Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Propriétés physiques de l’interface

Ce sujet traite de la configuration de diverses propriétés d’interface physique avec des exemples.

Présentation des propriétés physiques de l’interface

Le facteur logiciel de chaque type de support réseau définit des valeurs par défaut raisonnables pour les propriétés d’interface générale, telles que la taille MTU (MTU) de l’interface, les propriétés de seau de réception et d’émission, le mode opérationnel de liaison et la source d’horloge.

Pour modifier l’une des propriétés générales de l’interface par défaut, inclure les instructions appropriées au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie:

Présentation du MTU multimédias

L’MTU (MTU) est la plus grande unité de données à pouvoir être avancée sans fragmentation.

La taille du MTU utilisée sur une interface physique dépend de l’encapsulation utilisée sur cette interface. Dans certains cas, la MTU protocole IP par défaut dépend de l’utilisation du protocole IP version 4 (IPv4) ou de l’Organisation internationale pour la standardisation (ISO).

Le paramètre de MTU multimédia est calculé comme suit:

Lorsque vous configurez des connexions point à point, les MTU des deux côtés des connexions doivent être les mêmes. En outre, lorsque vous configurez des connexions point à multipoint, toutes les interfaces du sous-réseau doivent utiliser la même MTU taille.

Les trames transmises contiennent également des bits de contrôle de redondance cyclique (CRC), qui ne font pas partie du MTU. Par exemple, la MTU multimédia d’une interface Gigabit Ethernet version 2 est indiquée comme 1 514 octets, mais la taille de trame la plus importante possible est en fait de 1 518 octets ; vous devez tenir compte des extra bits dans le calcul des mtUs pour l’interopérabilité.

L’MTU des interfaces Ethernet n’inclut pas la séquence de contrôle de trames à 4 totes (FCS) de la trame Ethernet.

Une interface SONET/SDH en mode concassé est ajoutée au descripteur de vitesse en « c ». Par exemple, une interface OC48 concamée est appelée OC48c.

Si vous ne configurez pas une MPLS MTU, l’Junos OS tirent le MPLS MTU de l’interface physique MTU. À partir de cette valeur, le logiciel sous-traite les coûts et l’espace spécifiques à l’encapsulation pour le nombre maximal d’étiquettes qui peuvent être poussées dans le moteur de transfert de paquets. Actuellement, le logiciel fournit trois labels de quatre octets chacun, pour un total de 12 octets.

En d’autres termes, la formule utilisée pour déterminer l MPLS MTU de base est la suivante:

Si vous configurez une valeur ajoutée MTU en incluant l’instruction au niveau de la hiérarchie, la valeur mtu[edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family mpls] configurée est utilisée. Junos OS version 16.2R1.6 et les autres version ne sont pas prise en family mpls charge par MTU.

Les interfaces de services de tunnel étant considérées comme des interfaces logiques, vous ne pouvez pas configurer les MTU de l’interface physique. Cela signifie que vous ne pouvez pas inclure l’instruction au niveau de la hiérarchie pour mtu[edit interfaces interface-name] les types d’interface suivants: encapsulation de routage générique (gr-), IP-IP (ip-), loopback (lo-), services de liaison (ls-), services multilink (ml-) et multicast (pe-, pd-). Vous pouvez toutefois configurer le protocole sur toutes MTU interfaces de tunnel, à l’exception des interfaces de tunnel virtuel (vt). À partir de Junos OS version 17.1R3, vous ne pouvez pas configurer la taille MTU (MTU) pour les interfaces vt, car l’option est dépréciée pour les mtu bytes interfaces vt. Junos OS limite de MTU pour les interfaces vt par défaut à un nombre illimité.

Tailles MTU par type d’interface

L’MTU (MTU) est la plus grande unité de données à pouvoir être avancée sans fragmentation.

Si vous modifiez la taille des MTU multimédias, vous devez vous assurer que cette taille est égale ou supérieure à la somme de la MTU de protocole et à la charge d’encapsulation.

Ce sujet comprend les informations suivantes:

Tailles de MTU par type d’interface pour routeurs M5 et M7i avec CFEB, M10 et M10i routeurs avec CFEB, M20 et M40

Tableau 1 : Tailles de MTU par type d’interface pour routeurs M5 et M7i avec CFEB, M10 et M10i routeurs avec CFEB, M20 et M40

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Services adaptatifs (MTU taille non configurable)

9192

S/O

S/O

Atm

4482

9192

4470

E1/T1

1504

9192

1 500

E3/T3

4474

9192

4470

Fast Ethernet

1514

1 533 (4 ports)

1 532 (8 ports)

1 532 (12 ports)

Remarque :

La valeur maximale MTU pour deux ports Fast Ethernet FIC 100Base-TX est de 9 192 octets.

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192

Remarque :

La valeur maximale MTU pour un port Gigabit Ethernet FIC est de 9 192 octets.

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Série

1504

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

9192

4470

Tailles MTU par type d’interface pour routeurs M40e

Tableau 2 : Tailles MTU par type d’interface pour routeurs M40e

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Services adaptatifs (MTU taille non configurable)

9192

S/O

S/O

Atm

4482

9192

4470

E1/T1

1504

4500

1 500

E3/T3

4474

4500

9192 (4 ports)

4470

E3/DS3 IQ

4474

9192

4470

Fast Ethernet

1514

1533

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192 (1 ou 2 ports)

9192 (4 ports)

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Série

1504

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

4 500 (1 port nonconcéré)

9192 (OC3 4 ports)

9192 (OC3c 4 ports)

4 500 (OC12 1 port)

4 500 (OC12 4 ports)

4 500 (OC12c 4 ports)

4 500 (OC48 1 port)

9192 (OC3 2 ports)

9192 (OC3c 2 ports)

9192 (OC12c 1 port)

9192 (OC48c 1 port)

4 500 (OC192 1 port)

9192 (OC192c 1 port)

4470

Tailles MTU par type d’interface pour les routeurs M160

Tableau 3 : Tailles MTU par type d’interface pour les routeurs M160

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Services adaptatifs (MTU taille non configurable)

9192

S/O

S/O

Atm

4482

9192

4470

E1/T1

1504

4500

1 500

E3/T3

4474

4500

4470

E3/DS3 IQ

4474

9192

4470

Fast Ethernet

1514

1533

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192 (1 ou 2 ports)

4 500 (4 ports)

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Série

1504

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

4 500 (1 port nonconcéré)

9192 (1 ou 2 ports)

4 500 (4 ports)

4470

Tailles de MTU par type d’interface pour routeurs M7i avec CFEB-E, routeurs M10i avec CFEB-E et routeurs M320 et M120

Tableau 4 : Tailles de MTU par type d’interface pour routeurs M7i avec CFEB-E, routeurs M10i avec CFEB-E et routeurs M320 et M120

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

ATM2 IQ

4482

9192

4470

IQ DS3 canalisées

4471

4500

4470

IQ E1 canalisée

1504

4500

1 500

IQ OC12 canalisées

4474

9192

4470

IQ STM1 canalisée

4474

9192

4470

DS3

4471

4500

4470

E1

1504

4500

1 500

E3 IQ

4471

4500

4470

Fast Ethernet

1514

1 533 (4 ports)

1 532 (8,12 et 48 ports)

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

9192

4470

T1

1504

4500

1 500

CT3 IQ

(M120 exclu)

4474

9192

4470

Tailles MTU multimédias par type d’interface pour MX Series routeurs

Tableau 5 : Tailles MTU multimédias par type d’interface pour MX Series routeurs

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Gigabit Ethernet

1514

  • 9192

  • 9 500 (Junos OS 16.1R1 et les version ultérieures)

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

10 Gigabit Ethernet

1514

  • 9192

  • 9 500 (Junos OS 16.1R1 et les version ultérieures)

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

Ethernet à plusieurs vitesses

1514

  • 9192

  • 9 500 (Junos OS 16.1R1 et les version ultérieures)

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

Triple Ethernet

1514

  • 9192

  • 9 500 (Junos OS 16.1R1 et les version ultérieures)

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

SONET/SDH canalisés OC3/STM1 (multi-rate)

1514

9192

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

DS3/E3 (multi-rate)

1514

9192

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

Remarque :

Depuis Junos OS version 16.1R1, la taille de MTU pour un support ou un protocole est passé de 9 192 à 9 500 pour les interfaces Ethernet sur les MPC de MX Series suivants:

  • MPC1

  • MPC2

  • MPC2E

  • MPC3E

  • MPC4E

  • MPC5E

  • MPC6E

Remarque :

Depuis Junos OS version 16.1R1, la taille de MTU pour un support ou un protocole est passé de 9 192 à 9 500 pour les interfaces Ethernet sur les MPC de MX Series suivants:

  • MPC1

  • MPC2

  • MPC2E

  • MPC3E

  • MPC4E

  • MPC5E

  • MPC6E

Depuis Junos OS version 16.1R1, la taille de MTU a été augmentée à 16 000 octets pour certains MPC. La MTU pour les MPC suivantes a été augmentée à 16 000 octets:

  • MPC7E (MPC7E-MRATE et MP7E-10G)

  • MPC8E (MX2K-MPC8E)

  • MPC9E (MX2K-MPC9E)

À partir Junos OS version 17.3R1, la taille de MTU MPC de MX10003 est de 16 000 octets.

Depuis la Junos OS version 17.4R1, la taille de MTU pour MX204 est de 16 000 octets.

Dans toutes les Junos OS, la taille de MTU maximale pour les routeurs MX5, MX10, MX40 et MX80 est de 9 192 octets.

Toutes les Junos OS, la taille de MTU maximale pour MPC2E-NG et MPC3E-NG est de 9 500 octets.

À partir de Junos OS version 19.1R1, la taille de MTU configurable maximale pour MPC10E-15C-MRATE est de 16 000 octets.

À partir de Junos OS version 19.2R1, la taille de MTU configurable maximale pour MPC10E-10C-MRATE est de 16 000 octets.

À partir Junos OS version 19.3R2, la taille de MTU configurable maximale pour MX2K-MPC11E est de 16 000 octets.

Tailles MTU par type d’interface pour les routeurs T320

Tableau 6 : Tailles MTU par type d’interface pour les routeurs T320

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Atm

4482

9192

4470

ATM2 IQ

4482

9192

4470

IQ OC12 canalisées

4474

9192

4470

IQ STM1 canalisée

4474

9192

4470

DS3

4471

4500

4470

Fast Ethernet

1514

1 533 (4 ports)

1 532 (12 et 48 ports)

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

9192

4470

CT3 IQ

4474

9192

4470

Tailles MTU multimédias par type d’interface pour T640 plates-formes

Tableau 7 : Tailles MTU multimédias par type d’interface pour T640 plates-formes

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

ATM2 IQ

4482

9192

4470

Fast Ethernet 48 ports

1514

1532

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet

1514

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

SONET/SDH

4474

9192

4470

CT3 IQ

4474

9192

4470

Tailles MTU par type d’interface pour EX Series commutateurs et routeurs ACX Series réseau

Tableau 8 : Tailles MTU par type d’interface pour EX Series commutateurs

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Gigabit Ethernet

1514

9216

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

10 Gigabit Ethernet

1514

9216

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Tableau 9 : Tailles MTU par type d’interface pour ACX Series routeurs

Type d’interface

EX Series

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Gigabit Ethernet et 10 Gigabit Ethernet

ACX1000, ACX2000, ACX4000, ACX5048, gamme de routeurs ACX5096 et ACX500.

