Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Configuration LSP primaire, secondaire et statique

Configuration des LSP primaires et secondaires

Par défaut, un LSP se dirige vers le routeur sortant. Le LSP a tendance à suivre le chemin le plus court, comme le dicte la table de routage locale, en prenant généralement le même chemin que le trafic basé sur la destination et le meilleur effort. Ces chemins sont par nature « mous » car ils se réacheminent automatiquement chaque fois qu’une modification survient dans une table de routage ou dans l’état d’un nœud ou d’une liaison.

Pour configurer le chemin afin qu’il suive une route particulière, créez un chemin nommé à l’aide de l’instruction path , comme décrit dans Création de chemins nommés. Ensuite, appliquez le chemin nommé en incluant l’instruction primary ou secondary . Un chemin nommé peut être référencé par n’importe quel nombre de LSP.

Pour configurer des chemins primaires et secondaires pour un LSP, suivez les étapes des sections suivantes :

Configuration des chemins primaires et secondaires pour un LSP

L’instruction primary crée le chemin principal, qui est le chemin préféré du LSP. L’instruction secondary crée un chemin alternatif. Si le chemin principal ne peut plus atteindre le routeur de sortie, le chemin alternatif est utilisé.

Pour configurer les chemins primaires et secondaires, incluez les primary déclarations et secondary :

Vous pouvez inclure ces instructions aux niveaux hiérarchiques suivants :

Lorsque le logiciel passe du chemin primaire à un chemin secondaire, il tente continuellement de revenir au chemin principal, puis de revenir à celui-ci lorsqu’il est à nouveau accessible, mais pas plus tôt que le temps spécifié dans l’instruction revert-timer . (Pour plus d’informations, voir Configuration de la connexion entre les routeurs entrants et sortants.)

Vous pouvez configurer zéro ou un chemin principal. Si vous ne configurez pas de chemin principal, le premier chemin secondaire établi est sélectionné comme chemin.

Vous pouvez configurer un ou plusieurs chemins secondaires. Tous les chemins secondaires sont égaux. Le logiciel ne tente pas de basculer entre des chemins secondaires. Si le chemin secondaire actuel n’est pas disponible, le prochain n’est essayé dans aucun ordre particulier. Pour créer un ensemble de chemins égaux, spécifiez des chemins secondaires sans spécifier de chemin principal.

Si vous ne spécifiez aucun chemin nommé ou si le chemin que vous spécifiez est vide, le logiciel prend toutes les décisions de routage nécessaires pour atteindre le routeur de sortie.

Configuration du délai de retour pour les LSP

Pour les LSP configurés avec des chemins primaires et secondaires, il est possible de configurer le timer de retour. Si un chemin principal tombe en panne et que le trafic est transféré vers le chemin secondaire, le timer de retour spécifie le temps (en secondes) que le LSP doit attendre avant de pouvoir revenir au trafic vers un chemin principal. Si, pendant ce temps, le chemin principal rencontre des problèmes de connectivité ou de stabilité, le timer est redémarré. Vous pouvez configurer le timer de retour pour les LSP statiques et dynamiques.

Junos OS détermine également quel chemin est le chemin préféré. Le chemin préféré est le chemin qui n’a rencontré aucune difficulté au cours de la dernière période de retour. Si les chemins primaires et secondaires ont rencontré des difficultés, aucun des deux chemins n’est considéré comme préféré. Toutefois, si l’un des chemins est dynamique et l’autre statique, le chemin dynamique est sélectionné comme chemin préféré.

Si vous avez configuré BFD sur le LSP, Junos OS attend que la session BFD arrive sur le chemin principal avant de démarrer le compteur de compteur de retour.

La plage de valeurs que vous pouvez configurer pour le timer de retour est de 0 à 65 535 secondes. La valeur par défaut est de 60 secondes.

