Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
Sur cette page
 

Configuration LSP de base

Configuration des mesures LSP

La métrique LSP indique la facilité ou la difficulté d’envoyer du trafic sur un LSP particulier. Des valeurs métriques LSP inférieures (coût inférieur) augmentent la probabilité d’utilisation d’un LSP. Inversement, des valeurs métriques LSP élevées (coût plus élevé) réduisent la probabilité d’utilisation d’un LSP.

La métrique LSP peut être spécifiée dynamiquement par le routeur ou explicitement par l’utilisateur comme décrit dans les sections suivantes :

Configuration des mesures LSP dynamiques

Si aucune mesure spécifique n’est configurée, une LSP tente de suivre celle-ci vers la même destination (l’adresse to de la LSP). IGP inclut OSPF, IS-IS, le protocole RIP (Routing Information Protocol) et des routes statiques. BGP et les autres routes RSVP ou LDP sont exclues.

Par exemple, si la mesure OSPF vers un routeur est de 20, toutes les LSP vers ce routeur héritent automatiquement de la mesure 20. Si l’OSPF vers un routeur passe ensuite à une valeur différente, toutes les mesures LSP changent en conséquence. S’il n’y a pas de routes IGP vers le routeur, la LSP élève sa métrique à 65 535.

Notez que dans ce cas, la métrique LSP est entièrement déterminée par IGP ; il n’a aucun lien avec le chemin réel que le LSP traverse actuellement. Si le LSP rerouve (par exemple via une reoptimisation), sa métrique ne change pas et reste donc transparent pour les utilisateurs. La métrique dynamique est le comportement par défaut; aucune configuration n’est requise.

Configuration des métriques LSP statiques

Vous pouvez attribuer manuellement une valeur métrique fixe à un LSP. Une fois configurée avec l’instruction metric , la métrique LSP est fixe et ne peut pas changer :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

La métrique LSP a plusieurs utilisations :

  • Lorsqu’il existe des LSP parallèles avec le même routeur de sortie, les métriques sont comparées pour déterminer quel LSP a la valeur métrique la plus faible (le coût le plus bas) et donc le chemin préféré vers la destination. Si les métriques sont les mêmes, le trafic est partagé.

    L’ajustement des valeurs métriques peut forcer le trafic à préférer certains LSP à d’autres, indépendamment de la métrique IGP sous-jacente.

  • Lorsqu’un raccourci IGP est activé (voir Using Labeled-Switched Paths to Augment SPF to Compute IGP Shortcuts), un routage IGP peut être installé dans la table de routage avec un LSP comme saut suivant, si le LSP est sur le chemin le plus court vers la destination. Dans ce cas, la métrique LSP est ajoutée aux autres mesures IGP pour déterminer le chemin total. Par exemple, si un LSP dont le routeur d’entrée est X et le routeur de sortie Y est sur le chemin le plus court vers la destination Z, la métrique LSP est ajoutée à la métrique pour le routage IGP de Y à Z afin de déterminer le coût total du chemin. Si plusieurs LSP sont des sauts suivants potentiels, les mesures totales des chemins sont comparées pour déterminer le chemin préféré (c’est-à-dire la métrique totale la plus faible). Vous pouvez également comparer les chemins IGP et les LSP menant à la même destination à l’aide de la valeur métrique pour déterminer le chemin préféré.

    En ajustant la métrique LSP, vous pouvez forcer le trafic à préférer les LSP, préférer le chemin IGP ou partager la charge entre eux.

  • Si les routeurs X et Y sont pairs BGP et s’il y a un LSP entre eux, la métrique LSP représente le coût total pour atteindre Y à partir de X. Si, pour une raison quelconque, les reroutages LSP, le coût du chemin sous-jacent peuvent changer de manière significative, mais le coût de X pour atteindre Y reste le même (la métrique LSP), ce qui permet à X de signaler via un BGP med (multiple exit discrimination) une mesure stable aux voisins en aval. Tant que Y reste accessible via le LSP, aucune modification n’est visible pour les voisins BGP en aval.

Il est possible de configurer IS-IS pour ignorer la métrique LSP configurée en incluant l’instruction ignore-lsp-metrics au niveau de la [edit protocols isis traffic-engineering shortcuts] hiérarchie. Cette déclaration supprime la dépendance mutuelle entre IS-IS et MPLS pour le calcul de chemin. Pour plus d’informations, consultez la bibliothèque de protocoles de routage Junos OS pour les équipements de routage.

Configuration des métriques conditionnels RSVP LSP

La métrique conditionnelle permet d’utiliser différentes valeurs métriques en fonction de la configuration statique locale des chemins de commutation d’étiquettes (LSP). Les métriques conditionnelles sont basées sur la métrique IGP qui change dynamiquement. Junos OS remplace la métrique LSP par une mesure conditionnel configurée correspondant au seuil le plus élevé atteint par la métrique IGP. S’il n’y a pas de conditions équivalentes, le LSP utilise la métrique IGP de la route. Vous pouvez configurer jusqu’à quatre métriques conditionnelles pour un LSP et elles seront triées.

Si vous configurez l’instruction track-igp-metric avec la configuration métrique conditionnelle, Junos OS utilise la métrique IGP des routes installées pour évaluer la métrique conditionnel configurée. Vous ne pouvez pas configurer la métrique statique avec la métrique conditionnelle.

Configuration d’une description du texte pour les LSP

Vous pouvez fournir une description textuelle d’un LSP en joignant tout texte descriptif comprenant des espaces entre guillemets (« »). Le texte descriptif que vous incluez s’affiche dans le résultat détaillé de la show mpls lsp commande.show mpls container-lsp

L’ajout d’une description textuelle d’un LSP n’a aucun effet sur le fonctionnement du LSP. La description du texte LSP ne peut pas être supérieure à 80 caractères.

Pour fournir une description textuelle d’un LSP, incluez l’instruction description à l’un des niveaux hiérarchiques suivants :

Avant de commencer :

  • Configurez les interfaces de l’équipement.

  • Configurez l’équipement pour la communication réseau.

  • Activez MPLS sur les interfaces de l’équipement.

  • Configurez un LSP dans le domaine MPLS.

Pour ajouter une description de texte pour un LSP :

  1. Saisissez n’importe quel texte décrivant le LSP.

    Par exemple :

  2. Vérifiez et validez la configuration.

    Par exemple :

  3. Afficher la description d’un LSP à l’aide de la commande ou show mpls container-lsp detail de la show mpls lsp detail commande, selon le type de LSP configuré.

Configuration de la préemption logicielle MPLS

La préemption douce tente d’établir un nouveau chemin pour un LSP préempté avant de détruire le LSP d’origine. Le comportement par défaut consiste à d’abord démonter un LSP préempté, signaler un nouveau chemin, puis rétablir le LSP sur le nouveau chemin. Dans l’intervalle entre le moment où le chemin est emprunté et le nouveau LSP est établi, tout trafic tentant d’utiliser le LSP est perdu. La prévention logicielle empêche ce type de perte de trafic. Le compromis est qu’au moment où un LSP est préempté en douceur, deux LSP avec leurs besoins correspondants en bande passante sont utilisés jusqu’à ce que le chemin d’origine soit détruit.

La préemption logicielle MPLS est utile pour la maintenance du réseau. Par exemple, vous pouvez éloigner tous les LSP d’une interface spécifique, puis l’arrêter pour la maintenance sans interrompre le trafic. La préemption logicielle MPLS est décrite en détail dans le document RFC 5712, MpLS Traffic Engineering Soft Preemption.

La préemption logicielle est une propriété du LSP et est désactivée par défaut. Vous le configurez à l’entrant d’un LSP en incluant l’instruction soft-preemption :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

Vous pouvez également configurer un système de préemption logicielle. Le compteur indique la durée d’attente du routeur avant d’initier une préemption difficile du LSP. À la fin du délai spécifié, la LSP est détruite et démissionnée. Le minuteur de nettoyage à préemption doux a une valeur par défaut de 30 secondes; la plage de valeurs autorisées est de 0 à 180 secondes. Une valeur de 0 signifie que la préemption logicielle est désactivée. Le système de nettoyage à faible préemption est global pour tous les LSP.

Configurez le système de synchronisation en incluant l’instruction cleanup-timer :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

Remarque :

La préemption logicielle ne peut pas être configurée sur les LSP pour lesquels le reroutage rapide a été configuré. La configuration n’est pas valide. Toutefois, vous pouvez activer la préemption logicielle conjointement avec la protection des nœuds et des liaisons.

Remarque :

La valeur de compteur pour SoftPreemptionCnt l’initialisation est de 0 (zéro), visible dans la sortie de commande show rsvp interface detail .

Configuration de la priorité et de la préemption pour les LSP

Lorsque la bande passante est insuffisante pour établir un LSP plus important, vous voudrez peut-être éliminer un LSP existant moins important pour libérer la bande passante. Pour ce faire, vous préemptez le LSP existant.

Si un LSP peut être préempté est déterminé par deux propriétés associées au LSP :

  • Priorité de configuration : détermine si un nouveau LSP qui préempte un LSP existant peut être établi. Pour préemption, la priorité de configuration du nouveau LSP doit être supérieure à celle du LSP existant. De plus, le fait de préempter le LSP existant doit produire une bande passante suffisante pour prendre en charge le nouveau LSP. Autrement dit, la préemption n’est possible que si le nouveau LSP peut être configuré avec succès.

  • Priorité de réservation : détermine le degré d’retenue d’un LSP sur sa réservation de session après la configuration réussie du LSP. Lorsque la priorité de réservation est élevée, le LSP existant est moins susceptible d’abandonner sa réservation, et il est donc peu probable que le LSP puisse être préempté.

Vous ne pouvez pas configurer un LSP avec une priorité de configuration élevée et une faible priorité de réservation, car des boucles de préemption permanentes peuvent s’avérer si deux LSP sont autorisés à se préempter l’un l’autre. Vous devez configurer la priorité de réservation de manière à ce qu’elle soit supérieure ou égale à la priorité de configuration.

La priorité de configuration définit également l’importance relative des LSP sur le même routeur d’entrant. Au démarrage du logiciel, lorsqu’un nouveau LSP est établi ou lors de la récupération d’une panne, la priorité de configuration détermine l’ordre dans lequel les LSP sont gérés. Les LSP plus prioritaires ont tendance à être établis en premier et bénéficient donc d’une sélection de chemins plus optimale.

Pour configurer les propriétés de préemption du LSP, incluez l’instruction priority :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Les deux setup-priority et reservation-priority peuvent être une valeur de 0 à 7. La valeur 0 correspond à la priorité la plus élevée, et la valeur 7 au niveau le plus bas. Par défaut, un LSP a une priorité de configuration de 7 (c’est-à-dire qu’elle ne peut pas préempter les autres LSP) et une priorité de réservation de 0 (c’est-à-dire que les autres LSP ne peuvent pas le préempter). Ces paramètres par défaut sont tels que la préemption n’a pas lieu. Lorsque vous configurez ces valeurs, la priorité de configuration doit toujours être inférieure ou égale à la priorité de maintien.

Configuration des groupes administratifs pour LSP

Les groupes administratifs, également appelés coloration de liens ou classe de ressource, se voient attribuer manuellement des attributs qui décrivent la « couleur » des liaisons, de sorte que les liens ayant la même couleur appartiennent conceptuellement à la même classe. Vous pouvez utiliser des groupes d’administration pour implémenter diverses configurations LSP basées sur des stratégies.

Les groupes administratifs n’ont une signification que lorsque le calcul LSP à chemin limité est activé.

Vous pouvez attribuer jusqu’à 32 noms et valeurs (dans la plage 0 à 31), qui définissent une série de noms et leurs valeurs correspondantes. Les noms et valeurs administratifs doivent être identiques sur tous les routeurs d’un même domaine.

Remarque :

La valeur administrative est distincte de la priorité. Vous configurez la priorité d’un LSP à l’aide de l’instruction priority . Voir Configuration de la priorité et de la préemption pour les LSP.