1514

9216

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Gigabit Ethernet et 10 Gigabit Ethernet

ACX5448 series et ACX710 Series

1514

10000

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Remarque :

Sur ACX Series routeurs, vous pouvez configurer l’MTU en incluant l’énoncé au niveau de la hiérarchie mtu[edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family inet] ou au niveau [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family inet6] supérieur.

  • Si vous configurez l’MTU à l’un de ces niveaux hiérarchiques, la valeur configurée est appliquée à toutes les familles configurées sur l’interface logique.

  • Si vous configurez l’interface de MTU des deux familles sur la même interface logique, vous devez configurer la même valeur pour inetinet6 les deux familles. Il n’est pas recommandé de configurer différentes valeurs de taille MTU pour les familles qui sont inetinet6 configurées sur la même interface logique.

Tailles MTU multimédias par type d’interface pour PTX Series Routeurs de transport de paquets

Tableau 10 : Tailles MTU multimédias par type d’interface pour PTX Series Routeurs de transport de paquets

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

10 Gigabit Ethernet

1514

9500

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

40 Gigabit Ethernet

1514

9500

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

100 Gigabit Ethernet

1514

9500

1500 (IPv4), 1488 (MPLS), 1497 (ISO)

Tailles MTU par type d’interface pour JRR200 Series

Tableau 11 : Tailles MTU par type d’interface pour JRR200 Series

Type d’interface

Valeur de MTU par défaut

Nombre maximal MTU (octets)

Protocole IP par MTU par défaut (Octets)

Interfaces Ethernet de gestion ( em0 , em2 - em9 )

1514

9192

1500 (IPv4), 1497 (ISO)

Configuration des MTU

L’MTU (MTU) est la plus grande unité de données à pouvoir être avancée sans fragmentation. La taille du MTU utilisée sur une interface physique dépend de l’encapsulation utilisée sur cette interface. Pour une liste des tailles MTU pour chaque type d’encapsulation, consultez la liste Media MTU par type d’interface.

Pour configurer la taille du MTU format multimédia:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.
  2. Inclure mtu l’énoncé.
  • Si vous modifiez la taille des MTU multimédias, vous devez vous assurer que cette taille est égale ou supérieure à la somme de la MTU de protocole et à la charge d’encapsulation. Vous configurez l’MTU en incluant l’instruction aux mtu niveaux hiérarchiques suivants:

    • [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family family inet]

    • [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family family inet6]

    • [edit logical-systems logical-system-name interfaces interface-name unit logical-unit-number family family]

Remarque :

La modification des MTU ou des protocoles MTU provoque la suppression et l’ajout d’une interface.

  • Si vous configurez une valeur MTU en incluant l’instruction mtu au niveau de la hiérarchie de [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family mpls], la valeur configurée est utilisée.

Configuration de l’MTU multimédia sur ACX Series routeurs d’ACX Series réseau

Présentation du MTU multimédias

La taille du MTU utilisée sur une interface physique dépend de l’encapsulation utilisée sur cette interface. Dans certains cas, la MTU protocole IP par défaut dépend de l’utilisation du protocole IP version 4 (IPv4) ou de l’Organisation internationale pour la standardisation (ISO).

Le paramètre de MTU multimédia est calculé comme suit:

Lorsque vous configurez des connexions point à point, les MTU des deux côtés des connexions doivent être les mêmes. En outre, lorsque vous configurez des connexions point à multipoint, toutes les interfaces du sous-réseau doivent utiliser la même MTU taille.

Remarque :

Les trames transmises contiennent également des bits de contrôle de redondance cyclique (CRC), qui ne font pas partie du MTU. Par exemple, la MTU multimédia d’une interface Gigabit Ethernet version 2 est indiquée comme 1 514 octets, mais la taille de trame la plus importante possible est en fait de 1 518 octets ; vous devez tenir compte des extra bits dans le calcul des mtUs pour l’interopérabilité.

L’MTU des interfaces Ethernet n’inclut pas la séquence de contrôle de trames à 4 totes (FCS) de la trame Ethernet.

Si vous ne configurez pas une MPLS MTU, l’Junos OS tirent le MPLS MTU de l’interface physique MTU. À partir de cette valeur, le logiciel sous-traite les coûts et l’espace spécifiques à l’encapsulation pour le nombre maximal d’étiquettes qui peuvent être poussées dans le moteur de transfert de paquets. Actuellement, le logiciel fournit trois labels de quatre octets chacun, pour un total de 12 octets.

En d’autres termes, la formule utilisée pour déterminer l MPLS MTU de base est la suivante:

Si vous configurez une valeur ajoutée MTU en incluant l’instruction au niveau de la hiérarchie, la valeur mtu[edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family mpls] configurée est utilisée. Junos OS version 16.2R1.6 et les autres version ne sont pas prise en family mpls charge par MTU.

Comment configurer le support MTU

Pour modifier la taille du MTU par défaut pour une interface physique, inclure mtu l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie:

Si vous modifiez la taille des MTU multimédias, vous devez vous assurer que cette taille est égale ou supérieure à la somme de la MTU de protocole et à la charge d’encapsulation.

Remarque :

La modification des MTU ou des protocoles MTU provoque la suppression et l’ajout d’une interface.

Vous configurez l’MTU en incluant l’instruction aux mtu niveaux hiérarchiques suivants:

  • [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family inet]

  • [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number family inet6]

Si vous configurez l’MTU à l’un de ces niveaux hiérarchiques, la valeur configurée est appliquée à toutes les familles configurées sur l’interface logique.

Remarque :

Si vous configurez l’interface de MTU des deux familles sur la même interface logique, vous devez configurer la même valeur pour inetinet6 les deux familles. Il n’est pas recommandé de configurer différentes valeurs de taille MTU pour les familles qui sont inetinet6 configurées sur la même interface logique.

Coûts d’encapsulation par type d’encapsulation d’interface

Si vous modifiez la taille des MTU multimédias, vous devez vous assurer que cette taille est égale ou supérieure à la somme de la MTU de protocole et à la charge d’encapsulation. Le tableau suivant répertorie l’encapsulation d’interface et les coûts d’encapsulation correspondants.

Tableau 12 : Coûts d’encapsulation par type d’encapsulation

Encapsulation d’interface

Coûts d’encapsulation (octets)

802.1Q/Ethernet 802.3

21

Protocole SNAP (802.1Q/Ethernet)

26

802.1Q/Ethernet version 2

18

Relais de téléphonie mobile ATM

4

Connexion virtuelle permanente ATM (PVC)

12

Cisco HDLC

4

Ethernet 802.3

17

Circuits d’cross-connect Ethernet (CCC) et VPLS (Virtual Private LAN Service)

4

Ethernet sur ATM

32

Ethernet SNAP

22

TCC (Ethernet translational cross-connect)

18

Ethernet version 2

14

Réseau local virtuel étendu (VLAN) CCC et VPLS

4

TCC VLAN étendu

22

Relais de trames

4

Ppp

4

VLAN CCC

4

VLAN VPLS

4

VLAN TCC

22

Configuration de la description de l’interface

Vous pouvez inclure une description textuelle de chaque interface physique dans le fichier de configuration. Tous les textes descriptifs que vous inclut sont affichés dans le résultat des commandes, et sont également exposés dans l’objet de base d’informations de gestion show interfacesifAlias (MIB). Cela n’a aucun impact sur la configuration de l’interface.

Pour ajouter une description du texte, inclure description l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie:

Quelques chiffres clés :

La description peut être une seule ligne de texte. Si le texte contient des espaces, enfermables dans des guillemets.

Remarque :

Vous pouvez configurer le relais DHCP étendu pour inclure la description de l’interface dans l’option 82 Agent Circuit ID. Consultez la bibliothèque Using DHCP Relay Agent Option 82 Junos OS Subscriber Management and Services Library.

Pour plus d’informations sur la description des unités logiques, consultez la section « Ajout d’une description d’unitélogique à la configuration ».

Pour afficher la description du routeur ou du commutateur CLI, utilisez la show interfaces commande:

Pour afficher la description de l’interface à partir des interfaces MIB, utilisez la snmpwalk commande à partir d’un serveur. Pour isoler les informations d’une interface spécifique, recherchez l’index d’interface indiqué dans le SNMP ifIndex champ de sortie de la show interfaces commande. ifAliasL’objet est dans ifXTable .

Configuration des plages d’interfaces

Remarque :

Cette tâche s’Junos OS des EX Series qui ne sont pas en prise avec le style de configuration ELS (Enhanced Layer 2 Software). Si votre commutateur exécute un logiciel qui prend en charge ELS, consultez Configuring Interface Ranges for EX Series Switches with ELS. Pour plus de détails sur ELS, consultez la version de l’application Enhanced Layer 2 Software CLI.

La Junos OS vous permet de grouper une gamme d’interfaces identiques dans une plage d’interfaces. Indiquez d’abord le groupe d’interfaces identiques dans la plage d’interfaces. Vous pouvez ensuite appliquer une configuration commune à la plage d’interfaces spécifiée, ce qui permet de réduire le nombre d’instructions de configuration requises et de gagner du temps tout en produire une configuration compacte.

Configuration des plages d’interfaces

Pour configurer une plage d’interfaces, inclure interface-range l’instruction au niveau de la [edit interfaces] hiérarchie.

La interface-range déclaration n’accepte que les noms d’interfaces réseau physiques dans sa définition. Les types d’interface suivants sont pris en charge et CLI descripteurs sont présentés:

  • ATM —at-fpc/pic/port

  • Canalisé:(coc | cstm)n-fpc/pic/port

  • DPC—xe-fpc/pic/port

  • E1/E3 —(e1 | e3)-fpc/pic/port

  • Ethernet:(xe | ge | fe)-fpc/pic/port

  • ISDN—isdn-fpc/pic/port

  • Série—se-fpc/pic/port

  • SONET/SDH:so-fpc/pic/port

  • T1/T3:(t1 | t3)-fpc/pic/port

Les interfaces peuvent être regroupées sous la différentes interfaces ou à l’aide de plusieurs interfaces dans la définition interface-range de l’énoncé.

Les interfaces d’une définition peuvent être ajoutées dans une plage de membres ou comme membres individuels ou plusieurs membres à l’aide interface-range d’une plage de nombres.

Pour spécifier une plage de membres, utilisez member-range l’instruction au niveau [edit interfaces interface-range name] de la hiérarchie.

Pour spécifier les interfaces dans l’ordre lexique, utilisez member-range start-range to end-range l’instruction.

Les plages d’déclarations des membres doivent contenir les éléments suivants:

  • *—Toutes indiquent des interfaces séquentielles de 0 à 47.

    ATTENTION :

    La fiche générique d’une déclaration de membre ne prend pas en compte les numéros d’interface pris en charge * par un type d’interface spécifique. Quel que soit le type d’interface, inclut des numéros d’interface allant de 0 à * 47, ainsi que le groupe d’interfaces. C’est pourquoi * il est important de l’utiliser avec prudence dans un communiqué membre.

  • num—Le numéro, spécifie une interface spécifique par son numéro.

  • [low-high]—Le nombre entre de bas en haut indique une gamme d’interfaces séquentielles.