Si vous configurez une valeur de 0 seconde, le trafic sur le LSP, une fois passé du chemin principal au chemin secondaire, reste sur le chemin secondaire de manière permanente (jusqu’à ce que l’opérateur réseau intervienne ou jusqu’à ce que le chemin secondaire tombe en panne).

Vous pouvez configurer le délai de retour pour tous les LSP du routeur au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie ou pour un LSP spécifique au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name] hiérarchie.

Pour configurer le timer de retour, incluez l’énoncé revert-timer :

Pour obtenir une liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, consultez la section récapitulatif de cette déclaration.

Spécification des conditions de sélection des chemins

Lorsque vous avez configuré des chemins primaires et secondaires pour un LSP, vous devrez peut-être vous assurer que seul un chemin spécifique est utilisé.

L’instruction select est facultative. Si vous ne l’incluez pas, MPLS utilise un algorithme de sélection automatique des chemins.

Les manual options sont unconditional les suivantes :

  • manual— Le chemin est immédiatement sélectionné pour transporter le trafic tant qu’il est opérationnel et stable. Le trafic est envoyé vers d’autres chemins de travail si le chemin actuel est en panne ou dégradé (réception d’erreurs). Ce paramètre remplace tous les autres attributs de chemin, à l’exception de l’instruction select unconditional .

  • unconditional— Le chemin est sélectionné pour transporter le trafic sans condition, que le chemin soit actuellement en panne ou dégradé (réception d’erreurs). Ce paramètre remplace tous les autres attributs de chemin.

    Étant donné que l’option unconditional passe à un chemin sans tenir compte de son statut actuel, soyez conscient des conséquences potentielles suivantes de sa spécification :

    • Si un chemin n’est pas opérationnel lorsque vous activez l’option, le unconditional trafic peut être perturbé. Assurez-vous que le chemin est fonctionnel avant de spécifier l’option unconditional .

    • Une fois qu’un chemin est sélectionné parce que l’option unconditional est activée, tous les autres chemins pour le LSP sont progressivement dégagés, y compris les chemins principal et de réserve. Aucun chemin ne peut servir de réserve à un chemin inconditionnel, donc la signalisation de ces chemins ne sert à rien.

Pour un chemin spécifique, les options et unconditional s’excluent manual mutuellement. Vous pouvez inclure l’instruction select avec l’option manual dans la configuration d’un seul des chemins d’un LSP, et l’instruction select avec l’option unconditional dans la configuration d’un seul autre de ses chemins.

L’activation ou la désactivation des manual options et unconditional des options de l’instruction select pendant que les LSP et leurs chemins sont en place ne perturbe pas le trafic.

Pour spécifier qu’un chemin doit être sélectionné pour transporter le trafic s’il est opérationnel et stable pour au moins la fenêtre de retour du temps, incluez l’instruction select avec l’option manual :

Pour spécifier qu’un chemin doit toujours être sélectionné pour transporter le trafic, même s’il est actuellement en panne ou dégradé, incluez l’instruction select avec l’option unconditional :

Vous pouvez inclure l’instruction select aux niveaux hiérarchiques suivants :

Configurer un chemin principal

Suivez ces étapes pour configurer un chemin principal avec une liste ERO, une bande passante et une priorité. Reportez-vous pour Figure 1 voir comment l’exemple de configuration est lié à une topologie de réseau.

Figure 1 : Topologie du chemin principal Topologie du chemin principal
  1. En mode configuration, positionnez-vous au niveau hiérarchique protocols mpls :
  2. Configurez la liste ERO principale :
  3. Configurez le LSP :
  4. Configurez le chemin principal :
  5. Configurez la bande passante :
  6. Configurez la valeur de priorité :
  7. Affichez les modifications :

    Assurez-vous de valider les modifications une fois effectuées. Pour obtenir un exemple complet de LSP MPLS configurés pour prendre en charge un VPN de couche 3 basé sur MPLS, voir Example: Configure a Basic MPLS-Based Layer 3 VPN.