Pour configurer des groupes d’administration, procédez comme suit :

  1. Définissez plusieurs niveaux de qualité de service en incluant l’énoncé admin-groups :

    Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit protocols mpls]

    • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

    L’exemple de configuration suivant illustre la façon dont vous pouvez configurer un ensemble de noms et de valeurs administratifs pour un domaine :

  2. Définissez les groupes administratifs auxquels appartient une interface. Vous pouvez attribuer plusieurs groupes à une interface. Inclure l’énoncé interface :

    Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit protocols mpls]

    • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

    Si vous n’incluez pas l’instruction admin-group , une interface n’appartient à aucun groupe.

    Les IGP utilisent les informations de groupe pour construire des paquets à l’état de liaison, qui sont ensuite inondés sur l’ensemble du réseau, fournissant ainsi des informations à tous les nœuds du réseau. Sur n’importe quel routeur, la topologie IGP, ainsi que les groupes administratifs de toutes les liaisons, sont disponibles.

    La modification du groupe d’administration de l’interface affecte uniquement les nouveaux LSP. Les LSP existants sur l’interface ne sont pas préemptés ou recomputés pour maintenir la stabilité du réseau. Si les LSP doivent être supprimés en raison d’une modification de groupe, la commande est alors mise en clear rsvp session place.

    Remarque :

    Lors de la configuration de groupes administratifs et de groupes administratifs étendus pour une liaison, les deux types de groupes administratifs doivent être configurés sur l’interface.

  3. Configurez une contrainte de groupe d’administration pour chaque LSP ou pour chaque chemin LSP principal ou secondaire. Inclure l’énoncé label-switched-path :

    Vous pouvez inclure l’instruction label-switched-path aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit protocols mpls]

    • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

    Si vous omettez l’instruction include-all, include-anyou exclude les instructions, le calcul du chemin reste inchangé. Le calcul du chemin est basé sur le calcul LSP à chemin limité. Pour savoir comment le calcul LSP à chemin limité est calculé, consultez Comment CSPF sélectionne un chemin.

    Remarque :

    La modification du groupe administratif de la LSP entraîne une recalcul immédiate de la route; par conséquent, le LSP peut être réacheminé.

Configuration des groupes administratifs étendus pour les LSP

Dans les aspects techniques du trafic MPLS, une liaison peut être configurée avec un ensemble de groupes administratifs (également appelés couleurs ou classes de ressources). Les groupes administratifs sont transportés dans le protocole IGP (Interior Gateway Protocol) (OSPFv2 et IS-IS) en tant que valeur de 32 bits attribuée à chaque liaison. Les routeurs Juniper Networks interprètent normalement cette valeur 32 bits comme un masque de bit, chaque bit représentant un groupe, ce qui limite chaque réseau à 32 groupes administratifs distincts (plages de valeur 0 à 31).

Vous configurez des groupes administratifs étendus, représentés par une valeur de 32 bits, ce qui permet d’augmenter le nombre de groupes administratifs pris en charge dans le réseau au-delà de 32. La plage de valeurs d’origine disponible pour les groupes administratifs est toujours prise en charge pour la rétrocompatibilité.

La configuration des groupes administratifs étendus accepte un ensemble d’interfaces avec un ensemble correspondant de noms de groupes administratifs étendus. Il convertit les noms en un ensemble de valeurs de 32 bits et propage ces informations dans l’IGP. Les valeurs des groupes administratifs étendus sont globales et doivent être configurées de manière identique sur tous les routeurs pris en charge participant au réseau. La base de données des groupes administratifs étendus à l’échelle du domaine, apprise à partir d’autres routeurs via la inondation IGP, est utilisée par CSPF (Constrained Shortest Path First) pour le calcul de chemin.

La procédure suivante décrit la procédure à suivre pour configurer des groupes administratifs étendus :

  1. Configurer l’instruction admin-groups-extended-range :

    Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit routing-options]

    • [edit logical-systems logical-system-name routing-options]

    L’énoncé admin-groups-extended-range comprend les options et maximum les élémentsminimum. La plage maximale doit être supérieure à la plage minimale.

  2. Configurer l’instruction admin-groups-extended :

    Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit routing-options]

    • [edit logical-systems logical-system-name routing-options]

    L’instruction admin-groups-extended vous permet de configurer un nom de groupe et une valeur de groupe pour le groupe d’administration. La valeur de groupe doit se situer dans la plage de valeurs configurées à l’aide de l’instruction admin-groups-extended-range .

  3. Les groupes administratifs étendus d’une interface MPLS consistent en l’ensemble de noms de groupes d’administration étendus assignés à l’interface. Les noms des groupes d’administration étendus de l’interface doivent être configurés pour les groupes administratifs étendus globaux.

    Pour configurer un groupe administratif étendu pour une interface MPLS, indiquez le nom du groupe d’administration dans la configuration de l’interface MPLS à l’aide de l’instruction admin-groups-extended :

    Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit protocols mpls interface interface-name]

    • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls interface interface-name]

  4. Les groupes administratifs étendus LSP définissent l’ensemble des contraintes d’inclure et d’exclure les contraintes pour un LSP et pour les chemins primaires et secondaires d’un chemin. Les noms des groupes d’administration étendus doivent être configurés pour les groupes administratifs étendus globaux.

    Pour configurer des groupes administratifs étendus pour un LSP, incluez l’instruction admin-group-extended au niveau d’une hiérarchie LSP :

    L’instruction admin-group-extended inclut les options suivantes : apply-groups, apply-groups-except, excludeinclude-allet include-any. Chaque option vous permet de configurer un ou plusieurs groupes administratifs étendus.

    Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez configurer cette instruction, reportez-vous au résumé de cette déclaration.

  5. Pour afficher les groupes administratifs étendus actuellement configurés, émettre la show mpls admin-groups-extended commande.
Remarque :

Lors de la configuration de groupes administratifs et de groupes administratifs étendus pour une liaison, les deux types de groupes administratifs doivent être configurés sur l’interface.

Configuration des valeurs de préférence pour les LSP

En option, vous pouvez configurer plusieurs LSP entre la même paire de routeurs d’entrée et de sortie. Cela est utile pour équilibrer la charge entre les LSP, car tous les LSP, par défaut, ont le même niveau de préférence. Pour préférer un LSP à un autre, définissez des niveaux de préférence différents pour les LSP individuels. Le LSP avec la valeur de préférence la plus faible est utilisé. La préférence par défaut pour les LSP RSVP est 7 et 9 pour les LSP LDP. Ces valeurs de préférence sont inférieures (plus préférées) à toutes les routes apprises, à l’exception des routes d’interface directe.

Pour modifier la valeur de préférence par défaut, incluez l’instruction preference :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Désactiver l’enregistrement de route de chemin par LSP

L’implémentation Junos de RSVP prend en charge l’objet Route d’enregistrement, qui permet à un LSP d’enregistrer activement les routeurs à travers lesquels il transite. Vous pouvez utiliser ces informations pour le dépannage et empêcher les boucles de routage. Par défaut, les informations de routage du chemin sont enregistrées. Pour désactiver l’enregistrement, incluez l’instruction no-record :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure les instructions et no-record les record instructions, reportez-vous à la section Résumé de l’énoncé pour l’énoncé.

Mise en place d’un commutateur sans à-coups pour les LSP

Les chemins à commutation d’étiquettes adaptatives (LSP) peuvent devoir établir une nouvelle instance LSP et transférer le trafic d’une ancienne instance LSP vers la nouvelle instance LSP avant de déchirer l’ancienne. Ce type de configuration est appelé « make before break » (MBB).

RSVP-TE est un protocole utilisé pour établir des LSP dans les réseaux MPLS. L’implémentation junos OS de RSVP-TE pour obtenir un basculement MBB sans à-coups (sans perte de trafic) repose sur la configuration des valeurs de compteur dans les instructions de configuration suivantes :

  • optimize-switchover-delay: délai d’attente avant de passer à la nouvelle instance LSP.

  • optimize-hold-dead-delay: délai d’attente après le basculement et avant la suppression de l’ancienne instance LSP.

Les instructions et optimize-hold-dead-delay les optimize-switchover-delay instructions s’appliquent à tous les LSP qui utilisent le comportement make-before-break pour la configuration LSP et le démontage, pas seulement pour les LSP pour lesquels l’instruction optimize-timer a également été configurée. Les fonctionnalités MPLS suivantes permettent de configurer et de détruire les LSP à l’aide d’un comportement « make-before-break » :

  • LSP adaptatifs

  • Allocation automatique de la bande passante

  • BFD pour LSP

  • GRES (Graceful Routing Engine Switchover)

  • Protection des liaisons et nœuds

  • Routage actif ininterrompu

  • LSP optimisés

  • LSP point à multipoint (P2MP)

  • Préemption logicielle

  • Chemins secondaires de veille

Lors de la configuration, les instructions et optimize-hold-dead-delay les optimize-switchover-delay instructions ajoutent un délai artificiel au processus MBB. La valeur de l’instruction optimize-switchover-delay varie en fonction de la taille des objets de route explicite (OER). Un ERO est une extension de RSVP qui permet à un message RSVP PATH de traverser une séquence explicite de routeurs indépendante du routage IP classique à chemin le plus court. La valeur de l’instruction optimize-switchover-delay dépend également de la charge du processeur sur chacun des routeurs du chemin. Les clients configurent la optimize-switchover-delay déclaration par essai et erreur.

La valeur de l’instruction optimize-hold-dead-delay dépend de la vitesse avec lequel le routeur d’entrant déplace tous les préfixes d’application vers le nouveau LSP. Cette fonction est déterminée par la charge du moteur de transfert de paquets, qui peut varier d’une plate-forme à l’autre. Les clients doivent définir l’énoncé optimize-hold-dead-delay par essai et erreur.

Toutefois, à compter de la version 15.1, Junos OS est capable d’obtenir un basculement MBB sans à-coups sans avoir à configurer les retards artificiels que ces valeurs de compteur introduisent.

Ce sujet résume les trois méthodes permettant de passer d’un commutateur MBB d’un ancien LSP à un nouveau LSP à l’aide de Junos OS :

Spécification du temps d’attente du routeur pour passer à de nouveaux chemins

Pour spécifier le temps d’attente du routeur pour basculer des instances LSP vers des chemins nouvellement optimisés, utilisez l’instruction optimize-switchover-delay . Il vous suffit de configurer cette instruction sur les routeurs faisant office d’entrée pour les LSP affectés (vous n’avez pas besoin de configurer cette instruction sur les routeurs de transit ou de sortie). Le timer de cette déclaration permet de s’assurer que les nouveaux chemins optimisés ont été établis avant que le trafic ne passe des anciens chemins. Ce timer ne peut être activé ou désactivé que pour tous les LSP configurés sur le routeur.

Pour configurer le temps d’attente du routeur pour basculer sur des instances LSP vers des chemins nouvellement optimisés, spécifiez le temps en secondes à l’aide de l’instruction optimize-switchover-delay :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

Spécifiant le temps nécessaire pour retarder la déchirure des anciens chemins

Pour spécifier le temps nécessaire pour retarder la déchirure des anciens chemins après que le routeur a passé le trafic à de nouveaux chemins optimisés, utilisez l’énoncé optimize-hold-dead-delay . Il vous suffit de configurer cette instruction sur les routeurs faisant office d’entrée pour les LSP affectés (vous n’avez pas besoin de configurer cette instruction sur les routeurs de transit ou de sortie). Le timer de cette déclaration permet de s’assurer que les anciens chemins ne sont pas détruits avant que tous les itinéraires aient été passés aux nouveaux chemins optimisés. Ce timer peut être activé pour des LSP spécifiques ou pour tous les LSP configurés sur le routeur.

Pour configurer le temps nécessaire en quelques secondes pour retarder la déchirure des anciens chemins après que le routeur a passé le trafic à de nouveaux chemins optimisés, utilisez l’instruction optimize-hold-dead-delay :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Réaliser un basculement MBB sans impact sans retards artificiels

Avec Junos OS version 15.1, il existe une autre façon de renoncer aux anciennes instances LSP après le basculement MBB sans s’appuyer sur les intervalles de temps arbitraires définis par l’instructionoptimize-switchover-delay.optimize-hold-dead-delay Par exemple, si vous utilisez l’instruction optimize-hold-dead-delay , vous configurez une heure que vous pensez qu’il est sûr d’attendre avant de déchirer l’ancienne instance LSP après MBB. Cependant, certaines routes peuvent encore être en train de passer à la nouvelle instance. La suppression prématurée de l’ancienne instance LSP entraîne le rejet du trafic par l’un des nœuds de transit pour les routes qui n’ont pas été transférées à la nouvelle instance LSP.