  • [num1, num2, num3]num1—Chiffres num2 et num3 spécifier plusieurs interfaces spécifiques.

Exemple: Spécifier une plage de membres de la plage d’interfaces

Pour spécifier un ou plusieurs membres, utilisez member l’énoncé au niveau de la [edit interfaces interface-range name] hiérarchie.

Pour spécifier la liste des membres de la plage d’interfaces individuellement ou pour plusieurs interfaces à l’aide de regex, utilisez member list of interface names l’énoncé.

Exemple: Spécifier un membre de la plage d’interfaces

Les regex ou wildcards ne sont pas pris en charge pour les préfixes de type interface. Préfixes, et doit être mentionné gefe de manière xe explicite.

Une interface-range définition peut contenir à la fois des membermember-range déclarations et des déclarations au sein de cette définition. Le nombre d’instructions ou le nombre d’instructions dans une plage d’interfaces n’est membermember-range pas limité. Toutefois, au moins un member ou plusieurs member-range énoncés doivent exister dans une interface-range définition.

Exemple: Plage d’interfaces Configuration commune

Il est possible d’ajouter une configuration commune à une plage d’interfaces dans la interface-range définition suivante:

Une interface-range définition member 100 % « just or member-range statements » et « no common configurations statements » est valide.

Ces plages d’interfaces peuvent être utilisées dans d’autres hiérarchies de configuration, à des endroits où interface un nœud existe.

Exemple: Éventail d’interfaces utilisé dans la hiérarchie des protocoles

foo doivent être interface-range définis au niveau [interfaces] hiérarchique. Dans l’exemple ci-dessus, le nœud peut accepter à la fois interface des interfaces individuelles et des plages d’interfaces.

Conseil :

Pour afficher une plage d’interfaces dans une configuration étendue, utilisez la (show | display inheritance) commande. Pour plus d’informations, consultez le Junos OS CLI User Guide.

Par défaut, il n’est pas possible de la configurer dans CLI interface-rangeinterface l’énoncé est disponible. Les sites suivants sont pris en charge: cependant, certaines des hiérarchies indiquées dans cette liste sont spécifiques aux produits:

  • protocols dot1x authentication interface

  • protocols dvmrp interface

  • protocols oam ethernet lmi interface

  • protocols esis interface

  • protocols igmp interface

  • protocols igmp-host client num interface

  • protocols mld-host client num interface

  • protocols router-advertisement interface

  • protocols isis interface

  • protocols ldp interface

  • protocols oam ethernet link-fault-management interface

  • protocols lldp interface

  • protocols link-management peer lmp-control-channel interface

  • protocols link-management peer control-channel

  • protocols link-management te-link name interface

  • protocols mld interface

  • protocols ospf area id interface

  • protocols pim interface

  • protocols router-discovery interface

  • protocols rip group name neighbour

  • protocols ripng group name neighbour

  • protocols rsvp interface

  • protocols snmp interface

  • protocols layer2-control bpdu-block interface

  • protocols layer2-control mac-rewrite interface

  • protocols mpls interface

  • protocols stp interface

  • protocols rstp interface

  • protocols mstp interface

  • protocols vstp interface

  • protocols mstp msti id interface

  • protocols mstp msti vlan id interface

  • protocols vstp vlan name interface

  • protocols gvrp interface

  • protocols igmp-snooping vlan name interface

  • protocols lldp interface

  • protocols lldp-med interface

  • protocols sflow interfaces

  • ethernet-switching-options analyzer name input [egress | ingress ] interface

  • ethernet-switching-options analyzer name output interface

  • ethernet-switching-options secure-access-port interface

  • ethernet-switching-options interfaces ethernet-switching-options voip interface

  • ethernet-switching-options redundant-trunk-group group g1 interface

  • ethernet-switching-options redundant-trunk-group group g1 interface

  • ethernet-switching-options bpdu-block interface

  • poe interface vlans pro-bng-mc1-bsd1 interface

Extension des déclarations sur les plages de membres et de membres de la plage d’interfaces

Tous les énoncés et déclarations d’une plage d’interfaces sont étendus pour générer la liste finale des noms d’interface pour la membermember-range plage d’interfaces spécifiée.

Exemple: Extension des déclarations sur les plages de membres et de membres de la plage d’interfaces

Pour member-range l’énoncé, toutes les interfaces possibles entre start-range et end-range sont considérées pour l’extension des membres. Par exemple, member-range l’énoncé suivant:

s’étend à:

La déclaration member suivante:

s’étend à:

La déclaration member suivante:

s’étend à:

Héritage de configuration pour les interfaces membres

Lorsque le Junos OS développe les instructions présentes dans un système, il crée des objets d’interface s’ils ne sont pas définis membermember-rangeinterface-range explicitement dans la configuration. La configuration commune est copiée sur toutes les interfaces membres du interface-range .

Exemple: Priorités de configuration

La configuration d’interface de premier plan prend la priorité par rapport à la configuration héritée par l’interface via le interface-range .

Dans l’exemple précédent, l’interface aura MTU ge-1/0/1 valeur de 1 024.

Cela peut être vérifié avec la sortie de la show interfaces | display inheritance commande, comme suit:

Interfaces membres Héritée de la configuration des groupes de configuration

Les interfaces membres de la plage d’interfaces héritent la configuration des groupes de configuration comme n’importe quelle autre configuration de premier plan. interface-range est similaire à n’importe quel autre énoncé de configuration de premier plan. La seule différence est que la lecture d’une extension d’interfaces membres interface-range Junos OS lecture de cette configuration.

La hold-time configuration est appliquée à tous les membres de interface-range range-1 .

Vous pouvez vérifier cela en show interfaces | display inheritance suivant les informations suivantes:

Interfaces Héritée d’une configuration commune

Si une interface est membre de plusieurs plages d’interfaces, celle-ci héritera la configuration commune de toutes ces plages d’interfaces.

Dans cet exemple, les interfaces ge-10/0/0 via ge-10/0/47 2 et hold-timemtu .

Configuration des priorités de l’héritage

Les plages d’interfaces sont définies par ordre de priorité héritée, les données de configuration de la première plage d’interfaces étant prioritaires pour les plages d’interfaces suivantes.

ge-1/1/1L’interface existe dans les deux et interface-range int-grp-oneinterface-range int-grp-two . Cette interface hérite de mtu 256 car elle a été définie en interface-range int-grp-one premier.

Extension de la configuration là où la plage d’interfaces est utilisée

Dans cet exemple, interface-range range-1 est utilisé sous la protocols hiérarchie:

Le nœud sous-développé est étendu aux interfaces membres interface des authenticator interfaces interface-range range-1 suivantes:

La déclaration est étendue en deux interface range-1 interfaces: ge-10/1/1 et ge-5/5/1, et la configuration est copiée sous ces retries 1 deux interfaces.

Cette configuration peut être vérifiée à l’aide de la show protocols dot1x | display inheritance commande.

Spécifiant une interface agrégée

Les routeurs M Series, MX Series et T Series prise en charge des interfaces agrégées. Pour spécifier une interface agrégée, attribuez un numéro avec le nom d’interface agrégé. Par exemple, configurez-les au niveau de la hiérarchie, où x est un sous-ensemble allant de 0 à 127 pour les routeurs M Series et T Series et de 0 à 479 sur les aex[edit interfaces] routeurs MX Series.

Pour les interfaces SONET/SDH agrégées, configurez-les asx au niveau de la [edit interfaces] hiérarchie.

Remarque :

L’agrégation SONET/SDH est la propriété de l’Junos OS et peut ne pas fonctionner avec d’autres logiciels.

Si vous configurez des VLAN pour les interfaces Ethernet agrégées, vous devez inclure l’instruction au niveau de la hiérarchie pour compléter vlan-tagging[edit interfaces aex] l’association.

Configuration de la vitesse de l’interface

Vous pouvez configurer la vitesse de l’interface de plusieurs façons:

Configuration de la vitesse de l’interface sur les interfaces Ethernet

Pour les interfaces PIC à 12 ports et 48 ports M Series et T Series, l’interface Ethernet de gestion ( ou ) et les interfaces cuivre fxp0 Tri-Rate Ethernet MX Series, vous pouvez définir la vitesse de l’interface de manière em0 explicite. Le Fast Ethernet et les interfaces peuvent être configurés pour fxp0em0 10 Mbits/s ou 100 Mbits/s. (10m | 100m) Les interfaces MX Series cuivre Ethernet tri-Rate peuvent être configurées pour 10 Mbits/s, 100 Mbits/s ou 1 (10m | 100m | 1g) Gbp. Pour en savoir plus sur les interfaces Ethernet de gestion et pour déterminer le type d’interface Ethernet de gestion de votre routeur, voir Comprendre les interfaces Ethernet de gestion et les moteurs de routagepris en charge par les routeurs MX Series de routeur, avec MX-DPC et SPF cuivre à triple débit, et prendre en charge 20x1 Cuivre pour fournir une rétrocompatibilité avec les opérations 100/10BASE-T et 1000BASE-T via une interface SGMII (Serial Gigabit Media Independent Interface).

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.
  2. Pour configurer la vitesse, inclure speed l’instruction au niveau de la [edit interfaces interface-name] hiérarchie.
Remarque :
  • Par défaut, les routeurs de gestion M Series et T Series de l’interface Ethernet sont autonetonesiates, qu’ils fonctionnent à 10 Mégabits par seconde ou à 100 Mbits/s. Toutes les autres interfaces choisissent automatiquement la vitesse correcte en fonction du type de PIC et de la configuration du PIC pour une utilisation en mode multiplexé (en utilisant l’instruction dans la hiérarchie no-concatenate[edit chassis] de configuration).

  • À partir Junos OS version 14.2, cette option permet au port tri-speed fixe de négocier automatiquement les ports limités par ou auto-10m-100m100m à une vitesse 10m maximale. Cette option doit être uniquement activée pour le port MPC tri-rate, c’est-à-dire RJ45 MIC RJ45 3D 40 x 1GE (LAN) sur plate-forme MX. Cette option ne prend pas en charge les autres MPC de la plate-forme MX.

  • Lorsque vous configurez manuellement des interfaces Fast Ethernet sur les routeurs M Series et T Series, le mode de liaison et la vitesse doivent être configurés à la fois. Si ces deux valeurs ne sont pas configurées, le routeur utilise l’autonegotiation pour la liaison et ignore les paramètres configurés par l’utilisateur.

  • Si le partenaire de liaison ne prend pas en charge l’autonegotiation, configurez manuellement soit un port Fast Ethernet pour faire correspondre la vitesse et le mode de liaison de son partenaire de liaison. Lorsque le mode liaison est configuré, l’autonegotiation est désactivée.

  • Sur les routeurs MX Series à triple débit d’interfaces SFP cuivre, si la vitesse du port est négociée à la valeur configurée et que la vitesse négociée et la vitesse de l’interface ne correspondent pas, la liaison ne sera pas apportée.

  • Lorsque vous configurez l’interface cuivre Ethernet Tri-Rate pour un fonctionnement à 1 Gbps, vous devez activer la expiation.

  • À partir Junos OS version 11.4, le mode half-duplex n’est pas pris en charge sur les interfaces cuivre Tri-Rate Ethernet. Lorsque vous ajoutez speed l’instruction, vous devez l’inclure au même niveau link-mode full-duplex hiérarchique.

