Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

GMPLS Configuration

Introduction à GMPLS

La MPLS traditionnelle est conçue pour transporter le trafic IP de couche 3 à l’aide de chemins IP établis et en associant ces chemins à des labels qui se sont souvent attribués. Ces labels peuvent être configurés explicitement par un administrateur réseau ou peuvent être attribués de manière dynamique par le moyen d’un protocole tel que LDP ou RSVP.

GMPLS généralise les MPLS en ce sens qu’il définit les étiquettes de commutation pour divers types de trafic de couche 1, de couche 2 ou 3. Les nodes GMPLS peuvent avoir des liaisons avec une ou plusieurs des fonctionnalités de commutation suivantes:

  • Fibre switched capable (FSC)

  • Capacité de commuté Lambda (LSC)

  • TSC (Time-Division Multiplexing TDM) capable de commutation

  • Capacité à commutation par paquets (PSC)

Les chemins de commutation d’étiquettes (LSP) doivent commencer et se terminer sur les liaisons 3 avec la même fonctionnalité de commutation. Par exemple, les routeurs peuvent établir des LSP à commutation par paquets avec d’autres routeurs. Les LSP peuvent être transportés par un LSP à commuté TDM entre des multiplexeurs DSP (Add/Drop Multiplexers) SONET, qui à leur tour peuvent être transportés sur un LSP commuté par lambda.

Cette extension du protocole de MPLS entraîne une augmentation du nombre d’équipements utilisés par la commutation d’étiquettes. Les équipements de couche inférieure, comme OXCs et les ADM SONET, peuvent désormais participer à la signalisation GMPLS et configurer des chemins pour transférer des données. Un routeur peut participer à la signalisation de chemins optiques sur un réseau de transport.

Deux modèles de services déterminent la visibilité qu’un nœud client (un routeur, par exemple) a dans le réseau central ou de transport optique. Le premier passe par une interface utilisateur-réseau (UNI), souvent appelée modèle overlay. Le second modèle est appelé modèle pair. Juniper Networks prend en charge les deux modèles.

Remarque :

Il n’y a pas nécessairement de correspondances entre une interface physique et une interface GMPLS. Si une connexion GMPLS utilise un connecteur physique nonchannelisé, le label GMPLS peut utiliser l’ID de port physique. Toutefois, le label des interfaces canalisées est souvent basé sur un canal ou un emplacement. Par conséquent, il est préférable de désigner les étiquettes GMPLS comme identifiants pour une ressource sur une liaison d’ingénierie de trafic.

Pour établir des LSP, GMPLS utilise les mécanismes suivants:

  • Canal de contrôle hors bande et canal de données: les messages RSVP de configuration LSP sont envoyés par le réseau de contrôle hors bande. Une fois la configuration LSP terminée et le chemin mis à disposition, le canal de données est mis en place et peut être utilisé pour transporter le trafic. Le protocole LMP (Link Management Protocol) permet de définir et de gérer les canaux de données entre deux nodes. Vous pouvez éventuellement utiliser LMP pour établir et entretenir des canaux de contrôle LMP entre les pairs exécutant la même Junos OS version.

  • Extensions RSVP-TE pour GMPLS— RSVP-TE est déjà conçu pour signaler la configuration des LSP de paquets. Cette extension a été étendue pour que GMPLS puisse demander une configuration de chemin pour différents types de LSP (nonpacket) et demander des labels tels que des longueurs d’onde, des emplacements horaires et des fibres comme objets d’étiquettes.

  • LSP bidirectionnels: les données peuvent circuler dans les deux sens entre les équipements GMPLS sur un chemin unique, de sorte que les LSP non-packet sont signalés comme bidirectionnels.

Termes et sigles GMPLS

GMPLS (Generalized MPLS)

Extension au MPLS qui permet de commuter les données de plusieurs couches vers des chemins de commutés d’étiquettes (LSP). Des connexions LSP GMPLS sont possibles entre des équipements de couche 1, de couche 2 et 3 similaires.

Adjacence de forwarding

Un chemin de transmission pour l’envoi de données entre les équipements GMPLS.

Étiquette GMPLS

Identifiants de couche 3, port fibre, emplacement à TDM (TDM) ou longueur d’onde d’WDM dense (DWDM) d’un équipement GMPLS utilisé comme identifiant du saut suivant.

Types de LSP GMPLS

Les quatre types de LSP GMPLS sont:

  • Fsc (Fiber-Switched Capable): les LSP sont commutés entre deux équipements fibre, tels que les systèmes de connexion croisée optique (OX) qui fonctionnent au niveau des fibres individuelles.

  • Capacité de commutation Lambda (LSC): les LSP sont commutés entre deux équipements DWDM, tels que les OXC qui fonctionnent au niveau des longueurs d’onde individuelles.

  • TDM de capacité à commuter (TDM): les LSP sont commutés entre deux TDM, tels que les ADM SONET.

  • Capacité à commutation par paquets (PSC): les LSP sont commutés entre deux équipements basés sur des paquets, tels que des routeurs ou des commutateurs ATM.

Protocole de gestion des liaisons

Un protocole utilisé pour définir une adjacence de communication entre pairs et pour maintenir et allouer des ressources sur les liaisons d’ingénierie de trafic.

Lien ingénierie du trafic

Une connexion logique entre les équipements GMPLS. Les liens d’ingénierie du trafic peuvent avoir des adresses ou des ID et sont associés à certaines ressources ou interfaces. Elles ont également certains attributs (codage, capacité de commutation, bande passante, et ainsi de suite). Les adresses logiques peuvent être routables, même si elles ne sont pas nécessaires car elles agissent comme identificateurs de liens. Chaque lien d’ingénierie de trafic représente une adjacence de communication entre deux équipements.

Fonctionnement de GMPLS

La fonctionnalité de base de GMPLS nécessite une interaction étroite entre RSVP et LMP. Il fonctionne dans la séquence suivante:

  1. LMP informe RSVP des nouvelles entités:

    • Lien d’ingénierie du trafic (adjacence de forwarding)

    • Ressources disponibles pour le lien sur les ingénieries de trafic

    • Pair de contrôle

  2. GMPLS extrait les attributs LSP de la configuration et demande à RSVP de signaler un ou plusieurs chemins spécifiques, spécifiés par les adresses de liaisons d’ingénierie de trafic.

  3. RSVP détermine la liaison technique du trafic local, l’adjacence de contrôle correspondante, le canal de contrôle actif, ainsi que les paramètres de transmission (par exemple, la destination IP). Il demande que LMP alloue une ressource sur la liaison des ingénieries de trafic avec les attributs spécifiés. Si LMP trouve une ressource correspondant à ces attributs, l’allocation d’étiquettes est réussi. Le RSVP envoie un PathMsg saut par saut jusqu’au routeur cible.

  4. Lorsque le routeur cible reçoit le PathMsg, RSVP demande une nouvelle fois à LMP d’allouer une ressource en fonction des paramètres signalés. Si l’allocation d’étiquettes réussit, le routeur renvoie une resvMsg.

  5. Si la signalisation réussit, un chemin optique bidirectionnel est provisionnel.

GMPLS et OSPF

Vous pouvez configurer OSPF pour GMPLS. OSPF est un protocole de passerelle intérieure (IGP) qui route les paquets au sein d’un système unique et autonome (AS). OSPF utilise des informations d’état de liens pour prendre des décisions de routage.

GMPLS et CSPF

GMPLS introduit des contraintes supplémentaires pour les chemins de calcul pour les LSP GMPLS qui utilisent CSPF. Ces contraintes supplémentaires affectent les attributs de liaison suivants:

  • Type de signal (bande passante LSP minimale)

  • Type d’encodage

  • Type de commutation

Ces nouvelles contraintes sont peuplées dans la base de données des ingénieries de trafic avec l’échange d’un descripteur de capacité de commutation d’interface type, longueur, valeur (TLV) par le biais d’IGP.