Pour éviter les pertes de trafic, vous pouvez utiliser MPLS-OAM (lsp ping) plutôt que l’instruction optimize-switchover-delay , ce qui confirme que le plan de données LSP est établi de bout en bout. Au lieu d’utiliser l’instruction optimize-hold-dead-delay , vous pouvez utiliser un mécanisme de rétroaction de l’infrastructure rpd qui confirme que tous les préfixes se référant à l’ancien LSP ont été commutés. Le mécanisme de rétroaction est extrait de la bibliothèque de balises et s’appuie sur l’infrastructure rpd (Routing Protocol Process) pour déterminer si toutes les routes utilisant l’ancienne instance LSP ont totalement migré vers la nouvelle instance LSP après le basculement MBB.

Le mécanisme de rétroaction est toujours en place et il est facultatif. Configurez l’instruction optimize-adaptive-teardown pour que le mécanisme de rétroaction soit utilisé lors du basculement MBB. Cette fonctionnalité n’est pas prise en charge pour les instances LSP point à multipoint (P2MP) RSVP. La configuration globale de l’instruction optimize-adaptive-teardown affecte uniquement les LSP point à point configurés dans le système.

Il vous suffit de configurer l’instruction optimize-adaptive-teardown sur les routeurs faisant office d’entrée pour les LSP affectés (vous n’avez pas besoin de configurer cette instruction sur les routeurs de transit ou de sortie). Ce mécanisme de rétroaction garantit que les anciens chemins ne sont pas détruits avant que tous les itinéraires aient été commutés vers les nouveaux chemins optimisés. La configuration globale de cette instruction de configuration affecte uniquement les LSP point à point configurés dans le système.

Vous pouvez inclure cette déclaration au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie.

Optimisation des LSP signalés

Une fois qu’un LSP a été établi, les modifications apportées à la topologie ou aux ressources peuvent, au fil du temps, rendre le chemin sous-optimal. Il est possible qu’un nouveau chemin soit moins encombré, qu’il présente une mesure plus faible et qu’il traverse moins de sauts. Vous pouvez configurer le routeur pour recompiler des chemins périodiquement afin de déterminer si un chemin plus optimal est devenu disponible.

Si la reoptimisation est activée, un LSP peut être redirigé vers différents chemins par des recomputations de chemins limités. Toutefois, si la reoptimisation est désactivée, le LSP dispose d’un chemin fixe et ne peut pas tirer parti des nouvelles ressources réseau disponibles. Le LSP est résolu jusqu’à ce que le changement de topologie suivant casse le LSP et force une recomputation.

La reoptimisation n’est pas liée au basculement. Un nouveau chemin est toujours informatique en cas de défaillance de topologie qui perturbe un chemin établi.

En raison de la surcharge potentielle du système, vous devez contrôler attentivement la fréquence de la reoptimisation. Lorsque la reoptimisation est activée, la stabilité du réseau peut en pâtir. Par défaut, l’instruction optimize-timer est définie sur 0 (c’est-à-dire qu’elle est désactivée).

L’optimisation LSP n’est significative que lorsque le calcul LSP à chemin limité est activé, c’est-à-dire le comportement par défaut. Pour plus d’informations sur le calcul LSP à chemin limité, consultez Désactiver le calcul LSP à chemin limité. En outre, l’optimisation LSP ne s’applique qu’aux LSP entrants, il est donc uniquement nécessaire de configurer l’instruction optimize-timer sur le routeur d’entrant. Les routeurs de transit et de sortie ne nécessitent aucune configuration spécifique pour prendre en charge l’optimisation LSP (à l’exception de mpls activé).

Pour permettre la reoptimisation du chemin, incluez l’énoncé optimize-timer :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Une fois l’instruction optimize-timer configurée, le compteur de reoptimisation poursuit son compte à rebours vers la valeur configurée, même si vous supprimez l’instruction optimize-timer de la configuration. La prochaine optimisation utilise la nouvelle valeur. Vous pouvez forcer le système d’exploitation Junos à utiliser une nouvelle valeur immédiatement en supprimant l’ancienne valeur, en valideant la configuration, en configurant la nouvelle valeur pour l’instruction optimize-timer , puis en valideant à nouveau la configuration.

Une fois la reoptimisation exécutée, le résultat n’est accepté que s’il répond aux critères suivants :

  1. Le nouveau chemin n’est pas plus élevé dans la métrique IGP. (La métrique de l’ancien chemin est mise à jour pendant le calcul. Par conséquent, si une mesure de liaison récente a changé quelque part le long de l’ancien chemin, elle est comptabilisée.)

  2. Si le nouveau chemin possède la même métrique IGP, il n’est pas plus éloigné des sauts.

  3. Le nouveau chemin n’est pas préemption. (Il s’agit de réduire l’effet d’entraînement de la préemption provoquant plus de préemption.)

  4. La nouvelle voie n’aggrave pas la congestion dans son ensemble.

    L’encombrement relatif du nouveau chemin est déterminé comme suit :

    1. Le pourcentage de bande passante disponible sur chaque liaison parcourue par le nouveau chemin est comparé à celui de l’ancien chemin, en commençant par les liaisons les plus encombrées.

    2. Pour chaque chemin actuel (ancien), le logiciel stocke les quatre plus petites valeurs en termes de disponibilité de la bande passante pour les liaisons parcourues par ordre croissant.

    3. Le logiciel stocke également les quatre plus petites valeurs de disponibilité de bande passante pour le nouveau chemin, correspondant aux liaisons parcourues par ordre croissant.

    4. Si l’une des quatre nouvelles valeurs de bande passante disponibles est plus petite que les anciennes valeurs de disponibilité de la bande passante correspondantes, le nouveau chemin comporte au moins une liaison plus congestionnée que la liaison utilisée par l’ancien chemin. L’utilisation de la liaison étant source d’une congestion plus importante, le trafic n’est pas transféré vers ce nouveau chemin.

    5. Si aucune des quatre nouvelles valeurs de bande passante disponibles n’est plus petite que les anciennes valeurs de disponibilité de la bande passante correspondantes, le nouveau chemin est moins congestionné que l’ancien chemin.

Lorsque toutes les conditions ci-dessus sont remplies, alors :

  1. Si le nouveau chemin a une métrique IGP plus faible, il est accepté.

  2. Si le nouveau chemin a une métrique IGP égale et un nombre de sauts plus faible, il est accepté.

  3. Si vous choisissez least-fill un algorithme d’équilibrage de charge, les LSP sont répartis comme suit :

    1. Le LSP est déplacé vers un nouveau chemin qui est utilisé au moins 10 % moins que le chemin actuel. Cela pourrait réduire la congestion sur le chemin actuel par une petite quantité seulement. Par exemple, si un LSP avec 1 Mo de bande passante est déplacé d’un chemin d’au moins 200 Mo, la congestion sur le chemin d’origine est réduite de moins de 1 %.

    2. Pour random ou most-fill les algorithmes, cette règle ne s’applique pas.

    L’exemple suivant illustre le fonctionnement de l’algorithme d’équilibrage least-fill de charge.

    Figure 1 : exemple de l’algorithme d’équilibrage de charge le moins rempliexemple de l’algorithme d’équilibrage de charge le moins rempli

    Comme illustré dans le livre Figure 1, il existe deux chemins potentiels pour un LSP à traverser entre le routeur A et le routeur H, les liaisons impaires de couche 1 à couche 13 et les liaisons pair de couche 2 à couche 14. Actuellement, le routeur utilise les liaisons pairs comme chemin actif pour le LSP. Chaque liaison entre les deux mêmes routeurs (par exemple, le routeur A et le routeur B) a la même bande passante :

    • L1, L2 = 10GE

    • L3, L4 = 1GE

    • L5, L6 = 1GE

    • L7, L8 = 1GE

    • L9, L10 = 1GE

    • L11, L12 = 10GE

    • L13, L14 = 10GE

    Les liaisons 1GE sont plus susceptibles d’être encombrées. Dans cet exemple, les liaisons 1GE impaires disposent de la bande passante disponible suivante :

    • L3 = 41%

    • L5 = 56%

    • L7 = 66%

    • L9 = 71%

    Les liaisons 1GE pairs disposent de la bande passante disponible suivante :

    • L4 = 37%

    • L6 = 52%

    • L8 = 61%

    • L10 = 70%

    Sur la base de ces informations, le routeur calcule la différence de bande passante disponible entre les liaisons impaires et les liaisons pairs comme suit :

    • L4 - L3 = 41% - 37% = 4%

    • L6 - L5 = 56% - 52% = 4%

    • L8 - L7 = 66% - 61% = 5%

    • L10 - L9 = 71% - 70% = 1%

    La bande passante supplémentaire totale disponible sur les liaisons impaires est de 14 % (4 % + 4 % + 5 % + 1 %). Puisque 14 % est supérieur à 10 % (seuil minimum de l’algorithme de moindre remplissage), le LSP est déplacé vers le nouveau chemin via les liaisons impaires à partir du chemin d’origine à l’aide des liaisons pairs.

  4. Sinon, le nouveau chemin est rejeté.

Vous pouvez désactiver les critères de reoptimisation suivants (un sous-ensemble des critères précédemment répertoriés) :

  • Si le nouveau chemin possède la même métrique IGP, il n’est pas plus éloigné des sauts.

  • Le nouveau chemin n’est pas préemption. (Il s’agit de réduire l’effet d’entraînement de la préemption provoquant plus de préemption.)

  • La nouvelle voie n’aggrave pas la congestion dans son ensemble.

  • Si le nouveau chemin a une métrique IGP égale et un nombre de sauts plus faible, il est accepté.

Pour les désactiver, émettez la clear mpls lsp optimize-aggressive commande ou incluez l’instruction optimize-aggressive suivante :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

L’inclusion de l’énoncé optimize-aggressive dans la configuration entraîne le déclenchement plus fréquent de la procédure de reoptimisation. Les chemins sont acheminés plus fréquemment. Il limite également l’algorithme de reoptimisation à la métrique IGP uniquement.

Configuration du compteur Smart Optimize pour les LSP

En raison des contraintes de ressources liées au réseau et au routeur, il est généralement impossible de configurer un court intervalle pour optimiser le compteur. Toutefois, dans certaines circonstances, il peut être souhaitable de reoptimiser un chemin plus tôt que ne le ferait normalement le compteur optimisé.

Par exemple, un LSP traverse un chemin préféré qui échoue par la suite. Le LSP est ensuite passé à un chemin moins souhaitable pour atteindre la même destination. Même si le chemin d’origine est rapidement restauré, l’utilisation à nouveau du LSP peut prendre beaucoup de temps, car il faut attendre l’optimisation du timer pour reoptimiser les chemins réseau. Dans de telles situations, vous pouvez configurer le compteur intelligent et optimisé.

Lorsque vous activez le minuteur intelligent, un LSP est re-commuté vers son chemin d’origine tant que le chemin d’origine a été restauré dans les 3 minutes suivant sa descente. En outre, si le chemin d’origine tombe à nouveau en panne dans les 60 minutes, le minuteur d’optimisation intelligent est désactivé et l’optimisation du chemin se comporte comme normalement lorsque le minuteur seul est activé. Cela empêche le routeur d’utiliser une liaison qui s’affiche.

Le compteur d’optimisation intelligent dépend des autres fonctionnalités MPLS pour fonctionner correctement. Pour le scénario décrit ici, dans lequel un LSP est passé à un chemin alternatif en cas de défaillance du chemin d’origine, il est supposé que vous avez configuré une ou plusieurs des fonctionnalités de protection du trafic MPLS, notamment le reroutage rapide, la protection des liaisons et les chemins secondaires de veille. Ces fonctionnalités permettent de s’assurer que le trafic peut atteindre sa destination en cas de défaillance.

