Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Routeurs LSP

Routeurs dans un LSP

Chaque routeur d’un LSP exécute l’une des fonctions suivantes:

  • Routeur d’entrée: le routeur au début d’un LSP. Ce routeur encapsule les paquets IP à l’MPLS trame de couche 2 et les route au routeur suivant du chemin. Chaque LSP ne peut avoir qu’un seul routeur d’entrée.

  • Routeur de sortie: le routeur à la fin d’un LSP. Ce routeur retire l’encapsulation MPLS, le transformant ainsi d’un paquet MPLS en paquet IP et le routeur vers sa destination finale à l’aide des informations de la table de commutation IP. Chaque LSP ne peut avoir qu’un seul routeur de sortie. Les routeurs d’entrée et de sortie d’un LSP ne peuvent pas être les mêmes.

  • Routeur de transit: tout routeur intermédiaire dans le LSP entre les routeurs d’entrée et de sortie. Un routeur de transit est MPLS paquets vers le routeur suivant sur MPLS chemin. Un LSP peut contenir un nombre maximal de routeurs de transit, jusqu’à 253 routeurs de transit dans un seul et même LSP.

Un seul routeur peut faire partie de plusieurs LSP. Il peut s’agit du routeur d’entrée ou de sortie pour un ou plusieurs LSP, et d’un routeur de transit dans un ou plusieurs LSP. Les fonctions que prend en charge chaque routeur dépendent de la conception de votre réseau.

Configuration des adresses du routeur d’entrée et de sortie pour les LSP

Les sections suivantes décrivent comment spécifier les adresses des routeurs d’entrée et de sortie d’un LSP:

Configuration de l’adresse du routeur d’entrée pour les LSP

Le routeur local est toujours considéré comme le routeur d’entrée, qui constitue le début du LSP. Le logiciel détermine automatiquement l’interface sortante et l’adresse IP adéquate à utiliser pour atteindre le routeur suivant dans un LSP.

Par défaut, l’ID du routeur est choisi comme adresse du routeur d’entrée. Pour remplacer la sélection automatique de l’adresse source, spécifiez une adresse source dans from l’énoncé:

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

L’interface sortante utilisée par le LSP n’est pas affectée par l’adresse source que vous configurez.

Configuration de l’adresse du routeur de sortie pour les LSP

Lors de la configuration d’un LSP, vous devez spécifier l’adresse du routeur de sortie en incluant to l’instruction:

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

Lorsque vous paramètrez un LSP signalé, il to s’agit de la seule instruction requise. Toutes les autres déclarations sont facultatives.

Une fois le LSP établi, l’adresse du routeur de sortie est installée en tant que routeur hôte dans la table de routage. Cette route peut ensuite être utilisée par BGP pour le trafic.

Pour que le logiciel envoie BGP trafic sur un LSP, l’adresse du routeur de sortie est la même que l’adresse du saut suivant BGP saut suivant. Vous pouvez spécifier l’adresse du routeur de sortie comme n’importe quelle adresse d’interface du routeur ou comme ID BGP routeur. Si vous spécifiez une autre adresse, même si elle se trouve sur le même routeur, BGP trafic n’est pas envoyé sur le LSP.

Pour déterminer l’adresse du pare-BGP saut suivant, utilisez la show route detail commande. Pour déterminer l’adresse de destination d’un LSP, utilisez la show mpls lsp commande. Pour déterminer si une route a passé par un LSP, utilisez la show route ou la show route forwarding-table commande. Dans la sortie de ces deux dernières commandes, le ou les mots-clés inclus dans la route indiquent qu’il est passé label-switched-pathpush par un LSP. Utilisez également la commande traceroute pour tracer le chemin réel vers lequel le routeur mène. C’est un autre signe qui indique si une route est passée par un LSP.

Vous pouvez également manipuler l’adresse du saut suivant BGP saut suivant en définissant un filtre de stratégie d’importation BGP qui définit l’adresse du saut suivant de la route.

