Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Configuration de LSP de conteneur

Présentation de la gestion dynamique de la bande passante à l’aide de LSP de conteneur

Les LSP RSVP avec fonction de pivotage de bande automatique sont de plus en plus déployés sur les réseaux pour répondre aux besoins des ingénieries de trafic. Cependant, les solutions d’ingénierie de trafic actuelles pour les LSP point à point sont inefficaces en termes d’utilisation de la bande passante réseau, principalement parce que les routeurs d’entrée à l’origine des LSP RSVP essaient soit de s’adapter aux LSP sur un chemin particulier sans créer de LSP parallèles, soit ils n’interagissent pas avec les autres routeurs du réseau et n’interagissent pas avec les autres routeurs du réseau et n’interagissent pas pour obtenir de la bande passante supplémentaire.

Cette fonctionnalité fournit un routeur d’entrée avec la possibilité d’acquérir autant de bande passante réseau que possible en créant de manière dynamique des LSP parallèles.

Compréhension des extensions multi-chemin RSVP

Les extensions multi-chemin RSVP proposées dans le IETF [KOMPELLA-MLSP] permettent la configuration des chemins de commutation d’étiquettes multi-chemins (LSP de conteneurs). Les LSP de conteneurs, en plus de se conformer aux contraintes des ingénieries de trafic, utilisent plusieurs chemins indépendants d’une source à une destination, ce qui facilite l’équilibrage de la charge du trafic. Les extensions multi-chemins nécessitent des modifications du protocole RSVP-TE et permettent la fusion des labels au niveau des niveaux des niveaux en aval (à l’exemple de LDP), ce qui contribue également à préserver les ressources de forwarding.

Les extensions de chemins multiples vers RSVP offrent les avantages suivants:

  • Facilité de configuration. En règle générale, plusieurs LSP RSVP sont configurés pour équilibrer la charge ou emballer les déchets. Avec un LSP de conteneur, il existe une seule entité pour provisioner, gérer et surveiller les LSP. Les modifications de topologie sont gérées facilement et de façon autonome par le LSP d’entrée, en ajoutant, en changeant ou en supprimant les LSP membres pour rééquilibrer le trafic, tout en maintenant les mêmes contraintes en matière d’ingénierie de trafic.

  • Le programme RSVP ECMP (Equal-Cost Multipath) hérite les avantages standard d’ECMP en absorbe les surtensions de trafic.

  • Les techniques de trafic à chemins multiples permettent une utilisation plus complète et de meilleure qualité des ressources réseau.

  • Connaître la relation entre LSP permet d’calculer différents chemins avec un routage basé sur les contraintes. Il permet l’ajustement des LSP membres alors que d’autres LSP membres continuent à transporter du trafic.

  • Les routeurs intermédiaires ont la possibilité de fusionner les labels des LSP membres. Cela réduit le nombre de labels qui doivent être ajoutés au plan de forwarding et réduit à son tour le temps de convergence.

    Si le nombre de chemins ECMP indépendants est énorme, la fusion d’étiquettes dépassera les limites de la plate-forme en matière de sauts suivants (ECMP). Grâce aux LSP RSVP point à point qui nécessitent une protection des liaisons ou des nœuds, les sauts suivants sont doublés à mesure que chaque LSP est programmé avec les sauts suivants principaux et de secours. Le chemin multi-chemin RSVP (ou ECMP) dévie de la nécessité de sauvegarde des sauts suivants.

  • En cas de défaillance de liaison, le routeur en amont vers cette liaison peut distribuer le trafic depuis la liaison défagée vers les branches ECMP restantes, ce qui évite d’éviter de contourner les LSP. L’approche LSP de dérivation nécessite non seulement plus d’état lors de la signalisation des LSP de secours, mais souffre également de problèmes de mise à l’échelle qui entraînent la synchronisation du point de fusion d’un bloc d’état du chemin protégé (PSB) avant que le point de réparation local (PLR) n’a la possibilité d’envoyer un signal au LSP de secours.

Junos OS mise en œuvre de chemins multiples RSVP

Pour déployer le protocole ECMP (Multipath) RSVP dans un réseau, tous les nodes via lesquels passent les LSP ECMP doivent comprendre les extensions de protocole RSVP ECMP. Cela peut être un défi, surtout dans les réseaux multi-vendeurs.

Junos OS des extensions multi-chemin RSVP sans devoir reléger les protocoles. Un seul conteneur LSP, qui présente les caractéristiques des TE ECMP et RSVP, est provisionnisé. Un LSP de conteneur se compose de plusieurs LSP membres et est installé entre l’équipement de routage d’entrée et de sortie. Chaque LSP membre prend un chemin différent vers la même destination. L’équipement de routage d’entrée est configuré avec tous les paramètres requis pour calcul du PSP ECMP RSVP. Les paramètres configurés pour calculer un ensemble de LSP point-à-point RSVP peuvent être utilisés par l’équipement de routage d’entrée pour calculer le LSP de conteneur.

Défis actuels liés aux ingénieries de trafic

Le principal défi des ingénieries de trafic est de s’adapter à la dynamique des demandes de topologie et de trafic. Des mécanismes sont nécessaires pour gérer la dynamique de la charge du trafic dans des scénarios de changements soudains de la demande de trafic et le distribuer de manière dynamique afin de bénéficier des ressources disponibles.

Figure 1 illustre un exemple de topologie réseau avec tous les LSP ayant les mêmes priorités de configuration et de emprise, et le contrôle d’admission restreint sur le routeur d’entrée. Toutes les liaisons sont annoter un tuple (coût et capacité).

Figure 1 : Topologie d’exemplesTopologie d’exemples

Voici quelques-uns des problèmes d’ingénierie de trafic que nous avons Figure 1 vus ici:

  • Bin Packing

    Ce problème découle d’un ordre particulier dans lequel les LSP sont signalés. Les routeurs d’entrée peuvent ne pas être en mesure de signaler certains LSP avec les demandes requises, bien que la bande passante soit disponible sur le réseau, ce qui conduit à une sous-utilisation de la capacité des liaisons.

    Par exemple, les LSP suivants arrivent dans la séquence mentionnée dans Tableau 1 .

    Tableau 1 : Ordre de séquence LSP pour l’emballage des poubelles

    Heure

    Source

    Destination

    Demande

    ERO

    1

    A

    E

    5

    A-C-D-E

    2

    B

    E

    10

    Pas d’ERO

    Le LSP à l’origine du routeur B n’est pas routable, car le routage basé sur les contraintes ne parvient pas à trouver le chemin faisable. Toutefois, si le routeur B est signalé en premier, les deux LSP sont routables. L’emballage des poubelles est dû au manque de visibilité sur les demandes individuelles par LSP et par équipement en bande passante au niveau de l’équipement de routage d’entrée.

    L’emballage des poubelles peut également se produire lorsqu’il n’est pas nécessaire de commander des LSP. Par exemple, s’il y a un LSP avec demande X et qu’il existe deux chemins différents vers la destination depuis le routeur d’entrée avec des bandes passantes disponibles (Y1 et Y2), cela permet de voir que les années 1 sont inférieures à X, y2 sont inférieures à X et Y1+ Y2 est supérieure ou égale à X.

    Dans ce cas, même s’il existe assez de ressources réseau en termes de bande passante disponible pour satisfaire la demande LSP globale X, il se peut que le LSP ne soit pas signalé ou réaspérable face à la nouvelle demande. Dans , avec la prise en charge de LSP de conteneur, le B d’entrée crée deux LSP de taille 5 chacun lorsque la demande Figure 1 10 est posée. Un LSP est acheminé vers B-C-E et un autre sur B-C-D-E.

  • Deadlock

    Compte tenu Figure 1 du , les LSP suivent la séquence mentionnée dans Tableau 2 .

    Tableau 2 : Ordre de séquence LSP pour les cadenas

    Heure

    Source

    Destination

    Demande

    ERO

    Événement

    1

    A

    E

    2

    A-C-D-E

    Routage basé sur les contraintes avec signalisation RSVP

    2

    B

    E

    2

    B-C-D-E

    Routage basé sur les contraintes avec signalisation RSVP

    3

    A

    E

    Entre 2 et 20

    A-C-D-E

    Défauts de routage basés sur les contraintes, absence de signalisation RSVP

    Au moment 3, la demande sur LSP de A à E passe de 2 à 20. Si l’width de bande automatique est configuré, la modification n’est détectée que lorsque le minuteur d’ajustement expire. En l’absence de contrôle d’admission sur A, l’augmentation de la demande de trafic peut entraîner l’abandon du trafic sur les autres LSP qui partagent des liens communs avec le LSP qui ne se comporte pas.

    Cela s’explique par les raisons suivantes:

    • Absence d’état global sur tous les routeurs d’entrée

    • Signalisation des demandes d’erreurs

    • La fin des demandes de mauvaises conduites

    Avec la configuration LSP de conteneur, les chances d’entrée A sont plus élevées de partager la charge (même incrémentielle si elle n’est pas complète) entre plusieurs LSP. Ainsi, le LSP de A est moins susceptible d’voir une perte de trafic en baisse.

  • Latency Inflation

    L’effet d’indexation de la latence est dû à l’adage de bande automatique et aux autres paramètres LSP. Parmi les autres facteurs qui contribuent à l’inflation de la latence, on retrouve:

    • Priorité LSP

      Les LSP choisissent des chemins plus longs car des chemins plus courts entre les centres de données situés dans la même ville peuvent être encombrés. La bande passante sur les chemins plus courts peut être épuisée par des LSP de priorité égale ou supérieure. En raison de l’optimisation LSP périodique par une fonction de bande automatique, le LSP peut être redirigé vers un chemin plus long. Lorsque beaucoup de LSP ne font pas l’objet d’une sélection optimale des chemins, ils peuvent potentiellement former une chaîne de dépendances. En modifiant dynamiquement les priorités LSP, vous pourz contourner le problème. Cependant, il est difficile d’ajuster dynamiquement les priorités LSP pour trouver des chemins plus courts.

