Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

Gestion des configurations

Comprendre le show | de | afficher la commande xml

Le filtre compare la configuration du candidat avec la configuration actuelle engagée et affiche les différences entre les compare | display xml deux configurations dans XML. Pour comparer les configurations, saisissez le symbole après le tuyau (|) en mode de compare | display xml configuration ou d’exploitation.

Exemple en mode opérationnel:

Exemple en mode de configuration:

Vous pouvez saisir une hiérarchie de configuration spécifique qui précède immédiatement le compare filtre, par show configuration system syslog | compare | display xml exemple. En mode configuration, vous pouvez accéder à une hiérarchie où la commande est appliquée.

Les différences par rapport à la fonction de filtre de comparaison sont la sortie dans XML. La configuration balise lance la sortie. Le contexte des modifications est établi avec des balises de noms hiérarchiques relatives à la racine du rapport de comparaison. Pour les modifications d’éléments, un attribut est en sortie dans la balise où operation une modification se produit. Cet attribut a la createdelete valeur, ou merge . En cas de modification des métadonnées, le nom des métadonnées est spécifié. Par exemple, si une instruction est indiquée inactive, l’attribut et la valeur inactive="inactive" sont en sortie. L’espace de noms nc est utilisé lorsque cela est nécessaire pour indiquer qu’un attribut se trouve dans l’espace de noms NETCONF plutôt que dans l’espace de noms du système d’exploitation.

Remarque :

À partir de Junos OS Release 16.2R2, la commande omettait la balise dans la sortie XML si la comparaison ne renvoie aucune différence ou si cette comparaison ne renvoie que des différences pour les données de configuration non natives, par exemple les données de configuration associées aux modèles de données show | compare | display xml<configuration> OpenConfig.

Les sections suivantes expliquent le XML généré pour des types spécifiques de changements de configuration. Les modifications de texte correspondantes sont présentées pour la comparaison.

Ajout d’une instruction (création d’opérations)

L’exemple suivant montre l’ajout de l’adresse IPv4 2.2.2.2 à l’unité 1.

Les balises name fournies fournissent le contexte de l’ajout. operation="create"L’attribut indique qu’une instruction a été créée et unit est définie par la configuration au sein de la unit balise.

Suppression d’une instruction (suppression des opérations)

L’exemple suivant illustre la suppression d’une simple instruction dans la hiérarchie de configuration. Les balises system fournies fournissent le contexte de la suppression. operation="delete"L’attribut indique que services l’instruction a été supprimée. La configuration qui suit services l’instruction a été supprimée mais n’est pas sortie.

L’exemple suivant illustre la suppression de l’unité 1 de ge-0/0/0 l’interface. La configuration qui suit unit l’instruction a été supprimée mais n’est pas sortie.

L’exemple suivant illustre la suppression de la apply-groups configuration. Les groupes qui sont supprimés ne sont pas en sortie.

Modification d’une instruction (suppression et création d’opérations)

L’exemple suivant affiche une modification d’une instruction de la hiérarchie. Les balises fournies system fournissent le contexte de la modification. operation="delete"L’attribut indique que host-name l’instruction a été supprimée. La configuration qui suit host-name l’instruction a été supprimée mais n’est pas sortie. operation="create"L’attribut indique qu’une instruction a été créée et host-name est définie par la configuration au sein de la host-name balise.

Modification des métadonnées (attribut et fonctionnement inactifs)

L’exemple suivant illustre l’inactivation d’une instruction dans la hiérarchie. Les balises fournies system fournissent le contexte de la modification. inactive="inactive"L’attribut indique que syslog l’énoncé a été désactivé.

L’exemple suivant illustre l’ajout d’une syslog déclaration inactive. operation="create"L’attribut indique que l’instruction a été créée et est définie par la configuration au sein de syslog la syslog balise. inactive="inactive"L’attribut indique que syslog l’énoncé a été désactivé.

Ajout d’une annotation (balise de commentaire et création d’Opérations)

L’exemple suivant indique l’ajout d’un commentaire à une déclaration. Les balises fournies syslog fournissent le contexte pour l’annotation. operation="create"L’attribut de la balise indique junos:comment qu’un commentaire a été ajouté à la [edit system syslog] hiérarchie.

L’exemple suivant indique l’ajout d’un commentaire à une déclaration. Les balises fournies syslog fournissent le contexte pour l’annotation. L’attribut de la balise indique qu’un commentaire a été ajouté à la hiérarchie pour la sortie de operation="create" l’énoncé au sein de la junos:comment[edit system syslog]syslog balise.

Modification d’une annotation (balise de commentaire et suppression et création d’opérations)

L’exemple suivant affiche la modification d’un commentaire pour une déclaration. Les balises fournies system fournissent le contexte pour l’annotation. L’attribut de la balise indique qu’un commentaire a été supprimé de la operation="delete" hiérarchie au niveau de junos:comment[edit system]syslog l’énoncé. L’attribut de la balise indique qu’un commentaire a été ajouté à la operation="create"junos:comment hiérarchie pour [edit system]syslog l’énoncé.