Prévention de l’ajout d’adresses de routeur de sortie aux tables de routage

Vous devez configurer une adresse à l’aide de to l’instruction de tous les LSP. Cette adresse est toujours installée en tant que préfixe dans les tables de /32 routage inet.3 ou inet.0. Vous pouvez empêcher l’adresse du routeur de sortie configurée à l’aide de l’instruction d’être ajoutée aux tables de to routage inet.3 et inet.0 en incluant no-install-to-address l’instruction.

Voici quelques raisons de ne pas installer l’adresse d’instruction dans les tables de to routage inet.3 et inet.0:

  • Permettre aux LSP RSVP (Constrained Shortest Path First) d’être matés au trafic destiné aux adresses de bouclé secondaire. Si vous configurez un tunnel RSVP, y compris l’instruction, puis configurez une stratégie no-install-to-address ultérieurement, vous pouvez: install pfx/ <active>

    • Vérifiez que le LSP a été correctement installé sans impact sur le trafic.

    • Mappé le trafic au LSP par étapes incrémentielles.

    • Mappage du trafic vers l’adresse de bouclnage de destination (BGP saut suivant) en supprimant l’instruction une fois le no-install-to-address dépannage terminé.

  • Empêchez les connexions CCC de perdre le trafic IP. Lorsqu’un LSP détermine qu’elle n’appartient pas à une connexion, il installe l’adresse spécifiée avec l’instruction dans la table de to routage inet.3. Le trafic IP est ensuite transmis au point d’extrémité distant CCC, ce qui peut entraîner la panne de certains types de PIC.

Pour empêcher l’adresse du routeur de sortie configurée à l’aide de l’instruction d’être ajoutée aux tables de to routage inet.3 et inet.0, inclure no-install-to-address l’instruction:

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

Configuration du routeur d’entrée pour MPLS LSP à signalisation directe

MPLS chemins de commuté d’étiquettes (LSP) à signaux spécifiques s’exécutent depuis un routeur d’entrée spécifique vers un routeur de sortie spécifique. Pour une MPLS LSP de base, vous devez configurer le routeur d’entrée, mais vous n’avez pas à configurer d’autres routeurs.

Pour configurer les LSP signalés, exécutez les tâches suivantes sur le routeur d’entrée:

Création de chemins nommés

Pour configurer les LSP signalés, vous devez d’abord créer un ou plusieurs chemins nommés sur le routeur d’entrée. Pour chaque chemin, vous pouvez spécifier certains ou tous les routeurs de transit du chemin, ou le laisser vide.

Chaque cheminname peut contenir jusqu’à 32 caractères et inclure des lettres, des chiffres, des périodes et des traits d’union. Le nom doit être unique dans le routeur d’entrée. Une fois un chemin nommé créé, vous pouvez utiliser le chemin nommé avec l’ou l’instruction pour configurer les LSP au niveau primarysecondary[edit protocols mpls label-switched-path label-path-name] hiérarchique. Vous pouvez spécifier le même chemin nommé sur un certain nombre de LSP.

Pour déterminer si un LSP est associé au chemin principal ou secondaire dans une session RSVP, émettre la show rsvp session detail commande.

Pour créer un chemin vide, créez un chemin nommé en incluant la forme de path l’instruction suivante. Cette forme d’instruction est vide, ce qui signifie que tout chemin entre les routeurs d’entrée et de sortie est path accepté. En réalité, le chemin utilisé est généralement le même que celui suivi par le trafic basé sur la destination, le meilleur effort.