    • Politique « Tout ou rien

      Lorsque la demande sur un LSP augmente et qu’au moins une des liaisons le long du chemin plus court est proche de sa limite de réservation, l’optimisation LSP peut forcer le LSP à passer à un chemin à latence plus long. Le LSP doit traverser un long chemin même si ce chemin est capable de prendre en compte la majeure partie du trafic.

    • Bande passante minimale et maximale

      Définissez les limites des limites des LSP en bande passante minimale et maximale. Si la bande passante minimale est faible, un LSP est plus sujet à l’ajustement de la bande passante automatique, car une petite modification de la bande passante suffit à franchir les seuils fixés. Même si la bande passante est disponible, les LSP peuvent se réacheminer. En revanche, si la bande passante minimale est importante, la bande passante réseau peut être gaspillée. Si la valeur maximale de la bande passante est faible, un grand nombre de LSP peuvent être nécessaires au routeur d’entrée pour répondre à la demande des applications. Si la bande passante maximale est importante, les LSP peuvent s’agrandir. De tels LSP peuvent pâtir d’une politique « tout ou rien ».

    • Seuil d’ajustement du bandeau automatique

      Le seuil de bande passante détermine si les LSP doivent être ré-optimisés et re-resized. Si la valeur est faible, les LSP sont fréquemment ré-optimisés et réacheminés. Cela peut provoquer un pic de processeur, car les applications ou les protocoles, tels que BGP de résolution sur les LSP, peuvent occuper l’équipe moteur de routage sur la résolution du saut suivant. Une forte valeur peut immobiler un LSP. Avec la configuration d’un LSP de conteneur, un LSP est moins susceptible d’être soumis à une ou plusieurs stratégies. Un routeur d’entrée est à l’origine de plusieurs LSP, même si tous les LSP ne traversent pas des chemins à latence élevée.

  • Predictability

    Les fournisseurs de services souhaitent souvent des comportements prévisibles quant à la façon dont les LSP sont signalés et acheminés. Actuellement, sans coordination globale, il est difficile de configurer les mêmes LSP de manière prévisible. Prenons les deux commandes Tableau 3Tableau 4 et. L’ERO utilisé par un LSP dépend de son temps de signalisation.

    Tableau 3 : Ordre de séquence LSP pour la prévisibilité

    Heure

    Source

    Destination

    Demande

    ERO

    1

    A

    E

    5

    A-C-D-E

    2

    B

    E

    5

    B-C-E

    Tableau 4 : Ordre de séquence LSP pour la prévisibilité

    Heure

    Source

    Destination

    Demande

    ERO

    1

    B

    E

    5

    B-C-E

    2

    A

    E

    5

    A-C-D-E

Container LSP n’aide pas directement les LSP à trouver des ERO prévisibles. Si les LSP se voient redirigés à cause d’une stratégie tout ou pas sans LSP de conteneur configuré, ces LSP peuvent constater une perte de perte inférieure si les LSP de conteneurs sont configurés, car les LSP plus petits ont plus de chances de trouver un chemin plus court ou le même chemin.

Utilisation de Container LSP en tant que solution

Un LSP de conteneur peut être utilisé comme solution aux problèmes rencontrés par les fonctionnalités d’ingénierie de trafic actuelles. Étant donné que, lorsque la demande X sur un LSP de conteneur augmente avec la capacité réseau (flux max.) étant plus importante que la demande, les approches suivantes entrent en vigueur avec un Figure 1 LSP de conteneur:

Répondre à la nouvelle demande X

Dans le cadre de l’implémentation actuelle, l’width automatique tente de signaler de nouveau à un LSP la nouvelle demande X et respecte la politique « tout ou rien » comme mentionné précédemment.

L’approche LSP de conteneur calcule plusieurs LSP de bande passante de petite taille (plus petite que la demande X) de manière à ce que la bande passante ne soit pas inférieure à X, et le routeur d’entrée effectue ce réglage périodiquement. L’un des déclencheurs pour créer de nouveaux LSP ou supprimer d’anciens LSP peut être modifié en bande passante globale. Le routeur entrant équilibre ensuite la charge du trafic entrant sur les LSP récemment créés.

Création de nouveaux LSP pour répondre à la demande X

Bien que le nombre de nouveaux LSP créés puisse être la limite maximale des limites configurables autorisées, ces LSP bénéficient peu de choses dès lors que le nombre de LSP dépasse le nombre de chemins possibles diversifiés ou de trajets multi-chemins à coût égal (ECMP). L’avantage de créer des LSP plus petits est visible lorsqu’un routeur d’entrée utilise les LSP récemment créés pour équilibrer la charge du trafic. Toutefois, tout dépend de la topologie et de l’état du réseau.

La création de plusieurs LSP parallèles par tous les routeurs d’entrée du réseau peut entraîner des problèmes d’évolutur au niveau des routeurs de transit. Par conséquent, le nombre de nouveaux LSP à créer dépend de la taille des LSP individuels et de la demande agrégée donnée, X dans ce cas.

Attribuer de la bande passante aux nouveaux LSP

En général, un certain nombre d’heuristiques peuvent allouer de la bande passante aux LSP récemment créés. Un routeur d’entrée peut résoudre un problème d’optimisation dans lequel il peut optimiser une fonction d’utilité donnée. Le résultat d’un problème d’optimisation consiste à attribuer des valeurs de bande passante optimales. Toutefois, pour résoudre un problème d’optimisation, le nombre de LSP récemment créés doit être résolu. Il est donc complexe d’optimiser le nombre et la taille de chaque LSP. Ainsi, pour simplifier le problème, nous assumons le même volume de bande passante pour tous les LSP récemment créés, puis le nombre de LSP requis est calculé.

Contrôle des chemins LSP

La flexibilité de contrôle des chemins LSP s’exprime en termes de configuration pour les LSP point à point et les LSP de conteneurs. Le contrôle des chemins LSP à l’aide des paramètres de configuration peut être appliqué sous deux aspects différents:

  • Topologie: cette fonctionnalité ne présente aucune contrainte de topologie. Chaque LSP membre est traité comme un LSP point à point et ré-optimisé individuellement. Un routeur d’entrée n’essaie pas de calculer le même chemin de coût IGP pour tous ses LSP, mais il calcule plutôt des chemins pour tous les LSP à l’aide des informations de base de données des techniques de trafic actuelles. Alors que le calcul d’un chemin, le routage basé sur les contraintes respecte toutes les contraintes spécifiées au cours de la configuration, même si la méthode de routage basée sur les contraintes pour le calcul de chemin ne change pas.

  • Quand créer un nouveau LSP: quand créer un nouveau LSP peut être spécifié de manière explicite. Par défaut, un routeur d’entrée calcule périodiquement le taux de trafic agrégé en ajoutant le taux de trafic de tous les LSP individuels. Au niveau de l’agrégation de la bande passante et de la configuration, le routeur d’entrée recalcule le nombre de LSP et la bande passante des LSP. Les nouveaux LSP sont ensuite signalés ou les LSP existants sont re-signalés avec la bande passante mise à jour. Au lieu d’évaluer le taux d’agrégation instantané, les routeurs d’entrée peuvent calculer une moyenne (d’agrégations) sur une certaine durée en supprimant les échantillons aberrants (des agrégats). Gérer les LSP qui demeurent exceptionnels et actifs en considérant la bande passante globale comme étant plus évolutive que la création de nouveaux LSP en fonction de l’utilisation d’un LSP particulier. Ces intervalles et seuils peuvent être configurés pour suivre l’ensemble du trafic et déclencher l’ajustement. Ces LSP dynamiques co-existent et fonctionnent en même temps avec la configuration de bandeau automatique par LSP.

Junos OS’implémentation de LSP de conteneurs

Un LSP de conteneur est un TE LSP qui agit comme un LSP de conteneur comprenant un ou plusieurs LSP membres. Un point à point TE LSP équivaut à un LSP de conteneur avec un LSP membre unique. Les LSP membres sont ajoutés au LSP de conteneur par le biais d’un processus appelé fractionnement, puis retirés du LSP de conteneur par le biais d’un processus appelé fusion.

Terminologie Container LSP

Les termes suivants sont définis dans le contexte d’un LSP de conteneur:

  • Normalization—Un événement survenant périodiquement lorsqu’une action est prise pour ajuster les LSP membres, pour ajuster leur bande passante, leur nombre ou les deux. Un processus de normalisation est associé à un processus d’échantillonnage et estime périodiquement l’utilisation agrégée d’un conteneur LSP.

  • Nominal LSP—L’instance d’un LSP de conteneur toujours présent.

  • Supplementary LSP—Les instances ou sous-LSP d’un conteneur LSP, qui sont créés ou retirés de manière dynamique.

    L’accès à la bande automatique s’exécute sur chacun des LSP membres, et chaque LSP est resé en fonction du trafic qu’il transporte et des paramètres de configuration de bandeau automatique. La demande agrégée sur un LSP de conteneur est suivi en ajoutant de la bande passante à tous les LSP membres.

  • Minimum signaling-bandwidth—Bande passante minimale avec laquelle un LSP membre est signalé au moment de la normalisation ou de l’initialisation. Cette approche peut être différente de la bande passante minimale définie par lewidth automatique.

  • Maximum signaling-bandwidth — Bande passante maximale avec laquelle un LSP membre est signalé au moment de la normalisation ou de l’initialisation. Cette approche peut être différente de la bande passante maximale définie par lewidth automatique.

