Help us improve your experience.

Let us know what you think.

Do you have time for a two-minute survey?

 
 

CLI du mode opérationnel

Dans le mode opérationnel, vous pouvez utiliser Junos OS CLI de surveillance et de dépannage de l’équipement. Les commandes et le , et vous laissez afficher les informations et tester la connectivité réseau monitorping de showtesttraceroute l’équipement.

Présentation des commandes Junos OS CLI mode opérationnel

Ce sujet fournit une présentation des commandes du Junos OS CLI mode opérationnel.

CLI catégories de commandes

Il existe plusieurs catégories de commandes de CLI, notamment:

  • Commandes de mode opérationnel pour la surveillance et le dépannage: les commandes suivantes exécutent des fonctions liées aux informations et statistiques sur le logiciel et pour tester la connectivité réseau.

    • clear—Effacer les statistiques et les bases de données de protocoles.

    • file— Effectuez des opérations sur les fichiers.

    • mtrace—Tracez un chemin multicast de la source au récepteur.

    • monitor— Effectuez le débogage en temps réel de divers composants logiciels, y compris les protocoles et interfaces de routage.

    • ping— Déterminez l’accessibilité d’un hôte réseau distant.

    • show— Affichez la configuration et les informations actuelles sur les interfaces, les protocoles de routage, les tables de routage, les filtres de stratégies de routage, les alarmes système et le châssis.

    • test—Tester la configuration et l’application des filtres de stratégies et des expressions régulières des chemins AS système autonome.

    • traceroute—Suivre la route jusqu’à un hôte réseau distant.

  • Commandes de redémarrage des processus logiciels: les commandes de la hiérarchie redémarrage des différents processus Junos OS, y compris le protocole, l’interface et restart le SNMP de routage.

  • Une commande: pour réaliser des opérations au niveau du système, notamment l’arrêt et le redémarrage du routeur ou du commutateur, et le chargement Junos OS request images.

  • Une commande: start pour quitter la CLI et démarrer un shell UNIX. Pour plus d’informations sur cette commande, consultez CLI Explorer.

  • Une commande: pour la saisie en mode de configuration, qui fournit une série de commandes qui configurent les Junos OS, y compris les protocoles, les interfaces, la gestion du réseau et l’accès configure utilisateur.

  • Pour plus d’informations sur les commandes CLI mode opérationnel, consultez CLI Explorer. Vous pouvez également saisir l’invite de commande en mode opérationnel pour afficher une ? liste de commandes disponibles.

Commandes de mode opérationnel couramment utilisées

Le tableau suivant répertorie certaines commandes opérationnelles qui peuvent vous être utiles pour surveiller le fonctionnement du routeur ou du commutateur. Pour une description complète des commandes opérationnelles, consultez les références Junos OS et Junos OS commandes Evolved.

Tableau 1 : Commandes de mode opérationnel couramment utilisées

Éléments à vérifier

Description

Commande

Version du logiciel

Versions des logiciels s’exécutant sur le routeur ou le commutateur

show version

Fichiers journaux

Contenu des fichiers journaux

monitor

Fichiers journaux, contenu et identifiants utilisateur récents

show log

Systèmes distants

Accessibilité des hôtes et connectivité réseau

ping

Route vers un système réseau

traceroute

Configuration

Configuration système actuelle

show configuration

Manipulation des fichiers

Liste des fichiers et répertoires sur le routeur ou le commutateur

file list

Contenu d’un fichier

file show

Informations sur l’interface

Informations détaillées sur les interfaces

show interfaces

Chassis

État de l’alarme du châssis

show chassis alarms

Informations actuellement affichées sur le craft

show chassis craft-interface

Informations sur l’environnement du routeur ou du commutateur

show chassis environment

Inventaire matériel

show chassis hardware

Informations de la table de routage

Informations sur les entrées dans les tables de routage

show route

Informations du tableau de forwarding

Informations sur les données dans la table de forwarding du noyau

show route forwarding-table

Comprendre les options d’affichage de la commande « show

La show commande peut inclure , ou briefdetailextensiveterse options. Vous pouvez utiliser ces informations, ainsi que d’autres options, pour contrôler la quantité et le type d’informations à afficher.