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

Pour créer un chemin dans lequel vous spécifiez certains ou tous les routeurs de transit du chemin, inclure le formulaire suivant de l’énoncé, en spécifiant une adresse pour path chaque routeur de transit:

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

  • [edit protocols mpls]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols mpls]

Dans cette forme path d’énoncé, vous spécifiez une ou plusieurs adresses de routeur de transit. La spécification des routeurs d’entrée ou de sortie est facultative. Vous pouvez spécifier l’adresse ou le nom d’hôte de chaque routeur de transit, même si vous n’avez pas besoin de lister chaque routeur de transit si son type est loose . Indiquez les adresses dans l’ordre, en commençant par le routeur d’entrée (facultatif) ou le premier routeur de transit, et continuer de façon séquentielle sur le chemin jusqu’au routeur de sortie (facultatif) ou le routeur immédiatement avant le routeur de sortie. Vous devez spécifier une seule adresse par saut de routeur. Si vous spécifiez plusieurs adresses pour le même routeur, seule la première adresse est utilisée ; les adresses supplémentaires sont ignorées et tronquées.

Pour chaque adresse de routeur, spécifiez le type, qui peut faire partie des adresses suivantes:

  • strict—(Par défaut) Le routeur pris depuis le routeur précédent vers ce routeur est un chemin direct et ne peut pas inclure d’autres routeurs. Si une adresse est une interface, ce routeur garantit également que l’interface entrante address est celle indiquée. Il est important de s’assurer que l’interface entrante est celle indiquée lorsqu’il existe des liaisons parallèles entre le routeur précédent et ce routeur. Elle garantit également l’application du routage par liaison.

    Pour des adresses strictes, vous devez vous assurer que le routeur qui précède immédiatement le routeur que vous configurez dispose d’une connexion directe à ce routeur. L’adresse peut être une adresse d’interface de bouclation, auquel cas l’interface entrante n’est pas vérifiée.

  • loose— Le routeur précédent n’a pas besoin d’être un chemin direct, peut inclure d’autres routeurs et peut être reçu sur n’importe quelle interface. Cette adresse peut être n’importe quelle adresse d’interface ou l’adresse de l’interface de bouclation.

Exemples: Création de chemins nommés

Configurez un chemin, pour spécifier le chemin strict complet entre les routeurs d’entrée et de sortie via to-hastings , et dans cet 14.1.1.113.1.1.112.1.1.111.1.1.1 ordre. Il ne peut y avoir de routeur intermédiaire, à l’exception de celui indiqué. Toutefois, il peut y avoir des routeurs intermédiaires entre le routeur de sortie et le routeur de sortie, car ce routeur de sortie n’est pas spécifiquement répertorié dans 11.1.1.1path l’énoncé. Pour éviter les routeurs intermédiaires avant leur sortie, configurez le routeur de sortie comme dernier routeur, avec un strict type.

Créez un alt-hastings chemin, afin d’autoriser un nombre quelconque de routeurs intermédiaires entre les routeurs 14.1.1.1 et 11.1.1.1 . En outre, les routeurs intermédiaires sont autorisés entre le routeur de sortie et 11.1.1.1 le routeur de sortie.

Configuration de chemins de secours alternatifs à l’aide de Fate Sharing

Vous pouvez créer une base de données d’informations que CSPF (Constrained Shortest Path First) utilise pour calcul un ou plusieurs chemins de secours si le chemin principal devient instable. La base de données décrit les relations entre les éléments du réseau, tels que les routeurs et les liaisons. Parce que ces éléments réseau partagent le même sort, cette relation s’appelle le Fate Sharing.

Vous pouvez configurer autant que possible des chemins de secours qui limitent autant que possible le nombre de liaisons partagées et de chemins fibre avec les chemins principaux afin de s’assurer que, si une fibre est coupée, la quantité minimale de données est perdue et qu’un chemin existe toujours vers la destination.

Pour un fonctionnement optimal d’un chemin de secours, il ne doit pas partager de liaisons ou de chemins de fibre physique avec le chemin principal. Ceci garantit qu’un seul point de défaillance n’affectera pas les chemins principaux et de secours en même temps.