Au moins, vous devez configurer un chemin secondaire de veille pour que la fonctionnalité de compteur intelligent optimise le fonctionnement correctement. Le reroutage rapide et la protection des liaisons sont des solutions plus temporaires pour une panne de réseau. Un chemin secondaire garantit qu’il existe un chemin alternatif stable en cas d’échec du chemin principal. Si vous n’avez pas configuré une sorte de protection du trafic pour un LSP, le compteur optimisé intelligent par lui-même ne garantit pas que le trafic peut atteindre sa destination. Pour plus d’informations sur la protection du trafic MPLS, voir MPLS et Traffic Protection.

En cas d’échec d’un chemin principal et de l’optimisation intelligente du trafic des commutateurs de synchronisation vers le chemin secondaire, le routeur peut continuer à utiliser le chemin secondaire même après que le chemin principal a été restauré. Si le routeur entrant effectue un calcul CSPF, il peut déterminer que le chemin secondaire est le meilleur chemin.

Cela peut être indésirable si le chemin principal doit être le chemin actif et le chemin secondaire doit être utilisé comme chemin de secours uniquement. En outre, si le chemin secondaire est utilisé comme chemin actif (même si le chemin principal a été rétabli) et que le chemin secondaire échoue, la fonctionnalité d’optimisation intelligente du timer ne pourra pas automatiquement basculer le trafic vers le chemin principal. Toutefois, vous pouvez activer la protection du chemin secondaire en configurant la protection des nœuds et des liaisons ou un chemin secondaire de veille supplémentaire, auquel cas, le compteur optimisé intelligent peut être efficace.

Indiquez l’heure en quelques secondes pour l’optimisation intelligente du minuteur à l’aide de l’instruction smart-optimize-timer :

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

Limitation du nombre de sauts dans les LSP

Par défaut, chaque LSP peut traverser un maximum de 255 sauts, y compris les routeurs d’entrée et de sortie. Pour modifier cette valeur, incluez l’instruction hop-limit :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Le nombre de sauts peut être de 2 à 255. (Un chemin avec deux sauts se compose uniquement des routeurs d’entrée et de sortie.)

Configuration de la valeur de la bande passante pour les LSP

Chaque LSP a une valeur de bande passante. Cette valeur est incluse dans le champ Tspec de l’expéditeur dans les messages de configuration du chemin RSVP. Vous pouvez spécifier une valeur de bande passante en bits par seconde. Si vous configurez plus de bande passante pour un LSP, il devrait être capable de transporter un plus grand volume de trafic. La bande passante par défaut est de 0 bits par seconde.

Une bande passante non-ero nécessite que les routeurs de transit et de sortie réservent une capacité le long des liaisons sortantes pour le chemin. Le système de réservation RSVP est utilisé pour réserver cette capacité. Tout échec de réservation de bande passante (par exemple une défaillance au niveau du contrôle des stratégies RSVP ou du contrôle d’admission) peut entraîner l’échec de la configuration LSP. Si la bande passante des interfaces pour les routeurs de transit ou de sortie est insuffisante, le LSP n’est pas établi.

Pour spécifier une valeur de bande passante pour un LSP signalé, incluez l’instruction bandwidth :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de cette déclaration.

Allocation automatique de bande passante pour les LSP

L’allocation automatique de bande passante permet à un tunnel MPLS d’ajuster automatiquement son allocation de bande passante en fonction du volume de trafic circulant dans le tunnel. Vous pouvez configurer un LSP avec une bande passante minimale ; cette fonctionnalité peut ajuster dynamiquement l’allocation de bande passante du LSP en fonction des modèles de trafic actuels. Les ajustements de bande passante n’interrompent pas le flux de trafic à travers le tunnel.

Vous définissez un intervalle d’échantillonnage sur un LSP configuré avec l’allocation automatique de la bande passante. La bande passante moyenne est contrôlée pendant cet intervalle. À la fin de l’intervalle, on tente de signaler un nouveau chemin pour le LSP, l’allocation de bande passante étant définie sur la valeur moyenne maximale de l’intervalle d’échantillonnage précédent. Si le nouveau chemin est correctement établi et que le chemin d’origine est supprimé, le LSP est passé au nouveau chemin. Si un nouveau chemin n’est pas créé, le LSP continue d’utiliser son chemin actuel jusqu’à la fin de l’intervalle d’échantillonnage suivant, lorsqu’une autre tentative est effectuée pour établir un nouveau chemin. Notez que vous pouvez définir des valeurs de bande passante minimale et maximale pour le LSP.

Pendant l’intervalle d’allocation automatique de la bande passante, le routeur peut recevoir une augmentation constante du trafic (augmentation de l’utilisation de la bande passante) sur un LSP, ce qui peut entraîner une congestion ou une perte de paquets. Pour éviter cela, vous pouvez définir un deuxième déclencheur pour expirer prématurément le minuteur de réglage automatique de la bande passante avant la fin de l’intervalle de réglage actuel.

Configuration de l’allocation automatique de bande passante pour les LSP

L’allocation automatique de bande passante permet à un tunnel MPLS d’ajuster automatiquement son allocation de bande passante en fonction du volume de trafic circulant dans le tunnel. Vous pouvez configurer un LSP avec une bande passante minimale, et cette fonctionnalité peut ajuster dynamiquement l’allocation de bande passante du LSP en fonction des modèles de trafic actuels. Les ajustements de bande passante n’interrompent pas le flux de trafic à travers le tunnel.

À la fin de l’intervalle d’allocation automatique de la bande passante, l’utilisation moyenne maximale actuelle de la bande passante est comparée à la bande passante allouée pour le LSP. Si le LSP a besoin de plus de bande passante, il est nécessaire de mettre en place un nouveau chemin où la bande passante est égale à l’utilisation moyenne maximale actuelle. Si la tentative réussit, le trafic du LSP est rouné via le nouveau chemin et l’ancien chemin est supprimé. Si la tentative échoue, le LSP continue d’utiliser son chemin actuel.

Remarque :

Pour le calcul de la valeur de (par rapport à la LSP entrante), l’échantillon collecté pendant la période de préparation avant pause (MBB) est ignoré pour Max AvgBW empêcher les résultats inexacts. Le premier échantillon après un ajustement de la bande passante, ou après une modification de l’ID LSP (indépendamment de la modification du chemin), est également ignoré.

Si vous avez configuré la protection des liaisons et des nœuds pour le LSP et que le trafic a été transféré vers le LSP de contournement, la fonction d’allocation automatique de bande passante continue de fonctionner et de prendre des échantillons de bande passante dans le LSP de dérivation. Pour le premier cycle d’ajustement de la bande passante, l’utilisation moyenne maximale de la bande passante extraite du lien d’origine et de la LSP protégée par des nœuds est utilisée pour abandonner le contournement LSP en cas de besoin supplémentaire de bande passante. (La protection des liaisons et des nœuds n’est pas prise en charge sur les commutateurs QFX Series.)

Si vous avez configuré le reroutage rapide pour le LSP, vous ne serez peut-être pas en mesure d’utiliser cette fonctionnalité pour ajuster la bande passante. Étant donné que les LSP utilisent un style de réservation de filtre fixe (FF), lorsqu’un nouveau chemin est signalé, la bande passante peut être doublement comptée. Le double comptage empêche un LSP à reroutage rapide d’ajuster sa bande passante lorsque l’allocation automatique de bande passante est activée. (Le reroutage rapide n’est pas pris en charge sur les commutateurs QFX Series.)

Pour configurer l’allocation automatique de la bande passante, suivez les étapes décrites dans les sections suivantes :

Remarque :

Sur les commutateurs QFX10000, vous pouvez uniquement configurer l’allocation automatique de bande passante au niveau de la edit protocols mpls hiérarchie. Les systèmes logiques ne sont pas pris en charge.

Configuration des ajustements optimisés de la bande passante automatique pour les LSP MPLS

La fonctionnalité de bande passante automatique permet aux LSP RSVP-TE, soit directement configurés, soit automatiquement créés à l’aide d’un maillage automatique, de dimensionner en fonction du débit du trafic. Le débit de trafic transporté sur chaque LSP est mesuré en collectant périodiquement des échantillons du débit de trafic. La fréquence de collecte des statistiques de trafic est contrôlée via l’instruction de adjust-interval configuration. La valeur configurable minimale est d’une adjust-interval seconde. La redimensionnement des LSP s’appelle l’ajustement et la fréquence des ajustements est contrôlée par l’énoncé adjust-interval .

À partir de Junos OS Version 20.4R1, le minimum adjust-interval d’ajustement auto-bandwidth est ramené à 150 secondes si les adjust-threshold-overflow-limit ou instructions traversent les valeurs de dépassement ou adjust-threshold-underflow-limit de seuil sous-flux configurées.

Toutefois, le minimum adjust-interval pour un réglage est de auto-bandwidth 300 secondes si aucun dépassement ou échantillon de sous-flux n’est détecté.

Dans les versions antérieures à Junos OS Version 20.4R1, il adjust-interval s’agit d’une capacité de 300 secondes en cas de dépassement ou de conditions d’underflow.

Avec l’implémentation de l’optimisation du réglage automatique de la bande passante, la auto-bandwidth baisse de la bande passante du LSP est plus rapide. Le routeur de périphérie d’étiquettes d’entrée (LER) est capable de redimensionner en 150 secondes en raison de la réduction du nombre de , à condition que la suppression d’une ancienne instance LSP post-make-before-break (MBB) soit réalisée en adjust-threshold-overflow-limit150 secondes.

L’optmisation automatique de la bande passante doit répondre aux besoins suivants :

  • Réduire la probabilité d’un changement de route LSP : il s’agit de réduire la probabilité d’une modification de route LSP en cas d’ajustement de la bande passante automatique.

  • Réduire la probabilité d’un reroutage LSP : il s’agit de réduire la probabilité d’un reroutage LSP en raison des LSP plus prioritaires qui exigent la même ressource.

Pour répondre à ces exigences, l’optimisation de la bande passante automatique prend en charge les éléments suivants :

  1. In-place LSP Bandwidth Update: permet au routeur LER (Label Edge Router) entrant de réutiliser l’ID LSP en cas de modification de bande passante sur un LSP intra-domaine.

    Remarque :

    La mise à jour de la bande passante LSP en place ne s’applique pas aux LSP inter-domaines.

    Dans certains scénarios, le prochain saut de route LSP transporte la bande passante LSP directement ou indirectement. Même si la mise à jour de la bande passante LSP sur place est prise en charge dans ces scénarios, les performances améliorées grâce à la fonctionnalité sont limitées en raison du changement de route LSP. C’est-à-dire, en raison de la modification de la table de routage inet.3 après la bande passante automatique (tunnel MPLS). Par exemple, l’amélioration des performances est limitée lorsque vous configurez l’une ou l’autre des instructions :

    • auto-policing configuré sous MPLS.

    • L’option bandwidth sous l’instruction load-balance configurée sous RSVP.

    Remarque :

    La mise à jour de la bande passante LSP en place via la réutilisation de LSP-ID échoue et le LER entrant déclenche immédiatement MBB avec un nouvel ID LSP si :

    • no-cspf est configuré pour le LSP.

    • Le LSP est contrôlé par l’élément de calcul de chemin (PCE).

    • Temps d’optimisation LSP en cas d’incendie.

    • clear mpls lsp optimize-aggressive est exécutée.

  2. Per-priority Subscription— Afin d’utiliser les ressources réseau plus efficacement, un abonnement par priorité vous permet de configurer un pourcentage d’abonnement RSVP plus faible pour les LSP de faible priorité et un pourcentage plus élevé d’abonnement RSVP pour les LSP des priorités plus élevées.

    Par exemple, au lieu de définir un pourcentage d’abonnement RSVP de 90 % pour les LSP pour toutes les priorités, vous pouvez configurer un pourcentage d’abonnement RSVP plus faible (disons 75 %) pour les LSP avec des priorités plus faibles.

Remarque :

L’abonnement par priorité n’est pas compatible avec les aspects techniques du trafic (TE) tenant compte des services différenciés (DiffServ). Les aspects techniques du trafic en fonction des services différenciés (DiffServ) offrent un partage statistique plus flexible de la bande passante des liaisons TE que l’abonnement par priorité.