Les contraintes ignorées qui sont échangées par le descripteur de capacité de commutation d’interface incluent:

  • Bande passante LSP maximale

  • Nombre maximal d’unités de transmission (MTU)

Le calcul de chemin CSPF est le même que dans les environnements non-GMPLS, sauf si les liaisons sont également limitées par des contraintes GMPLS.

Chaque lien peut avoir plusieurs descripteurs de fonctionnalité de commutation d’interface. Tous les descripteurs sont contrôlés avant de rejeter une liaison.

Les contraintes sont vérifiées dans l’ordre suivant:

  1. Le type de signal configuré pour le LSP GMPLS signifie la quantité de bande passante demandée. Si la bande passante souhaitée est inférieure à la bande passante LSP minimale, le descripteur de commutation d’interface est rejeté.

  2. Le type d’encodage de la liaison pour les interfaces d’entrée et de sortie doit correspondre. Le type d’encodage est sélectionné et stocké au nœud d’entrée une fois toutes les contraintes satisfaites par la liaison et utilisée pour sélectionner la liaison sur le nœud de sortie.

  3. Le type de commutation des liaisons des commutateurs intermédiaires doit correspondre à celui du LSP GMPLS spécifié dans la configuration.

Fonctionnalités de GMPLS

La Junos OS fonctionnalité GMPLS suivante:

  • Un plan de contrôle hors bande permet de signaler l’installation de chemins LSP.

  • Les extensions de TE RSVP-TE des objets supplémentaires au-delà des paquets de couche 3, tels que les ports, les emplacements d’heure et les longueurs d’onde.

  • Le protocole LMP crée et tient à jour une base de données de liens d’ingénierie de trafic et d’informations de peer. Seule la version statique de ce protocole est prise en charge dans le Junos OS. Vous pouvez configurer LMP pour établir et maintenir des canaux de contrôle LMP entre les pairs exécutant la même Junos OS version.

  • Les LSP bidirectionnels sont requis entre les équipements.

  • Plusieurs types d’étiquettes GMPLS qui sont définis dans le RFC 3471, la MPLS générale— La signalisation fonctionnelle Description,telle que MPLS, Generalized, SONET/SDH, Suggested et Upstream, sont pris en charge. Les étiquettes générales ne contiennent pas de champ de type, car les nodes doivent savoir, du contexte de leur connexion, le type de label à attendre.

  • Les paramètres de trafic facilitent l’encodage de la bande passante GMPLS et le format SONET/SDH.

  • Les autres attributs pris en charge sont l’identification des interfaces et l’identification d’interface avec erreurs, la signalisation de type utilisateur à réseau (UNI) et les chemins LSP secondaires.

Configuration des chemins MPLS pour GMPLS

Dans le cadre de la configuration GMPLS, vous devez établir un chemin d’MPLS pour chaque équipement unique connecté via GMPLS. Configurez l’adresse distante des liens d’ingénierie du trafic comme adresse au niveau [edit protocols mpls path path-name] hiérarchique. CSPF (Constrained Shortest Path First) est pris en charge pour vous aider à choisir l’adresse en question ou strictloose l’option en question.

Consultez la présentation de la configuration LMP pour plus d’informations sur l’obtention d’une adresse distante des liaisons techniques du trafic.

Pour configurer le chemin d MPLS, inclure l’instruction au niveau path[edit protocols mpls] de la hiérarchie:

Pour savoir comment configurer MPLS chemins d’accès, consultez Creating Named Paths.

Traçage du trafic LMP

Pour suivre le trafic du protocole LMP, inclure traceoptions l’instruction au niveau de la [edit protocols link-management] hiérarchie:

Utilisez file l’instruction pour spécifier le nom du fichier qui reçoit le résultat de l’opération de traçage. Tous les fichiers sont placés dans le répertoire /var/log.

Les indicateurs de suivi suivants affichent les opérations associées à l’envoi et à la réception de divers messages LMP:

  • all— Suivre toutes les opérations disponibles

  • hello-packets—Tracez les paquets hello sur n’importe quel canal de contrôle LMP

  • init—Sortie des messages d’initialisation

  • packets—Tracez tous les paquets autres que hello sur n’importe quel canal de contrôle LMP

  • parse— Fonctionnement du pare-fort

  • process— Fonctionnement de la configuration générale

  • route-socket— Fonctionnement des événements de prise de route

  • routing— Fonctionnement des protocoles de routage

  • server— Opérations de traitement des serveurs

  • show— Maintenance des show opérations pour les commandes

  • state—Suivre les transitions d’état des canaux de contrôle LMP et des liens des ingénieries de trafic

Chaque indicateur peut porter un ou plusieurs des modifiers suivants:

  • detail— Fournir des informations détaillées sur la trace

  • receive— Réception des paquets

  • send— Transmission de paquets

Configuration MPLS LSP pour GMPLS

Pour activer les paramètres de commutation GMPLS appropriés, configurez les attributs de chemin de commutation d’étiquettes (LSP) adaptés à votre connexion réseau. La valeur par défaut switching-type est , ce qui est également approprié pour les psc-1 MPLS.

Pour configurer les attributs LSP, inclure l’instruction au niveau lsp-attributes[edit protocols mpls label-switched-path lsp-name] de la hiérarchie:

Si vous inclut l’instruction dans la configuration du chemin de commutation d’étiquettes, vous devez également configurer les chemins principaux et secondaires, ou la configuration ne no-cspf peut pas être engagée.

Les sections suivantes décrivent comment configurer chacun des attributs LSP pour un LSP GMPLS:

Configuration du type d’encodage

Vous devez spécifier le type d’encodage de la charge utile transporté par le LSP. Il peut s’obtenir les exemples suivants:

  • ethernet—Ethernet

  • packet—Paquets

  • pdh—Hiérarchie numérique plésiochrone (PDH)

  • sonet-sdh—SONET/SDH

La valeur par défaut est packet .

Pour configurer le type d’encodage, inclure encoding-type l’instruction au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name lsp-attributes] hiérarchie:

Configuration du GPID

Vous devez spécifier le type de charge utile transporté par le LSP. La charge utile est le type de paquet sous le MPLS étiquette. La charge utile est spécifiée par l’identifiant de charge utile générale (GPID).

Vous pouvez spécifier le GPID avec l’une des valeurs suivantes:

  • hdlc— Contrôle de liaison de données de haut niveau (HDLC)

  • ethernet—Ethernet

  • ipv4—IP version 4 (par défaut)

  • pos-scrambling-crc-16— Interopérabilité avec les équipements des autres fournisseurs

  • pos-no-scrambling-crc-16— Interopérabilité avec les équipements des autres fournisseurs

  • pos-scrambling-crc-32— Interopérabilité avec les équipements des autres fournisseurs

  • pos-no-scrambling-crc-32— Interopérabilité avec les équipements des autres fournisseurs

  • ppp— Protocole PPP (Point-to-Point Protocol)

Pour configurer le GPID, inclure gpid l’instruction au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name lsp-attributes] hiérarchie:

Configuration du type de bande passante du signal

Le type de bande passante du signal est le codage utilisé pour le calcul de chemin et le contrôle d’admission. Pour configurer le type de bande passante du signal, inclure signal-bandwidth l’instruction au niveau de la [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name lsp-attributes] hiérarchie:

Configuration des LSP bidirectionnels GMPLS

Étant donné MPLS et GMPLS utilisent la même hiérarchie de configuration pour les LSP, il est utile de savoir quels attributs LSP contrôlent la fonctionnalité LSP. Les MPLS LSP à commutation par paquets sont unidirectionnels, alors que les LSP GMPLS nonpacket sont bidirectionnels.

