Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Présentation des interfaces d’équipement

Les interfaces d’un équipement fournissent une connectivité réseau à l’équipement. Ce sujet traite des différentes interfaces d’équipement prises en charge Junos OS , telles que les interfaces transitoires, les interfaces de services, les interfaces de conteneur et les interfaces Ethernet internes. Cette rubrique fournit également des informations de base relatives à l’interface, telles que les conventions d’attribution de noms des interfaces, la présentation de l’encapsulation d’interface et la présentation des descripteurs d’interface.

Présentation des interfaces d’équipement

Les équipements Juniper contiennent généralement plusieurs types d’interfaces adaptés à diverses fonctions. Pour que les interfaces d’un équipement fonctionnent, vous devez les configurer. En particulier, vous devez configurer l’emplacement de l’interface (c’est-à-dire l’emplacement où est installé le concentrateur PIC flexible [FPC], le concentrateur de ports denses [DPC] ou le concentrateur de ports modulaire [MPC]. Vous devez également spécifier l’emplacement de la carte d’interface physique [PIC] ou de la carte d’interface modulaire [MIC] ainsi que le type d’interface. Enfin, vous devez spécifier le type d’encapsulation et toutes les propriétés spécifiques à l’interface qui peuvent s’appliquer.

Vous pouvez configurer des interfaces actuellement présentes sur l’équipement, ainsi que des interfaces qui ne sont pas présentes mais qui devraient être ajoutées à l’avenir. Junos OS détecte l’interface après l’installation du matériel et y applique la configuration prédéfinie.

Pour voir les interfaces actuellement installées sur l’unité, la show interfaces terse commande Mode opérationnel est posée. Si une interface est répertoriée dans la sortie, elle est physiquement installée sur l’équipement. Si une interface n’est pas répertoriée dans la sortie, elle n’est pas installée sur l’équipement.

Pour plus d’informations sur les interfaces prises en charge sur votre équipement, consultez la référence du module d’interface de votre équipement.

Vous pouvez configurer Junos OS des propriétés de classe de service (CoS) afin de fournir une variété de classes de service pour différentes applications, notamment plusieurs classes de transfert pour la gestion de la transmission de paquets, de la gestion de la congestion et du transfert coS.

Pour plus d’informations sur la configuration des propriétés CoS, consultez le Junos OS Class of Service User Guide for Routing Devices.

Types d’interfaces

Les interfaces peuvent être permanentes ou transitoires et utilisées pour la mise en réseau ou les services :

  • Interfaces permanentes : interfaces toujours présentes sur l’équipement.

    Les interfaces permanentes se composent d’interfaces Ethernet de gestion et d’interfaces Ethernet internes, toutes deux décrites séparément dans les rubriques suivantes :

  • Interfaces transitoires : interfaces qui peuvent être insérées ou supprimées de l’équipement en fonction des besoins de configuration du réseau.

  • Interfaces réseau : interfaces assurant principalement la connectivité du trafic.

  • Interfaces de services : interfaces fournissant des fonctionnalités spécifiques de manipulation du trafic avant qu’il ne soit livré à destination.

  • Interfaces de conteneur : interfaces qui prennent en charge la commutation de protection automatique (APS) sur les liaisons SONET physiques à l’aide d’une infrastructure de conteneur virtuel.

Junos OS génère en interne des interfaces nonconfigurables, décrites dans interfaces commande de référence et interfaces de services.

Présentation de la dénomination de l’interface

Chaque interface comporte un nom d’interface qui spécifie le type de support, l’emplacement dans lequel se trouve le concentrateur PIC flexible (FPC) ou le concentrateur de ports denses (DPC), l’emplacement sur le FPC où le PIC est installé et le port PIC ou DPC. Le nom de l’interface identifie de manière unique un connecteur réseau individuel dans le système. Vous utilisez le nom de l’interface lors de la configuration des interfaces et de l’activation de diverses fonctions et propriétés, telles que les protocoles de routage, sur des interfaces individuelles. Le système utilise le nom de l’interface pour afficher des informations sur l’interface, telles que dans la show interfaces commande.

Le nom de l’interface est représenté par une partie physique, une partie de canal et une partie logique au format suivant :

La partie canal du nom est facultative pour toutes les interfaces, à l’exception des interfaces DS3, E1, OC12 et STM1 fractionné.

Les équipements EX Series, QFX Series, NFX Series, OCX1100, QFabric System et EX4600 utilisent une convention d’attribution de noms pour définir des interfaces similaires à celles des autres plates-formes exécutant Junos OS de Juniper Networks. Pour plus d’informations, consultez Understanding Interface Naming Conventions.

Les sections suivantes fournissent des instructions de configuration d’appellation d’interface :

Partie physique d’un nom d’interface

La partie physique d’un nom d’interface identifie l’équipement physique, qui correspond à un seul connecteur de réseau physique.

Remarque :

L’interface de gestion interne dépend du moteur de routage. Pour identifier si le moteur de routage utilise ce type d’interface, utilisez la commande suivante :

voir les interfaces terse

Pour plus d’informations sur les moteurs de routage pris en charge par chaque châssis, la première version prise en charge pour le moteur de routage dans le châssis spécifié, l’interface Ethernet de gestion et les interfaces Ethernet internes de chaque moteur de routage, se référer à la liaison intitulée Moteurs de routage pris en charge par Chassis dans la section Documentation associée.

Cette partie du nom de l’interface est au format suivant :

type est le type de support, qui identifie l’équipement réseau qui peut être l’un des éléments suivants :

  • ae— Interface Ethernet agrégée. Il s’agit d’une liaison agrégée virtuelle dont le format d’attribution de noms est différent de celui de la plupart des PIC; pour plus d’informations, voir Présentation des interfaces Ethernet agrégées.

  • as— Interface SONET/SDH agrégée. Il s’agit d’une liaison agrégée virtuelle dont le format d’attribution de noms est différent de celui de la plupart des PIC; pour plus d’informations, voir Configuration des interfaces SONET/SDH agrégées.

  • at— Interface intelligente de mise en file d’attente (IQ) ATM1 ou ATM2 ou interface ATM virtuelle sur une interface d’émulation de circuit (CE).

  • bcm— Le processus Ethernet interne bcm0 est pris en charge sur des moteurs de routage spécifiques pour divers routeurs M Series et T Series. Pour plus d’informations, reportez-vous au lien Intitulé Moteurs de routage pris en charge par Chassis dans la documentation associée.

  • cau4— Interface AU-4 fractionné (configurée sur le PIC IQ ou IQE STM1 canalisé ou sur les PIC OC12 fractionné et IQE).

  • ce1— Interface E1 IQ fractionné (configurée sur le PIC E1 IQ canalisé ou sur le PIC IQ STM1 canalisé ou sur le PIC IQE).

  • ci— Interface de conteneur.

  • coc1Interface IQ OC1 canalisée (configurée sur les PIC OC12 et IQE canalisés ou sur les PIC OC3 canalisés et IQE).

  • coc3Interface IQ OC3 canalisée (configurée sur les PIC OC3 canalisés et IQE).

  • coc12Interface IQ OC12 canalisée (configurée sur les PIC OC12 et IQE canalisés).

  • coc48Interface OC48 canalisée (configurée sur les PIC OC48 canalisés et OC48 IQE canalisés).

  • cp— Interface de collecteur (configurée sur le PIC Monitoring Services II).

  • cstm1— Interface IQ STM1 fractionné (configurée sur le MODULE IQ STM1 ou PIC IQE canalisé).

  • cstm4— Interface IQ STM4 fractionné (configurée sur les PIC OC12 et IQE fractionné).

  • cstm16— Interface IQ STM16 fractionné (configurée sur les PIC IQE OC48/STM16 canalisés et OC48/STM16 fractionné).

  • ct1— Interface IQ T1 canalisée (configurée sur les PIC DS3 et IQE canalisés, sur les PIC OC3 et IQE canalisés, sur les PIC OC12 et IQE canalisés, ou sur pic T1 IQ canalisé).

  • ct3— Interface IQ T3 canalisée (configurée sur les PIC DS3 et IQE canalisés, sur les PIC OC3 canalisés et IQE, ou sur les PIC OC12 et IQE canalisés).

  • demux— Interface prenant en charge les interfaces IP logiques qui utilisent l’adresse source ou de destination IP pour démultiplexer les paquets reçus. Une seule interface demux (demux0) existe par châssis. Toutes les interfaces logiques demux doivent être associées à une interface logique sous-jacente.

  • dfc— Interface prenant en charge le traitement de capture dynamique des flux sur les routeurs T Series ou M320 contenant un ou plusieurs PIC DES services de surveillance III. La capture dynamique des flux vous permet de capturer des flux de paquets sur la base de critères de filtrage dynamique. En particulier, vous pouvez utiliser cette fonctionnalité pour transférer des flux de paquets surveillés passivement correspondant à une liste de filtres particulière vers une ou plusieurs destinations à l’aide d’un protocole de contrôle à la demande.