  • Merging-bandwidth — Indique le seuil de bande passante inférieur de l’utilisation globale de la bande passante. Si l’utilisation agrégée tombe en dessous de cette valeur, le routeur d’entrée fusionne les LSP membres au moment de la normalisation.

  • Splitting-bandwidth — Indique le seuil de bande passante supérieur sur l’utilisation globale de la bande passante. Si l’utilisation globale dépasse cette valeur, le routeur d’entrée divise les LSP membres au moment de la normalisation.

  • Aggregate minimum-bandwidth —Somme de la bande passante de fusion des LSP actifs actuels. Cette bande passante minimale est différente de la bande passante minimale de bande passante minimale.

  • Aggregate maximum-bandwidth—La somme de la fractionnement de la bande passante des LSP actifs actuels. Cette bande passante maximale est différente de la bande passante maximale de bande passante maximale de l’bande passante maximale.

Fractionnement LSP

Présentation opérationnelle

Le mécanisme de partage des LSP permet à un routeur d’entrée de créer de nouveaux LSP membres ou de ré-signaler les LSP existants avec différentes bandes passantes dans un LSP de conteneur lorsqu’une demande X est posée sur le LSP de conteneur. Grâce au partage du LSP, un routeur d’entrée crée régulièrement un certain nombre de LSP (en signalant de nouveaux ou en signalant de nouveaux existants) afin de répondre à une nouvelle demande globale X. Lors de la mise en œuvre actuelle, un routeur d’entrée tente de trouver un chemin LSP répondant à une demande X et à d’autres contraintes. Si aucun chemin n’est trouvé, le LSP n’est pas signalé ou reste ouvert, mais avec l’ancienne bande passante réservée.

Entre deux événements de normalisation (fractionnement ou fusion), les LSP individuels peuvent être re-signalés avec différentes bandes passantes dues aux ajustements de la fonction de bande passante automatique. Si un LSP de conteneur n’est pas configuré avec une connexion automatique, les LSP membres sont signalés avec la valeur de bande passante statique, si configurée. Il n’y a pas de fractionnement dynamique dans ce cas, car il n’existe aucune estimation dynamique de la bande passante agrégée. Les ajustements de fractionnement avec une valeur de bande passante spécifique peuvent être déclenchés manuellement.

Remarque :

Pour le fractionnement du LSP, n’ignorez pas les facteurs suivants:

  • Après le partage du LSP, le routeur d’entrée continue d’injecter une adjacence de forwarding. Les adaces de forwarding ne sont pas IGP pour cette fonctionnalité.

  • Entre deux événements de normalisation, deux LSP peuvent avoir des bandes passantes différentes soumises à des contraintes de connexion automatique.

  • Une fois que les LSP sont séparés (ou fusionner), make-before-break utilise le partage du filtre fixe (FF) sauf si adaptive l’option est configurée. Cependant, deux LSP différents ne partagent pas le style explicite (SE) partagé pour cette fonctionnalité.

  • Lorsque les LSP sont re-signalés avec des bandes passantes modifiées, certains LSP peuvent ne pas être signalés avec succès, ce qui conduit à des options de resserrement.

Contraintes opérationnelles

Le partage des LSP présente les contraintes opérationnelles suivantes:

  • Bande passante LSP: même s’il existe un certain nombre de façons d’allouer des valeurs de bande passante aux LSP, l’implémentation Junos OS ne prend en charge qu’une stratégie d’allocation de bande passante égale lorsque la normalisation est effectuée, lorsque tous les LSP membres sont signalés ou ré-signalés avec une bande passante égale.

  • Nombre de LSP: si un routeur d’entrée est configuré pour avoir un nombre minimum de LSP, il conserve le nombre minimum de LSP même si la demande peut être satisfaite avec un nombre minimal de LSP. Si le routeur d’entrée n’est pas en mesure d’assurer un routage basé sur des contraintes pour des calculs en fonction du nombre suffisant de LSP ou de signal suffisamment de LSP, le routeur d’entrée recourt à un certain nombre d’options de re failback.

    Par défaut, une approche incrémentale est prise en charge en tant qu’option de repli (sauf si elle est configurée différemment), lorsque le routeur d’entrée tente d’obtenir un nombre suffisant de LSP, de manière que la nouvelle bande passante globale dépasse la bande passante globale (et soit aussi proche que possible de la demande souhaitée). Le routeur d’entrée équilibre ensuite la charge du trafic à l’aide des LSP. Les LSP non élevés sont supprimés par le routeur d’entrée.

Critères pris en charge

Lorsqu’un LSP de conteneur signale un LSP membre, le LSP membre est signalé avec une bande passante de signalisation minimale. Puisque chaque LSP membre est configuré avec une fonction de bandeau automatique, entre deux événements de normalisation, chaque LSP peut subir une correction de bande automatique plusieurs fois. À mesure que la demande de trafic augmente, le routeur d’entrée crée des LSP de plus en plus insaisints. Tous les LSP membres sont utilisés pour l’ECMP, de sorte qu’ils doivent obtenir à peu près la même bande passante réservée après la normalisation.

Par exemple, s’il y a des LSP K signalés après la normalisation, chaque LSP est signalé avec la bande passante B égale. La bande passante agrégée totale est B.K, où B satisfait la condition suivante:

  • La bande passante de signalisation minimale est inférieure ou égale à B, à savoir une bande passante inférieure ou égale à la bande passante maximale de signalisation

    (bande passante à signalisation minimale ≤ B ≤ bande passante à signalisation maximale)

Jusqu’au prochain événement de normalisation, chaque LSP membre subit plusieurs ajustements de la fonction de bandeau automatique. Après l’ajustement du bandeau automatique, s’il y a des LSP avec une bande passante réservée bi, où i=1,.., N, chaque bi doit satisfaire la condition suivante:

  • La bande passante minimale est inférieure ou égale à la bande passante bi, qui à son tour est inférieure ou égale à la bande passante maximale

    (bande passante minimale ≤ bi≤ bande passante maximale)

Les conditions ci-dessus s’appliquent à chaque LSP membre (nominaux et inséants) et offrent la bande passante réservée pour exister dans une plage de limites.

Déclencheurs de fractionnement

À chaque fois que le délai de normalisation expire, le routeur d’entrée décide si le fractionnement du LSP est requis. Le routeur d’entrée fonctionne avec la bande passante globale et non avec les bandes passantes LSP individuelles. Les deux variables suivantes sont définies pour la bande passante globale:

  • Current-Aggr-Bw—La somme des bandes passantes réservées de tous les LSP membres actuels.

  • New-Aggr-Bw—La somme des taux de trafic sur tous les LSP membres actuels en fonction de l’échantillonnage.

Par exemple, s’il y a des LSP N membres sur le réseau lors de la normalisation, les deux approches de fractionnement du LSP sont les suivantes:

  • Déclencheur absolu: le partage des LSP s’effectue New-Aggr-Bw lorsqu’il est supérieur Aggregate-maximum-bandwidth à .

    (New-Aggr-Bw > Aggregate-maximum-bandwidth)

  • Déclencheur relatif: en cas de déclenchement relatif, un calcul dynamique est effectué. Le Current-Aggr-Bw rapport est comparé à celui de New-Aggr-Bw l’équipement de routage d’entrée. Le fractionnement LSP s’effectue lorsque la différence de bande passante est supérieure ou égale à un seuil calculé. L’équation suivante décrit l’état souhaité:

    ([1-a] x Current-Aggr-BwNew-Aggr-Bw < < [1+a] x , où Current-Aggr-Bw 0 </= a </= 1)

    Remarque :

    Dans la condition ci-dessus, « a » est le seuil d’ajustement et sa valeur par défaut est de 10 % (c’est-à-dire 0,10). Vous pouvez configurer le seuil d’ajustement à l’aide de splitting-merging-threshold l’instruction au niveau de la [edit protocols mpls container-label-switched-path lsp-name] hiérarchie. La valeur est également affichée dans le résultat show mpls container-lsp extensive de commande.

    Lorsque la valeur est supérieure à multipliée par New-Aggr-Bw [1+a], dépassant ainsi le seuil calculé, l’équipement de routage d’entrée n’effectue Current-Aggr-Bw pas de normalisation. Il s’agit plutôt d’une situation de déclenchement relative, et le partage des LSP s’effectue. Toutefois, lorsque le fractionnement LSP et la fusion LSP sont configurés sur le routeur d’entrée, le fractionnement LSP est déclenché sur le routeur d’entrée lorsque l’une des deux conditions est satisfaite.

Fusion LSP

Présentation opérationnelle

Junos OS prend en charge deux types de LSP: CLI LSP configurés et LSP créés de manière dynamique. Les LSP CLI configurés manuellement et restent dans le système jusqu’à la modification de la configuration. Les LSP dynamiques sont créés de façon dynamique par MVPN nouvelle génération, par BGP VPLS (Virtual Private LAN Service) ou par LDP (Virtual Private LAN Service) en fonction d’une configuration de modèle, et sont supprimés du système lorsqu’ils ne sont pas utilisés par une application pour une durée déterminée. La fusion LSP suit une approche semblable à celle des LSP dynamiques.

La fusion LSP permet à un équipement de routage d’entrée d’éliminer de manière dynamique certains LSP membres du conteneur LSP afin de maintenir moins d’informations sur l’état du réseau. Si un routeur d’entrée équipe plusieurs LSP membres entre les routeurs d’entrée et de sortie et qu’il entraîne une réduction globale de la bande passante globale (certains LSP étant sous-utilisés), le routeur d’entrée distribue la nouvelle charge de trafic parmi moins de LSP.