Si vous utilisez le type de commutation par paquet par psc-1 défaut, votre LSP devient unidirectionnel. Pour activer un LSP bidirectionnel GMPLS, vous devez sélectionner une option de type de commutation autres que des paquets, telle que lambdafiber , ou ethernet . Inclure switching-type l’énoncé au niveau [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name lsp-attributes] de la hiérarchie:

Permettre aux LSP GMPLS nonpacket d’établir des chemins à travers les routeurs qui s’exécutent Junos OS

En paramètrent l’A-bit dans l’objet État d’administration. vous pouvez activer des LSP GMPLS nonpacket pour établir des chemins via des routeurs qui exécutent Junos. Lorsqu’un routeur d’entrée envoie un message sur le chemin RSVP avec l’ensemble de bits d’état administrateur, un équipement externe (et non un routeur exécutant le Junos OS) peut effectuer un test de configuration du chemin de couche 1 ou aider à mettre en place une connexion croisée optique.

Lorsqu’elle est définie, l’ad bit de l’objet Statut d’administration indique l’état d’down administrative d’un LSP GMPLS. Cette fonctionnalité est spécifiquement utilisée par les LSP GMPLS nonpacket. Elle n’affecte pas la configuration du chemin de contrôle ou le forwarding de données pour les LSP de paquets.

Junos ne distingue pas entre la configuration du chemin de contrôle et la configuration du chemin de données. Les autres nodes du chemin réseau utilisent la signalisation RSVP PATH en utilisant le bit A de manière significative.

Pour configurer l’objet état d’administration d’un LSP GMPLS, inclure admin-down l’instruction:

Vous pouvez inclure cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

Jusqu’à la fin des LSP GMPLS

Vous pouvez également démontager les LSP GMPLS nonpacket. Un LSP qui s’adagent à une autre façon, un processus courant dans un réseau à commutation par paquets, peut causer des problèmes de stabilité dans les réseaux qui ne sont pas commutés par paquets. Pour maintenir la stabilité des réseaux sans commuté, il peut être nécessaire de décompiler les LSP avec élégance.

Les sections suivantes décrivent comment décloyer les LSP GMPLS avec élégance:

Suppression temporaire des LSP GMPLS

Vous pouvez démonter avec élégance un LSP GMPLS à l’aide de la clear rsvp session gracefully commande.

Cette commande nous fait pleurer en deux temps lors d’une session RSVP pour un LSP nonpacket. Dans le premier passage, l’objet statut d’administrateur est signalé le long du chemin vers le point de terminaison du LSP. Dans le deuxième passage, le LSP est retiré. À l’aide de cette commande, le LSP est temporairement retiré. Après l’intervalle approprié, le LSP GMPLS est re-re-rétabli.

La clear rsvp session gracefully commande possède les propriétés suivantes:

  • Elle fonctionne uniquement sur les routeurs d’entrée et de sortie d’une session RSVP. S’il est utilisé sur un routeur de transit, il a le même comportement que la clear rsvp session commande.

  • Elle est uniquement efficace pour les LSP nonpacket. S’il est utilisé avec les LSP de paquets, il a le même comportement que la clear rsvp session commande.

Pour plus d’informations, consultez le CLI Explorer.

Suppression permanente des LSP GMPLS

Lorsque vous désactivez un LSP dans la configuration, ce dernier est supprimé de façon permanente. En configurant disable l’instruction, vous pouvez désactiver un LSP GMPLS de façon permanente. Si le LSP désactivé est un LSP nonpacket, les procédures de démontage LSP qui utilisent l’objet État d’administration sont utilisées. Si le LSP désactivé est un LSP de paquets, les procédures de signalisation habituelles pour la suppression de LSP sont utilisées.

Pour désactiver un LSP GMPLS, indiquez l’instruction à l’un des niveaux de disable hiérarchie suivants:

  • [edit protocols mpls label-switched-path lsp-name]— Désactivez le LSP.

  • [edit protocols link-management te-link te-link-name]— Désactivez une liaison d’ingénierie de trafic.

  • [edit protocols link-management te-link te-link-name interface interface-name]— Désactivez une interface utilisée par une liaison des ingénieries de trafic.

Configuration de l’intervalle d’interruption de la suppression normale

Le routeur qui initie la procédure de suppression normale d’une session RSVP attend l’intervalle d’attente de suppression pour s’assurer que tous les routeurs du chemin (en particulier les routeurs d’entrée et de sortie) se sont préparés pour le désistement du LSP.

Le routeur d’entrée lance une procédure de suppression normale en envoyant le message « Admin Status » (état d’administration) dans le message de chemin avec D l’ensemble de bits. Le routeur d’entrée s’attend à recevoir un message resv avec le D bit du routeur de sortie. Si le routeur d’entrée ne reçoit pas ce message dans l’intervalle spécifié par l’intervalle de suppression, il lance une suppression forcée du LSP en envoyant un message PathTear.

Pour configurer l’intervalle d’interruption de la suppression, inclure l’instruction au graceful-deletion-timeout niveau [edit protocols rsvp] de la hiérarchie. Vous pouvez configurer un temps entre 1 et 300 secondes. La valeur par défaut est de 30 secondes.

Vous pouvez configurer cet énoncé aux niveaux hiérarchiques suivants:

  • [edit protocols rsvp]

  • [edit logical-systems logical-system-name protocols rsvp]

Vous pouvez utiliser la show rsvp version commande pour déterminer la valeur actuelle configurée pour le délai d’arrêt de suppression.

Présentation de la signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS

Compréhension de GMPLS RSVP-TE Signalisation

La signalisation est le processus d’échange de messages au sein du plan de contrôle pour configurer, maintenir, modifier et résilier des chemins de données (chemins de commutation d’étiquettes ou LSP) dans le plan de données. La MPLS générale (GMPLS) est une suite de protocoles qui étend le plan de contrôle existant de MPLS pour gérer d’autres classes d’interfaces et pour prendre en charge d’autres formes de commutation d’étiquettes, telles que la TDM (TDM), la fibre (port), Lambda, etc.

GMPLS étend les connexions IP/MPLS de couches 2 et 3 aux équipements optiques de couche 1. Contrairement à MPLS, qui est principalement pris en charge par les routeurs et les commutateurs, GMPLS peut également être pris en charge par des plates-formes optiques, notamment SONET/SDH, des systèmes de connexion croisée optique (OXC) et le multiplexage de la division des ondes denses (DWDM).

En plus des étiquettes, qui servent principalement à envoyer des données dans MPLS, d’autres entrées physiques, telles que les longueurs d’onde, les emplacements d’heure et les fibres, peuvent être utilisées comme objets d’étiquettes pour envoyer des données dans GMPLS, exploitant ainsi les mécanismes du plan de contrôle existant pour signaler différents types de LSP. GMPLS utilise RSVP-TE pour pouvoir demander aux autres objets d’étiquettes de signaler les divers types de LSP (nonpacket). Les autres mécanismes utilisés par GMPLS sont les suivants: un canal de contrôle bidirectionnel, un canal de contrôle hors bande et un canal de données utilisant le protocole de gestion des liaisons (LMP).

Besoin de signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS

Les services point à point de couche 2 traditionnels utilisent des circuits de couche 2 et des technologies VPN de couche 2 basées sur LDP et BGP. Dans le déploiement traditionnel, les équipements de périphérie du CE ne participent pas à la signalisation du service de couche 2. Les équipements de périphérie du fournisseur (PE) gèrent et provisionent le service de couche 2 afin d’assurer une connectivité de bout en bout entre CE réseau.