  • dsInterface DS0 (configurée sur le PIC DS3 multicanal, PIC E1 fractionné, PIC OC3 fractionné et PIC IQE, PIC OC12 IQ et IQE fractionné, PIC DS3 IQ et IQE fractionné, PIC E1 IQ fractionné, PIC STM1 canalisé ou PIC IQE fractionné ou T1 IQ fractionné).

  • dsc— Supprimer l’interface.

  • e1Interface E1 (y compris les interfaces STM1 à E1 fractionné).

  • e3Interface E3 (y compris les interfaces E3iq).

  • em— Interfaces de gestion et Ethernet internes. Pour les routeurs M Series, les routeurs MX Series, les routeurs T Series et les routeurs TX Series, vous pouvez utiliser cette commande pour afficher des show chassis hardware informations matérielles sur le routeur, notamment son modèle de moteur de routage. Pour déterminer l’interface de gestion prise en charge sur votre combinaison de routeurs et de moteurs de routage, reportez-vous à Understanding Management Ethernet Interfaces and Supported Routing Engine by Router.

  • es— Interface de chiffrement.

  • et— Interfaces Ethernet (interface Ethernet 10, 25, 40, 50, 100, 200 et 400 Gigabit Ethernet).

  • fe— Interface Fast Ethernet.

  • fxp— Interfaces de gestion et Ethernet internes. Pour les routeurs M Series, les routeurs MX Series, les routeurs T Series et les routeurs TX Series, vous pouvez utiliser cette commande pour afficher des show chassis hardware informations matérielles sur le routeur, notamment son modèle de moteur de routage. Pour déterminer l’interface de gestion prise en charge sur votre combinaison de routeurs et de moteurs de routage, reportez-vous à Understanding Management Ethernet Interfaces and Supported Routing Engine by Router.

  • ge— Interface Gigabit Ethernet.

    Remarque :
    • Le PIC d’interface 10-Gigabit Ethernet XENPAK, pris en charge uniquement sur les routeurs de la gamme M Series, est configuré à l’aide de la ge convention d’attribution des noms d’interface au lieu de la xe convention d’attribution de noms d’interface. Pour plus d’informations, reportez-vous aux commandes d’exposition suivantes :

      voir le matériel de châssis

      afficher les interfaces de configuration

    • Dans les équipements MX et SRX Series, les interfaces optiques 1 Gigabit et 10 Gigabit SFP ou SFP+ sont toujours nommées comme xe même si un 1 Gigabit SFP est inséré. Toutefois, dans les équipements EX series et QFX Series, le nom de l’interface est affiché comme ge ou xe basé sur la vitesse de l’équipement optique inséré.

  • gr— Interface de tunnel d’encapsulation de routage générique (GRE).

  • greInterface générée en interne, configurable uniquement en tant que canal de contrôle pour MPLS généralisé (GMPLS). Pour plus d’informations sur GMPLS, consultez le Junos OS MPLS Applications User Guide.

    Remarque :

    Vous pouvez configurer les interfaces GRE (gre-x/y/z) uniquement pour les canaux de contrôle GMPLS. Les interfaces GRE ne sont ni prises en charge ni configurables pour d’autres applications.

  • ip— Interface tunnel d’encapsulation IP sur IP.

  • ipip— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • ixgbe— Le processus Ethernet interne ixgbe0 et ixgbe1 sont utilisés par le moteur de routage RE-DUO-C2600-16G, qui est pris en charge par TX Matrix Plus et PTX5000.

  • iw— Interfaces logiques associées aux points de terminaison des circuits de couche 2 et des connexions VPN de couche 2 (VPN pseudowire de couche 2). Pour plus d’informations sur les VPN, consultez la bibliothèque de VPN Junos OS pour les équipements de routage.

  • lc— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • lo— Interface de bouclage. Il Junos OS configure automatiquement une interface de bouclage (lo0). L’interface logique est une interface lo0.16383 nonconfigurable pour le trafic de contrôle des routeurs.

  • ls— Interface de services de liaison.

  • lsi— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • ml— Interface multi-liaison (avec relais de trames multi-liaisons et MLPPP).

  • mo— Surveillance de l’interface des services (y compris les services de surveillance et les services de surveillance II). L’interface logique est une interface mo-fpc/pic/port.16383 nonconfigurable générée en interne pour le trafic de contrôle du routeur.

  • ms— Interface multiservices.

  • mt— Interface de tunnel multicast (interface de routeur interne pour VPN). Si votre routeur dispose d’un PIC de tunnel, junos OS configure automatiquement une interface de tunnel multicast (mt) pour chaque VPN que vous configurez. Bien qu’il ne soit pas nécessaire de configurer des interfaces multicast, vous pouvez utiliser l’instruction multicast-only pour configurer l’unité et la famille afin que le tunnel puisse uniquement transmettre et recevoir du trafic multicast. Pour plus d’informations, voir multicast uniquement.

  • mtun— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • oc3Interface IQ OC3 (configurée sur les PIC OC12 et IQE canalisés ou sur les PIC OC3 canalisés et IQE).

  • pd— Interface sur le point de rendez-vous (RP) qui décapsuule les paquets.

  • pe— Interface sur le routeur PIM du premier saut qui encapsule les paquets destinés au routeur RP.

  • pimd— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • pime— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • pip— Interface PIP (Provider Instance Port) pour EVPN.

  • rlsq— Interface de conteneur, numérotée de 0 à 127, utilisée pour relier les PIC LSQ primaires et secondaires dans des configurations haute disponibilité. Toute défaillance du PIC principal entraîne un passage au PIC secondaire, et vice versa.

  • rmsInterface redondante pour deux interfaces multiservices.

  • rsp— Interface virtuelle redondante pour l’interface de services adaptative.

  • seInterface série (y compris les interfaces EIA-530, V.35 et X.21).

  • si— Interface de services en ligne, hébergée sur une carte de ligne Trio.

  • so— Interface SONET/SDH.

  • sp— Interface de services adaptative. L’interface logique est une interface sp-fpc/pic/port.16383 nonconfigurable générée en interne pour le trafic de contrôle du routeur.

  • stm1Interface STM1 (configurée sur les interfaces OC3/STM1).

  • stm4Interface STM4 (configurée sur les interfaces OC12/STM4).

  • stm16Interface STM16 (configurée sur les interfaces OC48/STM16).

  • t1— interface T1 (y compris les interfaces DS3 vers DS1 canalisées).

  • t3— interface T3 (y compris les interfaces OC12 vers DS3 canalisées).

  • tap— Interface générée en interne qui n’est pas configurable.

  • umd—Interface de modem USB.

  • vsp— Interface de services voix.

  • vc4— Interface virtuellement constiquée.

  • vt— Interface de tunnel de bouclage virtuel.

  • vtep— Interface de point de terminaison de tunnel virtuel pour VXLANS.

  • xe— interface 10 Gigabit Ethernet. Certaines interfaces 10 Gigabit Ethernet d’ancienne génération utilisent le type de ge support (plutôt que xe) pour identifier la partie physique de l’équipement réseau.

  • xt— Interface logique pour les domaines système protégés afin d’établir une connexion tunnel de couche 2.

fpc identifie le numéro de la carte FPC ou DPC sur laquelle se trouve l’interface physique. Plus précisément, il s’agit du numéro de l’emplacement dans lequel la carte est installée.

Les routeurs M40, M40e, M160, M320, M120, T320, T640 et T1600 disposent chacun de huit emplacements FPC numérotés de 0 à 7, de gauche à droite lorsque vous faites face à l’avant du châssis. Pour plus d’informations sur les PIC et PIC compatibles, consultez le manuel du matériel fourni avec votre routeur.

Sur les routeurs PTX1000, le numéro FPC est toujours 0.

Le routeur M20 est doté de quatre emplacements FPC numérotés de 0 à 3, de haut en bas lorsque vous vous trouvez à l’avant du châssis. Le numéro d’emplacement est imprimé à côté de chaque emplacement.

Les routeurs MX Series prennent en charge les DPC, les FPC et les cartes d’interface modulaires (MIC). Pour plus d’informations sur les DPC compatibles, les PC, les PIC et les MIC, reportez-vous à la référence du module d’interface MX Series.

Pour les routeurs M5, M7i, M10 et M10i, les FPC sont intégrés au châssis; vous installez les PIC dans le châssis.

Les routeurs M5 et M7i peuvent accueillir jusqu’à quatre PIC. Le routeur M7i est également doté d’un PIC de tunnel intégré, d’un PIC AS intégré en option ou d’un PIC MS intégré en option.

Les routeurs M10 et M10i peuvent accueillir jusqu’à huit PIC.

Une matrice de routage peut comporter jusqu’à 32 FPC (numérotés de 0 à 31).

