Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Configuration des tables de routage Junos OS

Comprendre les tables de routage Junos OS

Junos OS crée et gère automatiquement plusieurs tables de routage. Chaque table de routage est utilisée à des fins spécifiques. En plus de ces tables de routage créées automatiquement, vous pouvez créer vos propres tables de routage.

Chaque table de routage remplit une partie de la table de transfert. Ainsi, la table de transfert est partitionné en fonction des tables de routage. Cela permet d’avoir un comportement de transfert spécifique pour chaque table de routage. Par exemple, pour les VPN, chaque table de routage basée sur VPN a sa propre partition propre VPN dans la table de transfert.

Il est courant pour le logiciel de routage de maintenir des routes unicast et des routes multicast dans différentes tables de routage. Des considérations de stratégie peuvent également vous conduire à créer des tables de routage distinctes pour gérer la propagation des informations de routage.

La création de tables de routage est facultative. Si vous n’en créez aucun, Junos OS utilise ses tables de routage par défaut, qui sont les suivantes :

  • inet.0 : pour les routes unicast IP version 4 (IPv4). Ce tableau stocke les routes locales et directes de l’interface, les routes statiques et les routes apprises de manière dynamique.

  • inet.1 : pour le cache de transfert multicast IPv4. Ce tableau stocke les entrées de groupe IPv4 (S,G) créées dynamiquement à la suite d’informations d’état de jointure.

  • inet.2 : pour les routes SAFI (Address Family Indicator) suivantes, lorsque le protocole BGP multiprotocole (MBGP) est activé. Ce tableau stocke les routes unicast utilisées pour la recherche RPF (Reverse-Path-Forwarding) multicast. Les routes de ce tableau peuvent être utilisées par le protocole DVMRP (Distance Vector Multicast Routing Protocol), qui nécessite une table RPF spécifique. En revanche, le multicast indépendant du protocole (PIM) n’a pas besoin de cette table, car il peut effectuer des vérifications RPF par rapport à la table inet.0. Vous pouvez importer des routes d’inet.0 dans inet.2 à l’aide de groupes RIB (Routing Information Base) ou installer des routes directement dans inet.2 à partir d’un protocole de routage multicast.

  • inet.3 : pour MPLS IPv4. Cette table stocke l’adresse de sortie d’un chemin LSP (label-swiched path) MPLS, le nom LSP et le nom de l’interface sortante. Cette table de routage n’est utilisée que lorsque l’équipement local est le nœud d’entrée vers un LSP.

  • inet6.0 : pour les routes unicast IP version 6 (IPv6). Ce tableau stocke les routes locales et directes de l’interface, les routes statiques et les routes apprises de manière dynamique.

  • inet6.1 : pour le cache de transfert multicast IPv6. Ce tableau stocke les entrées de groupe IPv6 (S,G) créées dynamiquement à la suite d’informations d’état de jointure.

  • instance-name.inet.0 : si vous configurez une instance de routage, Junos OS crée la table instance-namede routage unicast par défaut .inet.0.

  • instance-name.inet.2 : si vous configurez des protocoles de routage-instances instance-name de la famille bgp inet multicast dans une instance de routage de type VRF, Junos OS crée la instance-nametable .inet.2 .

    Une autre façon de créer la instance-nametable .inet.2 est d’utiliser l’instruction rib-group . Exemple : exportation de routes spécifiques d’une table de routage vers une autre table de routage.

    Note:

    L’importation de routes multicast inet-vpn à partir de la table bgp.l3vpn.2 dans la instance-nametable .inet.2 ne crée pas la instance-nametable .inet.2 . L’opération d’importation ne fonctionne que si la instance-nametable .inet.2 existe déjà.

  • instance-name.inetflow.0 : si vous configurez un routage de flux, Junos OS crée la table instance-namede routage de flux .inetflow.0.

  • bgp.l2vpn.0 : pour les routes VPN de couche 2 apprises à partir de BGP. Ce tableau stocke les routes apprises à partir d’autres routeurs de périphérie du fournisseur. Les informations de routage de couche 2 sont copiées dans les instances de routage et de transfert VPN de couche 2 en fonction des communautés cibles.

  • bgp.l3vpn.0 : pour les routes VPN de couche 3 apprises à partir de BGP. Ce tableau stocke les routes tirées des autres routeurs PE. Les routes de cette table sont copiées dans un VRF de couche 3 lorsqu’il existe une table de routage équivalente.

  • l2circuit.0— Pour les routes l2circuit apprises à partir de LDP. Les routes de ce tableau sont utilisées pour envoyer ou recevoir des messages de signalisation l2circuit.

  • mpls.0 : pour les opérations de commutation d’étiquettes MPLS. Ce tableau est utilisé lorsque l’équipement local est un routeur de transit.

  • iso.0 : pour les routes IS-IS. Lorsque vous utilisez IS-IS pour prendre en charge le routage IP, ce tableau contient uniquement le titre d’entité réseau (NET) de l’équipement local.

  • juniper_private : junos OS communique en interne entre le moteur de routage et le matériel PIC.