L’un des principaux défis posés par le fait que les équipements PE provisionnent les services de couche 2 pour chaque circuit de couche 2 entre une paire d’équipements CE est la charge de gestion du réseau qui pèse sur le réseau du fournisseur.

Figure 1 illustre la manière dont le service de couche 2 est mis en place et utilisé par les routeurs CE dans une technologie VPN de couche 2 basée sur LDP/BGP. Deux routeurs CE CE1 et CE2 sont respectivement connectés à un réseau de MPLS par le biais des routeurs PE PE1 et PE2. Les routeurs CE sont connectés aux routeurs PE par des liaisons Ethernet. Les routeurs CE1 et CE2 sont configurés avec les interfaces logiques VLAN1 et VLAN2 de couche 3, de sorte qu’ils semblent être directement connectés. Les routeurs PE1 et PE2 sont configurés avec un circuit de couche 2 (Pseudowire) pour transporter le trafic VLAN de couche 2 entre CE routeurs. Les routeurs PE utilisent des MPLS LSP de paquets au sein du réseau de MPLS fournisseur pour transporter le trafic VLAN de couche 2.

Figure 1 : Services point à point de couche 2 traditionnelsServices point à point de couche 2 traditionnels

Avec l’introduction de la signalisation LSP VLAN basée sur GMPLS, le besoin pour le réseau PE (également appelé couche serveur) de fournir chaque connexion de couche 2 individuelle entre les équipements CE (également appelés clients) est réduit. Le routeur client demande le routeur de couche serveur auquel il est directement connecté pour mettre en place un service de couche 2 qui lui permet de se connecter à un routeur client distant via la signalisation GMPLS.

Les équipements de la couche serveur étendent la signalisation via le réseau au niveau du serveur pour se connecter aux routeurs clients distants. Au cours de cette opération, l’équipement de la couche serveur définit le plan de données pour le service de couche 2 à la frontière entre le serveur et le client, et définit le plan de données pour transporter le trafic de couche 2 sur le réseau de la couche serveur. Avec la configuration de service de couche 2, les routeurs clients peuvent exécuter IP/MPLS directement au-dessus du service de couche 2 et ont une adjacence IP/MPLS entre elles.

En plus de réduire l’activité de provisionation requise sur les équipements de la couche serveur, la signalisation GMPLS offre également aux routeurs clients la flexibilité de mettre en service les circuits de couche 2 à la demande, sans dépendre de l’administration de la couche serveur pour le provisionment du service de couche 2.

En utilisant la même topologie que sur la Figure 1, illustre comment le service de couche 2 est mis en place et utilisé par les routeurs clients dans la technologie VPN de couche Figure 2 2 GMPL RSVP-TE.

Figure 2 : GMPLS RSVP-TE VLAN LSPGMPLS RSVP-TE VLAN LSP

Au lieu de configurer une pseudowire pour transporter le trafic VLAN de couche 2 entre les routeurs clients, les routeurs PE1 et PE2 sont configurés avec un canal de communication IP et d’autres configurations spécifiques GMPLS (identification des liaisons Ethernet comme liaisons TE) pour permettre l’échange de messages de signalisation Figure 2 GMPLS RSVP-TE avec les routeurs clients. Les routeurs CE1 et CE2 sont également configurés avec un canal de communication IP et une configuration GMPLS pertinente pour l’échange des messages de signalisation RSVP-TE GMPLS avec les routeurs de la couche serveur. Les routeurs CE1 et CE2 établissent une adjacence IP/MPLS à ce service de couche 2.

Fonctionnalité de signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS

Sur la base de , le routeur client établit le service de couche 2 dans le réseau Figure 2 de couche serveur:

  1. Le routeur CE1 initie la signalisation GMPLS RSVP-TE avec le routeur PE1. Dans ce message de signalisation, le routeur CE1 indique le VLAN de la liaison Ethernet pour laquelle il a besoin du service de couche 2 et du routeur CE distant, routeur CE2, avec lequel le VLAN doit être connecté.

    Le routeur CE1 indique également le routeur PE distant, le routeur PE2 auquel est connecté le routeur CE2, et la liaison Ethernet exacte qui relie le routeur CE2 au routeur PE2 sur lequel le service de couche 2 est requis dans le message de signalisation.

  2. Le routeur PE1 utilise les informations du routeur CE1 dans le message de signalisation et détermine le routeur PE distant, le routeur PE2, auquel est relié le routeur CE2. Le routeur PE1 établit ensuite un MPLS de paquets LSP (bidirectionnel associé) via le réseau MPLS de la couche serveur pour transporter le trafic VLAN, puis transmet le message de signalisation GMPLS RSVP-TE au routeur PE2 à l’aide du mécanisme de hiérarchie LSP.

  3. Le routeur PE2 propage le message de signalisation GMPLS RSVP-TE au routeur CE2 avec le VLAN à utiliser sur la liaison Ethernet PE2-CE2.

  4. Le routeur CE2 reconnaît le message de signalisation GMPLS RSVP-TE au routeur PE2. Le routeur PE2 le propage ensuite au routeur PE1, qui le propage à son tour sur le routeur CE1.

  5. Dans le cadre de la propagation de ce message, les routeurs PE1 et PE2 ont mis en place le plan de transmission afin d’activer le flux bidirectionnel du trafic VLAN de couche 2 entre les routeurs CE1 et CE2.

Hiérarchie LSP avec GMPLS RSVP-TE VLAN LSP

Le service de couche 2 dans GMPLS RSVP-TE La signalisation VLAN LSP est mise en place à l’aide d’un mécanisme hiérarchique dans lequel deux LSP RSVP différents sont créés pour le service de couche 2:

  • Un LSP VLAN de bout en bout qui dispose d’informations d’état sur les routeurs de couche client et serveur.

  • Un LSP de transport de paquets bidirectionnel associé présent dans les routeurs de couche serveur (PE et P) du réseau de couche serveur.

La hiérarchie LSP évite de partager des informations sur des caractéristiques LSP spécifiques à une technologie avec les noyaux du réseau de couche serveur. Cette solution sépare cleanly l’état LSP VLAN et l’état LSP de transport, et garantit que l’état VLAN LSP n’est présent que sur les nodes (PE, CE) lorsqu’il est nécessaire.

Spécification de chemin pour GMPLS RSVP-TE VLAN LSP

Le chemin du GMPLS RSVP-TE LSP est configuré en tant qu’objet de route explicite (ERO) au niveau du routeur client à l’initiative. Étant donné que ce LSP passe par différents domaines réseau (lancer, mettre fin au réseau client et passer par le réseau de la couche serveur), la configuration LSP relève de la catégorie d’une configuration LSP interdomaine. Dans un scénario interdomaine, en général, un domaine réseau ne permet pas une visibilité complète sur la topologie de l’autre domaine réseau. Ainsi, l’ERO configuré au niveau du routeur client à l’initiative ne comprend pas toutes les informations de saut pour la partie serveur. Cette fonctionnalité exige que l’ERO configuré au niveau du routeur CE dispose de trois sauts, le premier saut étant un saut strict identifiant la liaison Ethernet CE1-PE1, le deuxième saut étant un saut lâche identifiant le routeur PE de sortie (PE2), le troisième saut étant un saut strict identifiant la liaison Ethernet CE2-PE2.

GMPLS RSVP-TE VLAN LSP Configuration

La configuration requise pour mettre en place un LSP VLAN GMPLS sur les routeurs client et serveur utilise le modèle de configuration GMPLS existant avec quelques extensions. Le modèle de configuration GMPLS de Junos OS pour les LSP nonpacket a pour but de mettre en place et de mettre en fonctionnement les interfaces physiques via la signalisation GMPLS RSVP-TE, tandis que la signalisation d’un GMPLS RSVP-TE VLAN LSP consiste à mettre en place des VLAN individuels au-dessus d’une interface physique. ethernet-vlanL’énoncé de configuration sous la hiérarchie permet [edit protocols link-management te-link] cela.