  1. À tout moment dans le CLI, vous pouvez entrer le caractère pour afficher toutes les ? options actuellement disponibles. Quelques chiffres clés :

  2. Choisissez l’option à utiliser avec la commande.

Figure 1 : Options de sortie de commandeOptions de sortie de commande

Conventions de noms d’interface utilisées dans les commandes opérationnelles

Ce sujet explique les conventions de noms d’interface utilisées dans les commandes opérationnelles.

Partie physique d’une interface Nom

Les conventions de nommage d’interface physique pour Juniper Networks plates-formes d’équipements physiques sont les suivantes:

  • Sur les équipements SRX, le nom unique de chaque interface réseau dispose du format suivant pour identifier l’équipement physique correspondant à un connecteur réseau physique unique:

  • Sur les autres plates-formes, lorsque vous affichez des informations sur une interface, vous spécifiez le type d’interface, l’emplacement dans lequel le concentrateur PIC flexible (FPC) est installé, l’emplacement du FPC dans lequel se trouve le PIC et le numéro de port configuré.

    Dans la partie physique du nom de l’interface, un trait d’union (-) sépare le type de média du numéro FPC, et une barre d’entrée (/) sépare les FPC, PIC et les numéros de port:

Remarque :

Les exceptions à la description physique incluent les interfaces Ethernet agrégées et SONET/SDH agrégées, qui utilisent la syntaxe et type-fpc/pic/port aenumber , asnumber respectivement.

Partie logique d’un nom d’interface

La partie unité logique du nom de l’interface correspond au numéro de l’unité logique, qui peut être un numéro de 0 à 16 384. Les numéros d’unités logiques sont utilisés pour identifier de manière unique les systèmes de stockage physiques ou virtuels au sein d’un réseau. Dans la partie virtuelle du nom, une période (.) sépare le port et les numéros d’unité logique:

  • Équipements SRX:

  • Autres plates-formes:

Identifiant de canal partie d’un nom d’interface

La partie identifiant du canal du nom de l’interface est requise uniquement sur les interfaces canalisées. Pour les interfaces canalisées, le canal 0 identifie la première interface canalisée. Pour les interfaces IQ (Intelligent Fileing) canalisées, le canal 1 identifie la première interface canalisée.

Remarque :

Selon le type d’interface canalisée, il est possible de spécifier jusqu’à trois niveaux de canalisation.

Un deux points (:) sépare les parties physiques et virtuelles du nom de l’interface:

  • Équipements SRX:

  • Autres plates-formes:

Utilisation de caractères génériques dans les noms d’interface

Vous pouvez utiliser des caractères génériques dans les commandes opérationnelles pour spécifier des groupes de noms d’interface sans avoir à écrire chaque nom individuellement. Le tableau suivant répertorie les caractères génériques disponibles. Vous devez joindre tous les caractères génériques, à l’exception de l’astérisque (*) dans les guillemets ( » « ).

Tableau 2 : Caractères génériques pour spécifier les noms d’interface

Caractère générique

Description

* (asterisk)

Assortir toute chaîne de caractères à cette position dans le nom de l’interface. Par exemple, elle so* correspond à toutes les interfaces SONET/SDH.

"[character<character...>]"

Mesurez un ou plusieurs caractères individuels à cette position dans le nom de l’interface. Par exemple, il so-“[03]”* correspond à toutes les interfaces SONET/SDH dans les emplacements 0 et 3.

"[!character<character...>]"

Correspondre à tous les caractères, sauf ceux inclus dans les supports. Par exemple, elle correspond à toutes les so-“[!03]”* interfaces SONET/SDH, sauf celles des emplacements 0 et 3.

"[character1-character2]"

Assortir une gamme de caractères. Par exemple, il correspond à toutes les so-“[0-3]” * interfaces SONET/SDH dans les emplacements 0, 1, 2 et 3.

"[!character1-character2]"

Correspondre à tous les caractères qui ne sont pas dans l’ensemble de caractères spécifié. Par exemple, il correspond à toutes les so-”[!0-3]”* interfaces SONET/SDH dans les emplacements 4, 5, 6 et 7.