Même s’il existe un certain nombre de façons de fusionner les LSP membres, la Junos OS ne prend en charge que la fusion globale lorsque la normalisation est en cours. Un routeur d’entrée considère la demande globale et le nombre minimum (ou maximum) de LSP et modifie le nombre de LSP qui devraient être actifs sur un équipement de routage d’entrée. En conséquence, les activités suivantes peuvent être périodiquement lors des feux de normalisation:

  • Signalisation supplémentaire pour certains LSP existants avec bande passante mise à jour

  • Création de nouveaux LSP

  • Suppression de certains LSP existants

Contraintes opérationnelles

Si un LSP de conteneur n’est pas configuré avec une connexion automatique, les LSP membres sont signalés avec la valeur de bande passante statique, si configurée. La fusion LSP ne se produit pas car il n’existe aucune estimation dynamique de la bande passante agrégée. Vous pouvez toutefois configurer un déclencheur manuel pour le fractionnement et l’ajustement avec une valeur de bande passante spécifique.

Remarque :
  • Les LSP nominaux ne sont jamais supprimés dans le cadre de la fusion LSP.

  • Avant de supprimer un LSP, le LSP est inactif, de sorte que le trafic passe à d’autres LSP avant de retirer le LSP. En cause: RSVP envoie PathTear avant de supprimer les routes et les sauts suivants à partir du moteur de transfert de paquets.

  • Lorsque les LSP membres sont signalés à nouveau avec une bande passante modifiée, il se peut que certains LSP ne soient pas correctement signalés.

Fusion des déclencheurs

À chaque fois que le délai de normalisation expire, le routeur d’entrée décide si la fusion LSP est requise. Le routeur d’entrée fonctionne avec la bande passante globale et non avec les bandes passantes LSP individuelles. Les deux variables suivantes sont définies pour la bande passante globale:

  • Current-Aggr-Bw—La somme des bandes passantes réservées de tous les LSP membres actuels.

  • New-Aggr-Bw—La somme des taux de trafic sur tous les LSP membres actuels en fonction de l’échantillonnage.

Par exemple, s’il y a des LSP N membres dans le réseau au moment de la normalisation, les deux approches de déclenchement de la fusion LSP sont les suivantes:

  • Déclencheur absolu: la fusion LSP est effectuée New-Aggr-Bw lorsqu’elle est inférieure à Aggregate-minimum-bandwidth .

    ( New-Aggr-Bw < Aggregate-minimum-bandwidth )

  • Déclencheur relatif: il Current-Aggr-Bw est comparé à l’équipement de New-Aggr-Bw routage d’entrée. La fusion LSP est effectuée lorsque la différence en bande passante est limitée d’un seuil.

    ([1-a] x Current-Aggr-BwNew-Aggr-Bw < < [1+a] x , où Current-Aggr-Bw 0 </= a </= 1)

    Remarque :

    Dans la condition ci-dessus, « a » est le seuil d’ajustement et sa valeur par défaut est de 10 % (c’est-à-dire 0,10). Vous pouvez configurer le seuil d’ajustement à l’aide de splitting-merging-threshold l’instruction au niveau de la [edit protocols mpls container-label-switched-path lsp-name] hiérarchie. La valeur est également affichée dans le résultat show mpls container-lsp extensive de commande.

    Lorsque la valeur est inférieure ou égale à [1+a] multipliée par la valeur, l’équipement de routage d’entrée n’effectue pas la normalisation, mais la fusion New-Aggr-BwCurrent-Aggr-Bw LSP est effectuée. Toutefois, lorsque le fractionnement LSP et la fusion LSP sont configurés sur le routeur d’entrée, le fractionnement LSP est déclenché sur le routeur d’entrée lorsque l’une des deux conditions est satisfaite.

Protection des nœuds et des liaisons

Junos OS prend en charge les mécanismes suivants pour la protection des nœuds et des liaisons:

  • Rerouroute rapide

  • Protection des liaisons

  • Protection des liaisons de nœuds

Un seul des modes de protection mentionnés ci-dessus peut être configuré sur un équipement de routage d’entrée à tout moment. Tous les LSP membres (nominaux et adages) utilisent le même mode de protection que celui configuré.

Convention de désignation des noms

Lors de la configuration d’un LSP de conteneur, un nom est attribué au LSP. Le nom d’un LSP nominatif et anodant est créé en ajoutant le suffix de nom configuré et un suffix auto-généré au nom du conteneur LSP. Le nom du LSP de conteneur est unique et est contrôlé avec précision pendant l’utilisation de la configuration. Le nom du conteneur LSP doit identifier de manière unique les paramètres, tels que les noms des routeurs d’entrée et de sortie.

Remarque :

Un LSP membre LSP de conteneur et un LSP point à point sur un équipement de routage d’entrée ne peuvent pas avoir le même nom LSP.

Les LSP de conteneurs respectent une convention de noms LSP basée sur des nombres. Par exemple, si le nom configuré du LSP nominal est N et le nombre de bob LSP membres, les LSP membres sont nommés bob-<configured-suffix>-1 , ... et bob-<configured-suffix>-2bob-<configured-suffix>-N .

Après un événement de normalisation, le nombre de LSP membres peut changer. Par exemple, si le nombre de LSP membres augmente de six à huit, l’équipement de routage d’entrée conserve les six premiers LSP nommés bob-<configured-suffix>-1bob-<configured-suffix>-2 , ... et bob-<configured-suffix>-6 . Les deux LSP supplémentaires sont bob-7 nommés et bob-8 . Les LSP d’origine peuvent devoir être re-optimisés en cas de changement de bande passante signalé.

De même, si le nombre de LSP membres réduit de huit à six, l’équipement de routage d’entrée signale de nouveau aux LSP membres de manière à ce que les LSP actifs restants dans le système soient nommés bob-<configured-suffix>-1bob-<configured-suffix>-2 , ... et bob-<configured-suffix>-6 .

Lors de la création de nouveaux LSP, vous pouvez configurer un LSP bob-<configured-suffix>-7 RSVP.

Normalisation

Présentation opérationnelle

La normalisation est un événement qui se produit périodiquement. Au cas où cela se produit, une décision est prise concernant le nombre de LSP membres qui doivent rester actifs et leur bande passante respective dans un LSP de conteneur. Plus particulièrement, la décision est prise de déterminer si de nouveaux LSP existants vont être créés ou que tout LSP existant doit être re-signalé ou supprimé pendant l’événement de normalisation.

Entre deux événements de normalisation, un LSP membre peut subir plusieurs ajustements de pivotement automatique. Un délai de normalisation, à l’identique du timer de ré-optimisation, est configuré. L’intervalle de normalisation ne doit pas être inférieur à l’intervalle d’ajustement ou à l’intervalle d’optimisation.

Remarque :

La normalisation n’est pas déclenchée en fonction d’événements réseau, tels que des changements de topologie.

Contraintes opérationnelles

La normalisation présente les contraintes opérationnelles suivantes:

  • La normalisation n’est permise que si aucun LSP membre ne fait l’objet d’une optimisation ou d’un « make-before-break ». La normalisation commence lorsque tous les LSP membres terminent leur pause continue. Si la normalisation est en attente, une nouvelle optimisation ne doit pas être tentée tant que la normalisation n’est pas terminée.

  • Après la normalisation, un équipement de routage d’entrée calcule d’abord un ensemble de chemins viables en bande passante à l’aide de calculs de routage basés sur les contraintes. Si suffisamment de chemins informatiques de routage basés sur les contraintes ne sont pas mis en place avec une valeur de bande passante agrégée supérieure à la bande passante souhaitée, plusieurs actions de resserrement sont prises.

  • Une fois qu’un ensemble de chemins faisables pour la bande passante est disponible, l’équipement de routage d’entrée signale ces chemins tout en conservant l’ensemble original des chemins en accord avec les anciennes valeurs de bande passante. Le « make-before-break » est effectué avec le style de partage explicite (SE) et lorsque certains LSP ne sont pas signalés de nouveau, un nombre limité de tentatives est tentée pour une durée spécifiée. Ce n’est que lorsque tous les LSP sont correctement signalés que le commutateur de routeur d’entrée est en place depuis l’ancienne instance du conteneur LSP vers la nouvelle instance. Si tous les LSP n’ont pas pu être signalés avec succès, le routeur d’entrée maintient les instances de membres avec des valeurs de bande passante plus élevées.

    Par exemple, si la bande passante d’une ancienne instance de LSP membre (LSP-1) est 1G, le LSP est divisé en LSP-1 avec la bande passante 2G et LSP-2 avec la bande passante 2G. Si la signalisation de LSP-1 avec bande passante 2G échoue, le routeur d’entrée conserve le LSP-1 avec bande passante 1G et LSP-2 avec bande passante 2G.

    En cas de panne de signalisation, l’équipement de routage d’entrée reste dans l’état d’erreur, où certains LSP n’ont mis à jour les valeurs de bande passante que si la bande passante agrégée a augmenté. Le routeur d’entrée tente d’amener les LSP qui n’ont pas pu être signalés, ce qui entraîne au minimum une perte de trafic.

  • Si un LSP passe d’entre deux événements de normalisation, il peut augmenter la charge sur les autres LSP en fonctionnement. Afin d’empêcher l’utilisation excessive d’autres LSP, une normalisation précoce peut être configurée en cas de défaillance du LSP. Les LSP peuvent baisser en raison de la pré-empoison ou d’un manque de protection des nœuds ou des liaisons. Il n’est peut-être pas nécessaire de mettre en place les LSP en panne car le processus de normalisation permet de re-exécuter les calculs basés sur les contraintes des chemins de routage.

Inter-opérations avec une fonction de bandeau automatique

Par exemple, un LSP nominal nommé LSP-1 a été configuré avec les paramètres suivants:

  • Fractionnement de la bande passante et bande passante maximale de la 1G

  • Fusion de la bande passante et de la bande passante minimale de 0,8G

  • Fonction de bandeau automatique

La normalisation s’effectue différemment selon les scénarios suivants:

Modifications des ajustements de la bande automatique par LSP

Tableau 5 illustre comment la normalisation sépare et fusionner les LSP membres à mesure que les ajustements de la bande passante par LSP changent avec la normalisation sans condition.