Configuration de la réserve à chaud des chemins secondaires pour les LSP

Par défaut, les chemins secondaires sont configurés uniquement en fonction des besoins. Pour que le système maintienne indéfiniment un chemin secondaire dans un état de réserve à chaud, incluez la standby déclaration :

Vous pouvez inclure cette déclaration aux niveaux hiérarchiques suivants :

L’état de réserve n’est significatif que sur les chemins secondaires. Le maintien d’un chemin en état de réserve permet de passer rapidement au chemin secondaire lorsque les routeurs en aval du chemin actif actuel signalent des problèmes de connectivité. Bien qu’il soit possible de configurer l’instruction standby au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name primary path-name] hiérarchie, elle n’a aucun effet sur le comportement du routeur.

Si vous configurez l’instruction standby aux niveaux hiérarchiques suivants, l’état de réserve est activé sur tous les chemins secondaires configurés sous ce niveau hiérarchique :

  • [edit protocols mpls]

  • [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls label-switched-path lsp-name]

L’état de réserve à chaud présente deux avantages :

  • Il élimine les retards de configuration des appels lors des changements de topologie du réseau. La configuration des appels peut souffrir d’importants retards lorsque des défaillances réseau déclenchent un grand nombre de reroutages LSP en même temps.

  • Un passage au chemin secondaire peut être effectué avant que le RSVP n’apprenne qu’un LSP est en panne. Il peut y avoir des retards importants entre le moment où la première défaillance est détectée par les machines de protocole (qui peut être une interface en panne, un voisin devenant inaccessible, un route devenant inaccessible ou une boucle de routage transitoire détectée) et le moment où un LSP tombe réellement en panne (ce qui nécessite un délai d’expiration d’informations d’état non contraignant entre les routeurs RSVP adjacents). En cas de défaillance de topologie, les chemins secondaires de réserve peuvent généralement obtenir les plus petits délais de coupure avec un minimum de perturbations du trafic utilisateur.

Lorsque le chemin principal est à nouveau considéré comme stable, le trafic est automatiquement transféré du chemin secondaire de réserve vers le chemin principal. Le commutateur n’est pas exécuté plus vite que deux fois l’intervalle de retry-timer et seulement si le chemin principal présente une stabilité tout au long de l’intervalle du commutateur.

L’inconvénient de l’état de réserve à chaud est que tous les routeurs du chemin doivent conserver davantage d’informations sur l’état, ce qui nécessite des frais de chacun des routeurs.

REMARQUE :

Lorsqu’il est affiché avec inet.3, le même LSP peut apparaître deux fois plus que le routage actif (principal et secondaire), même si le trafic est en fait transféré sur le chemin principal LSP uniquement. Il s’agit d’une sortie normale et reflète uniquement que le chemin de réserve secondaire est disponible.

Configuration des LSP statiques

Pour configurer des LSP statiques, configurez le routeur entrant et chaque routeur le long du chemin jusqu’à l’avant-dernier routeur.

Pour configurer un MPLS statique, effectuez les tâches suivantes :

Configuration du routeur entrant pour les LSP statiques

Le routeur entrant vérifie l’adresse IP dans le champ d’adresse de destination du paquet entrant et, s’il trouve une correspondance dans la table de routage, applique le label associé à cette adresse aux paquets. Le label est associé à des informations de transfert, notamment l’adresse du routeur de saut suivant, les préférences de route et les valeurs de CoS.

Pour configurer des LSP statiques sur le routeur entrant, incluez l’énoncé ingress :

Vous pouvez inclure ces instructions aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls static-label-switched-path static-lsp-name]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls static-label-switched-path static-lsp-name]

Lorsque vous configurez un LSP statique sur le routeur entrant, le next-hop, pushet to les instructions sont requis ; les autres instructions sont facultatives.