Fonctionnalités de la table de routage dans Junos OS

Junos OS gère deux bases de données pour les informations de routage :

  • Table de routage : contient toutes les informations de routage apprises par tous les protocoles de routage. (Certains fournisseurs font référence à ce type de tableau en tant que base d’informations de routage [RIB].)

  • Table de transfert : contient les routes effectivement utilisées pour transférer des paquets. (Certains fournisseurs font référence à ce type de tableau en tant que base d’informations de transfert [FIB].)

Par défaut, Junos OS gère trois tables de routage : une pour les routes unicast IP version 4 (IPv4), une seconde pour les routes multicast et une troisième pour MPLS. Vous pouvez configurer des tables de routage supplémentaires.

Junos OS gère des tables de routage distinctes pour les routes IPv4 et IP version 6 (IPv6).

Junos OS installe tous les routes actives à partir de la table de routage dans la table de transfert. Les routes actives sont des routes utilisées pour transférer les paquets vers leur destination. Le noyau du système d’exploitation Junos conserve une copie principale de la table de transfert. Il copie la table de transfert au moteur de transfert de paquets, qui est le composant responsable du transfert des paquets.

Le processus du protocole de routage Junos détermine généralement la route active en sélectionnant la route avec la valeur de préférence la plus faible. Junos OS prend en charge les préférences alternatives et de déchirure, et certains des protocoles de routage, notamment BGP et MPLS, utilisent ces préférences supplémentaires.

Vous pouvez ajouter des adresses martiennes et des routes statiques, agrégées et générées aux tables de routage Junos, en configurant les routes avec une ou plusieurs des propriétés du tableau 1.

Tableau 1 : Propriétés de routage de la table de routage

Description

Statique

Agrégat

Generated

Adresse de destination

X

X

X

Routage par défaut vers la destination

X

X

X

Adresse IP ou interface du saut suivant vers la destination

X

Chemin de commutation d’étiquettes (LSP) en saut suivant

X

Rejetez les paquets, installez un itinéraire de rejet pour cette destination et envoyez des messages inaccessibles à l’ICMP (Internet Control Message Protocol)

X

X

X

Rejetez les paquets, installez un itinéraire de rejet pour cette destination, mais n’envoyez pas de messages inatteignables ICMP

X

X

X

Réception des paquets par le routeur local

X

Associer une valeur métrique au routage

X

X

X

Type de routage

X

X

X

Valeurs de préférence

X

X

X

Valeurs de préférence supplémentaires

X

X

X

Préférence indépendante (instruction qualified-next-hop )

X

Informations de la communauté BGP à associer à la route

X

X

X

Informations de chemin du système autonome (AS) à associer à la route

X

X

X

Chaînes de balise OSPF à associer à la route

X

X

X

N’installez pas de routes statiques actives dans la table de transfert

X

Installer le routage dans la table de transfert

X

Conserver en permanence une route statique dans la table de transfert

X

Inclure uniquement les plus longues séquences d’dirigeant courantes à partir des chemins AS contributifs

X

Inclure tous les numéros AS pour un routage spécifique

X

Conserver une route inactive dans les tables de routage et de transfert

X

X

X

Supprimer une route inactive des tables de routage et de transfert

X

X

X

Politique active d’association à la route

X

X

Indiquez qu’un itinéraire n’est pas éligible pour lavertation

X

Spécifier le routage vers un préfixe qui n’est pas directement connecté au saut suivant

X

Comprendre les groupes de tables de routage par défaut pour les routes d’interface sur les routeurs PTX

Sur les routeurs de transport de paquets PTX Series, les groupes de tables de routage de routage d’interface par défaut diffèrent de ceux des autres équipements de routage Junos OS.

Les routeurs PTX Series sont des plates-formes de transit MPLS qui effectuent des transferts IP, généralement à l’aide de routes IGP (Interior Gateway Protocol). Les routes d’interface sont directement connectées et les routes locales.

Les routeurs PTX Series ne ressemblent pas aux autres équipements de routage Junos OS, car ils imposent une résolution indirecte du saut suivant. Les routeurs PTX Series ont besoin que le saut suivant indirect soit résolu pour créer le saut suivant composite enchaîné. Cela peut rendre les routes masquées lorsque le type de saut suivant est inutilisable.

Pour éviter que les routes ne soient masquées, les plates-formes PTX Series copient automatiquement les routes dans inet.0 dans inet.2 et inet.3, et les routes dans inet6.0 dans inet6.2 et inet6.3.

La configuration par défaut de la table de routage de l’interface sur les routeurs PTX Series est la suivante :

Exemple : création de tables de routage

Cet exemple montre comment créer une table de routage personnalisée.

Exigences

Dans cet exemple, aucune configuration particulière au-delà de l’initialisation de l’équipement n’est requise.

Aperçu

La création de tables de routage est facultative. Des considérations de stratégie peuvent vous conduire à créer des tables de routage distinctes pour gérer la propagation des informations de routage. Cette fonctionnalité est rarement utilisée, mais elle est démontrée ici pour l’exhaustivité.