Tableau 5 : Normalisation avec les modifications d’ajustement de la bande automatique par LSP

Temps de normalisation

État actuel

Événements

État modifié

T0

Pas d’état.

Initialisation

LSP-1 est signalé avec une bande passante de 0,8G

T1

Hausse de l’utilisation de LSP-1 jusqu’à 1,5G

  • Ajustements de la bande automatique multiples puisque T0 est possible.

  • Le routeur d’entrée décide de diviser le LSP-1 en deux LSP et crée le LSP-2.

LSP-1 = 0,8G

LSP-2 = 0,8G

T2

Hausse de l’utilisation de LSP-1 jusqu’à la 2G

LSP-2: jusqu’à 0,9G (dans les limites)

  • La bande passante agrégée est de 2,9G, ce qui dépasse le fractionnement total maximum de la 2G.

  • Le routeur d’entrée décide de diviser le LSP-1 en trois LSP et crée le LSP-3.

LSP-1 = 1G

LSP-2 = 1G

LSP-3 = 1G

T3

Hausse de l’utilisation de LSP-3 jusqu’à 1,5G

  • La bande passante agrégée atteint 3,5G avec un partage total maximum de la 3G.

  • Le routeur d’entrée décide de diviser le LSP-1 en quatre LSP et crée le LSP-4.

LSP-1 = 1G

LSP-2 = 1G

LSP-3 = 1G

LSP-4 = 1G

T4

Baisse de l’utilisation de LSP-2 à 0,5G

  • La bande passante agrégée est de 3G.

  • Le routeur d’entrée décide de fusionner LSP-1 et retire le LSP-4.

LSP-1 = 1G

LSP-2 = 1G

LSP-3 = 1G

Étant donné que l’width de bande automatique est configuré en fonction de chaque LSP, chaque fois qu’un ajustement de la bande se produit, le routeur d’entrée signale de nouveau chaque LSP avec Max Avg Bw .

Une autre approche permettant de gérer les modifications de réglages de la bande automatique par LSP consiste non pas à permettre aux LSP d’exécuter une liaison de bande automatique sur le routeur d’entrée, mais à exécuter une liaison de bandeau automatique en mode passif (moniteur). De cette façon, l’échantillonnage est effectué à chaque intervalle de statistiques pour les LSP membres uniquement, et la normalisation est effectuée pour le conteneur LSP seul au lieu d’agir sur l’expiration du délai d’ajustement des LSP individuel.

Par conséquent, le nombre de tentatives de ré-signalisation et les fluctuations de bande passante pour un LSP membre donné sont réduits. Seules les valeurs LSP de bande passante par membre sont utilisées par le routeur d’entrée pour trouver une bande passante globale à utiliser lors de la normalisation. La configuration de l’ajustement du bandeau automatique suivi de la normalisation (les ajustements et les intervalles de normalisation sont comparables) peut entraîner des frais considérables en raison de la signalisation de réajustement.

En appliquant la deuxième approche, le LSP-1 passe de 0,8G à 1,5G, puis à 0,8G. Si le minuteur de normalisation est du même ordre que l’intervalle d’ajustement, le routeur d’entrée laisse le LSP-1 seul avec son 0,8G d’origine et signale uniquement LSP-2 avec 0,8G. Cela permet d’obtenir le dernier résultat de la normalisation, évitant ainsi la tentative de signalisation supplémentaire sur LSP-1 avec 1,5G à l’expiration du délai d’ajustement.

Les LSP membres utilisent toujours la même bande passante, et tout ajustement effectué sur les LSP membres n’est pas possible. Les LSP membres sont signalés à nouveau avec une bande passante réduite par rapport à la capacité réservée dans le déclenchement d’ajustement avec le déclenchement de normalisation. Par conséquent, en supposant que les intervalles de normalisation et d’ajustement soient de la même ordre, il peut être utile d’éviter le déclenchement d’ajustement pour les LSP membres.

Remarque :

Nous recommandons que le minuteur de normalisation soit plus élevé que l’intervalle d’ajustement de la bande automatique et la durée régulière de l’optimisation, car les tendances du trafic sont observées à une plus grande échelle et la normalisation est exécutée une à trois fois par jour. Un LSP peut faire l’objet d’une optimisation pour les raisons suivantes:

  • Optimisation normale

  • Ajustement du bandeau automatique

  • Normalisation

Évolution du trafic

Tableau 6 illustre comment la normalisation s’effectue lorsque le trafic augmente de manière importante.

Tableau 6 : Normalisation avec la croissance du trafic

Temps de normalisation

État actuel

Événements

État modifié

T0

Pas d’état

LSP-1 est signalé avec une bande passante de 0,8G

T1

Hausse de l’utilisation de LSP-1 jusqu’à la 3G

  • L’utilisation agrégée dépasse la bande passante maximale fractionnante

  • Le routeur d’entrée décide de fractionner le LSP-1 et crée deux LSP plus inégressifs.

LSP-1 = 1G

LSP-2 = 1G

LSP-3 = 1G

Le fait d’avoir moins de LSP est préféré à la signalisation de quatre LSP chacun avec une bande passante de 0,8G, sauf si le nombre de LSP est limité au minimum.

Plage de calcul et plages de configurations faisables

Lorsqu’un routeur d’entrée est configuré en ayant le nombre maximal et minimum de LSP, et que le LSP partage la bande passante et fusion des valeurs de bande passante, les seuils de bande passante sont utilisés pour le fractionnement et la fusion. Pour cela, le nombre de LSP (N) doit répondre aux contraintes suivantes:

Au moment de la normalisation, en fonction de la demande agrégée X:

Les contraintes ci-dessus fournissent deux gammes de choix pour les points N. Si les deux plages N se chevauchent, N sera sélectionné dans l’intervalle de chevauchement (N possible N) afin de maintenir le nombre de LSP en petits points du réseau.

Dans le cas contraire, si le nombre maximal de lsp/membre est inférieur à [X/fractionnement-bande], le routeur d’entrée conserve (au maximum) le maximum de lsp-membres du système et la bande passante de chaque LSP est [X/maximum-member-lsp] ou la bande passante à signalisation maximale, en tout cas inférieure. Il est possible que certains LSP ne reçoit pas de signaux correctement.

De même, si le nombre minimum de LSP membres est supérieur à [X/merging-bandwidth], le routeur d’entrée conserve (au minimum) le minimum de lsp membres du système et la bande passante de chaque LSP est [X/minimum-member-lsps] ou la bande passante à signalisation minimale, en tout cas inférieure.

Par exemple, la normalisation est effectuée comme suit dans les cas suivants:

  • Cas 1

    • nombre minimum de membres-lsps = 2

    • nombre maximal de lsps de membres = 10

    • demande agrégée = 10G

    • fusion de la bande passante = 1G

    • fractionnement de bande passante = 2,5G

    Dans ce cas, l’équipement de routage d’entrée signale à quatre LSP membres chacun une bande passante 2G.

  • Étude de cas 2

    • nombre minimum de membres-lsps = 5

    • nombre maximal de lsps de membres = 10

    • demande agrégée = 10G

    • fusion de la bande passante = 2,5G

    • fractionnement de bande passante = 10G

    Dans ce cas, l’équipement de routage d’entrée signale à cinq LSP membres chacun une bande passante 2G. Ici, la configuration statique du nombre de LSP membres a priorité.

  • Étude de cas 3

    • bande passante de signalisation minimale = 5G

    • bande passante à signalisation maximale = 40G

    • fusion de la bande passante = 10G

    • fractionnement de bande passante = 50G

    Lors de la mise en service d’un LSP de conteneur, le LSP nominal est signalé avec une bande passante à signalisation minimale. Au moment de la normalisation, la nouvelle bande passante agrégée est le 100G. Pour trouver N et la bande passante de chaque LSP, N doit répondre aux contraintes suivantes:

    N équivaut donc à:

    • N = 2, bande passante = min {100/2G, 40G} = 40G

      Cette option ne satisfait pas le nouvel agrégation du 100G.

    • N = 3, bande passante = min {100/3G, 40G} = 33,3G

      Cette option équivaut à une bande passante globale au 100G.

    Dans ce cas, l’équipement de routage d’entrée signale trois LSP chacun avec une bande passante de 33.3G.

    Remarque :

    Le routeur d’entrée n’signale pas un LSP plus faible que la bande passante minimale.

Calcul des chemins de routage basé sur les contraintes

Même s’il n’y a aucun changement dans le calcul du chemin de routage basé sur des contraintes générales, un module distinct supervise le processus de normalisation, planifiera des événements de routage basés sur des contraintes et planifiera, le cas échéant, le basculement d’une ancienne instance vers une nouvelle instance. Un équipement de routage d’entrée doit régulièrement gérer le calcul du chemin de routage basé sur les contraintes. En cas de normalisation, un routeur d’entrée doit calculer des chemins de routage basés sur des contraintes, si le nombre de LSP ou la bande passante des LSP doit être modifié.

Par exemple, il y a des LSP K au niveau du routeur d’entrée avec des valeurs de bande passante X-1, X-2, ... et X-K. La valeur actuelle de la bande passante agrégée est Y, soit la somme de X-1 plus X-2 plus X-K. En cas de nouvelle demande en W, le routeur d’entrée calcule d’abord le nombre de LSP requis. Si le routeur d’entrée nécessite uniquement des LSP N (LSP-1, LSP-2, .., et LSP-N) chacun avec une valeur de bande passante B, la tâche du module de routage basé sur les contraintes consiste à fournir un ensemble de LSP faisables en bande passante pour répondre à la nouvelle demande agrégée, qui n’est pas inférieure à Y.