Pour plus d’informations sur le nommage d’interface pour une matrice de routage, reportez-vous Dénomination des interfaces pour une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrixà .

pic identifie le nombre de PIC sur lequel se trouve l’interface physique. Plus précisément, il s’agit du numéro de la position PIC sur le FPC. Les emplacements d’un FPC avec quatre emplacements PIC sont numérotés de 0 à 3. Les emplacements d’un FPC avec trois emplacements PIC sont numérotés de 0 à 2. L’emplacement PIC est imprimé sur la carte opérateur FPC. Pour les PIC qui occupent plus d’un emplacement PIC, le numéro d’emplacement PIC inférieur identifie l’emplacement PIC.

port identifie un port spécifique sur un PIC ou une DPC. Le nombre de ports varie en fonction du PIC. Les numéros de port sont imprimés sur le PIC.

channel identifie la partie d’identifiant de canal du nom de l’interface et n’est requise que sur les interfaces canalisées. Pour les interfaces canalisées, le canal 0 identifie la première interface canalisée.

Partie logique d’un nom d’interface

La partie de l’unité logique du nom de l’interface correspond au numéro d’unité logique. La gamme de nombres disponibles varie selon les types d’interfaces.

Dans la partie virtuelle du nom, une période (.) sépare les nombres d’unités logiques et de ports :

Séparateurs dans un nom d’interface

Il existe un séparateur entre chaque élément d’un nom d’interface.

Dans la partie physique du nom, un trait d’union (-) sépare le type de support du numéro FPC, et une barre oblique (/) sépare les numéros FPC, PIC et de port.

Dans la partie virtuelle du nom, une période (.) sépare le canal et les nombres d’unités logiques.

Un colon (:) sépare les parties physiques et virtuelles du nom de l’interface.

Canal partie d’un nom d’interface

La partie d’identifiant de canal du nom de l’interface est requise uniquement sur les interfaces canalisées. Pour les interfaces canalisées, le canal 0 identifie la première interface canalisée. Pour un quotient intellectuel canalisé et des interfaces IQE canalisées, le canal 1 identifie la première interface canalisée. Une interface SONET/SDH OC48 nonconcaté (c’est-à-dire canalisée) comporte quatre canaux OC12, numérotés de 0 à 3.

Pour déterminer les types de PIC canalisés actuellement installés sur le routeur, utilisez la show chassis hardware commande du niveau supérieur de l’interface de ligne de commande. Les PIC IQ et IQE canalisés sont répertoriés dans la sortie avec « intelligent queuing IQ » ou « Enhanced Intelligent Queuing IQE » dans la description. Pour plus d’informations, voir Présentation des interfaces canalisées.

Pour les interfaces ISDN, vous spécifiez le canal B dans le formulaire bc-pim/0/port:n. Dans cet exemple, n il s’agit de l’ID de canal B et peut être 1 ou 2. Vous spécifiez le canal D dans le formulaire dc-pim/0/port:0.

Remarque :

Pour le RÉSEAU ISDN, les interfaces B-channel et D-channel ne disposent d’aucun paramètre configurable. Cependant, lorsque les statistiques d’interface sont affichées, les interfaces B-channel et D-channel ont des valeurs statistiques.

Remarque :

Dans l’implémentation de Junos OS, le terme interfaces logiques désigne généralement les interfaces que vous configurez en incluant l’instruction unit au niveau de la [edit interfaces interface-name] hiérarchie. Les interfaces logiques ont le .logical descripteur à la fin du nom de l’interface, comme dans ge-0/0/0.1 ou t1-0/0/0:0.1, où le numéro d’unité logique est 1.

Bien que les interfaces canalisées soient généralement considérés comme logiques ou virtuelles, Junos OS voit les interfaces T3, T1 et NxDS0 dans un IQ canalisé ou un PIC IQE comme des interfaces physiques. Par exemple, les deux t3-0/0/0 interfaces t3-0/0/0:1 sont traitées comme des interfaces physiques par Junos OS. En revanche, t3-0/0/0.2 et t3-0/0/0:1.2 sont considérées comme des interfaces logiques car elles portent les .2 noms d’interface à la fin.

Dénomination des interfaces pour une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix

Une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix de Juniper Networks est une architecture multichâssis composée d’un routeur TX Matrix et d’un à quatre routeurs T640 interconnectés. Du point de vue de l’interface utilisateur, la matrice de routage se présente sous la forme d’un routeur unique. Le routeur TX Matrix contrôle tous les routeurs T640, comme illustré dans Figure 1.

Figure 1 : Matrice de routage Matrice de routage

Un routeur TX Matrix est également appelé châssis de carte de commutation (CSC). L’interface de ligne de commande (CLI) se scc réfère au routeur TX Matrix. Un routeur T640 dans une matrice de routage est également appelé châssis de carte d’interface (LCC). L’interface de ligne de commande (CLI) utilise lcc comme préfixe pour désigner un routeur T640 spécifique.

Tous les LCC se voient attribuer des numéros de 0 à 3, en fonction de la configuration du matériel et de la connectivité au routeur TX Matrix. Pour plus d’informations, consultez le guide matériel du routeur TX Matrix. Une matrice de routage peut comporter jusqu’à quatre routeurs T640 et chaque routeur T640 possède jusqu’à huit FPCs. Par conséquent, la matrice de routage dans son ensemble peut avoir jusqu’à 32 FPC (0 à 31).

Dans l’interface de ligne de commande Junos OS, le nom de l’interface est au format suivant :

Lorsque vous spécifiez le fpc numéro d’un routeur T640 dans une matrice de routage, junos OS détermine quel routeur T640 contient le FPC spécifié en fonction de l’attribution suivante :

  • Sur LCC 0, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme étant de 0 à 7.

  • Sur LCC 1, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme 8 à 15.

  • Sur LCC 2, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme 16 à 23.

  • Sur LCC 3, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés en 24 à 31.

Par exemple, il se réfère à l’emplacement 1se-1/0/0 matériel FPC 1 du routeur T640 étiqueté lcc0. t1-11/2/0 Il 11 se réfère à l’emplacement matériel FPC 3 du routeur T640 étiqueté lcc1. so-20/0/1 Il 20 se réfère à l’emplacement matériel FPC 4 du routeur T640 étiqueté lcc2. t3-31/1/0 Il 31 se réfère à l’emplacement matériel FPC 7 du routeur T640 étiqueté lcc3.

Tableau 1 résume la numérotation FPC d’un routeur T640 dans une matrice de routage.

Tableau 1 : Numérotation FPC pour les routeurs T640 dans une matrice de routage

Numéros LCC attribués au routeur T640

Numéros de configuration

0

Entre 0 et 7

1

Entre 8 et 15

2

Entre 16 et 23

3

Entre 24 et 31

Tableau 2 répertorie chaque emplacement matériel FPC et les numéros de configuration correspondants pour les LCC 0 à 3.

Tableau 2 : Numérotation FPC unique pour les routeurs T640 dans une matrice de routage

Numérotation FPC

Routeurs T640

 

LCC 0
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

0

1

2

3

4

5

6

7

LCC 1
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

8

9

10

11

12

13

14

15

LCC 2
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

16

17

18

19

20

21

22

23

LCC 3
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

24

25

26

27

28

29

30

31

Dénomination d’interface pour une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus

Une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus de Juniper Networks est une architecture multichâssis composée d’un routeur TX Matrix Plus et d’un à quatre routeurs T1600 interconnectés. Du point de vue de l’interface utilisateur, la matrice de routage se présente sous la forme d’un routeur unique. Le routeur TX Matrix Plus contrôle tous les routeurs T1600, comme illustré dans Figure 2.

Figure 2 : Matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus Matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus

Un routeur TX Matrix Plus est également appelé châssis de structure de commutation (SFC). L’interface de ligne de commande (CLI) se sfc réfère au routeur TX Matrix Plus. Un routeur T1600 dans une matrice de routage est également appelé châssis de carte d’interface (LCC). L’interface de ligne de commande (CLI) utilise lcc comme préfixe pour désigner un routeur T1600 spécifique.

Les LPC se voient attribuer des numéros de 0 à 3, en fonction de la configuration du matériel et de la connectivité au routeur TX Matrix Plus. Pour plus d’informations, consultez le guide matériel du routeur TX Matrix Plus. Une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus peut comporter jusqu’à quatre routeurs T1600, et chaque routeur T1600 possède jusqu’à huit PIC. Par conséquent, la matrice de routage dans son ensemble peut avoir jusqu’à 32 FPC (0 à 31).

Dans l’interface de ligne de commande Junos OS, le nom de l’interface est au format suivant :

Lorsque vous spécifiez le fpc numéro d’un routeur T1600 dans une matrice de routage, junos OS détermine le routeur T1600 qui contient le FPC spécifié en fonction de l’attribution suivante :

  • Sur LCC 0, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme étant de 0 à 7.