Les sections suivantes décrivent comment configurer le fate sharing et son impact sur CSPF, et fournissent un exemple de configuration fate sharing:

Configuring Fate Sharing

Pour configurer le fate sharing, inclure fate-sharing l’instruction:

Pour obtenir la liste des niveaux hiérarchiques à partir duquel vous pouvez inclure cette instruction, consultez la section de résumé de l’énoncé pour cette instruction.

Chaque groupe fate-sharing doit comporter un nom qui peut contenir des lettres, des chiffres, des périodes (.) et des traits d’union (-) de 32 caractères. Vous pouvez définir jusqu’à 512 groupes.

Les groupes fate-sharing contiennent trois types d’objets:

  • Liaisons point à point: identifiées par les adresses IP à chaque extrémité de la liaison. Les liaisons point à point non répertoriées sont généralement identifiées par des adresses IP désordées d’autres interfaces. La commande n’a pas d’importance. from 1.2.3.4 to 1.2.3.5 et from 1.2.3.5 to 1.2.3.4 ont la même signification.

  • Liaisons non point à point: incluent des liens sur une interface LAN (telles que des interfaces Gigabit Ethernet) ou des interfaces multiaccess non-broadcast (NBMA) (telles que le mode de transfert asynchrone [ATM] ou le relais de trames). Vous identifiez ces liens par leur adresse d’interface individuelle. Par exemple, si l’interface LAN est reliée à quatre routeurs, chaque liaison de 192.168.200.0/24 routeur est identifiée individuellement:

    Vous pouvez énumérer les adresses dans n’importe quel ordre.

  • Un nœud de routeur: identifié par son ID de routeur configuré.

Tous les objets d’un groupe partagent certaines similarités. Par exemple, vous pouvez définir un groupe pour toutes les fibres qui partagent la même fibre, tous les canaux optiques qui partagent la même fibre, toutes les liaisons qui se connectent au même commutateur LAN, tous les équipements qui partagent la même source d’alimentation, etc. Tous les objets sont traités comme /32 adresses hôtes.

Pour qu’un groupe soit significatif, il doit contenir au moins deux objets. Vous pouvez configurer des groupes avec un ou plusieurs objets. ces groupes sont ignorés pendant le traitement.

Un objet peut être dans n’importe quel groupe et un groupe peut contenir un certain nombre d’objets. Chaque groupe présente un coût configurable, qui représente le niveau d’impact de ce groupe sur les calculs CSPF. Plus ce coût est élevé, moins un chemin de secours est susceptible de partager avec le chemin principal tous les objets du groupe. Le coût est directement comparable aux mesures des ingénieries de trafic. Par défaut, le coût est 1. La modification de la base de données fate-sharing n’affecte pas les LSP établis jusqu’à la prochaine reoptimisation de CSPF. La base de données fate-sharing influence les calculs de reroutation rapide.

Implications pour CSPF

Lorsque CSPF calcule les chemins principaux d’un LSP (ou chemins secondaires lorsque le chemin principal n’est pas actif), il ignore le fate-sharing des informations. Vous devez toujours trouver le meilleur chemin possible (le moins IGP coûts) pour le chemin principal.

Lorsque CSPF calcule un chemin secondaire alors que le chemin principal (du même LSP) est actif, les actions suivantes sont les suivantes:

  1. Le CSPF identifie tous les groupes fate-sharing associés à la voie principale. Pour ce faire, CSPF identifie tous les liens et les nodes que le chemin principal traverse et compilant des listes de groupes contenant au moins l’un des liens ou des nodes. CSPF ignore les nodes d’entrée et de sortie dans la recherche.

  2. CSPF vérifie chaque lien de la base de données des ingénieries de trafic sur la liste de groupe compilée. Si la liaison est membre d’un groupe, le coût de cette liaison est augmenté par celui du groupe. Si une liaison est membre de plusieurs groupes, tous les coûts du groupe sont ajoutés.