Le routeur d’entrée tente ensuite de voir si les chemins de routage basés sur les contraintes peuvent être calculés avec succès pour tous les LSP N. Si les chemins de tous les LSP sont trouvé avec succès, le module de routage basé sur les contraintes renvoie l’ensemble au module de normalisation.

Il est possible que le calcul de routage basé sur les contraintes ne soit pas réussi pour certains LSP. Dans ce cas, l’équipement de routage d’entrée prend les mesures suivantes:

  • Si la configuration permet une normalisation incrémentielle, ce qui implique que si le routeur d’entrée dispose d’assez de LSP dont l’agrégation dépasse Y, le module de routage basé sur les contraintes renvoie cet ensemble de chemins.

  • Que la normalisation par incrément soit configurée ou non, si les chemins de routage basés sur les contraintes n’étaient pas calculables pour un nombre suffisant de LSP, le routeur d’entrée doit recommencer le processus de recherche d’un nouvel ensemble de LSP. Dans un premier temps, le routeur d’entrée commence avec la valeur la plus faible de N de la région faisable. Chaque fois que le routeur d’entrée doit réviser ce nombre, il l’augmente de manière linéaire de 1. Ainsi, la bande passante par LSP devient moins importante et la signalisation est donc plus importante. Le processus est répétée pour toutes les valeurs faisables de N (ou pour un nombre limité de fois ou de durée selon la configuration).

    Le routeur d’entrée signale aux LSP après le calcul réussi du calcul du chemin de routage basé sur des contraintes. Il peut se produire que lorsque les LSP sont signalés, la signalisation de nombreux LSP échoue. Outre les calculs de chemin de routage basés sur des contraintes, la signalisation RSVP doit également réussir, de façon à ce que le nouvel agrégation ne soit pas inférieur à l’ancienne bande passante agrégée.

Échantillonnage

L’échantillonnage est important pour que la normalisation fonctionne. L’échantillonnage configuré permet à un équipement de routage d’entrée de faire une estimation statistique des demandes de trafic agrégées. Chaque fois que le programme d’échantillonnage survient, l’équipement de routage d’entrée peut prendre en compte les débits de trafic sur différents LSP et calculer un échantillon de bande passante agrégé. Ce intervalle d’échantillonnage est différent de l’échantillonnage effectué périodiquement par le RSVP sur tous les LSP. La bande passante agrégée est un exemple à utiliser au moment de la normalisation. Un équipement de routage d’entrée peut enregistrer les échantillons passés pour calculer une moyenne (ou une autre mesure statistique) et l’utiliser lors de la prochaine normalisation.

Pour retirer les échantillons aberrants, un jeton d’échantillonnage est configuré. En d’autres termes, à partir de tous les échantillons agrégés collectés pendant la période configurée, les valeurs aberrantes inférieures et inférieures sont ignorées avant de calculer une mesure statistique à partir des échantillons restants.

Les deux méthodes suivantes d’calcul d’une valeur de bande passante globale sont prise en charge:

  • Moyenne: tous les échantillons de bande passante agrégés sont pris en compte par l’équipement de routage d’entrée, puis tous les échantillons aberrants sont supprimés. La valeur moyenne de la bande passante est calculée à partir des échantillons restants à utiliser lors de la normalisation.

  • Maximum: tous les échantillons de bande passante agrégés sont pris en compte par l’équipement de routage d’entrée, puis tous les échantillons aberrants sont supprimés. La valeur maximale de la bande passante est extraite des échantillons restants à utiliser lors de la normalisation.

La durée, le nombre d’échantillons agrégés passés à stocker, la valeur percentile à déterminer et les valeurs aberrantes ignorées sont des paramètres configurables par l’utilisateur.

Prise en charge des NSR, IPG-FA et des routes statiques

À partir de Junos OS version 15.1, les chemins de commutation d’étiquettes de conteneur (LSP) fournissent une prise en charge du routage actif sans arrêt (NSR), de la IGP d’adjacence de forwarding (FA) et des routes statiques pour répondre aux exigences de cas métier plus larges.

Prise en charge NSR

Un LSP de conteneur présente les caractéristiques des ingénieries de trafic ECMP et RSVP. Étant donné qu’un LSP de conteneur se compose de plusieurs LSP membres entre un routeur d’entrée et de sortie, chaque LSP membre prenant un chemin différent vers la même destination, le routeur d’entrée est configuré avec tous les paramètres nécessaires pour calcul d’un LSP ECMP RSVP. Ces paramètres ainsi que les informations sur l’état du forwarding doivent être synchronisés entre les moteurs de routage principal et de secours pour permettre la prise en charge du NSR (Nonstop active Routing) pour les LSP de conteneurs. Si certaines des informations d’état du moteur de routage de secours sont construites localement en fonction de la configuration, la plupart reposent sur des mises à jour périodiques des moteur de routage. Les LSP de conteneur sont créés de manière dynamique à l’aide des états dupliqués sur la moteur de routage.

Par défaut, la normalisation se produit une fois toutes les 6 heures et, pendant cette période, un certain nombre de réglages de la bande automatique s’produisent sur chaque LSP membre. Un LSP membre est resized en fonction du trafic qu’il transporte et des paramètres de configuration de bande automatique configurés. La demande agrégée sur un LSP de conteneur est suivi en récapitulant la bande passante de tous les LSP membres.

Pour les LSP point à point RSVP, un basculement de moteur de routage peut être sous l’un des points suivants:

  • Steady state

    En état stable, l’état LSP est en hausse et permet de faire avancer le trafic. toutefois, aucun autre événement, comme le « make-before-break » (MBB), ne se produit sur le LSP. À ce stade, le RPD s’exécute sur les moteurs de routage et sur les basculements d’événements de basculement entre les moteurs de secours et les moteur de routage. Le système de moteur de routage déjà répliqué les informations LSP. Après le basculement, le nouveau principal utilise les informations de la structure dupliquée pour construire le conteneur LSP et les files d’attente du chemin (ERO) du LSP dans le mode revenir. RSVP signale et vérifie si le chemin mentionné dans l’ERO est accessible. Si les vérifications RSVP échouent, le LSP est redémarré. Si les contrôles RSVP réussissent, l’état LSP reste en place.

  • Action leading to make-before-break (MBB)

    Un conteneur LSP peut être optimisé avec une bande passante mise à jour, ce changement est effectué de façon MBB. Au cours d’un processus MBB, il existe deux instances de chemin pour un LSP donné, et des commutateurs LSP d’une instance à une autre. Pour chaque moteur de routage, le chemin est contrôlé pour savoir où se trouve le chemin dans le processus MBB. Si le chemin se trouve au milieu du processus MBB, alors que l’instance principale est en panne et que le chemin optimisé est en cours de développement, alors le MBB peut passer à la nouvelle instance. Dans ce cas, le résultat de la commande show mpls lsp extensive est le suivant:

    Un comportement similaire est maintenu pour les LSP membres lors de l’optimisation de la bande passante.

    Un moteur de routage de données en état stable (lorsque la normalisation n’est pas en cours), permet aux LSP de conteneurs de rester opérationnels sans perte de trafic. Les événements, tels qu’un MBB dû à des ajustements de liaison automatique, à une panne d’état de liaison ou à une double défaillance, en état stable, sont similaires à ceux d’un LSP RSVP de point à point normal.

    Si le LSP de conteneur est en cours de normalisation et que l’événement de normalisation est déclenché manuellement ou régulièrement, il passe par la phase de calcul et d’exécution. Dans l’un comme dans l’autre, aucune perte de trafic n’est garantie.

    • Normalisation dans la phase de calcul

      Pendant la phase de calcul, l’moteur de routage calcul calcule le nombre de LSP de membres ciblés et la bande passante avec laquelle chaque LSP membre doit être re-signalé. La moteur de routage dispose d’informations limitées sur le LSP de conteneur, comme le nom de LSP, l’ID LSP, la bande passante actuelle de son LSP membre, le nombre de LSP membres et le nombre de nouvelles tentatives de normalisation. Si le basculement se produit pendant la phase de calcul, le moteur de routage de secours n’a pas connaissance du nombre de LSP membres ciblés et de la bande passante à signaler. Puisque les statistiques de trafic ne sont pas copiées sur la moteur de routage, elle ne peut pas calculer le nombre de membres ciblés et la bande passante. Dans ce cas, le nouveau moteur de routage utilise les anciennes données stockées dans le compte LSP de membre ciblé et la bande passante ciblée pour signaler les LSP.

    • Normalisation lors de la phase d’exécution

      Pendant la phase d’exécution, le RSVP du moteur de routage tente d’envoyer un signal aux LSP avec la bande passante nouvellement calculée. Si le basculement se produit lors de la signalisation des LSP avec une bande passante accrue ou lors du fractionnement ou de la fusion du LSP, le nouveau moteur de routage principal utilise les informations du compte de membre ciblé et la valeur de la bande passante pour être signalé, afin de faire apparaître les LSP.

Prise en charge d’IPG-FA

Une adjacence de commutation de trafic (FA) est un chemin de commutation d’étiquettes (LSP) des ingénieries de trafic configuré entre deux nodes et utilisé par un protocole de passerelle intérieure (IGP) pour le trafic. Par défaut, un IGP ne considère pas MPLS tunnels techniques du trafic entre les sites, pour le trafic de communication. L’adjacence de passation de trafic traite un tunnel LSP des ingénieries de trafic comme une liaison dans une topologie IGP, permettant ainsi aux nodes du réseau de faire avancer le trafic IP vers cette destination sur ce LSP FA. Une adjacence de communication peut être créée entre les équipements de routage, quel que soit leur emplacement sur le réseau.