  • Sur LCC 1, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme 8 à 15.

  • Sur LCC 2, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés comme 16 à 23.

  • Sur LCC 3, les emplacements matériels FPC de 0 à 7 sont configurés en 24 à 31.

Par exemple, il se réfère à l’emplacement 1se-1/0/0 matériel FPC 1 du routeur T1600 étiqueté lcc0. t1-11/2/0 Il 11 se réfère à l’emplacement matériel FPC 3 du routeur T1600 étiqueté lcc1. so-20/0/1 Il 20 se réfère à l’emplacement matériel FPC 4 du routeur T1600 étiqueté lcc2. t3-31/1/0 Il 31 fait référence à l’emplacement matériel FPC 7 du routeur T1600 étiqueté lcc3.

Tableau 3 résume la numérotation FPC pour une matrice de routage basée sur un routeur TX Matrix Plus.

Tableau 3 : Numérotation FPC pour routeurs T1600 dans une matrice de routage

Numéros LCC attribués au routeur T1600

Numéros de configuration

0

Entre 0 et 7

1

Entre 8 et 15

2

Entre 16 et 23

3

Entre 24 et 31

Tableau 4 répertorie chaque emplacement matériel FPC et les numéros de configuration correspondants pour les LCC 0 à 3.

Tableau 4 : Numérotation FPC unique pour routeurs T1600 dans une matrice de routage

Numérotation FPC

Routeurs T1600

 

LCC 0
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

0

1

2

3

4

5

6

7

LCC 1
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

8

9

10

11

12

13

14

15

LCC 2
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

16

17

18

19

20

21

22

23

LCC 3
Emplacements matériels

0

1

2

3

4

5

6

7

Numéros de configuration

24

25

26

27

28

29

30

31

Dénomination de l’interface du châssis

Vous configurez certaines propriétés PIC, telles que le tramage, au niveau de la [edit chassis] hiérarchie. La dénomination de l’interface du châssis varie en fonction du matériel de routage.

  • Pour configurer les propriétés PIC d’un routeur autonome, vous devez spécifier les numéros FPC et PIC comme suit :

  • Pour configurer les propriétés PIC d’un routeur T640 ou T1600 configuré dans une matrice de routage, vous devez spécifier les numéros LCC, FPC et PIC, comme suit :

    Pour l’emplacement FPC d’un routeur T640 dans une matrice de routage, indiquez le numéro d’emplacement matériel réel, tel qu’indiqué sur le châssis du routeur T640. N’utilisez pas les numéros de configuration FPC correspondants indiqués dans Tableau 2.

    Pour l’emplacement FPC d’un routeur T1600 dans une matrice de routage, indiquez le numéro d’emplacement matériel réel, tel qu’indiqué sur le châssis du routeur T1600. N’utilisez pas les numéros de configuration FPC correspondants indiqués dans Tableau 3.

Pour plus d’informations sur la [edit chassis] hiérarchie, consultez la bibliothèque d’administration Junos OS pour les équipements de routage.

Exemples: Dénomination de l’interface

Cette section fournit des exemples d’attribution de noms d’interfaces. Pour savoir où se trouvent les emplacements, les PIC et les ports, reportez-vous à la section Figure 3.

Figure 3 : Emplacements d’emplacement d’interface, pic et port Emplacements d’emplacement d’interface, pic et port

Pour un emplacement FPC 1 avec deux PIC SONET/SDH OC3 dans les positions PIC 0 et 1, chaque PIC avec deux ports utilise les noms suivants :

Un PIC OC48 SONET/SDH dans l’emplacement 1 et en mode concaténée se présente sous la forme d’un FPC unique avec un PIC unique, doté d’un port unique. Si cette interface comporte une unité logique unique, elle porte le nom suivant :

Un PIC OC48 SONET/SDH dans l’emplacement 1 et en mode canalisé comporte un numéro pour chaque canal. Par exemple :

Pour un FPC dans le logement 1 avec pic OC12 canalisé en PIC position 2, les canaux DS3 ont les noms suivants :

Pour un emplacement FPC 1 avec quatre PIC ATM OC12 (le FPC est entièrement rempli), les quatre PIC, chacun avec un port unique et une seule unité logique, ont les noms suivants :

Dans une matrice de routage sur le routeur T640 étiqueté lcc1, pour un FPC dans l’emplacement 5 avec quatre PIC SONET OC192, les quatre PIC, chacun avec un port et une unité logique unique, ont les noms suivants :

Pour un emplacement FPC 1 avec une carte d’interface BRI 4 ports, le port 4 porte le nom suivant :

Le premier canal B, le deuxième canal B et le canal de contrôle ont les noms suivants :

Présentation des descripteurs d’interface

Lorsque vous configurez une interface, vous spécifiez effectivement les propriétés d’un descripteur d’interface physique. Dans la plupart des cas, le descripteur d’interface physique correspond à un seul équipement physique et se compose des parties suivantes :

  • Nom de l’interface, qui définit le type de média

  • Emplacement dans lequel se trouve le FPC

  • Emplacement sur le FPC sur lequel le PIC est installé

  • Le port PIC

  • Nombres d’unités logiques et de canaux de l’interface (facultatif)

Chaque descripteur d’interface physique peut contenir un ou plusieurs descripteurs d’interface logique . Ces descripteurs vous permettent de mapper une ou plusieurs interfaces logiques (ou virtuelles) à un seul équipement physique. La création de plusieurs interfaces logiques vous permet d’associer plusieurs circuits virtuels, connexions de liaison de données ou réseaux locaux virtuels (VLAN) à un seul équipement d’interface.

Chaque descripteur d’interface logique peut avoir un ou plusieurs descripteurs de famille pour définir la famille de protocoles associée et autorisée à s’exécuter sur l’interface logique.

Les familles de protocoles suivantes sont prises en charge :

  • Suite Internet Protocol version 4 (IPv4) (inet)

  • Suite Internet Protocol version 6 (IPv6) (inet6)

  • Ethernet (commutation Ethernet)

  • Connexion inter-circuit (CCC)

  • TCC (Translational Cross-Connect)

  • Organisation internationale de normalisation (ISO)

  • Relais de trames multi-liaisons de bout en bout (MLFR de bout en bout)

  • Relais de trames multi-liaisons interface réseau à réseau (MLFR UNI NNI)

  • Protocole MLPPP (Multilink Point-to-Point Protocol)

  • Multiprotocol Label Switching (MPLS)

  • Trivial Network Protocol (TRIVIAL)

  • (routeurs M Series, T Series et MX Series uniquement) Service de réseau local privé virtuel (VPLS)

Enfin, chaque descripteur de la famille peut avoir une ou plusieurs entrées d’adresse, qui associent une adresse réseau à une interface logique et donc à l’interface physique.

Vous configurez les différents descripteurs d’interface comme suit :

  • Vous configurez le descripteur d’interface physique en incluant l’instruction interfaces interface-name .

  • Vous configurez le descripteur d’interface logique en incluant l’instruction unit dans l’instruction interfaces interface-name ou en incluant le .logical descripteur à la fin du nom de l’interface, comme dans et-0/0/0.1, où le numéro d’unité logique est 1, comme illustré dans les exemples suivants :

  • Vous configurez le descripteur de famille en incluant l’instruction family dans l’instruction unit .

  • Vous configurez les entrées d’adresse en incluant l’instruction d’adresse dans l’instruction family .

  • Vous configurez les tunnels en incluant l’instruction tunnel dans l’instruction unit .

Remarque :

L’adresse d’une interface logique ne peut pas être la même que celle de la source ou de la destination d’une interface de tunnel. Si vous tentez de configurer une interface logique avec l’adresse d’une interface de tunnel ou vice versa, une défaillance de validation se produira.

Partie physique d’un nom d’interface

Noms d’interface des équipements ACX Series, PTX Series et QFX Series

Lorsque vous affichez des informations sur une interface, vous spécifiez le type d’interface, l’emplacement dans lequel le concentrateur PIC flexible (FPC) est installé, l’emplacement sur le FPC dans lequel se trouve la carte d’interface physique (PIC) et le numéro de port configuré.

Remarque :

Certains équipements Juniper n’ont pas de PIC réels. Au lieu de cela, ils ont des ports réseau intégrés sur le panneau avant du routeur. Ces ports sont nommés à l’aide de la même convention d’attribution de noms que celle utilisée pour les équipements dotés de PIC, étant donné que les ports FPC, PIC et port sont des pseudo-équipements. Lorsque vous affichez des informations sur l’un de ces ports, vous spécifiez le type d’interface, l’emplacement du concentrateur PIC flexible (FPC), l’emplacement du FPC pour la carte d’interface physique (PIC) et le numéro de port configuré.