To Configure In-place LSP Auto-bandwidth Resizing:

  1. Configurez l’interface de l’équipement pour activer MPLS.
  2. Configurez le protocole MPLS sur l’interface.
  3. Configurez MPLS et LSP et configurez la protection des liaisons pour le LSP.
  4. Configurez in-place-bandwidth-update pour le LSP pour activer le redimensionnement automatique de la bande passante LSP.
  5. Saisissez validation à partir du mode de configuration.

Verification

Depuis le mode configuration, confirmez votre configuration en entrant les show protocols show interfaces commandes. Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

To Configure Per-priority Subscription:

  1. Configurez le protocole RSVP sur l’interface.

  2. Configurez la valeur d’abonnement à la bande passante pour l’interface. Il peut représenter une valeur de 0 à 65 000 %. La valeur d’abonnement par défaut est de 100 %.

  3. Configurez la priorité d’abonnement sur l’interface.

  4. Configurez le pourcentage d’abonnement pour la priorité.

  5. Saisissez validation à partir du mode de configuration.

Verification

Depuis le mode configuration, confirmez votre configuration en entrant les show protocols show interfaces commandes. Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Configuration des rapports sur les statistiques d’allocation automatique de bande passante pour les LSP

L’allocation automatique de bande passante permet à un tunnel MPLS d’ajuster automatiquement son allocation de bande passante en fonction du volume de trafic circulant dans le tunnel. Vous pouvez configurer l’équipement pour collecter des statistiques relatives à l’allocation automatique de la bande passante en suivant les étapes suivantes :

  1. Pour collecter des statistiques relatives à l’allocation automatique de la bande passante, configurez l’option auto-bandwidth d’instruction statistics au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie. Ces paramètres s’appliquent à tous les LSP configurés sur le routeur sur lequel vous avez également configuré l’instruction auto-bandwidth au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path label-switched-path-name] hiérarchie.
  2. Indiquez la filename valeur des fichiers utilisés pour stocker la sortie d’opération de traçage MPLS à l’aide de l’option file . Tous les fichiers sont placés dans le répertoire /var/log. Il est recommandé d’placer la sortie de suivi MPLS dans le fichier mpls-log.
  3. Indiquez le nombre maximum de fichiers de trace à l’aide de l’option files number . Lorsqu’un fichier de trace nommé trace-file atteint sa taille maximale, il est renommé trace-file.0, puis trace-file.1, etc. jusqu’à ce que le nombre maximum de fichiers de trace soit atteint. Ensuite, le fichier de trace le plus ancien est écrasé.
  4. Indiquez l’intervalle de calcul de l’utilisation moyenne de la bande passante en configurant un temps en secondes à l’aide de l’option interval . Vous pouvez également définir l’intervalle d’ajustement sur un LSP spécifique en configurant l’option interval au niveau de la [edit protocols mpls label-switch-path label-switched-path-name statistics] hiérarchie.
    Remarque :

    Pour éviter toute abandon inutile des LSP, il est préférable de configurer un intervalle d’ajustement LSP au moins trois fois plus long que l’intervalle de statistiques automatiques de bande passante MPLS. Par exemple, si vous configurez une valeur de 30 secondes pour l’intervalle de statistiques de bande passante automatique MPLS (interval instruction au niveau de la [edit protocols mpls statistics] hiérarchie), vous devez configurer une valeur d’au moins 90 secondes pour l’intervalle d’ajustement LSP (adjust-interval instruction au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path label-switched-path-name auto-bandwidth] hiérarchie).

  5. Pour suivre l’allocation automatique de la bande passante, incluez l’instruction autobw-state flag pour l’instruction MPLS traceoptions au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie.

    La configuration suivante permet d’attribuer automatiquement de la bande passante aux options de trace MPLS. Les enregistrements de trace sont stockés dans un fichier appelé auto-band-trace (le nom de fichier est configurable par l’utilisateur) :

  6. show log Cette commande vous permet d’afficher le fichier de statistiques d’allocation automatique de bande passante généré lorsque vous configurez l’instruction auto-bandwidth (MPLS Statistics). Les exemples de sortie de fichier journal suivants sont extraits d’un fichier de statistiques MPLS nommé auto-band-stats sur un routeur configuré avec un LSP nommé E-D. Le fichier journal indique que LSP E-D fonctionne initialement au-dessus de sa limite de bande passante réservée. Auparavant Oct 30 17:14:57, le routeur déclencha un ajustement automatique de la bande passante (deux sessions pour un LSP pourraient être automatiquement ajustées). En Oct 30 17:16:57, le LSP a été recréé à une bande passante plus élevée et utilise désormais moins de 100 % de sa Reserved Bw bande passante (bande passante réservée).
  7. Émettre la commande show mpls lsp autobandwidth pour afficher les informations actuelles sur l’allocation automatique de la bande passante. Les éléments suivants affichent l’exemple de sortie de la show mpls lsp autobandwidth commande prise à peu près en même temps que le fichier journal précédemment :
  8. Émettre la file show commande pour afficher le fichier de trace MPLS. Vous devez spécifier l’emplacement et le nom du fichier (le fichier se trouve dans /var/log/. Les exemples suivants illustrent la sortie d’un fichier de trace MPLS nommé auto-band-trace.0.gz sur un routeur configuré avec un LSP nommé E-D. Le fichier de traçage indique que LSP E-D fonctionne initialement au-dessus de sa limite de bande passante réservée. À Oct 30 17:15:26ce niveau, le routeur déclenche un ajustement automatique de la bande passante (deux sessions d’un LSP peuvent être automatiquement ajustées). En Oct 30 17:15:57, le LSP a été recréé à une bande passante plus élevée et utilise désormais moins de 100 % de sa Reserved Bw bande passante (bande passante réservée).

Configuration d’un LSP sur plusieurs AS

Vous pouvez configurer un LSP pour qu’il traverse plusieurs zones d’un réseau en incluant l’instruction inter-domain dans la configuration LSP. Cette instruction permet au routeur de rechercher des routes dans la base de données IGP. Vous devez configurer cette instruction sur les routeurs susceptibles de ne pas être en mesure de localiser un chemin à l’aide de CSPF intra-domaine (en regardant dans la base de données des aspects techniques du trafic (TED)). Lorsque vous configurez des LSP inter-zones, l’instruction inter-domain est requise.

Avant de commencer :

  • Configurez les interfaces de l’équipement avec la gamme MPLS.

  • Configurez l’ID du routeur de l’équipement et le numéro du système autonome.

  • Activez MPLS et RSVP sur le routeur et les interfaces de transit.

  • Configurez votre protocole IGP pour prendre en charge les aspects techniques du trafic.

  • Configurez un LSP depuis l’entrée vers le routeur de sortie.

Pour configurer un LSP sur plusieurs AS sur le routeur de commutation d’étiquettes (LER) entrant :

  1. Activez MPLS sur toutes les interfaces (à l’exclusion de l’interface de gestion).
  2. Activez RSVP sur toutes les interfaces (à l’exclusion de l’interface de gestion).
  3. Configurez le LSP inter-zones.
  4. Vérifiez et validez la configuration.

Amortissement de la publicité des changements d’état LSP

Lorsqu’un LSP change d’être jusqu’à être en panne, ou de bas en haut, cette transition prend effet immédiatement dans le logiciel et le matériel du routeur. Cependant, lorsque des LSP publicitaires dans IS-IS et OSPF, vous pouvez vouloir amortir les transitions LSP, de ce fait ne pas annoncer la transition avant qu’une certaine période ait eu lieu (connu sous le nom de temps de hold-time). Dans ce cas, si le LSP passe de haut en bas, le LSP n’est pas annoncé comme étant en panne jusqu’à ce qu’il soit resté en panne pendant la période de résis. Les transitions de bas en haut sont annoncées immédiatement dans IS-IS et OSPF. Notez que l’amortissement LSP affecte uniquement les publicités IS-IS et OSPF du LSP ; d’autres logiciels et matériels de routage réagissent immédiatement aux transitions LSP.

Pour amortir les transitions LSP, incluez l’instruction advertisement-hold-time :

seconds peut être une valeur de 0 à 65 535 secondes. La valeur par défaut est de 5 secondes.

Vous pouvez inclure cette instruction aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

Configuration des LSP bidirectionnels coroutés

Un LSP de paquet bidirectionnel corouté est une combinaison de deux LSP partageant le même chemin entre une paire de nœuds d’entrée et de sortie, comme illustré dans Figure 2. Il est établi à l’aide des extensions GMPLS pour RSVP-TE. Ce type de LSP peut être utilisé pour transporter n’importe quel type de trafic MPLS standard, notamment les VPN de couche 2, les circuits de couche 2 et les VPN de couche 3. Vous pouvez configurer une seule session BFD pour le LSP bidirectionnel (vous n’avez pas besoin de configurer une session BFD pour chaque LSP dans chaque direction). Vous pouvez également configurer un LSP bidirectionnel de veille unique pour fournir une sauvegarde pour le LSP bidirectionnel principal. Les LSP bidirectionnels coroutés sont pris en charge à la fois pour l’avant-dernier hop popping (PHP) et l’ultime hop popping (UHP).

La haute disponibilité est disponible pour les LSP bidirectionnels. Vous pouvez activer le redémarrage progressif et le routage actif ininterrompu. Le redémarrage progressif et le routage actif ininterrompu sont pris en charge lorsque le routeur de redémarrage est le routeur d’entrée, de sortie ou de transit pour le LSP bidirectionnel.

Figure 2 : LSP bidirectionnel coroutéLSP bidirectionnel corouté

Pour configurer un LSP bidirectionnel corouté :

  1. En mode configuration, configurez le routeur d’entrant pour le LSP et incluez l’instruction corouted-bidirectional de spécifier que le LSP doit être établi en tant que LSP bidirectionnel corouté.

    Le chemin est calculé à l’aide de CSPF et initié à l’aide de la signalisation RSVP (tout comme un LSP à signalisation RSVP unidirectionnelle). Le chemin d’accès au routeur de sortie et le chemin inverse à partir du routeur de sortie sont créés lorsque cette configuration est validée.

  2. (Facultatif) Pour un chemin inversé, configurez un LSP sur le routeur de sortie et incluez l’instruction d’associer le corouted-bidirectional-passive LSP à un autre LSP.

    Aucun calcul ou signalisation de chemin n’est utilisé pour ce LSP puisqu’il s’appuie sur le calcul et la signalisation du chemin fourni par le LSP d’entrant. Vous ne pouvez pas configurer à la fois l’instruction corouted-bidirectional et l’instruction corouted-bidirectional-passive sur le même LSP.

    Cette déclaration facilite également le débogage des LSP bidirectionnels coroutés. Si vous configurez l’instruction corouted-bidirectional-passive (là encore, sur le routeur de sortie), vous pouvez émettre ping mpls lsp-end-point, , ping mpls ldp, ping mpls rsvptraceroute mpls ldpet traceroute mpls rsvp des commandes pour tester le LSP bidirectionnel corouté à partir du routeur de sortie.

  3. Utilisez ces show mpls lsp extensiveshow rsvp session extensive commandes pour afficher des informations sur le LSP bidirectionnel.

    Le texte suivant affiche le résultat de la show rsvp session extensive commande lorsqu’elle est exécutée sur un routeur d’entrant avec un LSP bidirectionnel configuré :

Configuration de l’étiquette d’entropie pour les LSP

L’insertion d’étiquettes d’entropie pour un LSP permet aux routeurs de transit d’équilibrer la charge du trafic MPLS sur les chemins ECMP ou les groupes d’agrégation de liens en utilisant uniquement la pile d’étiquettes MPLS comme entrée de hachage sans avoir à recourir à l’inspection approfondie des paquets. L’inspection approfondie des paquets nécessite une plus grande puissance de traitement du routeur, et les différents routeurs disposent de capacités d’inspection approfondie des paquets différentes.