Pour promouvoir un LSP de conteneur comme un IGP-FA, le nom LSP doit être configuré sous IS-IS ou OSPF. Quelques chiffres clés :

IS-IS

OSPF

Remarque :

La IGP-FA est appliquée aux LSP de conteneur et aux LSP point à point réguliers. Si un LSP de conteneur et un LSP point à point partagent le même nom, le LSP point-to-point a la préférence pour la FA.

Prise en charge du routeur statique

Les routes statiques ne comprennent souvent qu’un ou très peu de chemins vers une destination et ne changent généralement pas. Ces routes sont utilisées pour assemblage de services lorsque les stratégies et d’autres protocoles ne sont pas configurés.

Pour promouvoir un LSP de conteneur comme une route statique, le nom LSP doit être configuré sous la configuration de route statique. Quelques chiffres clés :

Route statique

Remarque :

La prise en charge de la route statique est appliquée aux LSP de conteneur et aux LSP réguliers point à point. Si un LSP de conteneur et un LSP point à point partagent le même nom, le LSP point à point a la préférence pour le routage statique.

Déclarations de configuration prise en charge des LSP de conteneurs

Tableau 7 répertorie les MPLS de configuration LSP qui s’appliquent à RSVP LSP et à un LSP de conteneur (nominaux et inapersité).

La prise en charge de la configuration est définie selon les termes suivants:

  • Oui: l’énoncé de configuration est pris en charge pour ce type de LSP.

  • Non: l’énoncé de configuration n’est pas pris en charge pour ce type de LSP.

  • S/A: l’énoncé de configuration n’est pas applicable pour ce type de LSP.

Tableau 7 : Pertinence de la configuration des LSP RSVP pour un LSP de conteneur

Déclaration de configuration

RSVP LSP (entrée)

LSP membre (entrée)

Adaptive

(Par défaut: non adaptative)

Oui

Oui

admin-down

Oui

Oui

groupe d’administrateurs

Oui

Oui

groupes d’administrateurs sauf

Oui

Oui

appliquer des groupes

Oui

Oui

appliquer des groupes, sauf

Oui

Oui

associé-sauvegarde-pe-groups

Oui

Non

associé-lsp

(Aucune assistance bidirectionnelle)

Oui

Non

bande passante automatique

Oui

Oui

Sauvegarde

Oui

Non

Bande passante

Oui

Oui

classe de service

Oui

Oui

bidirectionnelle

(Aucune assistance bidirectionnelle)

Oui

Non

direction bidirectionnelle-passive

(Aucune assistance bidirectionnelle)

Oui

Non

description

Oui

Oui

Désactiver

Oui

Oui

protection du dégressif

Oui

Non

exclure-srlg

Oui

Oui

rerouroute rapide

(Rerouillon rapide identique pour tous les LSP membres)

Oui

Oui

De

Oui

Oui

limite du saut

Oui

Oui

Installer

Oui

Oui

inter-domaines

(même routeur de terminaison)

Oui

Oui

secondaire

(Tous les LSP sont principaux)

Oui

Non

tunneling ldp

(Tous les LSP font des tunnels)

Oui

Oui

le moins rempli

Oui

Oui

protection des liaisons

(Tous les LSP partagent le même mechansim de protection des liaisons)

Oui

Oui

attributs lsp

Oui

Oui

contrôleur externe lsp

Oui

Non

Métrique

(Tous les LSP sont identiques)

Oui

Oui

les plus en charge

Oui

Oui

no-cspf

(les LSP utilisent IGP)

Oui

Oui

no-decrement-ttl

(Tous les LSP partagent le même comportement TTL)

Oui

Oui

pas d’installation à l’adresse

Oui

Oui

sans enregistrement

Oui

Oui

protection des liaisons de nœuds

(Les LSP al partagent le même mécanisme de protection des liaisons de nœuds)

Oui

Oui

Oam

Oui

Oui

optimize-hold-dead-delay

(Tous les LSP ont la même valeur)

Oui

Oui

optimisation du délai de basculement

(Tous les LSP ont la même valeur)

Oui

Oui

optimize-timer

(Tous les LSP ont la même valeur)

Oui

Oui

p2mp

Oui

S/O

Police

(trafic variable)

Oui

Non

Préférence

Oui

Oui

principal

(Tous les chemins sont principaux)

Oui

Non

Aléatoire

Oui

Oui

enregistrer

Oui

Oui

réessayer

(Applicable aux membres)

Oui

Oui

réessayer

(Applicable aux membres)

Oui

Oui

revenir à la durée

(Pas de LSP secondaire)

Oui

Non

secondaire

(Tous les LSP sont principaux)

Oui

Non

préemption douce

Oui

Oui

Veille

(Tous les LSP sont en veille)

Oui

Non

Modèle

Oui

Non

à

Oui

Oui

traceoptions

Oui

Oui

sauts à sauts ultimes

Oui

Oui

Impact de la configuration des LSP de conteneur sur les performances réseau

Un LSP de conteneur est un LSP de conteneur qui permet la co-existence et la gestion groupée de plusieurs LSP membres. Les LSP membres sont similaires aux LSP point à point indépendants. En conséquence, la consommation des ressources est similaire à la somme de ressources consommées par chaque RSVP LSP point à point. Toutefois, le provisionment d’un LSP de conteneur est plus efficace, car les LSP membres sous-utilisés sont supprimés de manière dynamique, ce qui permet d’économiser de la mémoire et des ressources du processeur.

Les fonctionnalités LSP de conteneur dépendent de la présence d’une base fonctionnelle MPLS l’implémentation RSVP. En conséquence, un LSP de conteneur ne présente aucune considération de sécurité au-delà des considérations existantes pour la fonctionnalité RSVP de MPLS base. Les catégories des attaques et contre-mesures possibles sont les suivantes:

  • Interaction avec les processus et la configuration du routeur

    Aucun nouveau mécanisme de communication avec les hôtes externes n’est nécessaire pour un LSP de conteneur. Les données arrivent au module RSVP via les processus logiciels locaux et la configuration du routeur, autre que l’adjacence des voisins RSVP. Junos OS contrôles de sécurité pour l’accès à la configuration du routeur et du routeur.

  • Communication avec les voisins RSVP externes

    Les MPLS LSP à signalisation RSVP dépendent des services de RSVP et de IGP pour communiquer les messages RSVP entre les routeurs voisins du réseau. Les sessions RSVP impliquent des communications en dehors du routeur local, elles sont sujettes à de nombreuses formes d’attaques, telles que l’usurpation de pairs, l’injection de messages RSVP et de mises à jour de route, et les attaques sur le transport TCP/UDP sous-jacent pour les sessions. Junos OS fournit des contre-mesures pour les vecteurs d’attaque de ce type.

  • Limites et limites des ressources déni de service

    Junos OS fournit plusieurs mécanismes par le biais de mécanismes de contrôle et de filtres afin de fournir une protection contre déni de service attaques basées sur des injections supérieures aux demandes de trafic attendues. Au niveau MPLS LSP, la Junos OS permet aux opérateurs de configurer des limites en bande passante LSP et en nombre de LSP. Toutefois, comme pour les LSP RSVP point à point, les LSP de conteneurs n’appliquent pas de limites au volume de trafic transmis sur ces LSP.

Fonctionnalités prise en charge et non prise en charge

Junos OS prend en charge les fonctionnalités LSP de conteneur suivantes:

  • Mécanisme de fractionnement LSP basé sur l’égalité de la bande passante

  • Le LSP basé sur l’agrégation et la bande passante, en partageant et en fusionnant de manière pré-établie

  • Mécanisme de noms basé sur les nombres LSP pour les LSP membres créés de manière dynamique

  • Mécanismes d’échantillonnage périodiques pour estimer la bande passante globale

  • Interopérabilité avec des fonctionnalités de bande passante automatique

  • ECMP à l’aide des LSP créés de manière dynamique

  • Tunnellation LDP sur le LSP créé de manière dynamique

  • Configuration de LSP de conteneur en utilisant IGP raccourcis

  • Liens Ethernet agrégés

  • Systèmes logiques

Junos OS not prend en charge la fonctionnalité LSP de conteneur suivante:

  • Chemins injoints de nœuds et de liaisons pour différents LSP entre une entrée et un équipement de routage de sortie

  • Politique d’allocation de la bande passante différente de la politique d’égalité de la bande passante lors de l’événement de normalisation

  • Calcul des chemins de routage basé sur les contraintes pour trouver IGP chemins de coûts différents pour différents LSP

  • Objets RSVP, tels que MLSP_TUNNEL Sender Template , et définis dans MLSP_TUNNEL Filter Specification [KOMPELLA-MLSP]

  • Changement de topologie comme déclencheur du partage et de la fusion des LSP

  • Changement de topologie et de défaillance de liaison comme déclencheur de normalisation, sauf si les LSP membres ne s’en vont pas

  • Protection contre les sorties sur le LSP de conteneur

  • Container LSP en tant que LSP de secours pour IGP interface

  • Container LSP en tant que tunnel fournisseur pour VPN multicast

  • LSP dynamiques pour la normalisation

  • CCC à l’aide du conteneur LSP

  • Chemins secondaires pour LSP de conteneur

  • Conteneur bidirectionnel LSP

  • Police

  • Routes statiques utilisant les LSP de conteneurs comme sauts suivants au mieux

  • Une entité de calcul de chemin externe, telle que PCE

  • Système multichâtsis

  • IPv6

Exemple: Configuration de la gestion dynamique de la bande passante à l’aide de LSP de conteneur

Cet exemple montre comment activer une gestion dynamique de la bande passante en configurant des chemins de commutation d’étiquettes (LSP) de conteneurs qui permettent l’équilibrage de la charge entre plusieurs LSP membres point à point.