La configuration d’un LSP statique sur le routeur entrant comprend les éléments suivants :

  • Critères d’analyse d’un paquet entrant :

    • L’instruction install crée un LSP qui gère les paquets IPv4. Toutes les routes MPLS statiques créées à l’aide de l’instruction install sont installées dans la table de routage inet.3, et le protocole de création est identifié comme mpls. Ce processus n’est pas différent de la création de routes IPv4 statiques au niveau de la [edit routing-options static] hiérarchie.

    • Dans l’instruction to , vous configurez l’adresse IP de destination pour vérifier lorsque les paquets entrants sont analysés. Si l’adresse correspond, le label sortant (push out-label) spécifié est assigné au paquet et le paquet entre dans un LSP. Les labels sortants assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 0 à 1 048 575. Cette adresse IP est installée dans la table inet.3 (par défaut) par le protocole mpls.

  • L’instruction next-hop , qui fournit l’adresse IP du saut suivant jusqu’à la destination. Vous pouvez spécifier l’adresse IP du saut suivant, le nom de l’interface (pour les interfaces point à point uniquement) ou une address/interface-name adresse IP sur une interface opérationnelle. Lorsque le saut suivant est sur une interface directement reliée, le routage est installé dans la table de routage. Vous ne pouvez pas configurer une interface LAN ou multiaccess sans diffusion (NBMA) en tant qu’interface de saut suivant.

  • Propriétés à appliquer au LSP (toutes sont facultatives) :

Pour déterminer si un chemin d’entrée statique est installé, utilisez la commande show route table inet.0 protocol static. Vous pouvez également voir le routage dans le tableau inet.3. L’exemple de sortie utilise la commande show route 10.1.45.2 pour afficher les tables inet.0 et inet.3. Le Push mot-clé indique qu’un label doit être ajouté devant un paquet IP.

Exemple : Configuration du routeur entrant

Configurez le routeur entrant pour un LSP statique composé de quatre routeurs (voir Figure 2).

Figure 2 : Configuration MPLS statique Configuration MPLS statique
REMARQUE :

Cet exemple ne couvre pas les configurations R1 et R5. R1 et R5 ont une configuration d’interface et un routage statique pour atteindre les autres routeurs.

Pour les paquets adressés à 10.1.45.2, attribuez des étiquettes 1000123 et les transmettez au routeur du saut suivant à l’adresse 10.1.23.2:

Pour déterminer si le chemin d’entrée statique est installé, utilisez la commande show route 10.1.45.2.

L’exemple de sortie montre que le Push 1000123 mot-clé identifie la route.

Configuration des routeurs transit et avant-dernier pour les LSP statiques

Les routeurs de transit et l’avant-dernier routeur exécutent des fonctions similaires: ils modifient le label qui a été appliqué à un paquet. Un routeur de transit peut changer l’étiquette. Un avant-dernier routeur retire le label et continue de transférer le paquet vers sa destination.

Pour configurer des LSP statiques sur les routeurs de transit et l’avant-dernier routeur, incluez la transit déclaration :

Vous pouvez inclure ces instructions aux niveaux hiérarchiques suivants :

  • [edit protocols mpls static-label-switched-path static-lsp-name]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls static-label-switched-path static-lsp-name]

Pour la transit configuration de l’instruction, les next-hop instructions et pop | swap sont requises. Les autres déclarations sont facultatives.

Chaque déclaration se transit compose des éléments suivants :

  • Étiquette de paquet (spécifiée dans l’instruction transit )

  • L’instruction next-hop , qui fournit l’adresse IP du saut suivant jusqu’à la destination. L’adresse est spécifiée en tant qu’adresse IP du saut suivant, ou le nom de l’interface (pour les interfaces point à point uniquement), ou addressinterface-name pour spécifier une adresse IP sur une interface opérationnelle. Lorsque le saut suivant spécifié est sur une interface directement reliée, ce routage est installé dans la table de routage. Vous ne pouvez pas configurer une interface LAN ou NBMA en tant qu’interface de saut suivant.

