de trouver d'autres moyens innovants de poser les jalons d'un avenir numérique riche et prometteur.

La Journée nationale des techniciens est le 3 octobre 2016. Juniper remercie tous ceux qui soutiennent la communauté.