Conditions préalables

Cet exemple utilise les composants matériels et logiciels suivants:

  • Cinq routeurs qui peuvent être une combinaison de routeurs M Series, MX Series ou T Series, sur lesquels deux sont des routeurs PE (Provider Edge) et trois routeurs sont des routeurs fournisseurs (P)

  • Junos OS version 14.2 ou ultérieure s’exécutant sur tous les routeurs

Avant de commencer:

  1. Configurez les interfaces de l’équipement.

  2. Configurez les numéros de système et les ID de routeur autonomes pour les équipements.

  3. Configurez les protocoles suivants:

    • RSVP

    • MPLS

    • BGP

    • OSPF

Présentation

À partir de Junos OS version 14.2, un nouveau type de LSP, appelé LSP de conteneur, est mis en place pour permettre l’équilibrage de charge entre plusieurs LSP point à point. Un LSP de conteneur inclut un ou plusieurs LSP membres entre les mêmes équipements de routage d’entrée et de sortie. Les LSP membres sont similaires aux LSP point à point indépendants, et chaque LSP membre prend un chemin différent vers la même destination et peut être acheminé sur un autre chemin IGP coûts.

Un LSP de conteneur assure une gestion dynamique de la bande passante en permettant au routeur d’entrée d’ajouter et de supprimer de manière dynamique les LSP membres par le biais d’un processus appelé fractionnement LSP et fusion LSP, respectivement en fonction de la configuration et du trafic agrégé. En plus de l’ajout et de la suppression, les LSP membres peuvent également être ré-optimisés avec différentes valeurs de bande passante de manière pré-break.

Topologie

Figure 2 est un exemple de topologie configurée avec les LSP de conteneurs.

Figure 2 : Gestion dynamique de la bande passante à l’aide de LSP de conteneurGestion dynamique de la bande passante à l’aide de LSP de conteneur

Dans cet exemple, les routeurs PE1 et PE2 sont les routeurs PE connectés à l’hôte 1 et à Host2, respectivement. Les routeurs principaux, les routeurs P1 et P2 et P3 se connectent aux routeurs PE.

Configuration

CLI configuration rapide

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez les interruptions de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à votre configuration réseau, copiez et collez les commandes dans le CLI au niveau de la hiérarchie, puis entrez dans le [edit]commit mode de configuration.

PE1

P1

P2

P3

PE2

Procédure

Procédure étape par étape

L’exemple suivant nécessite de naviguer dans différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la navigation du CLI, consultez le guide de l’CLI en mode de configuration dans CLI’utilisateur.

Pour configurer le routeur PE1:

  1. Configurez les interfaces PE1 du routeur.

  2. Configurez l’ID du routeur et le numéro de système autonome du routeur PE1.

  3. Activez la stratégie pour équilibrer la charge du trafic.

  4. Activer RSVP sur toutes les interfaces PE1 du routeur (à l’exception de l’interface de gestion).

  5. Activer MPLS sur toutes les interfaces du routeur PE1 (à l’exception de l’interface de gestion).

  6. Configurez les paramètres MPLS statistiques.

  7. Configurez les paramètres du modèle de chemin de commuté d’étiquettes (LSP).

  8. Configurez un conteneur LSP entre le routeur PE1 et le routeur PE2 et attribuez le modèle LSP PE1 à PE2-template1.

  9. Configurez les paramètres LSP du conteneur.

  10. Configurez le BGP groupe de données et attribuez les adresses IP locales et de voisinage.

  11. Activez OSPF sur toutes les interfaces du routeur PE1 (à l’exception de l’interface de gestion) avec des fonctionnalités d’ingénierie de trafic.

  12. Configurez l’énoncé de stratégie pour équilibrer la charge du trafic.

  13. Configurez une instance de routage sur le routeur PE1 et attribuez l’interface d’instance de routage.

  14. Configurez les valeurs d’étiquettes de route distinguisher, vrf target et vrf-table pour l’instance de routage VRF.

Résultats

À partir du mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant les show interfaces commandes , et le show routing-optionsshow protocolsshow policy-options , show routing-options Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Vérification

Vérifier que la configuration fonctionne correctement.

Vérifier le statut de LSP de conteneur sans bande passante

But

Vérifier l’état du LSP de conteneur.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp extensive la commande.

Sens

Le conteneur LSP est établi entre les routeurs PE1 et PE2.

Vérifier l’état du LSP de conteneur avec une bande passante accrue (avant la normalisation)

But

Vérifiez l’état du LSP de conteneur avec une bande passante accrue avant la normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp extensive la commande.

Sens

La normalisation n’étant pas arrivée, le nombre de LSP membres reste 2.

Vérification du statut LSP du conteneur avec une bande passante accrue (après normalisation)

But

Vérifiez l’état du LSP de conteneur avec une bande passante accrue après la normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp extensive la commande.

Sens

À l’expiration du délai de normalisation, le LSP de conteneur est divisé en cinq LSP membres, chacun 10 Mbits/s (bande passante de signalisation minimale et maximale). La bande passante globale est donc de 50 Mbits/s.

Vérification du processus de partage des LSP de conteneurs

But

Vérifier le processus de fractionnement de conteneur LSP après normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show route 2.2.2 la commande.

Sens

Après le partage du LSP, le routeur PE1 a injecté l’adjacence de forwarding.

Vérification des statistiques LSP des conteneurs

But

Vérifiez les statistiques LSP du conteneur après la normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp statistics la commande.

Sens

Le trafic est équilibré entre les LSP membres nouvellement créés.

Vérifier l’état de LSP du conteneur avec une bande passante réduite (avant la normalisation)

But

Vérifiez l’état du conteneur LSP avec une bande passante réduite avant la normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp detail la commande.

Sens

La normalisation n’étant pas arrivée, le nombre de LSP membres reste de 5.

Vérification du statut LSP du conteneur avec une bande passante réduite (après normalisation)

But

Vérifiez l’état du LSP de conteneur avec une bande passante réduite après la normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp detail la commande.

Sens

À l’expiration du délai de normalisation, la fusion LSP de conteneur s’fait en raison d’une réduction globale de la bande passante. Les LSP membres sont fusionnés et le nombre de LSP membres est 2 après la normalisation.

Vérification du processus de fusion LSP de conteneur

But

Vérifier le processus de fractionnement de conteneur LSP après normalisation.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show route 2.2.2 la commande.

Sens

Après fusion LSP, le routeur PE1 a supprimé les LSP membres fusionnés.

Vérification de la normalisation des pannes

But

Vérifiez la redistribution de la charge lorsque le trafic est envoyé à 35 Mbits/s et que la liaison entre les routeurs P1 et P2 est désactivée. L’arrivée de PathErr en cas de défaillance de liaison déclenche une normalisation immédiate.

Pour permettre la normalisation de panne, inclure failover-normalization l’énoncé de configuration au niveau de la [edit protocols mpls container-label-switched-path container-lsp-name splitting-merging normalization] hiérarchie.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp la commande.

Une fois la liaison ge-0/0/2 entre les routeurs P1 et P2 en panne, la normalisation est immédiatement déclenchée.

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp detail la commande.

Sens

L’arrivée du message PathErr en cas de défaillance de liaison déclenche une normalisation immédiate.

Vérification de la normalisation incrémentale

But

Vérifiez la normalisation incrémentale lorsqu’il n’y a pas suffisamment de bande passante.

Sur le routeur PE1, la bande passante statique des interfaces RSVP est limitée à 22 Mbits/s chacune.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show rsvp interface la commande.

Avant que la normalisation ne se produise:

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp la commande.

Une fois la normalisation en place:

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp la commande.

À partir du mode opérationnel, exécutez show mpls container-lsp detail la commande.

Sens

Après normalisation, la bande passante globale après trois tentatives s’est élevée à 40,8326 Mbits/s.

Configuration de la gestion dynamique de la bande passante à l’aide de LSP de conteneur

Vous pouvez configurer un LSP de conteneur pour permettre l’équilibrage de la charge entre plusieurs LSP point à point de manière dynamique. Un LSP de conteneur inclut un ou plusieurs LSP membres entre les mêmes équipements de routage d’entrée et de sortie. Les LSP membres sont similaires aux LSP point à point indépendants, et chaque LSP membre prend un chemin différent vers la même destination et peut être acheminé sur un autre chemin IGP coûts.

Un LSP de conteneur assure une gestion dynamique de la bande passante en permettant au routeur d’entrée d’ajouter et de supprimer de manière dynamique les LSP membres par le biais d’un processus appelé fractionnement LSP et fusion LSP, respectivement en fonction de la configuration et du trafic agrégé. En plus de l’ajout et de la suppression, les LSP membres peuvent également être ré-optimisés avec différentes valeurs de bande passante de manière pré-break.

Avant de commencer:

  1. Configurez les interfaces de l’équipement.

  2. Configurez l’ID du routeur d’équipement et le numéro de système autonome.

  3. Configurez les protocoles suivants:

    • RSVP

    • BGP

      Configurez un groupe BGP pour peerer l’équipement avec l’équipement PE (Remote Provider Edge).

    • OSPF

      Activer des fonctionnalités d’ingénierie de trafic.

  4. Configurer une instance de routage VRF.

Pour configurer l’équipement PE:

  1. Activez MPLS sur toutes les interfaces (à l’exception de l’interface de gestion).
  2. Configurez les paramètres MPLS statistiques.
  3. Configurez les paramètres du modèle de chemin de commuté d’étiquettes (LSP).
  4. Configurez un conteneur LSP entre les deux routeurs PE et attribuez le modèle LSP.
  5. Configurez les paramètres LSP du conteneur.
  6. Configurez l’énoncé de stratégie pour équilibrer la charge du trafic.
    Remarque :

    La stratégie d’équilibrage de charge du trafic doit être attribuée à la configuration de la table de forwarding sous le niveau hiérarchique [edit routing-options].

  7. Vérifier et valider la configuration.

    Quelques chiffres clés :