  • Opération à effectuer sur le paquet étiqueté :

    • Pour l’avant-dernier routeur, il suffit généralement de supprimer le label du paquet (pop) et de continuer à le transférer vers le saut suivant. Toutefois, si le routeur précédent avait supprimé le label, le routeur sortant examine l’en-tête IP du paquet et transfère le paquet vers sa destination IP.

    • Pour les routeurs de transit uniquement, échangez le label par un autre label (swap out-label). Les labels entrants assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 1 000 000 à 1 048 575. Les labels sortants assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 0 à 1 048 575.

  • Propriétés de label à appliquer au paquet (toutes sont facultatives) :

    • Bande passante réservée à ce routage (bandwidth bps).

    • Protection des liaisons et protection des nœuds à appliquer au LSP (bypass bypass-name, link-protection bypass-name name, node-protection bypass-name next-next-label label).

    • Description texte à appliquer au LSP (spécifié dans l’énoncé description ).

Les routes sont installées dans la table de routage MPLS par défaut, mpls.0, et le protocole de création est identifié comme MPLS. Pour vérifier qu’un routage est correctement installé, utilisez la commande show route table mpls.0. Voici l’exemple de sortie :

Vous pouvez configurer un timer de retour pour un LSP statique transitant par un routeur de transit. Une fois que le trafic a été passé à un LSP statique de contournement, il est généralement revenir au LSP statique principal lorsqu’il revient. Il existe un délai configurable (appelé timer de retour) entre le moment où le LSP statique principal apparaît et le retour du trafic à partir du LSP statique de contournement. Ce délai est nécessaire car lorsque le LSP principal revient, il n’est pas certain que toutes les interfaces sur le nœud en aval du chemin principal aient encore été activées. Vous pouvez afficher la valeur du compteur de retour pour une interface à l’aide de la show mpls interface detail commande.

Exemple : Configuration d’un routeur de transit

Pour les paquets étiquetés 1000123 arrivant sur l’interface ge-0/0/0, attribuez le label 1000456, et transmettez-les au routeur du saut suivant à :10.1.34.2

Pour déterminer si le routage est installé, utilisez la commande show route table mpls.0.

Voici l’exemple de sortie. Le Swap 1000456 mot-clé identifie le routage.

Exemple : Configuration d’un routeur avant-dernier

Pour les paquets étiquetés 1000456 arrivant sur l’interface ge-0/0/1, retirez le label et transmettez les paquets au routeur next-hop à l’adresse 10.1.45.2:

Pour déterminer si le routage est installé, utilisez la commande show route table mpls.0.

Voici l’exemple de sortie. Le Pop mot-clé identifie le routage.

Pour vérifier l’accessibilité de bout en bout et vérifier que le trafic utilise le LSP, utilisez la commande traceroute 10.1.45.2 sur R1.

Configuration d’un LSP de contournement pour le LSP statique

Pour activer un contournement LSP pour le LSP statique, configurez l’instruction bypass :

Configuration du timer de retour de protection pour les LSP statiques

Pour les LSP statiques configurés avec un LSP statique de contournement, il est possible de configurer le timer de retour de protection. Si un LSP statique tombe en panne et que le trafic est passé au LSP de contournement, le timer de retour de protection spécifie le temps (en secondes) que le LSP doit attendre avant de pouvoir revenir au LSP statique d’origine.

La plage de valeurs que vous pouvez configurer pour le timer de retour de protection est de 0 à 65 535 secondes. La valeur par défaut est de 5 secondes.

Si vous configurez une valeur de 0 seconde, le trafic sur le LSP, une fois passé du LSP statique d’origine au LSP statique de contournement, reste sur le LSP de contournement statique de manière permanente (jusqu’à ce que l’opérateur réseau intervienne ou jusqu’à ce que le LSP de contournement tombe en panne).

Vous pouvez configurer le timer de retour de protection pour tous les LSP dynamiques du routeur au niveau de la [edit protocols mpls] hiérarchie ou pour un LSP spécifique au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name] hiérarchie.