Ajout d’une instruction dans un conteneur (créer une opération, insérer et ajouter des attributs clés)

L’exemple suivant affiche l’ajout file d’une instruction au niveau de la [edit system syslog] hiérarchie. Les balises syslog fournies fournissent le contexte de l’ajout. operation="create"L’attribut de la balise indique file qu’une instruction a file été ajoutée. yang:insert="after"L’attribut indique que le fichier a été ajouté après la position indiquée par l’attribut. yang:key="[name='file-1']" La valeur du fichier 1 représente la position au sein des instructions existantes, où l’une d’entre elles file est le premier fichier. Dans cet exemple, la nouvelle file instruction a été ajoutée après le premier fichier.

Modification de la commande à l’intérieur d’un conteneur (opération de fusion, insertion et attributs clés)

L’exemple suivant montre la modification de l’ordre des file instructions au niveau de [edit system syslog] la hiérarchie. Les balises fournies syslog fournissent le contexte de la modification. operation="merge"L’attribut de la balise indique file qu’une instruction file existante a été déplacée. L’attribut indique que le fichier a été transféré après que celui-ci soit dans la yang:insert="after" position indiquée par yang:key="[name='file-1']" l’attribut. La valeur du fichier 1 représente une position au sein des instructions existantes, où l’une d’entre elles file est le premier fichier. La valeur au name niveau de la balise, fichier-3, représente une position au sein des instructions de fichier existantes. Dans cet exemple, file l’instruction en troisième position a été déplacée après le premier fichier.

Retour à la configuration la plus récente

Pour revenir à la configuration la plus récente et la charger en mode de configuration sans l’activer, utilisez la commande rollback du mode de configuration:

Pour activer la configuration à laquelle vous avez revenir, utilisez la commit commande:

Retour à une configuration préalablement engagée

Ce sujet vous explique comment retourner à une configuration avant l’engagement le plus récent.

Retourner à une configuration avant l’engagement le plus récent

Pour revenir à une configuration avant l’engagement le plus récent, inclut le numéro de configuration, 0 à 49, dans la rollback commande. La configuration la plus récemment enregistrée est la n°0 (c’est-à-dire la configuration par défaut à laquelle le système revient), et la configuration la plus ancienne enregistrée est la 49.

Affichage des configurations précédentes

Pour afficher les configurations précédentes, y compris le numéro de retour sur site, la date, l’heure, le nom de l’utilisateur qui a engagé des modifications et la méthode de validation, utilisez la rollback ? commande.

Comparaison des changements de configuration avec une version antérieure

En mode de configuration uniquement, lorsque vous avez apporté des modifications à la configuration et que vous souhaitez comparer la configuration du candidat avec une version antérieure, vous pouvez utiliser la commande pour afficher compare la configuration. La commande compare la configuration du candidat avec la configuration actuelle ou avec un fichier de configuration et affiche les compare différences entre les deux configurations. Pour comparer les configurations, spécifiez la compare commande après le tuyau:

  • filename est le chemin complet vers un fichier de configuration. Le fichier doit être au bon format: une hiérarchie d’instructions.

  • n est l’index de la liste des configurations précédemment engagées. La configuration la plus récemment enregistrée est n°0 et la configuration la plus ancienne enregistrée est la 49. Si vous ne spécifiez pas les arguments, la configuration du candidat est comparée au fichier de configuration actif /config/juniper.conf ().

Le résultat comparatif utilise les conventions suivantes:

  • Les déclarations ne se rapportant qu’à la configuration du candidat sont préfixées par un signe +.

  • Les instructions qui se rapportent uniquement au fichier comparatif sont préfixées avec un signe moins bon (-).

  • Les instructions qui restent inchangées sont préfixées avec un seul espace vide ().

L’exemple suivant montre diverses modifications, puis une comparaison de la configuration du candidat avec la configuration active, indiquant uniquement les modifications apportées au niveau [edit protocols bgp] hiérarchique:

Enregistrement d’une configuration sur un fichier

L’enregistrement d’une configuration d’équipement sur un fichier vous permet de le modifier avec n’importe quel éditeur de texte clair de votre choix. Vous pouvez enregistrer votre configuration actuelle dans un fichier ASCII, qui enregistre la configuration dans son formulaire actuel, y compris toute modification non émise. Si plusieurs utilisateurs modifient la configuration, toutes les modifications apportées par tous les utilisateurs sont enregistrées.

Pour enregistrer les modifications de configuration logicielle sur un fichier ASCII, utilisez la save commande du mode de configuration:

Le contenu du niveau actuel de la hiérarchie de l’énoncé (et ci-dessous) est enregistré, ainsi que la hiérarchie de l’énoncé qui la contient. Cela permet de sauver une section de la configuration, tout en spécifiant la hiérarchie de l’instruction.

Par défaut, la configuration est enregistrée sur un fichier du home directory du lecteur flash.

Lorsque vous effectuez l’émission de cette commande depuis n’importe où dans la hiérarchie (à l’exception du niveau supérieur), une balise est automatiquement incluse au début replace du fichier. Vous pouvez utiliser la balise replace pour contrôler la façon dont une configuration est chargée à partir d’un fichier.