  3. CSPF effectue la vérification de chaque nœud de la base de données des ingénieries de trafic, à l’exception des nœuds d’entrée et de sortie. Un nœud peut appartenir à plusieurs groupes, ce qui fait que les coûts sont insévants.

  4. Le routeur effectue des calculs CSPF réguliers avec la topologie modifiée.

Implications pour CSPF lors du fate sharing avec les LSP de contournement

Lorsque le fate sharing est activé avec une protection des liaisons ou une protection de nœuds, CSPF fonctionne comme suit lors du calcul du chemin de contournement du chemin LSP:

  • Le CSPF identifie les groupes fate-sharing associés au chemin LSP principal. Pour ce faire, CSPF identifie la liaison en aval immédiate et les nodes en aval immédiats que la dérivation tente de protéger. CSPF compile des listes de groupe qui contiennent la liaison en aval immédiate et des nodes en aval immédiats.

  • CSPF vérifie chaque lien (du nœud d’entrée au nœud immédiat en aval) de la base de données des ingénieries de trafic par rapport à la liste de groupe compilée. Si la liaison est membre d’un groupe, le coût de cette liaison est augmenté par celui du groupe.

  • Le CSPF identifie la liaison en aval qui n’est pas sur le chemin à partage.

Ce calcul empêche les dérivations d’utiliser la même liaison physique que le chemin LSP principal lorsque des alternatives viables sont disponibles.

Exemple: Configuring Fate Sharing

Configurer les groupes fate-sharing east et west . westL’absence d’objet n’étant pas au centre de l’objet, elle est ignorée pendant le traitement.

Configuration des routeurs intermédiaires et de sortie pour MPLS LSP à signalisation directe

Pour configurer les LSP signalés sur tous les routeurs MPLS qui doivent participer à MPLS, vous devez activer MPLS et RSVP sur ces routeurs.

Configuration de la connexion entre routeurs d’entrée et de sortie

Le routeur d’entrée tente souvent de se connecter et de se reconnecter au routeur de sortie en utilisant le chemin principal. Vous pouvez contrôler la fréquence avec quelle fréquence le routeur d’entrée tente d’établir une connexion à l’aide du chemin principal et combien de temps il attend entre les tentatives de nouvelle tentative.

Le timer de nouvelle tentative configure la durée d’attente du routeur d’entrée avant d’essayer de nouveau de se connecter au routeur de sortie en utilisant le chemin principal. La durée de nouvelle tentative par défaut est de 30 secondes. L’heure peut être de 1 à 600 secondes. Pour modifier cette valeur, inclure retry-timer l’instruction:

Vous pouvez configurer cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

Par défaut, aucune limite n’est définie au nombre de fois qu’un routeur d’entrée tente d’établir ou de rétablir une connexion au routeur de sortie en utilisant le chemin principal. Pour limiter le nombre de tentatives, inclure retry-limit l’énoncé:

Vous pouvez configurer cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

La limite peut être de 10 000 maximum. Lorsque la limite de réessayer est dépassée, aucune tentative n’est faite pour établir une connexion de chemin. À ce stade, l’intervention est requise pour redémarrer le chemin principal.

Si vous définissez une limite de réessayer, elle est réinitialisée à 1 à chaque fois qu’un chemin principal réussi est créé.

Ping sur les LSP

Les sections suivantes décrivent comment utiliser la commande pour confirmer le ping mpls fonctionnement du LSP.

Ping MPLS LSP

Vous pouvez pinger un LSP spécifique. Les requêtes d’écho sont envoyées sur le LSP en tant MPLS paquets. La charge utile est un paquet UDP (User Datagram Protocol) transmis à une adresse de la plage 127/8 (127.0.0.1 par défaut, cette adresse est configurable) et le port 3503. Les informations d’étiquette et d’interface pour la construction et l’envoi de ces informations MPLS sont les mêmes que pour le trafic LSP standard.