Remarque :

Dans l’interface de ligne de commande, tous les PIC PTX3000 sont représentés sous la forme pic0. Pour plus d’informations, consultez la description du PIC PTX3000.

Dans la partie physique du nom de l’interface, un trait d’union (-) sépare le type de support (par exemple) etdu numéro FPC. Une barre oblique (/slash) sépare les numéros FPC, PIC et de port. Un colon (:) sépare le numéro de port et le canal (facultatif) :

Noms des interfaces des routeurs M Series et T Series

Sur les routeurs M Series et T Series, lorsque vous affichez des informations sur une interface, vous spécifiez le type d’interface, l’emplacement dans lequel le concentrateur PIC flexible (FPC) est installé, l’emplacement sur le FPC dans lequel se trouve la carte d’interface physique (PIC) et le numéro de port configuré.

Dans la partie physique du nom de l’interface, un trait d’union (-) sépare le type de support du numéro FPC, et une barre oblique (/) sépare les numéros FPC, PIC et de port :

Remarque :

Les exceptions à la type-fpc/pic/port description physique incluent les interfaces Ethernet agrégées et agrégées SONET/SDH, qui utilisent la syntaxe ae number et as number, respectivement.

Noms d’interface des routeurs MX Series

Sur les routeurs MX Series lorsque vous affichez des informations sur une interface, vous spécifiez le type d’interface, le concentrateur de ports denses (DPC), le concentrateur PIC flexible (FPC) ou le concentrateur de ports modulaire (MPC), l’emplacement PIC ou MIC et le numéro de port configuré.

Remarque :

Bien que les routeurs MX Series utilisent des DPC, des concentrateurs FPC, des MPC, des MIC et des PIC, la syntaxe de commande de ce livre s’affiche sous la forme de fpc/pic/port pour plus de simplicité.

Dans la partie physique du nom de l’interface, un trait d’union (-) sépare le type de support du numéro FPC, et une barre oblique (/) sépare les cartes DPC, FPC ou MPC, MIC ou PIC, ainsi que les numéros de port :

  • fpc : emplacement dans lequel le DPC, le FPC ou le MPC sont installés.

  • pic : emplacement sur le FPC dans lequel se trouve le PIC.

    Pour les DPC, les MIC et les MPC à 16 ports, la valeur PIC est un regroupement logique de ports et varie selon les plates-formes.

  • port : numéro de port sur DPC, PIC, MPC ou MIC.

Affichage des configurations de l’interface

Pour afficher une configuration, utilisez la show commande en mode configuration ou la show configuration commande de niveau supérieur. Les interfaces sont répertoriées par ordre numérique, d’abord du nombre d’emplacement le plus bas au plus élevé, puis du nombre PIC le plus bas au plus élevé, et enfin du nombre de ports le plus bas au plus élevé.

Présentation des encapsulations d’interface

Tableau 5 répertorie la prise encapsulation par type d’interface.

Tableau 5 : Prise en charge de l’encapsulation par type d’interface

Type d’interface

Encapsulation d’interface physique

Interface logique Encapsulation

ae— Interface Ethernet agrégée

ethernet-ccc—Connexion croisée Ethernet

extended-vlan-ccc— Balisage TPID non standard pour une connexion croisée

extended-vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN étendu

flexible-ethernet-services: permet une configuration d’encapsulation Ethernet par unité.

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

ethernet-vpls— Service de réseau local privé virtuel Ethernet

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

 

dix—Ethernet DIXv2 (RFC 894)

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

 

as— Interface SONET/SDH agrégée

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

ppp— Équipement PPP série

NA

atInterface ATM1

atm-ccc-cell-relayEncapsulation relais de cellules ATM pour une connexion croisée

atm-pvc— Circuits virtuels permanents ATM

ethernet-over-atm— Encapsulation Ethernet sur ATM

atm-ccc-cell-relay— Relais de cellules ATM pour CCC

atm-ccc-vc-mux— VC ATM pour CCC

atm-cisco-nlpid— Encapsulation NLPID ATM compatible Cisco

atm-nlpid— Encapsulation NLPID ATM

atm-snap— Encapsulation ATM LLC/SNAP

atm-tcc-snap— ATM LLC/SNAP pour une connexion croisée translationnelle

atm-tcc-vc-mux— ATM VC pour une connexion croisée translationnelle

atm-vc-mux— Multiplexage VC ATM

ether-over-atm-llc—Encapsulation Ethernet sur ATM (LLC/SNAP)

at— Interface de mise en file d’attente intelligente (IQ) ATM2

atm-ccc-cell-relayEncapsulation relais de cellules ATM pour une connexion croisée

atm-pvc— Circuits virtuels permanents ATM

ethernet-over-atm— Encapsulation Ethernet sur ATM

atm-ccc-cell-relay— Relais de cellules ATM pour CCC

atm-ccc-vc-mux— VC ATM pour CCC

atm-cisco-nlpid— Encapsulation NLPID ATM compatible Cisco

atm-mlppp-llc— ATM MLPPP sur AAL5/LLC

atm-nlpid— Encapsulation NLPID ATM

atm-ppp-llc— PPP ATM sur AAL5/LLC

atm-ppp-vc-mux— PPP ATM sur AAL5 brut

atm-snap— Encapsulation ATM LLC/SNAP

atm-tcc-snap— ATM LLC/SNAP pour une connexion croisée translationnelle

atm-tcc-vc-mux— ATM VC pour une connexion croisée translationnelle

atm-vc-mux— Multiplexage VC ATM

ether-over-atm-llc—Encapsulation Ethernet sur ATM (LLC/SNAP)

ether-vpls-over-atm-llc— Encapsulation ETHERNET VPLS sur ATM (pontage)

bcm— Interfaces internes Gigabit Ethernet

NA

NA

br— Interface réseau numérique (ISDN) de services intégrés

NA

NA

ci— Interface de conteneur

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

ppp— Équipement PPP série

aps— Interface SONET requise pour la configuration APS.

dsInterface DS0

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

multilink-frame-relay-uni-nni— Encapsulation UNI NNI (FRF.16) de relais de trames multi-liaisons

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

dsc— Supprimer l’interface

NA

NA

e1— interface E1 (y compris les interfaces STM1 à E1 fractionné)

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

multilink-frame-relay-uni-nni— Encapsulation UNI NNI (FRF.16) de relais de trames multi-liaisons

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

e3Interface E3 (y compris les interfaces E3 IQ et IQE)

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

em— Interfaces de gestion et Ethernet internes

NA

NA

fe— Interface Fast Ethernet

ethernet-ccc—Connexion croisée Ethernet

ethernet-tcc— Connexion transversale translationnelle Ethernet

ethernet-vpls— Service de réseau local privé virtuel Ethernet

extended-vlan-ccc— Balisage TPID non standard pour une connexion croisée

extended-vlan-tcc— Balisage 802.1Q pour une connexion croisée translationnelle

extended-vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN étendu

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

dix—Ethernet DIXv2 (RFC 894)

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

fxp— Interfaces de gestion et Ethernet internes

NA

NA

interfaces ge Ethernet (y compris les interfaces IQ Gigabit Ethernet, xe et et)

ethernet-ccc—Connexion croisée Ethernet

ethernet-tcc— Connexion transversale translationnelle Ethernet

ethernet-vpls— Service de réseau local privé virtuel Ethernet

extended-vlan-ccc— Balisage TPID non standard pour une connexion croisée

extended-vlan-tcc— Balisage 802.1Q pour une connexion croisée translationnelle

extended-vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN étendu

flexible-ethernet-services— Permet une configuration d’encapsulation Ethernet par unité

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

dix—Ethernet DIXv2 (RFC 894)

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

vlan-tcc— Balisage 802.1Q pour une connexion croisée translationnelle

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

ixgbe— Interfaces internes 10 Gigabit Ethernet

NA

NA

lo— interface de bouclage ; la Junos OS configuration automatique d’une interface de bouclage (lo0).