Configuration de la vitesse d’interface SONET/SDH

Pour configurer la vitesse des interfaces SONET/SDH en mode concassé:

  1. En mode de configuration, allez au niveau hiérarchique, où se trouve [edit interfaces interface-name] le nom de l’interface.so-fpc/pic/port
  2. Configurez la vitesse de l’interface en mode concassé.

    Par exemple, chaque port d’un PIC OC12 à 4 ports peut être configuré pour être à la vitesse OC3 ou OC12 indépendamment quand ce PIC est en mode concamé 4xOC12.

Pour configurer la vitesse des interfaces SONET/SDH en mode nonconcéré:

  1. En mode de configuration, allez au niveau [edit interfaces interface-name] hiérarchique, où se interface-name trouve le . so-fpc/pic/port

  2. Configurez la vitesse de l’interface en mode nonconcatené.

    Par exemple, chaque port d’un PIC OC12 à 4 ports peut être configuré pour être à la vitesse OC3 ou OC12 indépendamment quand ce PIC est en mode concamé 4xOC12.

Pour configurer le PIC pour qu’il fonctionne en mode canalisé (multiplexé):

  1. En mode de configuration, allez au [edit chassis fpc slot-number pic pic-number] niveau hiérarchique.

  2. Configurez no-concatenate l’option.

Remarque :

Sur MIC SONET/SDH OC3/STM1 (multi-débit) avec SFP, SONET/SDH canalisé OC3/STM1 (multi-débit) MIC avec SFP et MIC d’émulation de circuit OC3/STM1 canalisé avec SFP, vous ne pouvez pas définir la vitesse de l’interface au niveau de la hiérarchie [ edit interfaces ] Pour activer la vitesse de ces MPC, vous devez définir la vitesse de port au niveau [edit chassis fpc slot-number pic pic-number port port-number] hiérarchique.

Pour plus d’informations sur l’utilisation de non-concatenate l’énoncé, consultez la bibliothèque Junos OS Administration pour les équipements de routage.

Présentation des noms d’alias d’interface

Vous pouvez configurer une description textuelle d’une unité logique sur une interface physique afin d’être l’alias d’un nom d’interface. L’aliasing d’interface n’est pris en charge qu’au niveau de l’unité. Si vous configurez un nom d’alias, ce nom s’affiche à la place du nom de l’interface dans le résultat de tous, ainsi que dans les autres commandes du showshow interfaces mode opérationnel. Dans Junos OS version 12.3R8 et ultérieure, l’affichage de l’alias peut être supprimé au profit du nom de l’interface réel en utilisant le paramètre et la commande display no-interface-alias « show ». La configuration d’une alias pour une unité logique d’une interface n’a aucun effet sur le fonctionnement de l’interface du routeur ou du commutateur.

Lorsque vous configurez l’alias nom d’une interface, CLI nom d’alias enregistre la valeur de la variable dans la base de interface-name données de configuration. Pour permettre la rétrocompatibilité avec les nouvelles version de Junos OS dans lesquelles la prise en charge des alias d’interface n’est pas disponible, lorsque l’Junos OS interroge la base de données de configuration pour cette variable, la valeur exacte de la variable est renvoyée à la place du nom d’alias pour les opérations et les interface-nameinterface-name calculs système.

Cette capacité à définir les noms d’alias d’interface pour les interfaces physiques et logiques est utile dans un environnement de nœud unificateur Junos (JNU) qui contient une Plate-forme de routage universelle Juniper Networks MX Series 5G en tant que contrôleur et des commutateurs Ethernet EX Series, des équipements QFX Series et des routeurs métro universels ACX Series en tant qu’équipements satellites. Les avantages suivants sont la configuration d’un nom d’alias, qui permet d’attribuer un nom significatif, unique et facilement identifiable à une interface:

  • Vous pouvez regrouper les interfaces physiques comme une seule interface agrégée (groupe d’agrégation de liens ou offre LAG) et nommer cette offre en tant qu’interface de connexion satellite (par exemple, sat1).

  • Vous pouvez sélectionner une interface logique comme membre de l’offre LAG ou de l’ensemble du LAG, et nommer cette interface pour représenter un port d’équipement satellite ou une instance de service (par exemple, ge-0/0/1).

  • Vous pouvez combiner le nom satellite et les alias de noms d’interface pour représenter le nom du port satellite (par exemple, sat1:ge-0/0/1 ou ge-sat1/0/0/1 ou ge-1/0/0/1) dans le format le plus facile à distinguer, combinant les parties de port et satellite du nom.

Pour spécifier une adresse alias d’interface, vous pouvez utiliser alias l’instruction au niveau de la [edit interfaces interface-name unit logical-unit-number][edit logical-systems logical-system-name interfaces interface-name unit logical-unit-number] hiérarchie.

Remarque :

Dans Juniper Networks M Series Multiservice Edge Routers, si le même nom d’alias est configuré sur plusieurs interfaces logiques, le routeur affiche un message d’erreur et la validation échoue.

Exemple: Ajout d’un nom d’alias d’interface

Cet exemple montre comment ajouter un alias à l’unité logique d’une interface. L’utilisation d’une alias pour identifier les interfaces telles qu’elles apparaissent dans la sortie pour les commandes opérationnelles peut permettre d’obtenir des conventions de noms plus significatives et de faciliter l’identification.

Conditions préalables

Cet exemple utilise les composants matériels et logiciels suivants:

  • Un MX Series qui agit comme un contrôleur

  • Un commutateur EX4200 qui agit comme un équipement satellite

  • Junos OS version ultérieure ou 13.3R1 version ultérieure

Présentation

Vous pouvez créer une alias pour chaque unité logique sur une interface physique. Le texte descriptif que vous définissez pour l’alias s’affiche dans la sortie des show interfaces commandes. Dans Junos OS version 12.3R8 et ultérieure, l’affichage de l’alias peut être supprimé au profit du nom de l’interface réel en utilisant le paramètre et la commande display no-interface-alias « show ». L’alias configuré pour une unité logique d’une interface n’a aucun effet sur le fonctionnement de l’interface du routeur ou du commutateur. Il ne s’agit donc que d’une étiquette de problème.

Configuration

Prenons un scénario dans lequel les noms d’alias sont configurés sur les interfaces d’un contrôleur JNU connecté à un satellite, sat1, dans la direction descendante du réseau de gestion JNU à l’aide de deux liens. Les noms d’alias permettent une identification rationalisée et efficace de ces interfaces dans les commandes du mode opérationnel qui s’exécutent sur le contrôleur et les satellites.

CLI configuration rapide

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez les interruptions de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à votre configuration réseau, puis copiez/collez les commandes dans le CLI au niveau de la [edit] hiérarchie:

Configuration des noms d’alias pour les interfaces du contrôleur

Procédure étape par étape

L’exemple suivant vous oblige à naviguer dans différents niveaux dans la hiérarchie de configuration. Pour plus d’informations sur la CLI, consultez le manuel Using the CLI Editor in Configuration Mode dans le Junos OS CLI User Guide.

Pour ajouter un nom d’alias aux interfaces de contrôleur utilisées pour se connecter aux équipements satellites dans la direction descendante:

  1. Configurez un nom d’alias pour l’unité logique d’une interface Ethernet agrégée utilisée pour se connecter à un satellite, sat1, dans la direction de liaison descendante. Configurez la inet famille et l’adresse de l’interface.

  2. Configurez un nom d’alias pour l’unité logique d’une autre interface Ethernet agrégée utilisée pour se connecter au même satellite, sat1, dans la direction de liaison descendante. Configurez la famille INET et l’adresse de l’interface.

  3. Configurez un nom d’alias pour l’interface Gigabit Ethernet sur le contrôleur et configurez ses paramètres.

  4. Configurer les interfaces Gigabit Ethernet comme liens membres ae- d’une interface logique.

  5. Configurez le rip dans le réseau entre le contrôleur et la passerelle de pare-feu.

Résultats

En mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant la show commande. Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de configuration dans cet exemple pour la corriger.

Une fois que vous avez confirmé la configuration des interfaces, saisissez la commande commit en mode de configuration.

Remarque :

Dans Juniper Networks M Series Multiservice Edge Routers, si le même nom d’alias est configuré sur plusieurs interfaces logiques, le routeur affiche un message d’erreur et la validation échoue.

Vérification

Pour vérifier que l’alias est affiché à la place du nom de l’interface, effectuez ces étapes:

Vérification de la configuration de l’alias nom pour les interfaces de contrôleur

But

Vérifiez que l’alias s’affiche au lieu du nom de l’interface.

Action

Affichez les informations sur tous les voisins RIP.

Sens

La sortie affiche les détails du test de comparaison effectué. Pour plus d’informations sur show rip neighbor la commande opérationnelle, show rip neighbor consultez le CLI Explorer.

Présentation de la source d’horloge

Pour le routeur et les interfaces, la source d’horloge peut être une horloge externe reçue sur l’interface ou l’horloge interne de couche 3 du routeur.

Par exemple, l’interface A peut transmettre l’horloge reçue sur l’interface A (horloge externe, synchronisation en boucle) ou sur l’horloge de couche 3 (horloge interne, horaire de ligne ou synchronisation normale). L’interface A ne peut utiliser une horloge provenant d’une autre source. Pour les interfaces telles que SONET/SDH qui peuvent utiliser différentes sources d’horloge, vous pouvez configurer la source de l’horloge de transmission sur chaque interface.

La source d’horloge réside sur la SCB (System carte de contrôle) pour les routeurs M40, sur la carte Système et de commuter (SSB) pour les routeurs M20, sur la carte de contrôle (carte de contrôle) pour les routeurs M120 et sur le sous-système de contrôle divers (MCS) pour routeurs M40e et M160. M7i et routeurs M10i sont bordé d’une source d’horloge sur les cfEB (Compact Forwarding Engine Board) et CFEB-E (Enhanced Compact Forwarding Engine Board).

Pour T Series et MX Series, l’horloge interne source de couche 3 réside sur le générateur d’horloge SONET et la carte de contrôle du commutateur (SCB), respectivement. Par défaut, l’horloge de référence 19,44 MHz de couche 3 génère le signal d’horloge pour tous les PIC série (SONET/SDH) et PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy). Les ADRESSES IP PDH comprennent les PIC DS3, E3, T1 et E1.

Remarque :

M7i et routeurs M10i ne sont pas en charge l’horloge externe des interfaces SONET.

Pour plus d’informations sur l’horloge sur les interfaces canalisées, consultez channelized IQ and IQE Interfaces Properties. Voir également Configurer la source d’horloge sur les interfaces SONET/SDH et configurer le timing de la boucle T3 canalisée.

Pour plus d’informations sur la configuration d’une interface de synchronisation externe qui peut être utilisée pour synchroniser l’horloge interne de couche 3 vers une https://www.juniper.net/documentation/en_US/junos/information-products/pathway-pages/system-basics/index.htmlsource externe sur les routeurs M40e, M120, M320, routeurs et T Series, consultez la bibliothèque d’administration de Junos OS pour équipements de routage , en configurant les Junos OS pour prendre en charge une interface de synchronisation d’horloge externe pour les routeurs M Series, MX Serieset T Series.