Compressation du fichier de configuration actuel

Par défaut, le fichier de configuration opérationnelle actuel est compressé et stocké dans le fichier le système de fichier, ainsi que les trois dernières versions engagées juniper.conf.gz/config de la configuration. Si vous disposez de réseaux de grande taille, le fichier de configuration actuel peut dépasser l’espace disponible dans /config le système de fichiers. La compressation du fichier de configuration actuel permet au fichier de s’intégrer au système de fichiers, ce qui réduit généralement de 90 % la taille du fichier. Il est possible que vous compressiez vos fichiers de configuration d’opération actuels lorsqu’ils atteignent 3 Mo (Mbits/s).

Lorsque vous compressez le fichier de configuration actuel, les noms des fichiers de configuration changent. Pour déterminer la taille des fichiers dans le système /config de fichiers, émettre la file list /config detail commande.

Remarque :

Il est recommandé de compresser les fichiers de configuration (c’est le par défaut) afin de minimiser l’espace disque nécessaire.

  • Si vous souhaitez compresser le fichier de configuration actuel, inclure l’instruction au niveau compress-configuration-files[edit system] de la hiérarchie:

  • Commit the current configuration file to include the compression-configuration-files statement. Commettez à nouveau la configuration pour compresser le fichier de configuration actuel:

  • Si vous ne souhaitez pas compresser le fichier de configuration opérationnelle actuel, notez l’instruction au niveau no-compress-configuration-files[edit system] de la hiérarchie:

  • Commit the current configuration file to include the no-compress-configuration-files statement. Commettez à nouveau la configuration pour décompresser le fichier de configuration actuel:

Libérer de l’espace de stockage système

Problème

Description

L’espace de stockage du fichier système sur l’unité est complet. Le redémarrage du commutateur ne résout pas le problème.

Le message d’erreur suivant s’affiche lors d’une opération typique sur l’équipement une fois l’espace de stockage du fichier complet.

Solution

Nettoyez le stockage des fichiers sur l’unité en supprimant les fichiers système.

  1. Demander à supprimer les fichiers système.

    La liste des fichiers à supprimer est affichée.

  2. Saisissez yes pour supprimer les fichiers.

  3. Redémarrez l’appareil.

bonnes pratiques :

Il est recommandé de demander régulièrement un nettoyage du stockage des fichiers système pour optimiser les performances de l’équipement.

Nettoyage des fichiers avec le CLI

Vous pouvez utiliser la commande CLI pour faire tourner les fichiers journaux et request system storage cleanup supprimer les fichiers inutiles sur l’équipement. Si vous ne faites que peu d’espace de stockage, la procédure de nettoyage des fichiers identifie rapidement les fichiers qui peuvent être supprimés.

La procédure de nettoyage des fichiers réalise les tâches suivantes:

  • Fait tourner les fichiers journaux: archive toutes les informations des fichiers journaux actuels, supprime les anciennes archives et crée de nouveaux fichiers journaux.

  • Suppression des fichiers journaux dans: supprime tous les fichiers non /var/log écrits actuellement.

  • Supprime les fichiers temporaires dans: supprime tous les fichiers qui n’ont pas été /var/tmp accédés dans les deux jours.

  • Suppression de tous les fichiers de panne: supprime tous les fichiers de cœur écrits par l’équipement lors /var/crash d’une erreur.

  • Supprime toutes les images logicielles (fichiers) dans— Supprime toutes les images logicielles copiées dans ce répertoire pendant les mises à *.tgz/var/sw/pkg niveau logicielles.

Pour faire tourner les fichiers journaux et supprimer les fichiers inutiles à l’CLI:

  1. Entrez en mode opérationnel dans le CLI.
  2. Faire tourner les fichiers journaux et identifier les fichiers qui peuvent être supprimés en toute sécurité.

    L’équipement fait tourner les fichiers journaux et affiche les fichiers que vous pouvez supprimer.

  3. Saisissez yes l’invite à supprimer les fichiers.
Remarque :

Vous pouvez émettre la commande de passer en revue la liste de fichiers qui peuvent être supprimés avec la commande, avant de les supprimer request system storage cleanup dry-runrequest system storage cleanup réellement.

Remarque :

Sur SRX Series, la hiérarchie est hébergée dans une partition séparée (au lieu de /var la partition racine). En cas Junos OS d’installation en cas de manque d’espace,

  • Utilisez la request system storage cleanup commande pour supprimer les fichiers temporaires.

  • Supprimez tous les fichiers créés par l’utilisateur à la fois dans la partition racine et dans /var la hiérarchie.

Tableau de l'historique des versions
Version
Description
16.2R2
À partir de Junos OS Release 16.2R2, la commande omettait la balise dans la sortie XML si la comparaison ne renvoie aucune différence ou si cette comparaison ne renvoie que des différences pour les données de configuration non natives, par exemple les données de configuration associées aux modèles de données show | compare | display xml<configuration> OpenConfig.