Le routeur client dispose d’interfaces physiques connectées à un réseau de serveur et le réseau serveur fournit une connexion point à point entre deux routeurs clients sur les interfaces physiques connectées. L’interface physique est entrée en état opérationnel par GMPLS RSVP-TE suivants:

  1. Le routeur client conserve une adjacence de routage ou de signalisation avec le nœud de réseau du serveur auquel l’interface physique est connectée, généralement par l’intermédiaire d’un canal de contrôle différent de l’interface physique, car l’interface physique elle-même est mis en service uniquement après la signalisation.

  2. Le routeur client et le nœud du réseau serveur identifient les interfaces physiques qui les connectent à l’aide TE-liaisons.

  3. Le routeur client et le nœud réseau du serveur utilisent l’identifiant de liaison TE (adresse IP) comme saut GMPLS RSVP et l’identifiant d’interface physique comme valeurs d’étiquetteS GMPLS dans les messages de signalisation RSVP-TE GMPLS pour amener l’interface physique dans un état opérationnel.

Dans la configuration GMPLS existante, les nœuds réseau du serveur et du client utilisent l’énoncé de configuration pour spécifier le nœud protocols link-management peer peer-name pair adjacent. Étant donné qu’un routeur client peut connecter une ou plusieurs interfaces physiques au nœud du réseau serveur, ces interfaces physiques sont regroupées et identifiées par une adresse IP via l’énoncé de protocols link-management te-link link-name configuration. Le TE-link se voit attribuer une adresse IP locale, une adresse IP distante et une liste d’interfaces physiques. La TE-liaison est ensuite associée à protocols link-management peer peer-name te-link te-link-list l’énoncé de configuration.

Le canal de contrôle hors bande requis pour l’échange des messages de signalisation est spécifié à l’aide de protocols link-management peer peer-name control-channel interface-name l’énoncé de configuration. L’existence du nœud réseau serveur ou client est rendue visible par les protocoles RSVP et IGP (OSPF) par le biais de l’énoncé de configuration sous les niveaux hiérarchiques peer-interface interface-name[edit protocols rsvp] et [edit protocols ospf] inférieurs.

Dans la configuration GMPLS existante, le label (étiquette en amont et étiquette de resv) transporté dans le message de signalisation est un identifiant d’entrée qui identifie l’interface physique requise pour être mis en place. Lorsque le label est utilisé pour identifier l’interface physique, la configuration GMPLS existante permet de grouper plusieurs interfaces sous une seule TE-link. Dans la configuration GMPLS existante, il existe suffisamment d’informations dans le message de signalisation RSVP-TE GMPLS, comme l’adresse d’un lien TE et la valeur de l’étiquette, pour identifier l’interface physique à mettre en place. En revanche, pour la configuration VLAN LSP RSVP-TE GMPLS, la valeur de l’ID VLAN est utilisée comme étiquette dans le message de signalisation.

Dans la configuration LSP VLAN RSVP-TE GMPLS, si plusieurs interfaces sont configurables sur un seul lien TE, en utilisant l’ID VLAN comme valeur d’étiquette dans le message de signalisation, peut faire l’objet d’une telle reconfiguration quant à l’interface physique sur laquelle le VLAN doit être provisionné. Par conséquent, la TE-link est configurée avec l’énoncé de configuration, si le nombre d’interfaces physiques configurables sous la liaison TE est limité à ethernet-vlan une seule.

Dans la configuration GMPLS existante, la bande passante d’un LSP nonpacket est une quantité distincte qui correspond à la bande passante de l’interface physique à mettre en place. Ainsi, la configuration LSP GMPLS ne permet pas de spécifier de bande passante, mais permet de spécifier la bande passante uniquement via l’instruction de configuration sous le niveau signal-bandwidth[protocols mpls label-switched-path lsp-name lsp-attributes] hiérarchique. Dans la configuration LSP VLAN GMPLS, la bande passante est spécifiée de la même manière que celle d’un LSP de paquets. Dans la configuration LSP VLAN GMPLS, l’option est prise en bandwidth charge et signal-bandwidth n’est pas prise en charge.

LSP de paquets bidirectionnel associé

Le GMPLS RSVP-TE VLAN LSP est transporté sur un LSP de transport bidirectionnel associé au sein du réseau de couche serveur, qui est un LSP provisionné à un seul côté. La signalisation LSP de transport est lancée en tant que LSP unidirectionnelle du routeur source vers le routeur de destination dans la direction de l’avant, puis le routeur de destination initie à son tour la signalisation du LSP unidirectionnel dans la direction inverse vers le routeur source.

Make-Before-Break pour les paquets bidirectionnels associés et GMPLS RSVP-TE VLAN LSP

La prise en charge make-before-break d’un LSP de transport bidirectionnel associé suit un modèle semblable: le routeur de destination pour la direction de l’avant du LSP bidirectionnel ne réalise aucune opération « make-before-break » dans la direction inverse du LSP bidirectionnel. C’est le routeur source (à l’initiative du LSP bidirectionnel associé) qui initie l’instance make-before-breaker du LSP bidirectionnel associé, et le routeur de destination initie à son tour cette nouvelle instance make-before-breaker dans l’autre direction.

Par exemple, le LSP de transport unidirectionnel est lancé du routeur PE1 au routeur PE2 dans la direction de l’orientation, puis le routeur PE2 initie le LSP de transport au routeur PE1 dans la direction Figure 2 inverse. En cas d’instance make-before-break, seul le routeur PE1 à l’initiative du routeur client peut établir une nouvelle instance du LSP bidirectionnel associé. Le routeur PE2 initie à son tour la nouvelle instance Make-Before-Breaker dans la direction inverse.

La prise en charge make-before-break du LSP de transport bidirectionnel associé n’est utilisée que dans les scénarios où le LSP de transport obtient une protection locale en raison d’une défaillance de liaison ou d’une défaillance de nœud sur le chemin du LSP. Le GMPLS RSVP-TE VLAN LSP utilise le mécanisme make-before-break pour ajuster les modifications transparentes de la bande passante.

Remarque :

L’optimisation périodique n’est pas permise pour les LSP de transport bidirectionnels associés.

La nouvelle instance Make-Before-Break du VLAN LSP GMPLS est prise en charge dans les limites suivantes:

  • Il doit être à l’origine du même routeur client que l’ancienne et être destiné au même routeur client que l’ancienne.

  • Il doit utiliser les mêmes liens serveur-client aux extrémités du serveur-client que l’ancienne.

  • Il doit utiliser le même label VLAN sur les liens serveur-client que l’ancienne.

  • Le VLAN LSP GMPLS doit être configuré comme lorsque la modification de bande passante est lancée à partir du CLI, ou si l’instance actuelle du VLAN LSP est en baisse et qu’une nouvelle adaptive instance LSP VLAN est établie.

Si ces contraintes ne sont pas satisfaites, l’utilisation « make-before-break » du LSP VLAN GMPLS sur le routeur de périphérie de la couche serveur est rejetée.

Sur les routeurs de périphérie de la couche serveur, lorsqu’une instance make-before-break du LSP VLAN GMPLS est visible, un tout nouveau LSP de transport bidirectionnel distinct est créé pour prendre en charge cette instance make-before-break. Le LSP bidirectionnel associé existant (qui sous-trait l’ancienne instance) n’est pas déclenché pour lancer une instance make-before-break au niveau LSP de transport. Ce choix (qui implique l’introduction d’un nouveau LSP de transport) implique que le partage de la bande passante/des ressources au niveau de la couche serveur ne se produise pas lorsqu’une opération de mise en service de mise en service est effectuée pour le LSP VLAN GMPLS.