Pour plus d’informations sur la configuration de Synchronous Ethernet sur MX 80, MX240, MX480 et MX960 Plates-formes de routage universelles, consultez la bibliothèque d’administration Junos OS pour les équipements de routage, Synchronous Ethernet Présentation et configuration de l’interface de synchronisation d’horloge sur les routeurs MX Series.

Configuration de la source d’horloge

Pour le routeur et les interfaces, la source d’horloge peut être une horloge externe reçue sur l’interface ou l’horloge interne de couche 3 du routeur.

Pour définir la source d’horloge comme externe ou interne:

  1. En mode configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique:
  2. Configurez clocking l’option en tant qu’externe ou interne.
Remarque :

M7i et routeurs M10i ne sont pas en charge l’horloge externe des interfaces SONET.

Remarque :

Sur les PIC SONET/SDH canalisées, si vous définissez l’horloge du contrôleur principal (ou des parents), alors vous devez définir les horloges du contrôleur enfant sur la valeur par défaut , c’est-à-dire. externalinternal

Par exemple, sur le PIC STM1 canalisé, si l’horloge de l’interface STM1 canalisée (c’est le contrôleur principal) est définie, alors vous ne devez pas configurer l’horloge de l’interface CE1 (c’est-à-dire le contrôleur external enfant). external Vous devez configurer l’horloge d’interface CE1 sur internal .

Pour plus d’informations sur l’horloge sur les interfaces canalisées, consultez channelized IQ and IQE Interfaces Properties. Voir également Configurer la source d’horloge sur les interfaces SONET/SDH et configurer le timing de la boucle T3 canalisée.

Pour plus d’informations sur la configuration d’une interface de synchronisation externe qui peut être utilisée pour synchroniser l’horloge interne de couche 3 vers une source externe sur les routeurs M40e, M120 et M320 et sur les routeurs T Series, consultez la bibliothèque d’administration de Junos OSpour équipements de routage , en configurant Junos OS pour prendre en charge une interface de synchronisation d’horloge externe pour les routeurs M Series, MX Serieset T Series.

Pour plus d’informations sur la configuration de Synchronous Ethernet sur MX80, MX240, MX480 et MX960 Plates-formes de routage universelles, consultez la bibliothèque d’administration de Junos OS pour les équipements de routage, Synchronous Ethernet Présentation et configuration de l’interface de synchronisation d’horloge sur les routeurs MX Series.

Configuration de l’encapsulation d’interface sur les interfaces physiques

Comprendre l’encapsulation d’interface sur les interfaces physiques

L’encapsulation PPP (Point-to-Point Protocol) est le type d’encapsulation par défaut pour les interfaces physiques. Vous n’avez pas besoin de configurer l’encapsulation pour les interfaces physiques qui supportent l’encapsulation PPP. Si vous ne configurez pas l’encapsulation, le PPP est utilisé par défaut.

Pour les interfaces physiques qui ne supportent pas l’encapsulation PPP, vous devez configurer une encapsulation à utiliser pour les paquets transmis sur l’interface. Vous pouvez configurer l’encapsulation sur une interface logique, c’est-à-dire l’encapsulation utilisée dans certains types de paquets.

Capacités d’encapsulation des interfaces physiques

Lorsque vous configurez une encapsulation point à point (comme PPP ou Cisco HDLC) sur une interface physique, l’interface physique ne peut être associée qu’à une seule interface logique (c’est-à-dire une seule unit instruction). Lorsque vous configurez une encapsulation multipoint (comme le relais de trames), l’interface physique peut être plusieurs unités logiques, et les unités peuvent être point à point ou multipoint.

L’encapsulation Ethernet CCC pour les interfaces Ethernet avec balisage TPID standard nécessite que l’interface physique ne compte qu’une seule interface logique. Les interfaces Ethernet en mode VLAN peuvent avoir plusieurs interfaces logiques.

Pour les interfaces Ethernet en mode VLAN, les ID VLAN sont applicables comme suit:

  • L’ID VLAN 0 est réservé au balisage de la priorité des trames.

  • Pour le type d’encapsulation, les vlan-ccc ID VLAN 1 à 511 sont réservés aux VLAN normaux. Les ID VLAN 512 et supérieurs sont réservés aux CC VLAN.

  • Pour le type d’encapsulation, les ID VLAN 1 à 511 sont réservés aux VLAN normaux, et les vlan-vpls ID VLAN 512 à 4094 sont réservés aux VLAN VPLS. Pour les interfaces Fast Ethernet à 4 ports, vous pouvez utiliser les ID VLAN 512 à 1024 pour les VLAN VPLS.

  • Pour les interfaces Gigabit Ethernet, les PIC IQ et IQE Gigabit Ethernet avec SPC (sauf PIC Gigabit Ethernet 10 ports et port Gigabit Ethernet intégré sur le routeur M7i), vous pouvez configurer l’encapsulation des services Ethernet flexibles sur l’interface physique. Pour les interfaces flexible-ethernet-services d’encapsulation, tous les ID VLAN sont valides. Les ID VLAN de 1 à 511 ne sont pas réservés.

  • Pour les types d’encapsulation extended-vlan-ccc et extended-vlan-vpls les ID VLAN, tous les ID sont valides.

Les limites maximales des ID VLAN configurables varient selon le type d’interface.

Lorsque vous configurez une encapsulation TCC, certaines modifications sont nécessaires pour gérer des connexions VPN sur des liaisons de couche 2 et 2.5 contrairement aux liaisons de couche 2 et 2.5 et mettre fin aux protocoles de couches 2 et 2.5 localement.

Le routeur effectue les modifications multimédias suivantes:

  • PPP TCC: le routeur est terminé à la fois par le protocole de contrôle de liaison (LCP) et le protocole de contrôle du réseau (NCP). La négociation des adresses IPCP (Internet Protocol Control Protocol) n’est pas prise en charge. La Junos OS l’ensemble des données d’encapsulation PPP des trames entrantes avant de les transfert. En sortie, le saut suivant est modifié pour l’encapsulation PPP.

  • Cisco HDLC TCC— Le traitement Keepalive est terminé sur le routeur. La Junos OS de données d’encapsulation Cisco HDLC des trames entrantes avant de les transfert. En sortie, le saut suivant est modifié par l’encapsulation Cisco HDLC.

  • Relais de trames TCC: le traitement de l’ensemble des interfaces de gestion locale (LMI) est terminé sur le routeur. Le Junos OS encapsule toutes les données d’encapsulation de relais de trames entrantes avant de les transmettre. En sortie, le saut suivant est modifié pour l’encapsulation de relais de trames.

  • ATM: le traitement de l’opération, de l’administration et de la maintenance (OAM) et de l’interface de gestion locale temporaire (ILMI) est terminé au niveau du routeur. Le relais de téléphonie mobile n’est pas pris en charge. La Junos OS des données d’encapsulation ATM des trames entrantes avant de les transfert. En sortie, le saut suivant est transformé en encapsulation ATM.

Configuration de l’encapsulation sur une interface physique

Par défaut, le PPP est le type d’encapsulation pour les interfaces physiques. Pour configurer l’encapsulation sur une interface physique, inclure l’énoncé d’encapsulation au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie:

Pour configurer l’encapsulation sur une interface physique:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.
  2. Configurez le type d’encapsulation tel que décrit dans l’encapsulation.
    Remarque :
    • Lorsque vous configurez une encapsulation point à point (comme PPP ou Cisco HDLC) sur une interface physique, l’interface physique ne peut avoir qu’une seule interface logique (c’est-à-dire une seule instruction d’unité) associée. Lorsque vous configurez une encapsulation multipoint (comme le relais de trames), l’interface physique peut être plusieurs unités logiques, et les unités peuvent être point à point ou multipoint.

    • Lorsque le type d’encapsulation est mis en place pour l’encapsulation, assurez-vous que le type LMI est mis en place sur ANSI ou Cisco-compatible Frame Relay Q933-A.

    • Lorsque l’encapsulation est définie au niveau de l’interface physique, la vérification de validation vérifie qu’aucune famille ne doit y être vlan-vplsinet configurée.

Affichage de l’encapsulation sur une interface SONET/SDH physique

But

Pour afficher l’encapsulation configurée et les options de jeu associées sur une interface physique lorsque les éléments suivants sont configurés au niveau [edit interfaces interface-name] hiérarchique:

  • interface-name—so-7/0/0

  • Encapsulation:ppp

  • Unité—0

  • Famille:inet

  • Address—192.168.1.113/32

  • Destination: 192.168.1.114

  • Famille iso et mpls

Action

Exécutez show la commande au niveau [edit interfaces interface-name] hiérarchique.

Sens

L’encapsulation configurée et les options de jeu associées s’affichent comme prévu. Notez que le deuxième ensemble de deux instructions permet IS-IS family et MPLS’exécuter sur l’interface.

Configuration de l’encapsulation d’interface sur PTX Series Routeurs de transport de paquets

Ce sujet décrit comment configurer l’encapsulation d’interface sur PTX Series Routeurs de transport de paquets. Utilisez flexible-ethernet-services l’énoncé de configuration pour configurer différentes encapsulations pour différentes interfaces logiques sous une interface physique. Avec l’encapsulation flexible des services Ethernet, vous pouvez configurer chaque encapsulation d’interface logique sans restrictions de portée pour les ID VLAN.

Les encapsulations pour interfaces physiques pris en charge sont les suivantes:

  • flexible-ethernet-services

  • ethernet-ccc

  • ethernet-tcc

Les encapsulations prise en charge pour les interfaces logiques sont les suivantes:

  • ethernet

  • vlan-ccc

  • vlan-tcc

Remarque :

PTX Series Routeurs de transport de paquets support et n’encapsulent pas extended-vlan-ccextended-vlan-tcc sur les interfaces logiques. Vous pouvez ainsi configurer une valeur de 0x9100 TPID (Tag Protocol ID) pour obtenir les mêmes résultats.

Pour configurer l’encapsulation flexible des services Ethernet, inclure encapsulation flexible-ethernet-services l’instruction au niveau de la [edit interfaces et-fpc/pic/port ] hiérarchie. Quelques chiffres clés :

Configuration des keepalives

Par défaut, les interfaces physiques configurées avec Cisco HDLC ou l’encapsulation PPP envoient des paquets keepalives à des intervalles de 10 secondes. Le terme relais de trames utilisé pour les keepalives est « paquets LMI » ; la Junos OS prend en charge les LMI annexes ANSI T1.617 et UIT Q933 Annexe A. Sur les réseaux ATM, les cellules OAM exécutent la même fonction. Vous configurez les cellules OAM au niveau de l’interface logique ; pour plus d’informations, consultez la définition de la période de cellule de bouclet F5 OAM ATM.

Pour désactiver l’envoi de keepalives:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.
  2. Inclure no-keepalives l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie.

Pour désactiver l’envoi de keepalives sur une interface physique configurée avec l’encapsulation Cisco HDLC pour une connexion croisée translationnelle:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfacesinterface-name] niveau hiérarchique.

  2. Inclure no-keepalives l’énoncé avec encapsulation cisco-hdlc-tcc l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie.

Pour désactiver l’envoi de keepalives sur une interface physique configurée avec l’encapsulation PPP pour une connexion croisée translationnelle:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.

  2. Inclure no-keepalives l’énoncé avec encapsulation ppp-tcc l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie.

Pour plus d’informations sur la traduction d’inter-connexions, consultez la présentation circuit et translational cross-connects.