NA

NA

ls— Interface de services de liaison

multilink-frame-relay-uni-nni— Encapsulation UNI NNI (FRF.16) de relais de trames multi-liaisons

multilink-frame-relay-end-to-end— Relais de trames multi-liaisons de bout en bout (FRF.15)

multilink-pppPPP multi-liaisons

lsq— Interface IQ des services de liaison

multilink-frame-relay-uni-nni— Encapsulation UNI NNI (FRF.16) de relais de trames multi-liaisons

multilink-frame-relay-end-to-end— Relais de trames multi-liaisons de bout en bout (FRF.15)

multilink-pppPPP multi-liaisons

lt— Interface tunnel logique

 

NA

ethernet— Service Ethernet

ethernet-vpls— Service de réseau local privé virtuel Ethernet

ethernet-ccc—Connexion croisée Ethernet

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

vlan—Service VLAN

vlan-ccc—Balisage 802.1Q pour une connexion croisée

vlan-vpls— Service de réseau local privé virtuel VLAN

ml— Interface multi-liaison (avec relais de trames multi-liaisons et MLPPP)

NA

multilink-frame-relay-end-to-end— Relais de trames multi-liaisons de bout en bout (FRF.15)

multilink-pppPPP multi-liaisons

seInterface série (incluant les interfaces EIA-530, V.35 et X.21)

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

so—Interface SONET/SDH

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

multilink-frame-relay-end-to-end— Les PIC SONET IQE prennent en charge le relais de trames multi-liaisons de bout en bout (FRF.15)

multilink-ppp—Les PIC SONET IQE prennent en charge les PPP multi-liaisons

t1— Interface T1 (y compris les interfaces DS3 à DS1 canalisées)

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

multilink-frame-relay-uni-nni— Encapsulation UNI NNI (FRF.16) de relais de trames multi-liaisons

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

t3Interface T3 (y compris les interfaces OC12 vers DS3 canalisées)

cisco-hdlc— Tramage HDLC compatible Cisco

cisco-hdlc-ccc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée

cisco-hdlc-tcc— Tramage HDLC compatible Cisco pour une connexion croisée translationnelle

extended-frame-relay-ccc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée

extended-frame-relay-tcc— N’importe quel DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

flexible-frame-relay— Encapsulations de relais de trames multiples

frame-relay— Encapsulation de relais de trames

frame-relay-ccc— Relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-port-ccc: encapsulation de port relais de trames pour une connexion croisée

frame-relay-tcc— Relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

ppp— Équipement PPP série

ppp-ccc— Équipement PPP série pour une connexion croisée

ppp-tcc- Équipement PPP série pour une connexion croisée translationnelle

frame-relay-ccc— DLCI relais de trames pour CCC

frame-relay-ppp- Relais ppp sur trames

frame-relay-tcc— DLCI de relais de trames pour une connexion croisée translationnelle

Interfaces IQ canalisées au niveau du contrôleur (cau4, coc1ct1coc3cstm1coc12ct3etce1)

NA

NA

Interfaces de services (cp, , grip, vtmo, es, morspet sp)

NA

NA

Interfaces générées en interne et inconfigurables (gre, lsimtlearning-chip (lc)mtuntapipip, pd, pepimdet )pime

NA

NA

Remarque :

Vous pouvez configurer les interfaces GRE (gre-x/y/z) uniquement pour les canaux de contrôle GMPLS. Les interfaces GRE ne sont ni prises en charge ni configurables pour d’autres applications. Pour plus d’informations sur GMPLS, consultez le Junos OS MPLS Applications User Guide.

Comprendre les interfaces transitoires

Les routeurs M Series, MX Series et T Series contiennent des emplacements permettant d’installer des concentrateurs PIC flexibles [FPC] ou des concentrateurs de ports denses [DPC] (pour les routeurs MX Series) ou des concentrateurs de ports modulaires [MPC] (pour les routeurs MX Series). Il est possible d’installer la carte d’interface physique [PIC] dans les cartes PIC. Carte d’interface modulaire [MIC] peut être insérée dans des MPC.

Le nombre de PIC pouvant être installés varie en fonction de l’équipement et du type de FPC. Les PIC fournissent les interfaces physiques réelles au réseau. Les routeurs MX Series contiennent des emplacements permettant d’installer des cartes DPC fournissant les interfaces physiques du réseau ou d’installer des CONCENTRATEURS PIC dans lesquels des PIC peuvent être installés.

Vous pouvez insérer n’importe quel DPC ou FPC dans n’importe quel emplacement qui les prend en charge sur le routeur approprié. En règle générale, vous pouvez placer n’importe quelle combinaison de PIC, compatible avec votre routeur, sur n’importe quel emplacement sur un FPC. (Vous êtes limité par la bande passante FPC totale, et par le fait que certains PIC nécessitent physiquement deux ou quatre des emplacements PIC du FPC. Dans certains cas, des limitations de puissance ou de microcode peuvent également s’appliquer.) Pour déterminer la compatibilité DPC et PIC, consultez la référence du module d’interface de votre routeur.

Vous pouvez insérer la carte MPC dans n’importe quel emplacement qui les prend en charge sur le routeur approprié. Vous pouvez installer jusqu’à deux MIC de types multimédias différents dans la même MPC tant que la MPC prend en charge ces MIC.

Ces interfaces physiques sont des interfaces transitoires du routeur. Ils sont appelés « transitoires » car vous pouvez permuter à chaud un DPC, un FPC ou un MPC et ses PIC ou MIC à tout moment.

Vous devez configurer chaque interface transitoire en fonction de l’emplacement dans lequel est installé le FPC, le DPC ou le MPC, de l’emplacement dans lequel est installé le PIC ou le MIC, et pour plusieurs ports PIC ou MIC , le port auquel vous vous connectez.

Vous pouvez configurer les interfaces des PIC ou DES MIC déjà installées sur le routeur, ainsi que celles sur les PIC ou MIC que vous prévoyez d’installer ultérieurement. Junos OS détecte les interfaces effectivement présentes. Ainsi, lorsque le logiciel active sa configuration, il n’active que les interfaces présentes et conserve les informations de configuration pour les interfaces qui ne sont pas présentes. Lorsque Junos OS détecte qu’un FPC contenant des PIC ou des MPC contenant des MIC a été inséré dans le routeur, le logiciel active la configuration de ces interfaces.

Comprendre les interfaces de services

Les interfaces de services vous permettent d’ajouter progressivement des services à votre réseau. Junos OS prend en charge les PIC de services suivants :

  • PIC de services adaptatifs (AS) : vous permettent de fournir plusieurs services sur un pic unique en configurant un ensemble de services et d’applications. Les PIC AS offrent une gamme spéciale de services que vous configurez dans un ou plusieurs ensembles de services.

  • PIC ES : fournit une suite de sécurité pour les couches réseau IP version 4 (IPv4) et IP version 6 (IPv6). La suite offre des fonctionnalités telles que l’authentification de l’origine, l’intégrité des données, la confidentialité, la protection en replay et la non-réutilisation de la source. Il définit également des mécanismes de génération et d’échange clés, de gestion des associations de sécurité et de prise en charge des certificats numériques.

  • PIC de services de surveillance : vous permettent de surveiller le flux de trafic et d’exporter le trafic surveillé. La surveillance du trafic vous permet de collecter et d’exporter des informations détaillées sur les flux de trafic IPv4 entre les nœuds source et de destination de votre réseau ; échantillonner tout le trafic IPv4 entrant sur l’interface de surveillance et présenter les données au format d’enregistrement cflowd ; effectuer la comptabilisation des rejets sur un flux de trafic entrant ; chiffrer ou tunnelner les enregistrements cflow sortants, intercepter le trafic IPv4, ou les deux ; et diriger le trafic filtré vers différents analyseurs de paquets et présenter les données dans leur format d’origine. Sur un PIC Monitoring Services II, vous pouvez configurer des interfaces de surveillance ou des interfaces de collecteur. Une interface de collecteur vous permet de combiner plusieurs enregistrements cflowd dans un fichier de données ASCII comprimé et d’exporter le fichier vers un serveur FTP.

  • Services multi-liaisons, multiservices, services de liaisons et PIC de services voix : vous permettent de fractionner, recombiner et séquencer des datagrammes sur plusieurs liaisons de données logiques. L’objectif du fonctionnement de la liaison multi-liaisons est de coordonner plusieurs liaisons indépendantes entre une paire fixe de systèmes, fournissant ainsi une liaison virtuelle avec une bande passante plus importante que n’importe quel membre.

  • PIC de services de tunnel : en encapsulant des paquets arbitraires à l’intérieur d’un protocole de transport, la tunnelisation fournit un chemin privé et sécurisé via un réseau autrement public. Les tunnels connectent les sous-réseaux discontinus et activent les interfaces de chiffrement, les réseaux privés virtuels (VPN) et la commutation d’étiquettes multiprotocole (MPLS).

  • Sur les routeurs M Series et T Series, les interfaces de tunnel logique vous permettent de connecter des systèmes logiques, des routeurs virtuels ou des instances VPN. Pour plus d’informations sur les VPN, consultez la bibliothèque de VPN Junos OS pour les équipements de routage. Pour plus d’informations sur la configuration des tunnels, consultez la bibliothèque d’interfaces de services Junos OS pour les équipements de routage.

Comprendre les interfaces de conteneur

Les interfaces de conteneur offrent les fonctionnalités suivantes :

  • La commutation de protection automatique (APS) sur les liaisons SONET/SDH et ATM est prise en charge à l’aide de l’infrastructure de conteneur.

  • Les interfaces physiques et logiques des conteneurs restent disponibles au basculement.

  • Les paramètres APS sont copiés automatiquement depuis l’interface de conteneur vers les liens membres.