Si vous ne créez aucune table de routage, Junos OS utilise ses tables de routage par défaut.

Note:

Si vous souhaitez ajouter des routes statiques, agrégées, générées ou martiennes uniquement à la table de routage unicast IPv4 par défaut (inet.0), vous n’avez pas à créer de tables de routage car, par défaut, ces routes sont ajoutées à inet.0. Vous pouvez ajouter ces routes en incluant les instructions, l’agrégation, la génération et martians la statique.

Pour créer explicitement une table de routage, incluez l’instruction et les rib instructions enfant dans l’instruction rib .

Le nom de la table de routage, routing-table-name, inclut la famille de protocoles, éventuellement suivie d’une période et d’un nombre. La famille de protocoles peut être inet pour la famille IPv4, inet6 pour la famille IPv6 ou iso pour la famille de protocoles ISO (International Standards Organization). Ce numéro représente l’instance de routage. La première instance est 0.

Cet exemple montre comment configurer une table de routage IPv4 personnalisée appelée inet.14. L’exemple montre également comment remplir la table de routage avec une seule route statique.

Note:

Sur les commutateurs EX Series, seules les routes apprises de manière dynamique peuvent être importées d’un groupe de tables de routage à un autre.

Configuration

Configuration rapide CLI

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez tous les sauts de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à la configuration de votre réseau, puis copiez et collez les commandes dans l’interface de ligne de commande au niveau de la [edit] hiérarchie.

Procédure

Procédure étape par étape

L’exemple suivant vous oblige à naviguer à différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation dans l’interface de ligne de commande, reportez-vous à Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le Junos OS CLI User Guide.

Pour créer une table de routage :

  1. Configurez la table de routage.

  2. Si vous avez terminé la configuration de l’unité, validez la configuration.

Résultats

Confirmez votre configuration en envoyant la show routing-options commande. Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Vérification

Vérifiez que la configuration fonctionne correctement.

Vérification de la table de routage

But

Assurez-vous que la route statique apparaît dans la table de routage personnalisée.

Action
Sens

La route statique se trouve dans la table de routage personnalisée.

Exemple : exportation de routes spécifiques d’une table de routage vers une autre table de routage

Cet exemple montre comment dupliquer des routes spécifiques d’une table de routage vers une autre table de routage au sein d’une même instance de routage.

Exigences

Aucune configuration particulière au-delà de l’initialisation de l’équipement n’est requise avant de configurer cet exemple.

Aperçu

Cet exemple utilise l’instruction auto-export et l’instruction rib-group pour atteindre l’objectif d’exportation de routes spécifiques d’une table de routage à une autre.

Tenez compte des points suivants :

  • Lorsque l’exportation automatique est configurée dans une instance de routage, les stratégies vrf-import et vrf-export sont examinées. En fonction de la cible de routage et des informations de la communauté contenues dans les stratégies, la fonction d’exportation automatique effectue la fuite de route entre les tables inet.0 de l’instance de routage locale.

  • Vous pouvez utiliser l’instruction rib-group s’il est nécessaire d’importer des routes dans des tables autres que instance.inet.0. Pour utiliser un groupe RIB avec exportation automatique, l’instance de routage doit spécifier des stratégies explicites vrf-import et vrf-export . Les stratégies d’importation vrf et d’exportation vrf peuvent être étendues pour contenir des conditions supplémentaires afin de filtrer les routes selon les besoins du groupe RIB.

Dans cet exemple, des routes internes à l’accès sont ajoutées à la table de routage vpna.inet.0. Les routes internes à l’accès sont également dupliquées dans la table de routage vpna.inet.2.

Configuration

Configuration rapide CLI

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez tous les sauts de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à la configuration de votre réseau, puis copiez et collez les commandes dans l’interface de ligne de commande au niveau de la [edit] hiérarchie.

Configuration de l’exportation de route spécifique entre les tables de routage

Procédure étape par étape

L’exemple suivant vous oblige à naviguer à différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour obtenir des instructions sur cette méthode, reportez-vous à Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le Junos OS CLI User Guide.

Pour configurer l’équipement :

  1. Configurez les interfaces.

  2. Configurez la stratégie de routage qui spécifie des routes particulières pour l’importation dans vpna.inet.0 et l’exportation à partir de vpna.inet.0.

  3. Configurez l’instance de routage.

    Les instructions et vrf-export l’importation vrf sont utilisées pour appliquer les stratégies de routage vpna-import et vpna-export.

  4. Configurez le groupe RIB et importez des routes dans la table de routage vpna.inet.2 .

  5. Configurez l’instruction auto-export pour permettre l’exportation des routes d’une table de routage vers une autre.

  6. Configurer BGP.

  7. Configurez le numéro de système autonome (AS).

Résultats

À partir du mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant les show interfacescommandes , show policy-optionset show routing-optionsshow routing-instances . Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Si vous avez terminé la configuration de l’unité, saisissez la validation depuis le mode de configuration.

Vérification

Vérifiez que la configuration fonctionne correctement en exécutant les show table route vpna.inet.0 show route table vpna.inet.2 commandes.