Lorsque vous configurez PPP sur ATM ou PPP multilink sur encapsulation ATM, vous pouvez activer ou désactiver les keepalives sur l’interface logique. Pour plus d’informations, consultez la suite Configuring PPP over ATM2 Encapsulation.

Pour permettre l’envoi de keepalives de manière explicite:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.

  2. Inclure keepalives l’instruction au niveau [edit interfaces interface-name] de la hiérarchie.

Pour modifier une ou plusieurs des valeurs keepalives par défaut:

  1. En mode de configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.

  2. Inclure keepalives l’énoncé avec l’option appropriée, intervalseconds ainsi down-countnumber que le up-countnumber ..

Sur les interfaces configurées avec Cisco HDLC ou l’encapsulation PPP, vous pouvez inclure les trois énoncés keepalive suivants: notez que l’encapsulation de relais de trames n’est pas affectée par les déclarations suivantes:

  • interval seconds— Délai entre les requêtes successives de keepalives. La plage est de 1 seconde à 32767 secondes, avec un par défaut 10 secondes.

  • down-count number—Le nombre de paquets keepalives qu’une destination doit ne pas recevoir avant que le réseau ne prenne une liaison vers le bas. La plage est de 1 à 255, avec un par défaut 3.

  • up-count number—Le nombre de paquets keepalives qu’une destination doit recevoir pour modifier le statut d’une liaison de façon à la plus importante. La plage est de 1 à 255, avec un par défaut 1.

ATTENTION :

Si les keepalives d’interface sont configurées sur une interface qui ne prend pas en charge l’énoncé de keepalives configuration (par exemple, 10 Gigabit Ethernet), la couche de liaison peut baisser lors du redémarrage du PIC. Évitez de configurer les mesures de keepalive sur les interfaces qui ne sont pas en charge keepalives l’énoncé de configuration.

Pour plus d’informations sur les paramètres de keepalive du relais de trames, consultez Configuring Frame Relay Keepalives.

Sur les routeurs MX Series avec concentrateurs de ports modulaires/cartes d’interface modulaires (MPC/MIC), le moteur de transfert de paquets d’un MPC/MIC traite et répond au protocole LCP (Link Control Protocol) Demande d’écho-demande de paquets keepalive que l’abonné (client) PPP lance et envoie au routeur. Le mécanisme par lequel les paquets de demande d’écho LCP sont traitées par le moteur de transfert de paquets plutôt que par le moteur de routage est appelé PPP fast keepalive Pour plus d’informations sur le fonctionnement de la fonction de keepalive rapide PPP sur un routeur MX Series avec MPC/MPC, consultez le guide de configuration de l’accès des abonnés Junos OS Subscriber.

Compréhension des flux de trafic unidirectionnels sur les interfaces physiques

Par défaut, les interfaces physiques sont bidirectionnelles. c’est-à-dire qu’ils transmettent et reçoivent du trafic. Vous pouvez configurer le mode de liaison unidirectionnelle sur une interface 10 Gigabit Ethernet qui crée deux nouvelles interfaces physiques unidirectionnelles. Les nouvelles interfaces de transmission uniquement et de réception fonctionnent de façon indépendante, mais toutes deux sont inéparentes de l’interface principale.

Les interfaces unidirectionnelles permettent la configuration d’une topologie de liaison unidirectionnelle. Les liaisons unidirectionnelles sont utiles pour les applications telles que les services de vidéo haut débit où la quasi-totalité des flux de trafic sont dans une direction, du fournisseur à l’utilisateur. Le mode liaison unidirectionnelle permet d’économiser de la bande passante en lui permettant de consacrer une différence de coût aux interfaces d’émission et de réception. En outre, le mode liaison unidirectionnel permet de conserver les ports pour ces applications, car les interfaces d’émission uniquement et de réception agissent de façon indépendante. Chaque routeur peut être connecté à différents routeurs, par exemple, ce qui réduit le nombre total de ports requis.

Remarque :

Le mode liaison unidirectionnelle est actuellement pris en charge uniquement sur le matériel suivant:

  • Port 10 Gigabit Ethernet 4 DPC sur le routeur MX960 port

  • PIC 10-Gigabit Ethernet IQ2 et IQ2E 10-Gigabit Ethernet IQ2E sur le routeur T Series réseau

L’interface de transmission uniquement est toujours opérationnelle. L’état opérationnel de l’interface de réception uniquement dépend des pannes locales ; il est indépendant des pannes à distance et de l’état de l’interface transmission uniquement.

Sur l’interface principale, vous pouvez configurer des attributs communs aux deux interfaces, tels que la gestion d’horloge, le cadre, les options gigether et les options sonet. Sur chacune des interfaces unidirectionnelles, vous pouvez configurer l’encapsulation, l’adresse MAC, MTU et les interfaces logiques.

Les interfaces unidirectionnelles offrent une prise en charge des protocoles IP et IPv6. Le forwarding de paquets s’fait au moyen de routes statiques et d’entrées ARP statiques. que vous pouvez configurer indépendamment sur les deux interfaces unidirectionnelles.

Seules les statistiques d’émission sont transmises sur l’interface de transmission uniquement (et ne sont indiquées que par zéro sur l’interface de réception uniquement). Seules les statistiques de réception sont rapportées sur l’interface de réception seule (et sont affichées comme zéro sur l’interface de transmission uniquement). Les statistiques d’émission et de réception sont transmises sur l’interface principale.

Activation du flux de trafic unidirectionnel sur les interfaces physiques

Par défaut, les interfaces physiques sont bidirectionnelles. c’est-à-dire qu’ils transmettent et reçoivent du trafic. Vous pouvez configurer le mode de liaison unidirectionnelle sur une interface 10 Gigabit Ethernet qui crée deux nouvelles interfaces physiques unidirectionnelles. Les nouvelles interfaces de transmission uniquement et de réception fonctionnent de façon indépendante, mais toutes deux sont inéparentes de l’interface principale.

Pour activer le mode de liaison unidirectionnelle sur une interface physique, effectuez les étapes suivantes:

  1. En mode configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique:
  2. Configurez l’option de création de deux nouvelles interfaces physiques unidirectionnelles (transmission uniquement et réception uniquement) et sont insaisints à unidirectional l’interface principale.
Remarque :

Le mode liaison unidirectionnelle est actuellement pris en charge uniquement sur le matériel suivant:

  • Port 10 Gigabit Ethernet 4 DPC sur le routeur MX960 port

  • PIC 10-Gigabit Ethernet IQ2 et IQ2E 10-Gigabit Ethernet IQ2E sur le routeur T Series réseau

Présentation de l’amortissement d’interface physique

L’amortissement physique de l’interface limite la publicité des transitions haut et vers le bas (flapping) sur une interface. Chaque fois qu’une transition est en cours, l’état de l’interface est modifié, ce qui génère une publicité vers les protocoles de routage de niveau supérieur. L’amortissement permet de réduire le nombre de ces publicités.

Du point de vue du déploiement réseau, les interfaces physiques entrent dans les catégories suivantes:

  • Plusieurs battements de courte durée quasi instantanées (millisecondes).

  • Périodes périodiques de longue durée (secondes).

Figure 1 sert à décrire ces types d’interfaces et la configuration d’amortissement que vous pouvez utiliser dans chaque cas.

Figure 1 : Deux interfaces de routeur connectées par l’équipement de transportDeux interfaces de routeur connectées par l’équipement de transport
Remarque :

Il est recommandé d’utiliser des configurations d’amortissement similaires aux deux extrémités de l’interface physique. La configuration de l’amortissement à une extrémité et non de l’amortissement de l’interface sur l’autre peut entraîner un comportement non-désirable.

Les sections suivantes décrivent les types d’amortissement d’interface en fonction de la durée de la transition.

Présentation de l’amortissement pour des transitions d’interface physique plus courtes

Figure 1 montre deux routeurs avec deux équipements de transport entre eux. En cas de panne d’une liaison redondante entre les deux équipements de transport, une commutation de liaison est effectuée. La commutation de liaisons prend plusieurs millisecondes. Comme illustré dans le graphique, lors de la commutation, les deux interfaces de routeur peuvent se heurter à plusieurs flaps avec une durée de plusieurs Figure 2 millisecondes. Ces multiples volets, s’ils sont annoncés sur les protocoles de routage de niveau supérieur, peuvent entraîner des mises à jour de route non désirées. C’est pourquoi il est possible que vous vouliez atténuer ces problèmes d’interface.

Remarque :

L’amortissement est adapté uniquement aux protocoles de routage.

Pour les transitions d’interface physique plus courtes, vous configurez l’amortissement de l’interface avec hold-time l’instruction de l’interface. Le système de tenir le temps de main permet l’amortissement de l’interface en non les transitions d’interface publicitaire jusqu’à ce que la durée du délai de garde soit passée. Lorsqu’un temps d’attente est configuré et que l’interface passe d’un point à l’autre, le temps d’attente est déclenché. Toutes les transitions d’interface qui se produisent pendant la durée d’attente sont ignorées. Lorsque le timer expire et que l’état de l’interface est toujours en panne,le routeur commence à promouvoir l’interface comme étant en panne. De même, lorsqu’un timer de hold-up est configuré et qu’une interface passe d’une configuration à une autre, le temps de hold-up est déclenché. Toutes les transitions d’interface qui se produisent pendant la durée d’attente sont ignorées. Lorsque le timer expire et que l’état de l’interface est toujours en place,le routeur commence à promouvoir l’interface comme étant en cours d’utilisation.

Figure 2 : Plusieurs volets de courte durée (millisecondes)Plusieurs volets de courte durée (millisecondes)

Présentation de l’amortissement pour les transitions d’interface physique plus longues

Lorsque la liaison entre une interface de routeur et les équipements de transport n’est pas stable, cela peut entraîner des battements de tête périodiques, comme illustré dans Figure 3 . Il s’agit d’flaps de l’ordre de quelques secondes ou plus, avec une durée d’au moins une seconde. Dans ce cas, l’utilisation de la fonction de timer de hold-and-timer peut ne pas produire des résultats optimaux car elle ne peut pas supprimer les battements d’interface relativement plus longs et répétées. L’augmentation de la durée de vie à quelques secondes permet encore au système d’envoyer des mises à jour de route sur l’interface de battement, si bien que ne supprime pas régulièrement l’utilisation d’interfaces sur le système.

Figure 3 : Flaps périodiques de longue durée (secondes)Flaps périodiques de longue durée (secondes)

Pour des interfaces plus longues et périodiques, vous configurez l’amortissement d’interface avec damping l’instruction sur l’interface. Cette méthode d’amortissement utilise un algorithme d’amortissement exponentiel pour supprimer la fonction de rapports d’événements de niveau supérieur sur l’interface. À chaque panne d’une interface, une pénalité s’ajoute au compteur de pénalité de l’interface. Si, à un certain stade, la pénalité accumulée dépasse le niveau supprimer, l’interface est placée dans l’état de suppression, et les événements de liaison d’interface vers le haut et vers le bas ne sont pas signalés aux protocoles de niveau supérieur.

Remarque :
  • Seuls les routeurs PTX Series, routeurs T Series, routeurs MX960, routeurs MX480, routeurs MX240, routeurs MX80 et routeurs M10i supportent l’amortissement de l’interface pour l’amortissement périodique plus long des interfaces sur toutes les cartes d’interface.