Pour configurer l’étiquette d’entropie d’un LSP, procédez comme suit :

  1. Sur le routeur d’entrant, incluez l’instruction entropy-label au niveau de la [edit protocols mpls labeled-switched-path labeled-switched-path-name] hiérarchie ou au niveau de la [edit protocols mpls static-labeled-switched-path labeled-switched-path-name ingress] hiérarchie. L’étiquette d’entropie est ajoutée à la pile de labels MPLS et peut être traitée dans le plan de transfert.
    Remarque :

    Cette approche s’applique uniquement aux RSVP et aux LSP statiques.

  2. Sur le routeur d’entrant, vous pouvez configurer une stratégie d’entrante pour les LSP à signalisation LDP :

    Configurez la stratégie d’entrant au niveau de la [edit policy-options] hiérarchie :

    Voici un exemple de stratégie d’entrées d’étiquettes d’entropie.

  3. (Facultatif) Par défaut, les routeurs qui prennent en charge le pushing et le popping des étiquettes d’entropie sont configurés avec l’instruction load-balance-label-capability au niveau de la [edit forwarding-options] hiérarchie pour signaler ces étiquettes par LSP. Si le routeur pair n’est pas équipé pour gérer les étiquettes d’équilibrage de charge, vous pouvez empêcher le routeur de périphérie du fournisseur (PE) de signaler la capacité d’étiquettes d’entropie en configurant l’instruction no-load-balance-label-capability au niveau de la [edit forwarding-options] hiérarchie.

Les routeurs de transit ne nécessitent aucune configuration. La présence de l’étiquette d’entropie indique au routeur de transit un équilibre de charge basé uniquement sur la pile d’étiquettes MPLS.

Les routeurs de l’avant-dernière saut apparaissent par défaut sur le label d’entropie.

Exemple : Configuration d’un label Entropy pour un LSP Unicast BGP

Cet exemple montre comment configurer un label entropie pour un unicast BGP afin d’obtenir un équilibrage de charge de bout en bout à l’aide d’étiquettes d’entropie. Lorsqu’un paquet IP dispose de plusieurs chemins pour atteindre sa destination, Junos OS utilise certains champs des en-têtes de paquets pour hachage le paquet vers un chemin déterministe. Cela nécessite un label d’entropie, un label spécial d’équilibrage de charge qui peut transporter les informations de flux. Les LSR dans le cœur utilisent simplement l’étiquette d’entropie comme clé pour hachage le paquet vers le bon chemin. Une étiquette entropie peut être n’importe quelle valeur d’étiquette entre 16 et 1048575 (plage d’étiquettes régulière de 20 bits). Étant donné que cette plage se chevauche avec la plage d’étiquettes régulière existante, un label spécial appelé indicateur d’étiquette d’entropie (ELI) est inséré avant l’étiquette d’entropie. ELI est un label spécial attribué par l’IANA d’une valeur de 7.

Les unicasts étiquetés BGP font généralement de la concatenate RSVP ou LDP LSP sur plusieurs zones IGP ou plusieurs systèmes autonomes. Les étiquettes d’entropie RSVP ou LDP apparaissent au niveau de l’avant-dernier nœud de saut, avec le label RSVP ou LDP. Cette fonctionnalité permet l’utilisation d’étiquettes d’entropie au niveau des points de assemblage afin de combler l’écart entre l’avant-dernier nœud de saut et le point de assemblage, afin d’atteindre l’équilibrage de charge de bout en bout de l’étiquette d’étiquettes pour le trafic BGP.

Conditions préalables

Cet exemple utilise les composants matériels et logiciels suivants :

  • Sept routeurs MX Series avec MPC

  • Junos OS Version 15.1 ou ultérieure s’exécutant sur tous les équipements

Avant de configurer un label entropie pour l’unicast BGP, assurez-vous de :

  1. Configurez les interfaces de l’équipement.

  2. Configurez OSPF ou tout autre protocole IGP.

  3. Configurer BGP.

  4. Configurez RSVP.

  5. Configurez MPLS.

Présentation

Lorsque les monocasts BGP font l’impasse sur les LSP RSVP et LDP sur plusieurs zones IGP ou systèmes autonomes, les étiquettes DSVP ou LDP apparaissent au nœud de saut l’avant-dernier, avec le label RSVP ou LDP. Cependant, il n’y a pas d’étiquettes d’entropie au niveau des points de couture, c’est-à-dire les routeurs entre deux zones. Par conséquent, les routeurs des points de assemblage ont utilisé les étiquettes BGP pour transférer les paquets.

À partir de Junos OS Version 15.1, vous pouvez configurer un label d’entropie pour unicast étiqueté BGP afin d’obtenir un équilibrage de charge des étiquettes entropie de bout en bout. Cette fonctionnalité permet d’utiliser une étiquette d’entropie aux points de assemblage afin d’obtenir un équilibrage de charge des étiquettes d’étiquettes de bout en bout pour le trafic BGP. Junos OS permet d’insérer des étiquettes d’entropie dans les entrées LSP unicast BGP.

Par défaut, les routeurs qui prennent en charge les étiquettes d’entropie sont configurés avec l’instruction load-balance-label-capability au niveau de la [edit forwarding-options] hiérarchie pour signaler ces étiquettes par LSP. Si le routeur pair n’est pas équipé pour gérer les étiquettes d’équilibrage de charge, vous pouvez empêcher la signalisation de la capacité d’étiquettes d’entropie en configurant au no-load-balance-label-capability niveau de la [edit forwarding-options] hiérarchie.

Remarque :

Vous pouvez désactiver explicitement la fonction d’étiquette d’entropie publicitaire à la sortie pour les routes spécifiées dans la stratégie avec l’option no-entropy-label-capability au niveau de la [edit policy-options policy-statement policy name then] hiérarchie.

Topologie

Dans Figure 3 , le routeur PE1 est le routeur d’entrée et le routeur PE2 est le routeur de sortie. Les routeurs P1 et P2 sont les routeurs de transit. Le routeur ABR est le routeur de pont entre la zone 0 et la zone 1. Le LAG est configuré sur les routeurs du fournisseur pour équilibrer la charge du trafic. La fonctionnalité d’étiquette d’entropie pour l’unicast étiqueté BGP est activée sur le routeur d’entrant PE1.

Figure 3 : Configuration d’un label Entropy pour L’unicast étiqueté BGPConfiguration d’un label Entropy pour L’unicast étiqueté BGP

Configuration

Configuration rapide CLI

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez tous les sauts de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à la configuration de votre réseau, copiez et collez les commandes dans l’interface de ligne de commande au niveau de la [edit] hiérarchie, puis entrez commit du mode de configuration.

Routeur PE1

Routeur P1

Routeur ABR

Routeur P2

Routeur PE2

Configuration du routeur PE1

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer à différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation dans l’interface de ligne de commande, reportez-vous à Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le CLI User Guide.

Pour configurer le routeur PE1 :

Remarque :

Répétez cette procédure pour le routeur PE2 après avoir modifié les noms d’interface, adresses et autres paramètres appropriés.

  1. Configurez les interfaces avec les adresses IPv4 et IPv6.

  2. Configurez l’interface de bouclage.

  3. Définissez l’ID du routeur et le numéro du système autonome.

  4. Configurez le protocole RSVP pour toutes les interfaces.

  5. Activez MPLS sur toutes les interfaces du routeur PE1 et spécifiez le LSP.

  6. Configurez IBGP sur les routeurs internes.

  7. Activer la capacité d’étiquette d’entropie pour L’unicast BGP pour ibgp de groupe BGP interne.

  8. Activez le protocole OSPF sur toutes les interfaces du routeur de bordure de zone (ABR).

  9. Définissez des listes de préfixes pour spécifier les routes avec la capacité d’étiquette d’entropie.

  10. Définir une stratégie EL pour spécifier les routes avec une fonction d’étiquette d’entropie.

  11. Définir une autre stratégie EL-2 pour spécifier les routes avec une fonction d’étiquette d’entropie.

  12. Définir une stratégie pour exporter les routes BGP vers la table de routage OSPF.

  13. Définir une stratégie pour exporter les routes OSPF vers la table de routage BGP.

  14. Définissez une stratégie pour exporter des routes statiques vers la table de routage BGP.

  15. Configurez une cible VPN pour la communauté VPN.

  16. Configurez l’instance de routage VPN de couche 3 VPN-l3vpn.

  17. Attribuez les interfaces à l’instance de routage VPN-l3vpn.

  18. Configurez le différentateur de route pour l’instance de routage VPN-l3vpn.

  19. Configurez une cible de routage et de transfert VPN (VRF) pour l’instance de routage VPN-l3vpn.

  20. Configurez une route statique vers l’équipement CE1 à l’aide du protocole VPN de couche 3 pour l’instance de routage VPN-l3vpn.

  21. Exportez les routes BGP vers la table de routage OSPF pour l’instance de routage VPN-l3vpn.

  22. Attribuez l’interface OSPF à l’instance de routage VPN-l3vpn.

Configuration du routeur P1

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer à différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation dans l’interface de ligne de commande, reportez-vous à Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le CLI User Guide.

Pour configurer le routeur P1 :

Remarque :

Répétez cette procédure pour le routeur P2 après avoir modifié les noms d’interface, adresses et autres paramètres appropriés.

  1. Configurez les interfaces avec les adresses IPv4 et IPv6.

  2. Configurez l’agrégation de liens sur les interfaces.

  3. Configurez l’interface de bouclage.

  4. Configurez les étiquettes MPLS que le routeur utilise pour hachage les paquets vers sa destination afin d’équilibrer la charge.

  5. Définissez l’ID du routeur et le numéro du système autonome.

  6. Activer l’équilibrage de charge par paquet.

  7. Configurez le protocole RSVP pour toutes les interfaces.

  8. Activez MPLS sur toutes les interfaces du routeur P1 et spécifiez le LSP.

  9. Activez le protocole OSPF sur toutes les interfaces du routeur P1 à l’exclusion de l’interface de gestion.

  10. Définissez une stratégie pour l’équilibrage de charge par paquet.

Configuration de l’ABR du routeur

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer à différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation dans l’interface de ligne de commande, reportez-vous à Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le CLI User Guide.

Pour configurer l’ABR du routeur :

  1. Configurez les interfaces avec les adresses IPv4 et IPv6.

  2. Configurez l’interface de bouclage.

  3. Configurez l’agrégation de liens sur les interfaces.

  4. Configurez les étiquettes MPLS que le routeur utilise pour hachage les paquets vers sa destination afin d’équilibrer la charge.

  5. Définissez l’ID du routeur et le numéro du système autonome.

  6. Activer l’équilibrage de charge par paquet.

  7. Configurez le protocole RSVP pour toutes les interfaces.

  8. Activez MPLS sur toutes les interfaces du routeur P1 et spécifiez le LSP.

  9. Configurez IBGP sur les routeurs internes.

  10. Activez le protocole OSPF sur toutes les interfaces d’ABR.

  11. Définissez une stratégie pour spécifier les routes avec une capacité d’étiquette d’entropie.

Résultats

Depuis le mode configuration, confirmez votre configuration en entrant les show interfacescommandes , show protocols, show routing-optionsshow forwarding optionset show policy-options . Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Vérification

Vérifiez que la configuration fonctionne correctement.

Vérification de la fonctionnalité d’étiquettes d’entropie publiée sur le routeur PE2

But

Vérifiez que l’attribut de chemin de capacité de la capacité d’étiquettes entropie est annoncé sur le routeur en amont PE2 à la sortie.

Action

Depuis le mode opérationnel, exécutez la commande sur le show route 10.255.101.200 advertising-protocol bgp 10.255.102.102 routeur PE2.

Sens

La sortie montre que l’hôte PE2 avec l’adresse IP 10.255.101.200 possède la capacité d’étiquette entropie. L’hôte affiche le label entropie à ses voisins BGP.

Vérifier que l’ABR du routeur reçoit l’étiquette d’entropie

But

Vérifiez que l’ABR du routeur reçoit l’étiquette d’entropie à l’entrant du routeur PE2.

Action

Depuis le mode opérationnel, exécutez la show route 10.255.101.200 receiving-protocol bgp 10.255.101.200 commande sur l’ABR du routeur.

Sens

L’ABR du routeur reçoit la publicité de capacité d’étiquette d’entropie de son voisin BGP PE2.