Lorsque la requête d’écho arrive au nœud de sortie, le destinataire vérifie le contenu du paquet et envoie une réponse contenant la valeur de retour correcte à l’aide de l’UDP. Le routeur qui envoie la requête d’écho attend de recevoir une réponse d’écho au bout de deux secondes (vous ne pouvez pas configurer cette valeur).

Vous devez configurer une MPLS au niveau de la hiérarchie sur le routeur distant pour pouvoir ping vers une [edit protocols mpls] terminaison LSP à cet endroit. Vous devez configurer une MPLS même si vous avez l’intention de ping ping uniquement des classes d’équivalence de transfert LDP (FEC).

Pour ping vers MPLS LSP, utilisez la ping mpls <count count> <ldp <fec>> <rsvp <exp forwarding-class> <lsp-name>> commande. Pour ping vers un MPLS LSP, utilisez la ping mpls <count count> <rsvp <lsp-name>> standby path-name commande. Pour une description détaillée de cette commande, consultez le CLI Explorer.

Remarque :

La ping mpls commande n’est pas prise en charge dans les instances de routage.

Remarque :

L’auto-ping est pris en charge pour l’instance principale et n’est pas pris en charge pour les LSP ou LSP basés sur VLAN utilisés dans CCC. Le message s’affiche pour chaque LSP et réduit la lecture de la configuration.

Ping sur les LSP point à multipoint

Pour ping vers un LSP point-multipoint, utilisez ping mpls rsvp lsp-name multipoint les ou ping mpls rsvp egress address commandes. La commande renvoie une liste de tous les identifiants de routeur de sortie et l’état actuel des routeurs de sortie ping mpls rsvp lsp-name multipoint LSP point-multipoint. La commande renvoie l’état actuel du routeur de sortie ping mpls rsvp lsp-name multipoint egress address spécifié.

Ping sur l’adresse de point de terminaison de MPLS LSP

Pour déterminer si un LSP entre deux routeurs de périphérie fournisseur (PE) est opérationnel, vous pouvez ping l’adresse de point de terminaison du LSP. Pour ping vers MPLS point de terminaison LSP, utilisez la ping mpls lsp-end-point address commande. Cette commande indique le type de terminaux LSP (RSVP ou LDP) à l’adresse spécifiée et la date de fin ou de panne du LSP.

Pour une description détaillée de cette commande, consultez le CLI Explorer.

Ping CCC LSP

Vous pouvez pinger un CCC LSP spécifique. La commande ping CCC LSP est identique à celle utilisée MPLS LSP. La commande que vous utilisez est ping mpls <count count> <rsvp <lsp-name>> . Vous pouvez également pinger un ping de veille secondaire CCC LSP à l’aide de la ping mpls <count count> <rsvp <lsp-name>> standby path-name commande.

Pour une description détaillée de cette commande, consultez le CLI Explorer.

Ping sur les VPN de couche 3

Vous pouvez utiliser une commande similaire pour ping mpls l3vpn vpn-name prefix prefix <count count> ping vers un VPN de couche 3. Pour plus d’informations sur cette commande, consultez la bibliothèque Junos OS VPN pour les équipements de routage et l’CLI Explorer.

Prise en charge des commandes Ping LSP et Traceroute basées sur RFC 4379

La Junos OS prend en charge le LSP et les commandes basées sur la RFC 4379, qui détectent les défaillances du plan de données à commutation d’étiquettes pingtraceroutemulti-protocoles (MPLS).

LSP et commandes basées sur la tentative ping RFC 4379 de suivre le chemin pris par un LSP en s’appuyant MPLS traceroute expiration TTL. Un LSP peut prendre plusieurs chemins d’entrée à sortie. Cela se produit notamment avec equal cost multipath (ECMP). La commande LSP peut tracer tous les chemins possibles vers un nœud traceroute LSP.