  • La pénalité ajoutée sur chaque interface est de 1 000.

  • Le système n’indique pas si une interface est down à cause d’une suppression ou si c’est l’état réel de l’interface physique. C’est pour cette raison que les traps de liaisonSNMP et les protocoles OAM (Operation, Administration, and Maintenance) ne peuvent pas différencier la version amortissement de l’état de la liaison de la version réelle. Par conséquent, les pièges et les protocoles peuvent ne pas fonctionner comme prévu.

  • Vous pouvez vérifier la suppression en visualant les informations dans le Damping champ de sortie de la show interface extensive commande.

En permanence, le compteur de pénalité d’interface suit une décomposition exponentielle. Figure 4 et montrer le processus de décomposition s’applique à la reprise lorsque la liaison physique est Figure 5 en panne ou en hausse. Dès que la pénalité accumulée atteint la limite inférieure du niveau de réutilisation, l’interface est indiquée comme non compressée, et d’autres modifications de l’état de la liaison d’interface sont de nouveau signalées aux protocoles de niveau supérieur. Vous utilisez la possibilité de configurer le temps maximum pour limiter l’accumulation de la pénalité au-delà de la valeur max-suppress de la peine maximale. La valeur de la pénalité maximale est calculé par le logiciel. La pénalité maximale correspond au temps qu’il faut supprimer au maximum pour se décomposer et atteindre le niveau de réutilisation. Après avoir passé le niveau de réutilisation, la pénalité continue de se dégrader.

Figure 4 et montrer la pénalité accumulée, et la décomposition au fil Figure 5 du temps sous forme de courbe. Chaque fois que la pénalité se trouve en-dessous du niveau de réutilisation et que la liaison physique change d’état, les modifications d’état sont annoncées au système et provoquent des modifications de l’état SNMP.

Figure 4 indique que la pénalité est inférieure au niveau de réutilisation lorsque la liaison physique est en panne. La notification d’une modification d’état au système n’est notée qu’après la transition vers la liaison physique de niveau supérieur.

Figure 4 : Lorsque la pénalité tombe en dessous du niveau de réutilisation, la liaison physique tombe en panneLorsque la pénalité tombe en dessous du niveau de réutilisation, la liaison physique tombe en panne

Figure 5 ci-dessous le seuil de réutilisation de la liaison physique. Un changement d’état est immédiatement notifié sur le système.

Figure 5 : Lorsque la pénalité passe au-dessous du niveau de réutilisation, la liaison physique est en placeLorsque la pénalité passe au-dessous du niveau de réutilisation, la liaison physique est en place

Amortissement des transitions d’interface physique plus courtes

Par défaut, lorsqu’une interface passe d’une configuration en panne à une configuration « down » ou « down-to-up », cette transition est immédiatement annoncée vers le matériel et le matériel Junos OS. Dans certaines situations, par exemple lorsqu’une interface est connectée à un ADM (Add/Drop Multiplexer) ou un multiplexeur de longueur d’onde (WDM) ou pour se protéger contre les trous des trames SONET/SDH, vous pouvez amortissement des transitions d’interface. Autrement dit, il ne s’agit pas de publicitaires sur la transition de l’interface tant que le délai d’attente n’a pas été dépassé. Lorsque les transitions de l’interface sont ralenties et que l’interface passe d’un point à un autre, le temps d’attente est déclenché. Toutes les transitions d’interface qui se produisent pendant la durée d’attente sont ignorées. Lorsque le timer expire et que l’état de l’interface est toujours en panne,le routeur commence à promouvoir l’interface comme étant en panne. De même, lorsqu’une interface passe d’une interface à une autre, le temps de attente est déclenché. Toutes les transitions d’interface qui se produisent pendant la durée d’attente sont ignorées. Lorsque le timer expire et que l’état de l’interface est toujours en place,le routeur commence à promouvoir l’interface comme étant en cours d’utilisation. Pour plus d’informations sur l’amortissement physique de l’interface, consultez la présentation de l’amortissement d’interface physique.

Cette tâche s’applique à l’amortissement de transitions d’interface physique plus courtes en millisecondes. Pour atténuer la durée des transitions de l’interface physique en quelques secondes, consultez « Amortissement plus longtemps » des transitions d’interface physique.

Pour configurer l’amortissement des transitions d’interface physique plus courtes:

  1. Sélectionnez l’interface sur amortissement, où le nom de l’interface interface-type-fpc/pic/port est:
  2. Configurez le temps d’attente pour liaison vers le haut et vers le bas.

Le temps de attente peut être d’une valeur de 0 à 4 294 967 295 millisecondes. La valeur par défaut est 0, ce qui signifie que les transitions d’interface ne sont pas amorties. Junos OS annonce la transition sous 100 millisecondes de la valeur d’heure que vous spécifiez.

Pour la plupart des interfaces Ethernet, la mise en œuvre de timers à la main est l’œuvre à l’aide d’un algorithme d’interrogation d’une seconde. Pour les interfaces Gigabit Ethernet à 1 port, 2 ports et 4 ports avec émetteurs-récepteurs SPF (Small Form-Factor Pluggable), les retardateur de hold-and-timers sont interrompus.

Remarque :

hold-timeL’option n’est pas disponible pour les interfaces de contrôleur.

Amortissement des transitions d’interface physique plus longues

L’amortissement physique de l’interface limite la publicité des transitions haut et vers le bas (flapping) sur une interface. Une liaison instable entre une interface de routeur et les équipements de transport peut entraîner des instabilités périodiques. La durée d’attente est d’au moins cinq secondes, avec une durée de haut et de panne d’une seconde. Pour ces volets d’interface périodiques plus longues, vous configurez l’amortissement d’interface avec damping l’instruction sur l’interface. Cette méthode d’amortissement utilise un algorithme d’amortissement exponentiel pour supprimer la fonction de rapports d’événements vers les protocoles de niveau supérieur. À chaque panne d’une interface, une pénalité s’ajoute au compteur de pénalité de l’interface. Si, à un certain stade, la pénalité accumulée dépasse le niveau de suppression, l’interface est placée dans l’état de suppression, et les transitions vers les protocoles de niveau supérieur ne sont pas notées dans une autre phase. max-suppress

Remarque :
  • Seuls les routeurs PTX Series, routeurs T Series, routeurs MX2010, routeurs MX2020, routeurs MX960, routeurs MX480, routeurs MX240, routeurs MX80 et routeurs M10i, prise en charge de l’amortissement des interfaces pour des temps d’interface plus longs et réguliers.

  • Le système n’indique pas si une interface est down à cause d’une suppression ou si c’est l’état réel de l’interface physique. C’est pour cette raison que les traps de liaisonSNMP et les protocoles OAM (Operation, Administration, and Maintenance) ne peuvent pas différencier la version amortissement de l’état de la liaison de la version réelle. Par conséquent, les pièges et les protocoles peuvent ne pas fonctionner comme prévu.

  • Vous pouvez vérifier la suppression en visualant les informations dans le Damping champ de sortie de la show interface extensive commande.

Vous pouvez afficher les paramètres d’amortissement avec la show interfaces extensive commande.

Pour configurer l’amortissement des transitions d’interface physique plus longues:

  1. Sélectionnez l’interface pour amortissement, où se trouve le nom de interface-type-fpc/pic/port l’interface ou une plage d’interfaces:
  2. Active un amortissement de transition d’interface plus long sur une interface physique:
  3. (Facultatif) Définissez le temps maximum en secondes qu’une interface peut être supprimée, quel que soit le niveau de instabilité de l’interface.
    Remarque :

    La configuration se configure sur une valeur supérieure à celle de max-suppresshalf-life ; sinon, la configuration est rejetée.

  4. (Facultatif) Définissez la demi-vie désintégrementée en quelques secondes, c’est-à-dire l’intervalle après lequel le compteur de pénalité de l’interface accumulée est réduit de moitié si l’interface reste stable.
    Remarque :

    La configuration se configure sur une valeur supérieure à celle de max-suppresshalf-life ; sinon, la configuration est rejetée.

  5. (Facultatif) Définissez le seuil de réutilisation (aucune unité). Lorsque le compteur de pénalité d’interface cumulé tombe en dessous de cette valeur, l’interface n’est plus supprimée.
  6. (Facultatif) Définissez le seuil d’suppression (aucune unité). Lorsque le compteur de pénalité d’interface cumulé dépasse cette valeur, l’interface est supprimée.

Exemple: Configuration de l’amortissement d’interface physique

Cet exemple montre comment configurer l’amortissement pour une interface physique sur une PTX Series Routeur de transport de paquets.

Conditions préalables

Cet exemple utilise les composants matériels et logiciels suivants:

  • Une seule PTX Series Routeur de transport de paquets

  • Un ou plusieurs routeurs qui fournissent des paquets d’entrée et reçoivent des paquets en sortie

  • Junos OS version 14.1 ou ultérieure

Présentation

L’amortissement physique de l’interface assure un lissage des transitions vers le haut et le bas (flapping) sur une interface. Chaque fois qu’une transition est en cours, l’état de l’interface est modifié, ce qui génère une publicité vers les protocoles de routage de niveau supérieur. L’amortissement permet de réduire le nombre de ces publicités.

Du point de vue du déploiement du réseau, les interfaces physiques entrent en jeu dans ces catégories:

  • Plusieurs battements de courte durée quasi instantanées (millisecondes). Pour les transitions d’interface physique plus courtes, vous configurez l’amortissement de l’interface avec hold-time l’instruction de l’interface. Le système de tenir le temps de main permet l’amortissement de l’interface en non les transitions d’interface publicitaire jusqu’à ce que la durée du délai de garde soit passée. Lorsqu’un dispositif de temps d’attente est configuré et que l’interface passe d’un point à un autre, l’interface n’est pas annoncée comme étant down jusqu’à ce qu’elle reste en panne pendant la durée du dispositif. De même, lorsqu’un timer de hold-up est configuré et qu’une interface passe d’une configuration à une autre, il n’est pas annoncé comme étant toujours en place jusqu’à ce qu’il reste en place pendant la période de attente.

  • Périodes périodiques de longue durée (secondes). Pour des interfaces plus longues et périodiques, vous configurez l’amortissement d’interface avec damping l’instruction sur l’interface. Cette méthode d’amortissement utilise un algorithme d’amortissement exponentiel pour supprimer la fonction de rapports d’événements vers les protocoles de niveau supérieur. À chaque panne d’une interface, une pénalité s’ajoute au compteur de pénalité de l’interface. Si, à un certain stade, la pénalité accumulée dépasse le niveau supprimer, l’interface est placée dans l’état de suppression, et les transitions supplémentaires avec l’état d’état d’interface vers les protocoles de niveau supérieur ne sont pas notées.

Configuration

CLI configuration rapide

Pour configurer rapidement cet exemple, copiez les commandes suivantes, collez-les dans un fichier texte, supprimez les interruptions de ligne, modifiez tous les détails nécessaires pour correspondre à votre configuration réseau, puis copiez/collez les commandes dans le CLI au niveau de la [edit] hiérarchie.

Procédure

Procédure étape par étape

Pour configurer l’amortissement sur le PTX Series Routeur de transport de paquets:

  1. Définissez l’intervalle de demi-vie, suppression maximale, réutilisation, suppression des valeurs et activer:

  2. Configuration de validation:

Résultats

À partir du mode de configuration, confirmez votre configuration en entrant la show interfaces commande. Si la sortie n’affiche pas la configuration prévue, répétez les instructions de cet exemple pour corriger la configuration.