Pour configurer le timer de retour de protection pour les LSP statiques, incluez l’énoncé protection-revert-time :

Pour obtenir une liste des niveaux hiérarchiques auxquels vous pouvez inclure cette déclaration, consultez la section récapitulatif de cette déclaration.

Configuration de routes unicast statiques pour les LSP point à multipoint

Vous pouvez configurer un routage IP unicast statique avec un LSP point à multipoint comme saut suivant. Pour plus d’informations sur les LSP point à multipoint, consultez la présentation des LSP point à multipoint, la configuration des LSP principaux et des sites distants pour les LSP point à multipoint et la configuration de la commutation CCC pour les LSP point à multipoint.

Pour configurer un routage unicast statique pour un LSP point à multipoint, procédez comme suit :

  1. Sur le routeur PE entrant, configurez un routage unicast IP statique avec le nom LSP point à multipoint comme saut suivant en incluant l’énoncé p2mp-lsp-next-hop :

    Vous pouvez inclure cette déclaration aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit routing-options static route route-name]

    • [edit logical-systems logical-system-name routing-options static route route-name]

  2. Sur le routeur PE sortant, configurez un routage unicast IP statique avec la même adresse de destination configurée à l’étape 1 (l’adresse configurée au niveau de la [edit routing-options static route] hiérarchie) en incluant l’énoncé next-hop :

    Vous pouvez inclure cette déclaration aux niveaux hiérarchiques suivants :

    • [edit routing-options static route route-name]

    • [edit logical-systems logical-system-name routing-options static route route-name]

    REMARQUE :

    Les routes CCC et statiques ne peuvent pas utiliser le même LSP point à multipoint.

Pour plus d’informations sur les routes statiques, consultez la bibliothèque de protocoles de routage Junos OS pour les équipements de routage.

La sortie de commande suivante show route affiche un routage statique unicast pointant vers un LSP point à multipoint sur le routeur PE entrant où le LSP dispose de deux sauts suivants :

Configuration des chemins de commutation d’étiquettes statiques pour MPLS (procédure CLI)

La configuration des chemins statiques de commutation d’étiquettes (LSP) pour MPLS est similaire à la configuration de routes statiques sur des commutateurs individuels. Comme pour les routes statiques, il n’y a pas de rapports d’erreurs, de détection de livelines ou de rapports de statistiques.

Pour configurer des LSP statiques, configurez le commutateur entrant et chaque commutateur fournisseur sur le chemin jusqu’au commutateur sortant, y compris.

Pour le commutateur entrant, configurez les paquets à baliser (en fonction de l’adresse IP de destination du paquet), configurez le commutateur suivant dans le LSP et la balise à appliquer au paquet. Les labels assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 0 à 1 048 575. Vous pouvez éventuellement appliquer les préférences, les valeurs de classe de service (CoS), la protection des nœuds et la protection des liaisons aux paquets.

Pour les commutateurs de transit dans le chemin, configurez le commutateur suivant dans le chemin et la balise à appliquer au paquet. Les labels assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 1 000 000 à 1 048 575. Vous pouvez éventuellement appliquer une protection des nœuds et des liaisons aux paquets.

Pour le commutateur sortant, il suffit généralement d’enlever le label et de continuer à transférer le paquet vers la destination IP. Toutefois, si le commutateur précédent a supprimé le label, le commutateur sortant examine l’en-tête IP du paquet et transfère le paquet vers sa destination IP.