Remarque :

Actuellement, les groupes jumelés et les APS unidirectionnels ne sont pas pris en charge.

Pour plus d’informations sur la configuration DE SONET/SDH, consultez Configuration des interfaces de conteneur pour les points d’accès sur les liens SONET.

Les fonctionnalités des interfaces de conteneur sont décrites dans les sections suivantes :

Comprendre le concept d’APS traditionnel

La commutation de protection automatique traditionnelle (APS) est configurée sur deux interfaces SONET/SDH physiques indépendantes : une interface est configurée en tant que circuit de travail et l’autre comme circuit de protection (voir Figure 4). Le circuit, nommé Circuit X sur la figure, est la liaison entre les deux interfaces SONET.

Figure 4 : APS Interface APS Interface

Les APS traditionnels utilisent des protocoles de routage qui s’exécutent sur chaque interface SONET/SDH individuelle (puisque le circuit est une structure abstraite, au lieu d’être une interface réelle). Lorsque la liaison de travail tombe en panne, l’infrastructure APS met la liaison de protection et ses interfaces logiques sous-jacentes en panne et met à l’arrêt la liaison de travail et ses interfaces logiques sous-jacentes, ce qui entraîne la reconvergement des protocoles de routage. Cela consomme du temps et entraîne des pertes de trafic, même si l’infrastructure APS a rapidement exécuté le commutateur.

Concept d’interfaces de conteneur

Pour résoudre le problème de perte de trafic, il Junos OS fournit une structure d’interface logicielle appelée interface de conteneur (voir Figure 5).

Figure 5 : Interface de conteneurInterface de conteneur

L’interface de conteneur permet d’exécuter les protocoles de routage sur les interfaces logiques associées à une interface de conteneur virtuel au lieu des interfaces SONET/SDH et ATM physiques. Lorsque l’APS commute la liaison physique sous-jacente en fonction d’une condition de défaillance, l’interface du conteneur reste opérationnel et l’interface logique de l’interface du conteneur ne s’active pas. Les protocoles de routage n’ont pas connaissance de la commutation APS.

Prise en charge des APS pour les interfaces basées sur des conteneurs

Avec l’interface de conteneur, l’APS est configuré sur l’interface de conteneur elle-même. Les liaisons SONET/SDH et ATM individuelles membres sont marquées comme principale (correspondant au circuit de travail) ou en veille (correspondant au circuit de protection) dans la configuration. Aucun nom de circuit ou de groupe n’est spécifié dans le modèle d’interface du conteneur ; les liaisons SONET/SDH et ATM physiques sont regroupées dans un groupe APS en les reliant à une seule interface de conteneur. Les paramètres APS sont spécifiés au niveau de l’interface du conteneur et sont propagés aux liaisons SONET/SDH et ATM individuelles par le démon APS.

Microscopie des paramètres APS

Les applications typiques nécessitent de copier les paramètres APS du circuit de travail vers le circuit de protection, car la plupart des paramètres doivent être les mêmes pour les deux circuits. Cela se fait automatiquement dans l’interface du conteneur. Les paramètres APS ne sont spécifiés qu’une seule fois dans la configuration de l’interface physique du conteneur et sont copiés en interne vers les liaisons SONET/SDH et ATM physiques individuelles.

Comprendre les interfaces Ethernet internes

Au sein d’un équipement Juniper, les interfaces Ethernet internes assurent la communication entre le moteur de routage et les moteurs de transfert de paquets. Junos OS configure automatiquement les interfaces Ethernet internes au Junos OS démarrage. Junos OS démarre le matériel du composant de transfert de paquets. Lorsque ces composants s’exécutent, la carte de contrôle (CB) utilise l’interface Ethernet interne pour transmettre des informations sur l’état du matériel au moteur de routage. Les informations sur l’état du matériel incluent la température du routeur interne, l’état des ventilateurs, le retrait ou l’insertion d’un FPC, ainsi que les informations de l’écran LCD sur l’interface craft.

Pour déterminer les interfaces Ethernet internes prises en charge pour votre routeur, reportez-vous aux moteurs de routage pris en charge par le routeur.

Remarque :

Ne modifiez ni ne supprimez la configuration de l’interface Ethernet interne qui Junos OS se configure automatiquement. Si c’est le cas, l’appareil ne fonctionne plus.

  • La plupart des équipementsJunos OS Juniper créent l’interface Ethernet interne. L’interface Ethernet interne connecte le moteur re0 de routage aux moteurs de transfert de paquets.

    Si l’unité dispose de moteurs de routage redondants, une autre interface Ethernet interne est créée sur chaque moteur de routage (re0 et re1) afin de prendre en charge la tolérance de panne. Deux liaisons physiques entre re0 et re1 connectent les plans de contrôle indépendants. Si l’une des liaisons tombe en panne, les deux moteurs de routage peuvent utiliser l’autre liaison pour la communication IP.

  • Routeurs TX Matrix Plus : sur un routeur TX Matrix Plus, le moteur de routage et la carte de contrôle fonctionnent comme une unité ou un sous-système hôte. Pour chaque sous-système d’hôte du routeur, junos OS crée automatiquement deux interfaces Ethernet internes, ixgbe0 et ixgbe1.

    Les interfaces ixgbe0 et ixgbe1 connectent le moteur de routage TX Matrix Plus aux moteurs de routage de chaque châssis de carte de ligne (LCC) configuré dans la matrice de routage.

    Le moteur de routage TX Matrix Plus se connecte à un commutateur haut débit via une liaison 10 Gbits/s au sein du sous-système hôte. Le commutateur fournit une liaison de 1 Gbit/s vers chaque moteur de routage T1600. Les liaisons 1 Gbit/s sont fournies par le biais des connexions câblées Ethernet UTP de catégorie 5 entre les TXP-CB et les LCC-CB dans les LPC.

    • Le moteur de routage TX Matrix Plus se connecte à un commutateur haut débit de la carte de contrôle locale par le biais d’une liaison 10 Gbits/s au sein du sous-système hôte.

    • Le commutateur Gigabit Ethernet connecte la carte de contrôle aux moteurs de routage distants de chaque LCC configuré dans la matrice de routage.

    Si un routeur TX Matrix Plus contient des sous-systèmes hôtes redondants, les plans de contrôle indépendants sont connectés par deux liaisons physiques entre les deux ports 10 Gigabit Ethernet de leurs moteurs de routage respectifs.

    • Le lien principal vers le moteur de routage distant se trouve à l’interface ixgbe0 . Le commutateur 10 Gigabit Ethernet du tableau de contrôle local connecte également le moteur de routage au port 10 Gigabit Ethernet accessible par l’interface ixgbe1 du moteur de routage distant.

    • Le port 10 Gigabit Ethernet au niveau de l’interface est le lien alternatif vers le ixgbe1 moteur de routage distant. Ce deuxième port connecte le moteur de routage au commutateur 10 Gigabit Ethernet de la carte de contrôle à distance, qui se connecte au port 10 Gigabit Ethernet à l’interface du ixgbe0 moteur de routage distant.

    Si l’une des deux liaisons entre les sous-systèmes hôtes tombe en panne, les deux moteurs de routage peuvent utiliser l’autre liaison pour la communication IP.

  • LCC dans une matrice de routage : sur un LCC configuré dans une matrice de routage, le moteur de routage et la carte de contrôle fonctionnent comme une unité ou un sous-système hôte. Pour chaque sous-système d’hôte de la plate-forme LCC, Junos OS crée automatiquement deux interfaces Ethernet internes, bcm0 et em1, pour les deux ports Gigabit Ethernet du moteur de routage.

    L’interface bcm0 connecte le moteur de routage de chaque LCC aux moteurs de routage de tous les autres LCC configurés dans la matrice de routage.

    • Le moteur de routage se connecte à un commutateur Gigabit Ethernet de la carte de contrôle locale.

    • Le commutateur connecte la carte de contrôle aux moteurs de routage distants de tous les autres LCC configurés dans la matrice de routage.

    Si un LCC d’une matrice de routage contient des sous-systèmes hôtes redondants, les plans de contrôle indépendants sont connectés par deux liaisons physiques entre les ports Gigabit Ethernet de leurs moteurs de routage respectifs.

    • Le lien principal vers le moteur de routage distant se trouve à l’interface bcm0 . Le commutateur Gigabit Ethernet du tableau de contrôle local connecte également le moteur de routage au port Gigabit Ethernet accessible par l’interface em1 du moteur de routage distant.

    • Le lien alternatif vers le moteur de routage distant se trouve à l’interface em1 . Ce deuxième port connecte le moteur de routage au commutateur Gigabit Ethernet de la carte de contrôle distant, qui se connecte au port Gigabit Ethernet situé à l’interface bcm0 du moteur de routage distant.

    Si l’une des deux liaisons entre les sous-systèmes hôtes tombe en panne, les deux moteurs de routage peuvent utiliser l’autre liaison pour la communication IP.