Vérification de la configuration de l’indicateur d’étiquettes d’entropie

But

Vérifiez que l’indicateur d’étiquettes d’entropie est défini pour les éléments d’étiquettes à l’entrant.

Action

Depuis le mode opérationnel, exécutez la commande sur le show route protocol bgp detail routeur PE1.

Sens

Un label d’entropie est activé sur le routeur PE1. La sortie montre que l’étiquette d’entropie est utilisée pour le protocole BGP unicast afin d’obtenir un équilibrage de charge de bout en bout.

Configuring Ultimate-Hop Popping for LSP (Configuration du popping ultime pour les LSP)

Par défaut, les LSP à signalisation RSVP utilisent php (penultimate-hop popping). Figure 4 illustre un LSP d’avant-dernière saut entre le routeur PE1 et le routeur PE2. Le routeur CE1 transfère un paquet vers son prochain saut (routeur PE1), qui est également l’entrant LSP. Le routeur PE1 pousse l’étiquette 1 sur le paquet et transfère le paquet étiqueté au routeur P1. Le routeur P1 effectue le fonctionnement standard de permutation d’étiquettes MPLS, remplace le label 1 par le label 2 et transfère le paquet au routeur P2. Le routeur P2 étant l’avant-dernier-saut du LSP vers le routeur PE2, il récupère d’abord le label, puis transfère le paquet vers le routeur PE2. Lorsque le routeur PE2 le reçoit, le paquet peut comporter un label de service, un label explicite-null ou simplement un paquet IP ou VPLS clair. Le routeur PE2 transfère le paquet non étiqueté au routeur CE2.

Figure 4 : Avant-dernière hop popping pour un LSPAvant-dernière hop popping pour un LSP

Vous pouvez également configurer l’UHP (Ultimate-Hop Popping) pour Figure 5les LSP à signalisation RSVP. Certaines applications réseau peuvent exiger que les paquets arrivent au routeur de sortie (routeur PE2) avec un label externe non nul. Pour une LSP à sauts ultime, l’avant-dernier routeur (routeur P2 in Figure 5) effectue le fonctionnement standard de permutation d’étiquettes MPLS (dans cet exemple, label 2 pour le label 3 ) avant de transférer le paquet vers le routeur de sortie PE2. Le routeur PE2 récupère l’étiquette externe et effectue une seconde recherche de l’adresse de paquet pour déterminer la destination finale. Il transfère ensuite le paquet vers la destination appropriée (routeur CE2 ou ROUTEUR CE4).

Figure 5 : Le popping ultime pour un LSPLe popping ultime pour un LSP

Les applications réseau suivantes nécessitent de configurer des LSP UHP :

  • MPLS-TP pour la surveillance des performances et l’OAM en bande

  • Circuits virtuels de protection de périphérie

Les fonctionnalités suivantes ne prennent pas en charge le comportement de l’UHP :

  • LSP à signalisation LDP

  • LSP statiques

  • LSP point à multipoint

  • CCC

  • traceroute Commande

Pour plus d’informations sur le comportement de l’UHP, voir Internet draft-ietf-mpls-rsvp-te-no-php-oob-mapping-01.txt, Non PHP behavior and Out-of-Band Mapping for RSVP-TE LSP.

Pour les LSP à signalisation RSVP point à point, le comportement de l’UHP est signalé depuis l’entrant LSP. En fonction de la configuration du routeur d’entrant, RSVP peut signaler l’UHP LSP avec le flag set non PHP. Les messages RSVP PATH portent les deux indicateurs de l’objet LSP-ATTRIBUTES. Lorsque le routeur de sortie reçoit le message PATH, il attribue un label non nul au LSP. RSVP crée et installe également deux routes dans la table de routage mpls.0. S désigne le bit S du label MPLS, qui indique si le bas de la pile de labels a été atteint ou non.

  • Route S=0 : indique qu’il existe d’autres étiquettes dans la pile. Le saut suivant de cette route pointe vers la table de routage mpls.0, déclenchant une recherche d’étiquettes MPLS en chaîne pour découvrir les étiquettes MPLS restantes dans la pile.

  • Route S=1 : indique qu’il n’y a plus de labels. Le saut suivant indique la table de routage inet.0 si la plate-forme prend en charge la recherche multi-famille enchaînée. Le routage d’étiquettes peut également pointer vers une interface VT pour lancer le transfert IP.

Si vous activez les LSP UHP, les applications MPLS telles que les VPN de couche 3, LES VPLS, les VPN de couche 2 et les circuits de couche 2 peuvent utiliser les LSP UHP. Le livre suivant explique comment les LSP affectent les différents types d’applications MPLS :

  • VPN de couche 2 et circuits de couche 2 : un paquet arrive au routeur PE (sortie de l’UHP LSP) avec deux étiquettes. L’étiquette externe (S=0) est l’étiquette UHP, et l’étiquette interne (S=1) est l’étiquette VC . Une recherche basée sur le label de transport donne une poignée de table pour la table de routage mpls.0. Une route supplémentaire est ajoutée dans la table de routage mpls.0 correspondant au label interne. Une recherche basée sur l’étiquette interne donne au routeur CE le saut suivant.

  • VPN de couche 3 : un paquet arrive au routeur PE (sortie de l’UHP LSP) avec deux étiquettes. L’étiquette externe (S=0) est l’étiquette UHP, et l’étiquette interne est l’étiquette VPN (S=1). Une recherche basée sur le label de transport donne un résultat dans la poignée de table pour la table de routage mpls.0. Il y a deux cas dans ce scénario. Par défaut, les VPN de couche 3 affichent le label par saut suivant. Une recherche basée sur l’étiquette interne entraîne le saut suivant vers le routeur CE. Toutefois, si vous avez configuré l’instruction vrf-table-label pour l’instance de routage VPN de couche 3, l’étiquette LSI interne renvoie à la table de routage VRF. Une recherche IP est également effectuée pour la table de routage VRF.

    Remarque :

    L’UHP pour les VPN de couche 3 configurés avec l’instruction vrf-table-label est pris en charge uniquement sur les plates-formes de routage universelles 5G MX Series.

  • VPLS : un paquet arrive au routeur PE (sortie de l’UHP LSP) avec deux étiquettes. L’étiquette externe est l’étiquette de transport (S=0) et l’étiquette interne est l’étiquette VPLS (S=1). Une recherche basée sur le label de transport donne un résultat dans la poignée de table pour la table de routage mpls.0. Une recherche basée sur l’étiquette interne de la table de routage mpls.0 entraîne l’interface de tunnel LSI de l’instance de routage VPLS si les services de tunnel n’sont pas configurés (ou une interface VT non disponible). Les routeurs MX Series 3D prennent en charge la recherche en chaîne et la recherche multi-famille.

    Remarque :

    L’UHP pour VPLS configuré avec l’instruction no-tunnel-service est pris en charge uniquement sur les routeurs MX 3D Series.

  • IPv4 sur MPLS : un paquet arrive au routeur PE (sortie de l’UHP LSP) avec un seul label (S=1). Une recherche basée sur ce label renvoie une interface de tunnel VT. Une autre recherche IP est effectuée sur l’interface VT pour déterminer où transférer le paquet. Si la plate-forme de routage prend en charge les recherches multi-familles et en chaîne (par exemple, les routeurs 3D MX et les routeurs de transport de paquets PTX Series), recherchez en fonction des points de routage d’étiquettes (S=1) vers la table de routage inet.0.

  • IPv6 sur MPLS : pour la tunnelisation IPv6 sur MPLS, les routeurs PE font la promotion des routes IPv6 entre elles avec une valeur d’étiquette de 2. Il s’agit du label explicite NULL pour IPv6. En conséquence, les sauts suivants pour les routes IPv6 qui sont apprises à partir de routeurs PE distants poussent normalement deux étiquettes. L’étiquette intérieure est 2 (il peut être différent si le routeur PE publicitaire provient d’un autre fournisseur) et le label du routeur est le label LSP. Les paquets arrivent au routeur PE (sortie de l’UHP LSP) avec deux étiquettes. L’étiquette externe est le label de transport (S=0) et le label interne est le label IPv6 explicit-null (label 2). Recherche basée sur le label interne dans la table de routage mpls.0 redirige vers la table de routage mpls.0. Sur les routeurs MX 3D Series, l’étiquette interne (label 2) est retirée et une recherche IPv6 est effectuée à l’aide de la table de routage inet6.0.

  • Activation des LSP PHP et UHP : vous pouvez configurer les LSP PHP et UHP sur les mêmes chemins réseau. Vous pouvez séparer le trafic PHP et UHP en sélectionnant le saut suivant LSP à l’aide d’une expression régulière avec l’instruction install-nexthop . Vous pouvez également séparer le trafic en nommant simplement les LSP correctement.

Les instructions suivantes permettent d’activer le saut ultime pour un LSP. Vous pouvez activer cette fonctionnalité sur un LSP spécifique ou pour tous les LSP d’entrant configurés sur le routeur. Configurez ces instructions sur le routeur lors de l’entrant LSP.

  1. Pour permettre l’apparition du saut ultime, incluez la ultimate-hop-popping déclaration :

    Incluez cette déclaration au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path label-switched-path-name] hiérarchie pour activer le saut ultime sur un LSP spécifique. Incluez cette déclaration au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie pour activer le saut ultime sur tous les LSP entrants configurés sur le routeur. Vous pouvez également configurer l’instruction ultimate-hop-popping sous les niveaux hiérarchiques équivalents [edit logical-routers] .

    Remarque :

    Lorsque vous activez le popping ultime-hop, RSVP tente de quitter les LSP existants en tant que LSP ultime-hop popping de façon à faire-avant de breaker. Si un routeur de sortie ne prend pas en charge le popping ultime, le LSP existant est détruit (le RSVP envoie un message PathTear le long du chemin d’un LSP, supprimant l’état du chemin et l’état de réservation dépendant et libérant les ressources réseau associées).

    Si vous désactivez l’ultimate-hop popping, le RSVP démissionne des LSP existants en tant qu’avant-dernière hop popping LSP de façon à faire-avant-breaker.

  2. Si vous souhaitez activer à la fois le saut ultime et les sauts suivants enchaînés uniquement sur les routeurs MX 3D Series, vous devez également configurer l’option enhanced-ip pour l’instruction network-services :

    Vous configurez cette instruction au niveau de la [edit chassis] hiérarchie. Une fois l’instruction network-services configurée, vous devez redémarrer le routeur pour activer le comportement de l’UHP.

Configuration des LSP explicites

Si vous désactivez le calcul LSP (Label-Switched Path, chemin de commutation d’étiquettes) défini dans le calcul « Désactiver le chemin limité », vous pouvez configurer les LSP manuellement ou permettre aux LSP de suivre le chemin IGP.

Lorsque les LSP à chemin explicite sont configurés, le LSP est établi le long du chemin que vous avez spécifié. Si le chemin n’est pas faisable sur le plan topologique, soit parce que le réseau est partitionné, soit parce que les ressources sont insuffisantes le long de certaines parties du chemin, le LSP échouera. Aucun autre chemin ne peut être utilisé. Si la configuration réussit, le LSP reste indéfiniment sur le chemin défini.

Pour configurer un LSP à chemin explicite, procédez comme suit :

  1. Configurez les informations de chemin dans un chemin nommé, comme décrit dans Créer des chemins nommés. Pour configurer les informations complètes sur le chemin, spécifiez chaque saut de routeur entre les routeurs d’entrée et de sortie, de préférence à l’aide de l’attribut strict . Pour configurer des informations de chemin incomplètes, spécifiez uniquement un sous-ensemble de sauts de routeur, en utilisant l’attribut loose dans les endroits où le chemin est incomplet.

    Pour les chemins incomplets, les routeurs MPLS complètent le chemin en interrogeant la table de routage locale. Cette requête est effectuée saut par saut, et chaque routeur ne peut trouver que assez d’informations pour atteindre le saut explicite suivant. Il peut être nécessaire de traverser un certain nombre de routeurs pour atteindre le saut explicite suivant (loose) explicite.