Fonctionnalités prise en charge et non prise en charge

Junos OS fonctionnalités suivantes avec le VLAN LSP RSVP-TE GMPLS:

  • Demander une bande passante spécifique et une protection locale pour le VLAN LSP sur le routeur client vers le routeur de couche serveur.

  • Prise en charge du NSR (Nonstop active routing) pour le VLAN LSP GMPLS sur les routeurs clients, les routeurs de périphérie de la couche serveur et les LSP de transport bidirectionnel associés au niveau des routeurs de périphérie de la couche serveur.

  • Prise en charge multichèse.

Junos OS prend en charge la not fonctionnalité VLAN LSP RSVP-TE GMPLS suivante:

  • Graceful restart pour les LSP de paquets bidirectionnels associés et les VLAN GMPLS LSP associés.

  • Calcul de chemin de bout en bout pour GMPLS VLAN LSP à l’aide de l’algorithme CSPF au niveau du routeur client.

  • Découverte non basée sur le routage CSPF des routeurs du saut suivant par les différents routeurs de périphérie client et de couche serveur.

  • Provisionation automatique des interfaces VLAN client de couche 3 lors de la configuration réussie du LSP VLAN sur les routeurs clients.

  • MPLS OAM (LSP-ping, BFD).

  • Les MPLS de paquets, comme le saut suivant en route statique IGP raccourcis.

  • Mécanisme de connexion croisée local, où un routeur client se connecte à un routeur client distant connecté au même routeur serveur.

  • Junos OS services de sécurité.

  • Prise en charge d’IPv6.

  • Systèmes logiques.

  • Interfaces Ethernet/SONET/IRB agrégées au niveau de la liaison serveur-client.

Exemple: Configuration de la signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS

Cet exemple montre comment configurer la signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS sur les routeurs clients pour permettre à un routeur client de se connecter à un routeur client distant via un réseau de couche serveur à l’aide de la hiérarchie LSP. Cela permet aux routeurs clients d’établir, de gérer et de fournir les services de couche 2, sans dépendre de l’administration de la couche serveur, réduisant ainsi la charge sur les frais d’exploitation du réseau du fournisseur.

Conditions préalables

Cet exemple utilise les composants matériels et logiciels suivants:

  • Six routeurs qui peuvent être combinés à des routeurs de périphérie multiservices M Series, à des MX Series Plates-formes de routage universelles 5G, à des routeurs T Series cœurs de T Series et à des routeurs PTX Series Routeurs de transport de paquets

  • Junos OS version 14.2 ou ultérieure s’exécutant sur les routeurs clients et les routeurs de périphérie de la couche serveur

Avant de commencer:

  1. Configurez les interfaces de l’équipement.

  2. Configurez les VLAN associés à l’interface.

  3. Configurez les protocoles de routage suivants:

    • RSVP

    • MPLS

    • Lmp

Présentation

À partir de Junos OS version 14.2, les services de couche 2 entre deux routeurs clients au sein d’un réseau de couche serveur externe/tiers sont mis en place par les routeurs clients à la demande via la signalisation GMPLS RSVP-TE. Cette fonctionnalité offre aux routeurs clients la flexibilité nécessaire pour établir, entretenir et fournir les services de couche 2, sans dépendre de l’administration de la couche serveur, réduisant ainsi la charge sur les frais d’exploitation du réseau du fournisseur. Dans la technologie VPN de couche 2 traditionnelle basée sur LDP et BGP, le réseau du fournisseur s’est charge de l’activité de provisionation de chaque circuit de couche 2 établi entre deux routeurs clients.

Figure 3 illustre la configuration et la signalisation du LSP VLAN GMPLS entre deux routeurs clients, CE1 et CE2, sur un réseau de couche serveur avec deux routeurs de périphérie de couche serveur, PE1 et PE2 et un routeur central de couche serveur, P.

Figure 3 : Configuration d’un LSP VLAN GMPLSConfiguration d’un LSP VLAN GMPLS

La signalisation de GMPLS VLAN LSP s’exécute comme suit:

  1. Initiating GMPLS VLAN LSP at CE1

    Le routeur CE1 lance la configuration LSP VLAN GMPLS en envoyant un message de chemin RSVP-TE GMPLS au routeur PE1. La signalisation entre ce 1 et PE1 se fait via un canal de contrôle hors bande, c’est-à-d. un VLAN de contrôle distinct configuré sur la liaison Ethernet reliant les deux routeurs.

    Le message de chemin de chemin RSVP-TE GMPLS lancé par le routeur CE1 est utilisé pour effectuer les opérations suivantes:

    1. Identifier la liaison Ethernet sur laquelle le VLAN est actif.

    2. Abstract the Ethernet link as a TE-link and assign an IP address to identify the Ethernet link.

    3. Allouer un ID VLAN dans le pool de VLAN gratuits gérés par le routeur CE1 pour chaque lien Ethernet qui relie le routeur PE1 à la liaison Ethernet identifiée.

      Cet ID VLAN peut également être utilisé pour le VLAN LSP GMPLS à la liaison Ethernet CE2-PE2.

    4. Identifier le VLAN pour lequel le service de couche 2 doit être mis en place à l’aide de l’ID VLAN alloué comme objet d’étiquette en amont et de la valeur d’étiquette de direction en amont.

    5. Inclure un objet ERO qui aide le routeur PE1 à établir le VLAN LSP via le réseau de la couche serveur vers le routeur client distant CE2. L’objet ERO du message de chemin comprend trois sauts:

      • Premier saut: saut strict identifiant la liaison Ethernet client-serveur lancée, PE1-CE1.

      • Deuxième saut: saut lâche identifiant le routeur de couche serveur distant PE2.

      • Troisième saut: saut strict identifiant la liaison Ethernet clinet-serveur distante PE2-CE2.

    6. Inclure la bande passante requise pour le LSP VLAN GMPLS.

    7. Inclure toute protection locale requise dans le réseau de couche serveur pour le VLAN LSP.

  2. Initiating Associated Bidirectional Transport LSP at PE1

    Une fois que le routeur PE1 reçoit le message de chemin provenant du routeur CE1, le message est validé pour vérifier la disponibilité de la liaison Ethernet et de l’ID VLAN. Dans le réseau de la couche serveur, les services de couche 2 entre les routeurs de couche serveur, PE1 et PE2, sont fournis au niveau du plan de données de la même manière que les circuits de couche 2. Le routeur PE1 fait fonctionner un LSP de transport sur le routeur PE2, puis étend le VLAN LSP GMPLS en tant que LSP hiérarchique s’exécutant sur le LSP de transport PE1-PE2. Le LSP de transport PE1-PE2 est un LSP de paquets de nature bidirectionnelle. En cause: le VLAN LSP GMPLS est bidirectionnel et chaque routeur de couche serveur doit être capable de:

    • Recevez du trafic depuis la liaison Ethernet serveur-client (par exemple, la liaison PE1-CE1) et envoyez-le au routeur de couche serveur distant PE2.

    • Recevez du trafic depuis le routeur distant PE2 et envoyez-le sur la liaison Ethernet PE1-CE1.

    Pour chaque VLAN LSP GMPLS, un LSP de transport de paquets est mis en place dans le réseau de la couche serveur. Le LSP de transport est exclusivement utilisé pour transporter le trafic du VLAN GMPLS LSP pour lequel il a été créé. Le LSP de transport est créé de façon dynamique au moment de la réception du VLAN GMPLS LSP ; aucune configuration n’est donc nécessaire pour déclencher sa création. Le LSP de transport établi pour le VLAN LSP hérite la bande passante et les attributs de protection locale du VLAN LSP.