Avant de configurer un LSP, vous devez configurer les composants de base d’un réseau MPLS :

Cette rubrique explique comment configurer un commutateur PE entrant, un ou plusieurs commutateurs fournisseur et un commutateur PE sortant pour un LSP statique :

Configuration du commutateur PE entrant

Pour configurer le commutateur PE entrant :

  1. Configurez une adresse IP pour les interfaces centrales :
  2. Configurez le nom et le débit de trafic associé au LSP :
  3. Configurez le commutateur de saut suivant pour le LSP :
  4. Activez la protection des liaisons sur le LSP statique spécifié :
  5. Spécifiez l’adresse du commutateur sortant pour le LSP :
  6. Configurez le nouveau label que vous souhaitez ajouter au sommet de la pile de labels :
  7. Vous pouvez également configurer l’adresse du saut suivant et l’adresse de routeur de sortie que vous souhaitez contourner pour le LSP statique :

Configuration du fournisseur et du commutateur PE sortant

Pour configurer un LSP statique pour MPLS sur le commutateur de périphérie fournisseur et sortant :

  1. Configurer un LSP statique de transit :
  2. Configurez le commutateur de saut suivant pour le LSP :
  3. Pour les commutateurs fournisseurs uniquement, retirez le label en haut de la pile de labels et remplacez-le par le label spécifié :
  4. Uniquement pour le commutateur sortant de périphérie du fournisseur, retirez le label en haut de la pile de labels :
    REMARQUE :

    S’il y a un autre label dans la pile, ce label devient le label en haut de la pile de labels. Sinon, le paquet est transféré en tant que paquet de protocole natif (généralement, en tant que paquet IP).

Configuration des chemins de commutation d’étiquettes statiques pour MPLS

La configuration des chemins statiques de commutation d’étiquettes (LSP) pour MPLS est similaire à la configuration de routes statiques sur des commutateurs individuels. Comme pour les routes statiques, il n’y a pas de rapports d’erreurs, de détection de livelines ou de rapports de statistiques.

Pour configurer les LSP statiques, configurez le commutateur PE entrant et chaque commutateur fournisseur sur le chemin jusqu’au commutateur PE sortant inclus.

Pour le commutateur PE entrant, configurez les paquets à baliser (en fonction de l’adresse IP de destination du paquet), configurez le commutateur suivant dans le LSP et la balise à appliquer au paquet. Les labels assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 0 à 1 048 575.

Pour les commutateurs de transit dans le chemin, configurez le commutateur suivant dans le chemin et la balise à appliquer au paquet. Les labels assignés manuellement peuvent avoir des valeurs allant de 1 000 000 à 1 048 575.

Le commutateur PE sortant retire le label et transfère le paquet vers la destination IP. Toutefois, si le commutateur précédent a supprimé le label, le commutateur sortant examine l’en-tête IP du paquet et transfère le paquet vers sa destination IP.

Avant de configurer un LSP statique, vous devez configurer les composants de base d’un réseau MPLS :

Cette rubrique explique comment configurer un commutateur PE entrant, un ou plusieurs commutateurs fournisseur et un commutateur PE sortant pour un LSP statique :

Configuration du commutateur PE entrant

Pour configurer le commutateur PE entrant :

  1. Configurez une adresse IP pour chaque interface centrale :
    REMARQUE :

    Vous ne pouvez pas utiliser d’interfaces VLAN routés (IRV) ou de sous-interfaces de couche 3 comme interfaces centrales.

  2. Configurez le nom associé au LSP statique :
  3. Configurez le commutateur de saut suivant pour le LSP :
  4. Spécifiez l’adresse du commutateur sortant pour le LSP :
  5. Configurez le nouveau label que vous souhaitez ajouter au sommet de la pile de labels :

Configuration du fournisseur et du commutateur PE sortant

Pour configurer un LSP statique pour MPLS sur le commutateur PE fournisseur et sortant :

  1. Configurer un LSP statique de transit :
  2. Configurez le commutateur de saut suivant pour le LSP :
  3. Pour les commutateurs fournisseurs uniquement, retirez le label en haut de la pile de labels et remplacez-le par le label spécifié :
  4. Uniquement pour le commutateur PE sortant, retirez le label en haut de la pile de labels :
    REMARQUE :

    S’il y a un autre label dans la pile, ce label devient le label en haut de la pile de labels. Sinon, le paquet est transféré en tant que paquet de protocole natif (généralement, en tant que paquet IP).