    La configuration d’informations de chemin incomplètes crée des parties du chemin qui dépendent de la table de routage actuelle, et cette partie du chemin peut se rediriger à mesure que la topologie change. Par conséquent, une LSP explicite contenant des informations de chemin incomplètes n’est pas totalement corrigée. Ces types de LSP n’ont qu’une capacité limitée à se réparer eux-mêmes, et ils ont tendance à créer des boucles ou des clapets en fonction du contenu de la table de routage locale.

  2. Pour configurer le LSP et le pointer vers le chemin nommé, utilisez l’instruction ou secondary l’utilisation primary décrite dans la section Configuring Primary and Secondary LSP.

  3. Désactivez le calcul LSP à chemin limité en incluant l’instruction no-cspf soit dans le LSP, soit dans une primarysecondary instruction. Pour plus d’informations, voir Désactiver le calcul LSP avec chemin limité.

  4. Configurez toutes les autres propriétés LSP.

Remarque :

Lorsque vous définissez un chemin LSP limité à l’aide de plusieurs sauts stricts appartenant au nœud de sortie, le premier saut strict doit être configuré de manière à correspondre à l’adresse IP attribuée au nœud de sortie sur l’interface qui reçoit le message de chemin RSVP. Si le message de chemin RSVP entrant arrive sur une interface avec une adresse IP différente, le LSP est rejeté.

Avant Junos OS 20.3X75-D20 ou 22.2R1, tout saut strict supplémentaire après le saut strict correspondant à l’adresse IP de l’interface qui reçoit le message de chemin RSVP doit être configuré de manière à correspondre à une adresse de bouclage attribuée au nœud de sortie. Dans les versions ultérieures de Junos, ce comportement est modifié pour permettre un saut supplémentaire strict correspondant à une adresse IP attribuée à n’importe quelle interface du nœud de sortie.

L’utilisation de LSP à chemin explicite présente les inconvénients suivants :

  • Plus d’efforts de configuration sont requis.

  • Les informations de chemin configurées ne peuvent pas prendre en compte la réservation dynamique de la bande passante réseau, de sorte que les LSP ont tendance à échouer lorsque les ressources sont épuisées.

  • En cas de défaillance d’un LSP à chemin explicite, vous devrez peut-être le réparer manuellement.

En raison de ces limites, nous vous recommandons d’utiliser des LSP à chemin explicite uniquement dans des situations contrôlées, par exemple pour appliquer une stratégie de placement LSP optimisée résultant de calculs avec un package logiciel de simulation hors ligne.

Exemple : Configuration d’un LSP Explicit-Path

Sur le routeur d’entrée, créez un LSP à chemin explicite et spécifiez les routeurs de transit entre les routeurs d’entrée et de sortie. Dans cette configuration, aucun calcul de chemin limité n’est effectué. Pour le chemin principal, tous les sauts intermédiaires sont strictement spécifiés afin que sa route ne puisse pas changer. Le chemin secondaire doit d’abord traverser le routeur 14.1.1.1, puis emprunter n’importe quel itinéraire disponible pour atteindre la destination. Le chemin restant emprunté par le chemin secondaire est généralement le chemin le plus court, calculé par l’IGP.

Remarque :

Lorsque vous définissez un chemin LSP limité à l’aide de plusieurs sauts stricts appartenant au nœud de sortie, le premier saut strict doit être configuré de manière à correspondre à l’adresse IP attribuée au nœud de sortie sur l’interface qui reçoit le message de chemin RSVP. Si le message de chemin RSVP entrant arrive sur une interface avec une adresse IP différente, le LSP est rejeté.

Avant Junos OS 20.3X75-D20 ou 22.2R1, tout saut strict supplémentaire après le saut strict correspondant à l’adresse IP de l’interface qui reçoit le message de chemin RSVP doit être configuré de manière à correspondre à une adresse de bouclage attribuée au nœud de sortie. Dans les versions ultérieures de Junos, ce comportement est modifié pour permettre un saut supplémentaire strict correspondant à une adresse IP attribuée à n’importe quelle interface du nœud de sortie.

Présentation du surabonnement de bande passante LSP

Les LSP sont établis avec des réservations de bande passante configurées pour la quantité maximale de trafic que vous attendez de passer par le LSP. Tous les LSP ne transportent pas en permanence le maximum de trafic sur leurs liaisons. Par exemple, même si la bande passante de la liaison A est totalement réservée, la bande passante réelle peut toujours être disponible mais n’est pas utilisée actuellement. Cet excédent de bande passante peut être utilisé en permettant à d’autres LSP d’utiliser la liaison A, en surabondant la liaison. Vous pouvez sur-attribuer la bande passante configurée pour chaque type de classe ou spécifier une valeur unique pour tous les types de classes à l’aide d’une interface.

Vous pouvez utiliser la sur-abonnement pour tirer parti de la nature statistique des modèles de trafic et permettre une meilleure utilisation des liaisons.

Les exemples suivants décrivent comment utiliser la bande passante en surabonnement et sous-abonnement :

  • Utilisez l’abonnement en surabonnement pour les types de classes où les périodes de pointe du trafic ne coïncident pas dans le temps.

  • Utilisez la sur-abonnement des types de classe transportant le trafic best-effort. Vous prenez le risque de retarder ou de rejeter temporairement le trafic en échange d’une meilleure utilisation des ressources réseau.

  • Offrez différents degrés de surabonnement ou de sous-abonnement de trafic pour les différents types de classes. Par exemple, vous configurez l’abonnement aux classes de trafic comme suit :

    • Le meilleur effort :ct0 1000

    • Voix —ct3 1

Lorsque vous sous-attribuez un type de classe à un LSP multiclasse, la demande totale de toutes les sessions RSVP est toujours inférieure à la capacité réelle du type de classe. Vous pouvez utiliser la sous-abonnement pour limiter l’utilisation d’un type de classe.

Le calcul du surabonnement de bande passante se fait uniquement sur le routeur local. Comme aucune signalisation ou autre interaction n’est requise par les autres routeurs du réseau, cette fonctionnalité peut être activée sur des routeurs individuels sans être activée ou disponible sur d’autres routeurs qui ne prennent peut-être pas en charge cette fonctionnalité. Les routeurs voisins n’ont pas besoin de connaître le calcul du surabonnement, ils s’appuient sur l’IGP.

Les sections suivantes décrivent les types de surabonnement de bande passante disponible dans Junos OS :

Surabonnement de taille LSP

Pour les surabonnements de taille LSP, vous configurez simplement moins de bande passante que le débit maximal attendu pour le LSP. Vous devrez peut-être également ajuster la configuration pour des mécanismes de contrôle automatiques. Les mécanismes de contrôle automatiques gèrent le trafic affecté à un LSP, afin de s’assurer qu’il ne dépasse pas les valeurs de bande passante configurées. Le surabonnement de taille LSP nécessite que le LSP puisse dépasser l’allocation de bande passante configurée.

Le maintien de l’ordre est toujours possible. Toutefois, le mécanismes de contrôle doit être configuré manuellement pour tenir compte de la bande passante maximale prévue pour le LSP, plutôt que de la valeur configurée.

Oversubscription par type de classe et multiplicateurs de surabonnement local

Les multiplicateurs de surabonnement (LOM) locaux permettent différentes valeurs de surabonnement pour différents types de classes. Les LOM sont utiles pour les réseaux où le taux de surabonnement doit être configuré différemment sur différentes liaisons et où des valeurs de surabonnement sont requises pour différentes classes. Cette fonctionnalité peut vous permettre d’oversubscrire les types de classe gérant le trafic best-effort, mais n’utilisez pas de surabonnement pour les types de classes gérant le trafic voix. Une LOM est calculée localement sur le routeur. Aucune information relative à une LOM n’est signalée aux autres routeurs du réseau.

Une LOM est configurable sur chaque liaison et pour chaque type de classe. La LOM par classe vous permet d’augmenter ou de diminuer le taux de surabonnement. La LOM par classe est prise en compte dans l’ensemble de la bande passante locale pour le contrôle des admissions et la publicité IGP de bande passante non réservée.

Le calcul de la LOM est lié au modèle de bande passante (MAM, MAM étendue et poupées russes) utilisé, car l’effet du surabonnement pour tous les types de classes doit être comptabilisé avec précision.

Remarque :

Tous les calculs LOM sont effectués par Junos OS et ne requièrent aucune intervention de l’utilisateur.

Les formules relatives au surabonnement des types de classes sont décrites dans les sections suivantes :

Configuration du pourcentage d’abonnement à la bande passante pour les LSP

Par défaut, le protocole RSVP permet d’utiliser toute la bande passante d’un type de classe (100 %) pour les réservations RSVP. Lorsque vous surabonnez un type de classe pour un LSP multiclasse, la demande agrégée de toutes les sessions RSVP peut dépasser la capacité réelle du type de classe.

Si vous souhaitez surabonnement ou sous-attribuer tous les types de classes sur une interface à l’aide du même pourcentage de bande passante, configurez le pourcentage à l’aide de l’instruction subscription :

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de l’énoncé.

Pour sous-attribuer ou surabonnement la bande passante pour chaque type de classe, configurez un pourcentage pour chaque type de classe (ct0, ct2ct1et , et ct3) pour l’instructionsubscription. Lorsque vous surabonnez un type de classe, une LOM est appliquée pour calculer la bande passante réelle réservée. Pour plus d’informations, reportez-vous à la section Classes Oversubscription et Local Oversubscription Multipliers .

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, reportez-vous à la section résumé de l’énoncé.

percentage est le pourcentage de bande passante de type classe que RSVP permet d’utiliser pour les réservations. Il peut représenter une valeur de 0 à 65 000 %. Si vous spécifiez une valeur supérieure à 100, vous surabondez l’interface ou le type de classe.

La valeur que vous configurez lorsque vous surabonnement un type de classe est un pourcentage de la bande passante de type de classe qui peut être effectivement utilisée. La valeur d’abonnement par défaut est de 100 %.

Vous pouvez utiliser l’instruction pour désactiver les subscription nouvelles sessions RSVP pour un ou plusieurs types de classes. Si vous configurez un pourcentage de 0, aucune nouvelle session (y compris celles n’ayant aucune demande de bande passante) n’est autorisée pour le type de classe.

Les sessions RSVP existantes ne sont pas affectées par la modification du facteur d’abonnement. Pour effacer une session existante, émettre la clear rsvp session commande. Pour plus d’informations sur la clear rsvp session commande, reportez-vous à l’interface de ligne de commande Explorer.

Contraintes liées à la configuration de l’abonnement à la bande passante

Attention aux problèmes suivants lors de la configuration de l’abonnement à la bande passante :

  • Si vous configurez les contraintes de bande passante au niveau de la [edit class-of-service interface interface-name] hiérarchie, elles remplacent toute configuration de bande passante que vous spécifiez au niveau de la [edit protocols rsvp interface interface-name bandwidth] hiérarchie pour Diffserv-TE. Notez également que les contraintes de bande passante CoS ou RSVP peuvent remplacer les contraintes de bande passante du matériel d’interface.

  • Si vous configurez une valeur d’abonnement à la bande passante pour une interface spécifique qui diffère de la valeur configurée pour toutes les interfaces (en incluant différentes valeurs pour l’instruction subscription aux [edit protocols rsvp interface interface-name] niveaux hiérarchiques [edit protocols rsvp interface all] ), la valeur spécifique de l’interface est utilisée pour cette interface.

  • Vous pouvez configurer l’abonnement pour chaque type de classe uniquement si vous configurez également un modèle de bande passante. Si aucun modèle de bande passante n’est configuré, l’opération de validation échoue avec le message d’erreur suivant :

  • Vous ne pouvez pas inclure l’instruction subscription à la fois dans la configuration d’un type de classe spécifique et dans la configuration pour l’ensemble de l’interface. L’opération de validation échoue avec le message d’erreur suivant :

Tableau de l'historique des versions
Version
Description
14.1R9
À partir des versions 14.1R9, 15.1R7, 16.1R5, 16.1X2, 16.2R3 et 17.2R2 de Junos OS, tous les échantillons de bande passante de valeur zéro sont considérés comme des échantillons de bande passante inférieure, à l’exception des échantillons de valeur zéro qui arrivent après le lancement d’un LSP pour la première fois, et des échantillons de valeur zéro qui arrivent après le basculement d’un moteur de routage.