    Le routeur PE1 signale le LSP de transport PE1-PE2 au routeur PE2. Le routeur PE1 détermine la destination du LSP de transport à partir du saut lâche spécifié dans l’objet ERO du message de chemin GMPLS RSVP-TE du routeur CE1, puis signale le VLAN LSP. Toutefois, si le LSP de transport PE1-PE2 ne parvient pas à établir, le routeur PE1 renvoie un message d’erreur de chemin au routeur CE1, et le LSP VLAN GMPLS n’est pas également établi.

  3. Setting Up the Associated Bidirectional Transport LSP Between the Server-Layer Routers

    Le LSP bidirectionnel associé entre les routeurs PE1 et PE2 est constitué de deux LSP de paquets unidirectionnels:

    • PE1-to-PE2

    • PE2-to-PE1

    Le routeur PE1 lance la signalisation d’un paquet unidirectionnel LSP vers le routeur PE2. Ce LSP de paquets unidirectionnel constitue la direction de l’avant (PE1-to-PE2) du LSP bidirectionnel associé, et le message de chemin transporte l’objet d’association étendue, indiquant qu’il s’agit d’un modèle de provisionation unidirectionnel. Lorsque vous recevez le message de chemin du LSP, le routeur PE2 répond avec un message Resv et déclenche la signalisation d’un LSP de paquets unidirectionnel vers le routeur PE1 avec le même chemin que (PE1-to-PE2) dans la direction inverse. Ce LSP de paquets unidirectionnel utilise la direction PE2-vers PE1 du LSP bidirectionnel associé, et ce message de chemin transporte le même objet d’association étendu visible dans le message de chemin PE1 vers PE2.

    Lorsque le routeur PE1 reçoit le message Resv pour le LSP unidirectionnel PE1 à PE2 et le message de chemin pour le LSP unidirectionnel PE2-to-PE1, LE PE1 lie les LSP unidirectionnels PE1 à PE2 vers PE1 en correspondant aux objets d’association étendus transportés dans les messages de chemin respectifs. Pour le message de chemin du LSP unidirectionnel PE2-to-PE1, le routeur PE1 répond avec le message Resv. Suite à la réception du message resv pour le LSP PE1-à-PE2 et du message de chemin pour le PE2-to-PE1 LSP, le routeur PE1 a créé le LSP de transport de paquets bidirectionnel associé.

  4. Setting Up the GMPLS VLAN LSP at Router PE1

    Après avoir établi avec succès le LSP de transport, le routeur PE1 déclenche la signalisation du VLAN LSP GMPLS. Le routeur PE1 envoie directement au routeur PE2 un message de chemin GMPLS RSVP-TE correspondant directement au VLAN LSP, qui est de nature bidirectionnelle et inclut l’objet d’étiquettes en amont.

    Le routeur PE2 n’a pas connaissance de l’association entre le LSP de transport et le VLAN LSP. Cette association est indiquée sur le routeur PE2 par routeur PE1.

  5. Setting Up the GMPLS VLAN LSP at Router PE2

    À la réception du message de chemin VLAN LSP du routeur PE1, le routeur PE2 vérifie la disponibilité du LSP de transport. Si le LSP de transport n’est pas disponible ou que le paramétrage LSP est en cours, le traitement LSP VLAN est mis en attente. Lorsque le LSP de transport est disponible, le routeur PE2 traite le message de chemin VLAN LSP. L’objet ERO dans ce message de chemin indique que le saut suivant est un saut strict identifiant la liaison Ethernet PE2 vers CE2. L’objet ERO peut indiquer l’ID VLAN à utiliser sur la liaison Ethernet PE2 vers CE2 par routeur PE2.

    Le routeur PE2 alloue correctement l’ID VLAN comme étiquette en amont dans le message de chemin VLAN LSP au routeur CE2, puis l’envoie via un canal de contrôle hors bande.

  6. Processing the GMPLS VLAN LSP at Router CE2

    À l’réception du GMPLS RSVP-TE LSP du routeur PE2, le routeur CE2 valide la disponibilité de l’ID VLAN pour une allocation sur la liaison PE2 vers CE2. Le routeur CE2 alloue ensuite l’ID VLAN à ce LSP VLAN et renvoie un message resv au routeur PE2 avec l’ID VLAN comme objet d’étiquette dans le message Resv.

  7. Processing the GMPLS VLAN LSP at Router PE2

    Lorsque le routeur CE2 reçoit le message Resv, le routeur PE2 valide que l’objet de l’étiquette dans le message Resv possède le même ID VLAN que dans le message de chemin. Le routeur PE2 alloue ensuite un label de 20 bits MPLS, inclus dans le message Resv envoyé au routeur PE1.

    Le routeur PE2 programme ensuite le plan de forwarding avec les entrées afin de fournir la fonctionnalité de service de couche 2.

    Remarque :

    Pour tous les ID VLAN qui peuvent être alloués en tant qu’étiquettes sur les liaisons Ethernet PE1-ce1 et PE2-CE2, vous devez configurer manuellement des interfaces logiques à des fins d’inter-connexion de circuits (CCC) sur les routeurs de périphérie de la couche serveur et non pour d’autres familles, comme IPv4, IPv6 ou MPLS.

  8. Processing the GMPLS VLAN LSP at Router PE1

    Lorsque le routeur PE2 reçoit le message resv pour le VLAN LSP, le routeur PE1 envoie un message resv au routeur CE1 avec le même ID VLAN qu’il a reçu comme étiquette en amont du routeur CE1. Le routeur PE1 programme le plan de forwarding avec les entrées afin de fournir une fonctionnalité de service de couche 2 en tant que routeur PE2.

  9. Processing the GMPLS VLAN LSP at Router CE1

    À la réception du message Resv du routeur PE1, le routeur CE1 valide que l’ID VLAN reçu dans le message Resv correspond à l’ID VLAN dans le label en amont du message de chemin qu’il a envoyé. Cette configuration complète la configuration du VLAN LSP GMPLS du routeur CE1 au routeur CE2.

    Remarque :
    • La configuration LSP VLAN GMPLS n’entraîne pas d’ajout d’entrées de plan de forwarding au niveau des routeurs clients, CE1 et CE2. Seuls les routeurs de couche serveur, PE1 et PE2, ajoutent les entrées du plan de forwarding pour le VLAN LSP GMPLS.

    • Il n’y a aucun échange d’informations de routage entre le client et les routeurs de la couche serveur. Les routeurs de la couche client et serveur n’échangent pas entre eux les informations de topologie de leur réseau.

  10. Accounting for Bandwidth of the GMPLS VLAN LSP

    Lors de la configuration de GMPLS VLAN LSP, les routeurs des couches client et serveur réduisent la bande passante disponible sur les liaisons Ethernet serveur-client par la quantité de bande passante allouée au LSP VLAN GMPLS. Ces informations de comptabilisation de la bande passante sont utilisées à des fins de contrôle d’admission lorsque des LSP VLAN GMPLS supplémentaires sont mis en place sur les liens Ethernet serveur-client.

  11. Using GMPLS VLAN LSP by the Client Routers

    Une fois la configuration du VLAN LSP GMPLS réussie, les routeurs clients (CE1 et CE2) doivent être configurés manuellement avec l’interface logique VLAN sur les liaisons Ethernet serveur-client avec l’ID VLAN signalé. Cette interface logique doit être configurée avec l’adresse IP et doit être incluse dans le IGP protocole. Grâce à cette configuration, les routeurs CE1 et CE2 établissent une IGP adjacence et échangent le trafic de données sur le service de couche 2 établi via la signalisation GMPLS.