Chaque équipement dispose également d’un ou deux ports série, étiquetés CON (console) ou AUX (auxiliaire), pour connecter les bornes de type tty à l’équipement à l’aide de câbles detty standard de type PC. Bien que ces ports ne soient pas des interfaces réseau, ils fournissent un accès à l’équipement. Pour plus d’informations, reportez-vous au manuel du matériel de vos équipements.

Comprendre les interfaces sur les routeurs métro universels ACX Series

Les routeurs ACX Series prennent en charge les interfaces T1 et E1 TDM et les interfaces Ethernet (1 Gigabit Ethernet [GbE] cuivre, 1 GbE, 10 GbE et fibre 40 GbE) pour répondre aux besoins hérités et évolutifs du réseau mobile. La prise en charge de Power over Ethernet (PoE+) à 65 watts par port réduit le besoin de câblage électrique supplémentaire pour les micro-ondes ou d’autres interfaces d’accès.

Les routeurs ACX Series prennent en charge les éléments suivants :

  • Ports T1 et E1 TDM :

    • Le routeur ACX1000 est composé de huit ports T1 ou E1.

    • Le routeur ACX2000 comprend 16 ports T1 ou E1.

    • Multiplexage inverse pour ATM (IMA)

    Remarque :

    Les routeurs ACX5048 et ACX5096 ne prennent pas en charge les ports T1 ou E1 ni le multiplexage inverse pour ATM (IMA).

  • Ports Gigabit Ethernet :

    • Le routeur ACX1000 comprend huit ports GbE. Le routeur ACX1000 prend également en charge quatre ports RJ45 (Cu) ou l’installation de quatre émetteurs-récepteurs SFP GbE.

    • Le routeur ACX2000 comprend 16 ports GbE et deux ports PoE. Le routeur ACX2000 prend également en charge l’installation de deux émetteurs-récepteurs SFP GbE et de deux émetteurs-récepteurs SFP+ 10 GbE.

    • Le routeur ACX5448 est un routeur haut de baie (top-of-rack) 10 GbE SFP+, avec 48 ports SFP+ et quatre ports QSFP28 100 GbE. Chaque port SFP+ peut fonctionner comme un port 10 GbE natif ou comme un port 1 GbE lorsque des modules optiques 1 Gigabit sont insérés. Les 48 ports du routeur ACX5448 peuvent être configurés en mode 1GE ou 10GE, et ces ports sont représentés par le type d’interface xe . Le PIC 1 de FPC 0 dispose de 4 ports 100GE, où chaque port peut être canalisé en mode 1x100GE, 1x40GE ou 4x25GE et ces ports sont représentés par le type d’interface et . Par défaut, la vitesse de port dans le PIC 1 est 100GE.

      Remarque :

      Le routeur ACX5448 ne prend pas en charge l’interface des services Pseudowire.

    Remarque :

    Seuls les routeurs ACX5048, ACX5096 et ACX5448 prennent en charge le 40 GbE. Le routeur ACX5448 prend en charge la distribution 40 GbE vers le 10 GbE.

Interfaces T1 et E1 TDM (Time-Division Multiplexing)

Sur les routeurs ACX Series, les fonctionnalités TDM de Junos OS existantes sont prises en charge sans modification des instructions ou fonctionnalités. Les fonctionnalités TDM clés suivantes pour les interfaces T1 (ct1) et E1 (ce1) sont prises en charge :

  • Channelisation T1 et E1

  • Encapsulation T1 et E1

  • Alarmes, défauts et statistiques

  • Bouclage externe et interne

  • Classe de service (CoS) TDM

Le mode T1 et E1 est sélectionné au niveau PIC. Pour définir le mode T1 ou E1 au niveau PIC, incluez l’instruction framing avec l’option t1 au e1 niveau [chassis fpc slot-number pic slot-number] de la hiérarchie. Tous les ports peuvent être T1 ou E1. Le mélange des T1 et E1 n’est pas pris en charge.

Interface T1 ou E1 BITS (ACX2000)

Le routeur ACX2000 est doté d’une interface BITS (Building-Integrated Timing Supply) T1 ou E1 que vous pouvez connecter à une horloge externe. Après avoir connecté l’interface à l’horloge externe, vous pouvez configurer l’interface BITS afin que celle-ci devienne une source candidate pour la synchronisation du châssis sur l’horloge externe. La fréquence de l’interface BITS dépend de l’horloge client client Synchronous Ethernet (EEC) sélectionnée avec l’instruction network-option au niveau de la hiérarchie [edit chassis synchronization].

Remarque :

Le routeur ACX1000 ne prend pas en charge l’interface BITS.

Multiplexage inverse pour ATM (IMA)

Définie par l’ATM Forum, la version 1.1 de la spécification IMA est une technologie standardisée utilisée pour transporter le trafic ATM sur une offre d’interfaces T1 et E1, également connue sous le nom de groupe IMA. Jusqu’à huit liens par offre et 16 offres par PIC sont pris en charge. Les fonctionnalités IMA clés suivantes sont prises en charge :

  • Encapsulation de couche 2 IMA

  • ATM CoS

  • Contrôle et modélisation ATM

  • Nombre de paquets refusés dans la sortie de la show interfaces at-fpc/pic/port extensive commande

Gigabit Ethernet Interfaces

Sur les routeurs ACX Series, les fonctionnalités Ethernet de Junos OS existantes sont prises en charge sans modification des instructions ou fonctionnalités. Les fonctionnalités clés suivantes sont prises en charge :

  • Spécification du type de support (routeur ACX1000 avec interfaces GbE SFP et RJ45)

  • Autonegotiation pour les interfaces RJ45 GbE

  • Gestion des événements de l’insertion et du retrait des SFP

  • Désactivation explicite de l’interface physique

  • Contrôle de flux

    Remarque :

    Le routeur ACX Series ne prend pas en charge le contrôle de flux basé sur les trames PAUSE.

  • Bouclage

  • Alarme de perte de signal (LOS)

  • Fonctionnalités de la couche MAC (Media Access Control)

  • Unité de transmission maximale (MTU)

  • Notification des pannes à distance pour les interfaces 10 GbE

  • Collecte et gestion des statistiques

  • Power over Ethernet (PoE) (routeur ACX2000)

  • Mode haute puissance

Les ports GbE du routeur peuvent fonctionner comme une interface 1 GbE ou 10 GbE, selon le type d’émetteur-récepteur SFP inséré. Lorsque vous insérez un émetteur-récepteur SFP+, l’interface fonctionne à la vitesse 10 Gigabit. Lorsque vous insérez un émetteur-récepteur SFP, l’interface fonctionne à la vitesse 1 Gigabit. La configuration n’est pas requise car la vitesse est déterminée automatiquement en fonction du type d’émetteur-récepteur SFP inséré. L’interface à double vitesse est automatiquement créée avec le xe préfixe, tel que xe-4/0/0.

Les mêmes instructions de configuration sont utilisées pour les deux vitesses, et les paramètres de Classe de service (CoS) sont mis à l’échelle en pourcentage de la vitesse du port. Pour configurer une interface GbE à double vitesse, incluez l’instruction interface xe-fpc/pic/port au niveau de la hiérarchie [edit interfaces]. Pour afficher la vitesse de l’interface et d’autres détails, émettre la show interfaces commande.

Remarque :

Vous devez utiliser un SFP de niveau industriel inférieur à 0 dC pour les cartes ACX 1100 et ACX 2100.

Interfaces de gestion Ethernet TX Matrix Plus et T1600 Router (Matrice de routage)

Pour les routeurs TX Matrix Plus et pour les routeurs centraux T1600 avec RE-C1800 configurés dans une matrice de routage, Junos OS crée automatiquement l’interface Ethernet de gestion du routeur, em0. Pour l’utiliser em0 comme port de gestion, vous devez configurer son port logique, em0.0avec une adresse IP valide.

Lorsque vous entrez la show interfaces commande sur un routeur TX Matrix Plus, les interfaces Ethernet de gestion (et les interfaces logiques) s’affichent :

Remarque :

Les moteurs de routage du routeur TX Matrix Plus et des routeurs T1600 avec RE-C1800 configurés dans une matrice de routage ne prennent pas en charge l’interface fxp0De gestion Ethernet . Ils ne prennent pas en charge les interfaces fxp1 Ethernet internes.fxp2

Interfaces Ethernet internes des routeurs T1600 (matrice de routage)

Sur un routeur T1600 configuré dans une matrice de routage, le moteur de routage (RE-TXP-LCC) et la carte de contrôle (LCC-CB) fonctionnent comme une unité ou un sous-système hôte. Pour chaque sous-système d’hôte du routeur, junos OS crée automatiquement deux interfaces Ethernet internes, bcm0 et em1, pour les deux ports Gigabit Ethernet du moteur de routage.