Vérification

Pour vérifier que la configuration fonctionne correctement, exécutez cette tâche:

Vérification de l’amortissement d’interface sur xe-6/0/0

But

Vérifiez que l’amortissement est activé sur l’interface et que les valeurs de paramètre d’amortissement sont correctement définies.

Action

À partir du mode opérationnel, exécutez show interfaces extensive la commande.

Sens

L’amortissement est activé et configuré avec succès sur l’interface xe-6/0/0.

Activation ou désactivation des notifications SNMP sur les interfaces physiques

Par défaut, des notifications SNMP (Simple Network Management Protocol) sont envoyées lorsque l’état d’une interface ou une connexion change. Vous pouvez activer ou désactiver ces notifications en fonction de vos besoins.

Pour activer explicitement l’envoi de notifications SNMP sur l’interface physique, effectuez les étapes suivantes:

  1. En mode configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique:
  2. Configurez l’option pour permettre l’envoi de traps notifications SNMP (Simple Network Management Protocol) lorsque l’état de la connexion change.

Pour désactiver l’envoi de notifications SNMP sur l’interface physique, effectuez les étapes suivantes:

  1. En mode configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique:

  2. Configurez l’option de désactivation de l’envoi de no-traps notifications SNMP (Simple Network Management Protocol) lorsque l’état de la connexion change.

Configuration de la comptabilisation de l’interface physique

Présentation des profils de comptabilisation

Juniper Networks routeurs et commutateurs peuvent collecter diverses sortes de données sur le trafic transitant par le routeur et le commutateur. Vous pouvez configurer un ou plusieurs profils de comptabilisation qui spécifient certaines caractéristiques courantes de ces données, notamment les données suivantes:

  • Les champs utilisés dans les enregistrements comptables

  • Le nombre de fichiers que le routeur ou le commutateur conserve avant de les jeter, ainsi que le nombre d’octets par fichier

  • Période d’interrogation de l’enregistrement des données par le système

Vous configurez les profils et définissez un nom unique pour chaque profil à l’aide d’instructions au niveau [edit accounting-options] de la hiérarchie. Il existe deux types de profils de comptabilité: profils d’interface et profils de filtres. Vous configurez des profils d’interface en incluant interface-profile l’instruction au niveau de la [edit accounting-options] hiérarchie. Vous configurez des profils de filtres en incluant filter-profile l’instruction au niveau [edit accounting-options] de la hiérarchie. Pour plus d’informations, consultez le Junos OS Network Management Administration Guide for Routing Devices.

Vous appliquez des profils de filtre en incluant accounting-profile l’instruction aux [edit firewall filter filter-name] niveaux [edit firewall family family filter filter-name] hiérarchiques et suivants. Pour plus d’informations, consultez le Guide de l’utilisateur des stratégies de routage, des filtres de pare-feu et des policeurs de trafic.

Configuration de la comptabilisation de l’interface physique

Avant de commencer,

Vous devez configurer un profil pour collecter des informations sur les erreurs et les informations sur l’utilisation des paquets d’entrée et de sortie sur une interface physique particulière. Un profil de comptabilisation spécifie les statistiques à collecter et à écrire sur un fichier journal. Pour plus d’informations sur la configuration d’un fichier journal de comptabilisation des données, consultez le fichier « Configuring Accounting-Data Log Files» (Configurer la comptabilisation et les fichiers journaux de données).

Un profil d’interface spécifie les informations collectées et écrites sur un fichier journal. Vous pouvez configurer un profil pour collecter des informations sur les erreurs et les informations sur l’utilisation des paquets d’entrée et de sortie sur une interface physique particulière.

  1. Pour configurer les statistiques à collecter pour une interface, inclure l’instruction au niveau fields[edit accounting-options interface-profile profile-name] de la hiérarchie.
  2. Chaque profil de comptabilisation enregistre ses statistiques dans un fichier /var/log dans le répertoire. Pour configurer le fichier à utiliser, inclure l’instruction au file niveau [edit accounting-options interface-profile profile-name] de la hiérarchie.
    Remarque :

    Vous devez spécifier une instruction pour le profil d’interface déjà configuré au niveau file[edit accounting-options] de la hiérarchie. Pour plus d’informations, consultez les fichiers journaux Configuration de la comptabilisation et des données

  3. Chaque interface avec un profil de comptabilisation permet la collecte de statistiques une fois par intervalle spécifiée pour le profil de comptabilisation. Les délais de collecte des statistiques sont également programmés sur l’intervalle configuré. Pour configurer l’intervalle, inclure l’instruction de l’intervalle au niveau edit accounting-options interface-profile profile-name de [ ] hiérarchie.
    Remarque :

    L’intervalle minimum est de 1 minute. La configuration d’un faible intervalle dans un profil de comptabilisation pour un grand nombre d’interfaces peut dégrader sérieusement les performances.

  4. Pour configurer les interfaces sur lesquelles la comptabilisation doit être effectuée, appliquez le profil d’interface à une interface physique en incluant l’instruction au niveau accounting-profile[edit interfaces interface-name] de la hiérarchie.

Affichage du profil de comptabilisation de l’interface physique

But

Pour afficher le profil de comptabilisation configuré, une interface physique particulière au niveau [edit accounting-options interface-profile profile-name] de la hiérarchie:

  • interface-name—ge-1/0/1

  • Profil d’interface:if_profile

  • Nom du fichier:if_stats

  • Intervalle: 15 minutes

Action

  • Exécutez show la commande au niveau [edit edit interfaces ge-1/0/1] hiérarchique.

  • Exécutez show la commande au niveau [edit accounting-options] hiérarchique.

Sens

La comptabilisation configurée et les options de jeu associées s’affichent comme prévu.

Désactivation d’une interface physique

Désactivation d’une interface physique

Vous pouvez désactiver une interface physique, la marquant comme étant désactivée, sans pour autant retirer les instructions de configuration de l’interface de la configuration.

ATTENTION :

Les abonnés dynamiques et les interfaces logiques utilisent des interfaces physiques pour la connexion au réseau. La Junos OS vous permet de définir l’interface pour désactiver et valider les changements alors que les abonnés dynamiques et les interfaces logiques restent actifs. Cette action entraîne la perte de toutes les connexions d’abonnés sur l’interface. Utilisez care lors de la désactivation des interfaces.

Pour désactiver une interface physique:

  1. En mode configuration, allez au [edit interfaces interface-name] niveau hiérarchique.
  2. Inclure disable l’énoncé.
Remarque :

Sur le routeur, lorsque vous utilisez l’instruction au niveau de la hiérarchie, en fonction du type de PIC, l’interface peut désactiver ou ne pas disableedit interfaces désactiver le laser. Les anciens récepteurs PIC ne sont pas là pour éteindre le laser. Mais des PIC Gigabit Ethernet plus anciens, avec des récepteurs SFP et XFP, le font et le laser s’en charge lorsque l’interface est désactivée.

avertissement laser :

Ne fixez pas du regard le faisceau laser ou ne le regardez pas directement à l’aide d’instruments optiques, même si l’interface a été désactivée.

Exemple: Désactivation d’une interface physique

Exemple de configuration de l’interface:

Désactivation de l’interface:

Vérification de la configuration de l’interface:

Effet de la désactivation des interfaces sur les PIC de la gamme T Series

Le tableau suivant décrit l’effet de l’utilisation de set interfaces disable interface_name l’énoncé sur les PIC de la gamme T Series.

Tableau 13 : Effet des interfaces définies désactiver <interface_name>on PIC de la gamme T Series

Numéro de modèle DU PIC

PIC Description

Type de PIC

Comportement

PF-12XGE-SFPP

PIC LAN/WAN 10 Gigabit Ethernet avec SFP+ (T4000 routeur)

5

Tx laser désactivé

PF-24XGE-SFPP

PIC LAN/WAN 10 Gigabit Ethernet avec abonnement en surabonnement et SFP+ (T4000 routeur)

5

Tx laser désactivé

PF-1CGE-CFP

PIC 100 Gigabit Ethernet avec CFP (T4000 Routeur)

5

Tx laser désactivé

PD-4XGE-XFP

10 Gigabit Ethernet, 4 ports LAN/WAN XFP

4

Tx laser désactivé

PD-5-10XGE-SFPP

10 Gigabit LAN/WAN avec SFP+

4

Tx laser désactivé

PD-1XLE-CFP

40 Gigabits avec CFP

4

Tx laser désactivé

PD-1CE-CFP-FPC4

100 Gigabits avec CFP

4

Tx laser désactivé

TUNNEL PD

Services de tunnel 40 Gigabit

4

NA

PD-4OC192-SON-XFP

OC192/STM64, XFP 4 ports

4

Tx laser non désactivé

PD-1OC768-SON-SR

OC768c/STM256, 1 port

4

Tx laser non désactivé

Tableau de l'historique des versions
Version
Description
19.3R2
À partir Junos OS version 19.3R2, la taille de MTU configurable maximale pour MX2K-MPC11E est de 16 000 octets.
19.2R1
À partir de Junos OS version 19.2R1, la taille de MTU configurable maximale pour MPC10E-10C-MRATE est de 16 000 octets.
19.1R1
À partir de Junos OS version 19.1R1, la taille de MTU configurable maximale pour MPC10E-15C-MRATE est de 16 000 octets.
17.4R1
Depuis la Junos OS version 17.4R1, la taille de MTU pour MX204 est de 16 000 octets.
17.3R1
À partir Junos OS version 17.3R1, la taille de MTU MPC de MX10003 est de 16 000 octets.
16.1R1
Depuis Junos OS version 16.1R1, la taille de MTU a été augmentée à 16 000 octets pour certains MPC.
14.2
À partir Junos OS version 14.2, cette option permet au port tri-speed fixe de négocier automatiquement les ports limités par ou auto-10m-100m100m à une vitesse 10m maximale. Cette option doit être uniquement activée pour le port MPC tri-rate, c’est-à-dire RJ45 MIC RJ45 3D 40 x 1GE (LAN) sur plate-forme MX. Cette option ne prend pas en charge les autres MPC de la plate-forme MX.
14.2
Depuis la Junos OS version 14.2, l’Ethernet agrégé prend en charge les vitesses de liaisons mixtes sur PTX Series Routeurs de transport de paquets.
14.1
Depuis la version 14.1R1 et 14.2 de Junos OS, la prise en charge des tarifs mixtes sur les offres Ethernet agrégées est étendue aux routeurs MX240, MX480, MX960, MX2010 et MX2020.
13.2
Depuis la Junos OS version 13.2, l’Ethernet agrégé prend en charge les vitesses mixtes et les modes mixtes sur les routeurs T640, T1600, T4000 et TX Matrix Plus.
13.2
À partir de Junos OS version 13.2, les liens 100 Gigabit Ethernet membres peuvent être configurés à l’aide des deux interfaces 50 Gigabit Ethernet pic 100 Gigabit Ethernet avec CFP.
11.4
À partir Junos OS version 11.4, le mode half-duplex n’est pas pris en charge sur les interfaces cuivre Tri-Rate Ethernet. Lorsque vous ajoutez speed l’instruction, vous devez l’inclure au même niveau link-mode full-duplex hiérarchique.