    Figure 4 illustre le flux de trafic des données du LSP VLAN GMPLS du routeur CE1 au routeur CE2 après la mise en place du LSP et l’adjacence ce1 vers CE2 nécessaire IGP/MPLS a été établie. Le LSP de transport de la couche serveur est originaire du routeur PE1, traverse un routeur central de couche serveur unique, le routeur P, et atteint le routeur PE2. Le LSP de transport de la couche serveur est présenté sous la forme d’un LSP pop vers l’avant-dernier saut, où Le routeur P se pop sur le label LSP de transport et seul le label de service est présent sur la liaison P-to-PE2.

    Figure 4 : Flux de trafic de données de GMPLS VLAN LSPFlux de trafic de données de GMPLS VLAN LSP

Topologie

Dans Figure 5 , la signalisation VLAN LSP RSVP-TE GMPLS est utilisée pour établir des services de couche 2 entre les routeurs clients, le routeur CE1 et le routeur CE2. Les routeurs serveur, routeurs PE1 et Routeur PE2, sont reliés par un tunnel GRE établi avec chacun des routeurs clients connectés directement. Les routeurs P1 et P2 sont également des routeurs serveur sur le réseau de couche serveur.

Figure 5 : Configuration de la signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLSConfiguration de la signalisation LSP VLAN RSVP-TE GMPLS

Configuration

CLI configuration rapide

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez les interruptions de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à votre configuration réseau, copiez et collez les commandes dans le CLI au niveau de la hiérarchie, puis entrez dans le [edit]commit mode de configuration.

CE1

PE1

P1

P2

PE2

CE2

Configuration du routeur client

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer dans différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation du CLI, consultez le guide de l’CLI en mode de configuration dans CLI’utilisateur.

Pour configurer le routeur CE1:

Remarque :

Répétez cette procédure pour le routeur CE2 dans le réseau de couche serveur, après avoir modifié les noms, adresses et autres paramètres appropriés du routeur.

  1. Configurez l’interface connectant le routeur CE1 au routeur PE1.

  2. Configurez le VLAN de contrôle pour l’interface ge-0/0/0.

  3. Configurez le VLAN LSP sur l’interface ge-0/0/0.

  4. Configurez le tunnel GRE comme interface de contrôle du routeur CE1.

  5. Configurez l’interface de bouclation du routeur CE1.

  6. Configurez l’adresse loopback du routeur CE1 en tant qu’ID de routeur.

  7. Activer RSVP sur toutes les interfaces du routeur CE1, à l’exception de l’interface de gestion.

  8. Configurez l’interface PSVP du routeur CE1.

  9. Désactivez le calcul automatique des chemins commutés par étiquettes (LSP).

  10. Configurez le LSP pour connecter le routeur CE1 au routeur CE2.

  11. Configurez les attributs LSP CE1 vers CE2.

  12. Configurez le chemin et les paramètres de chemin LSP CE1 vers CE2.

  13. Activez MPLS sur toutes les interfaces du routeur CE1, à l’exception de l’interface de gestion.

  14. Configurez une liaison d’ingénierie de trafic et attribuez des adresses à la fin locale et distante de la liaison.

  15. Activez la configuration de la couche 2 VLAN LSP sur la liaison des ingénieries de trafic link10.

  16. Configurez l’interface CE1 du routeur en tant qu’interface membre de la liaison des ingénieries de trafic link10.

  17. Configurez le routeur PE1 en tant qu’pair LMP (Link Management Protocol) pour le routeur CE1 et configurez les attributs d’pairs.

Résultats

Depuis le mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant les show interfacesshow routing-options commandes et les . show protocols Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Configuration du routeur serveur

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer dans différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation du CLI, consultez le guide de l’CLI en mode de configuration dans CLI’utilisateur.

Pour configurer le routeur PE1:

Remarque :

Répétez cette procédure pour le routeur PE2 dans le réseau de couche serveur, après avoir modifié les noms, adresses et autres paramètres appropriés du routeur.

  1. Configurez l’interface connectant le routeur PE1 au routeur CE1.

  2. Configurez le VLAN de contrôle pour l’interface ge-0/0/0.

  3. Configurez le VLAN LSP sur l’interface ge-0/0/0.

  4. Configurez l’interface qui relie le routeur PE1 aux routeurs principaux (routeur P1 et Routeur P2).

  5. Configurez le tunnel GRE comme interface de contrôle du routeur PE1.

  6. Configurez l’interface de bouclure du routeur PE1.

  7. Configurez l’adresse loopback du routeur PE1 en tant qu’ID de routeur.

  8. Configurez un LSP bidirectionnel associé et activez une configuration LSP inversée unidirectionnelle pour un LSP en avant provisionnable à un seul côté.

  9. Activer RSVP sur toutes les interfaces du routeur PE1, à l’exception de l’interface de gestion.

  10. Configurez l’interface pair RSVP du routeur PE1 et activez la configuration dynamique du LSP de paquets bidirectionnel pour le transport de LSP GMPLS nonpacket.

  11. Activer MPLS sur toutes les interfaces du routeur PE1, à l’exception de l’interface de gestion.

  12. Configurez OSPF des fonctionnalités d’ingénierie du trafic.

  13. Activez OSPF zone 0 sur toutes les interfaces du routeur PE1, à l’exception de l’interface de gestion.

  14. Configurez une liaison d’ingénierie de trafic et attribuez des adresses à la fin locale et distante de la liaison.

  15. Activez la configuration d’un LSP VLAN de couche 2 pour une gamme spécifique de VLAN sur la liaison d’ingénierie de trafic link1.

  16. Configurez l’interface du routeur PE1 en tant qu’interface membre de la liaison des ingénieries de trafic link1.

  17. Configurez le routeur CE1 comme pair LMP pour le routeur PE1 et configurez les attributs de pairs.

Résultats

Depuis le mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant les show interfacesshow routing-options commandes et les . show protocols Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Vérification

Vérifier que la configuration fonctionne correctement.

Vérification de l’état des liaisons techniques du trafic sur les routeurs clients

But

Vérifier l’état du lien d’ingénierie du trafic configuré entre le routeur CE1 et le routeur CE2.

Action

À partir du mode opérationnel, show link-management exécutez les show link-management te-link detail commandes et les.

Sens

L’peering LMP (Link Management Protocol) a été établi entre les routeurs clients et la liaison des ingénieries de trafic se trouve sur les routeurs CE1 et CE2.

Vérification du statut de session RSVP sur les routeurs clients

But

Vérifier l’état des sessions RSVP entre le routeur CE1 et le routeur CE2.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show rsvp session la commande.

Sens

Les sessions RSVP sont établies entre le routeur d’entrée, le routeur CE1 et le routeur de sortie, routeur CE2.

Vérifier le statut de LSP sur le routeur serveur

But

Vérifier l’état du MPLS LSP sur le routeur PE1.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls lsp la commande.

Sens

Le LSP CE1 vers CE2 est établi et le résultat affiche les attributs LSP.

Vérification des entrées CCC dans la table MPLS routage des routeurs serveur

But

Vérifiez les entrées d’interface de circuit inter-connexion (CCC) dans la table MPLS routage.

Action

À partir du mode opérationnel, show route table mpls.0 exécutez les show route forwarding-table ccc ccc-interface commandes et les.

Sens

La sortie affiche l’interface CCC qui est l’interface côté client-routeur et les détails du saut suivant pour cette interface.

Vérification de la connectivité de bout en bout

But

Vérifier la connectivité entre le routeur CE1 et le routeur client distant, routeur CE2.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez ping la commande.

Sens

Le ping entre le routeur CE1 et le routeur CE2 est réussi.